NGC 4648

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 4648
Image illustrative de l’article NGC 4648
La galaxie elliptique NGC 4648
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Dragon
Ascension droite (α) 12h 41m 44,4s[1]
Déclinaison (δ) 74° 25′ 15″ [1]
Magnitude apparente (V) 12,0[2]
13,0 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 12,84 mag/am2[a]
Dimensions apparentes (V) 1,8 × 1,2[2]
Décalage vers le rouge 0,004717 ± 0,000060[1]
Angle de position 70°[2]

Localisation dans la constellation : Dragon

(Voir situation dans la constellation : Dragon)
Draco IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 414 ± 18 km/s [b]
Distance 19,8 ± 1,6 Mpc (∼64,6 millions d'a.l.)[c]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E3[1],[3],[2] E[4]
Dimensions 34 000 a.l.[d]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 42595
UGC 7868
MCG 13-9-29
CGCG 352-39
KAZ 31 [2]
Liste des galaxies elliptiques

NGC 4648 est une galaxie elliptique située dans la constellation du Dragon à environ 64 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 4648 a été découvert par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1797.

La classe de luminosité de NGC 4648 est III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1].

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 44,767 ± 12,715 Mpc (∼146 millions d'a.l.)[5], ce qui est loin à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[c].

Groupe de NGC 4589[modifier | modifier le code]

NGC 4648 est une galaxie brillante dans le domaine des rayons X[1] et elle fait partie du groupe de NGC 4589 qui comprend au moins 17 autres galaxies brillantes également dans le domaine des rayons X soit NGC 4127, NGC 4133, NGC 4159, NGC 4291, NGC 4319, NGC 4331, NGC 4363, NGC 4386, NGC 4589, UGC 7086, UGC 7189, UGC 7238, UGC 7265, UGC 7844, UGC 7872 et UGC 7908[6].

Ce même groupe est aussi mentionné dans un article publié par A.M. Garcia en 1993, mais il ne comprend que 11 galaxies. Deux nouvelles galaxies qui ne brillent pas dans le domaine des rayons X y apparaissent, soit NGC 3901 et UGC 6996[7]. De plus, Garcia place la galaxie NGC 4648 dans un autre groupe, celui de NGC 4750.

Abraham Mahtessian mentionne aussi l'existence de ce groupe, mais il n'y figure que 6 galaxies, soit NGC 4133, NGC 4159, NGC 4291, NGC 4319, NGC 4386 et NGC 4589[8].

La fusion des galaxies des trois sources donnent une liste de 19 galaxies pour le groupe de NGC 4589.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  2. On obtient la vitesse radiale d'une objet céleste à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage Doppler (redshift ou bleushift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  3. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble-Lemaître : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  4. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 4648 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 4600 à 4699 »
  3. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  4. (en) « NGC 4648 sur HyperLeda » (consulté le )
  5. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  6. Chandreyee Sengupta et Ramesh Balasubramanyam, « HI content in galaxies in loose groups », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 369 #1,‎ , p. 360-368 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2006.10307.x, Bibcode 2006MNRAS.369..360S, lire en ligne)
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 4640  •  NGC 4641  •  NGC 4642  •  NGC 4643  •  NGC 4644  •  NGC 4645  •  NGC 4646  •  NGC 4647  •  NGC 4648  •  NGC 4649  •  NGC 4650  •  NGC 4651  •  NGC 4652  •  NGC 4653  •  NGC 4654  •  NGC 4655  •  NGC 4656