Monts des Flandres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Monts de Flandre)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant la Belgique image illustrant le Nord-Pas-de-Calais
Cet article est une ébauche concernant la montagne, la Belgique et le Nord-Pas-de-Calais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Monts des Flandres
Belgium relief location map.jpg
Monts des Flandres
Monts des Flandres
Localisation des monts des Flandres en Belgique.
Géographie
Altitude 176 m, Mont Cassel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Région française
Régions belges
Hauts-de-France
Flandre
Wallonie
Département
Provinces
Nord
Flandre-Orientale, Flandre-Occidentale
Hainaut
Géologie
Âge Bartonien et Lutécien
Roches Roches sédimentaires

Les monts des Flandres (Westvlaams Heuvelland en néerlandais et Vlaemsche Bergen en flamand occidental) sont une série de collines se développant d'ouest en est de Watten (France) à Kemmel (Belgique). Ils forment dans une zone frontalière[1] de petits reliefs dissymétriques (la pente est plus forte vers le sud que vers le nord) séparés par des vallées. Même s'ils se dressent, à leur plus haut, à moins de 160 mètres au-dessus de la plaine de Flandre, les monts des Flandres font figure de relief dans ce plat pays.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les monts des Flandres sont apparus à la fin du Miocène. À l'époque, la mer recouvrait la région. Lorsqu'elle se retira, les sables déposés furent exposés à l'érosion, leur oxydation forma du grès et les anciennes dunes formèrent les monts. Posés sur un plateau argileux sédimentaire surbaissé, les monts sont ainsi constitués de sables couronnés de calottes gréseuses épargnées par l’érosion.

Ces monts s'étendent du sud-ouest au nord-est dans la plaine de Flandre :

Nom français Nom néerlandais Ville Altitude Coordonnées
Montagne de Watten Watenberg Watten Drapeau de la France 72 m 50° 49′ 42″ N, 2° 13′ 04″ E
Mont du Tom[2] Noordpeene Drapeau de la France 62 m 50° 48′ 32″ N, 2° 25′ 15″ E
Mont Cassel Kasselberg Cassel Drapeau de la France 176 m 50° 48′ 00″ N, 2° 29′ 11″ E
Mont des Cats Katsberg Godewaersvelde Drapeau de la France 164 m 50° 47′ 05″ N, 2° 39′ 55″ E
Mont des Récollets[3] Cassel Drapeau de la France 159 m 50° 48′ 00″ N, 2° 30′ 21″ E
Mont de Boeschepe Boeschepeberg Boeschepe Drapeau de la France 129 m 50° 47′ 33″ N, 2° 40′ 55″ E
Mont Kokereel Kokereelberg Boeschepe Drapeau de la France 110 m 50° 47′ 27″ N, 2° 42′ 09″ E
Mont Noir Zwarteberg Saint-Jans-Cappel Drapeau de la France 152 m 50° 46′ 45″ N, 2° 44′ 01″ E
Mont Vidaigne Vidaigneberg Heuvelland Drapeau de la Belgique 136 m 50° 46′ 58″ N, 2° 44′ 38″ E
Mont du Moulin Baneberg Heuvelland Drapeau de la Belgique 140 m 50° 47′ 06″ N, 2° 45′ 33″ E
Mont Rouge[2] Rodeberg Heuvelland Drapeau de la Belgique 129 m 50° 47′ 00″ N, 2° 45′ 00″ E
Mont Aigu[2] Scherpenberg Heuvelland Drapeau de la Belgique 125 m 50° 45′ 28″ N, 3° 34′ 05″ E
Mont Kemmel Kemmelberg Heuvelland Drapeau de la Belgique 156 m 50° 46′ 45″ N, 2° 48′ 52″ E
Mont Saint-Aubert[2] Tournai Drapeau de la Belgique 149 m 50° 39′ 20″ N, 3° 24′ 05″ E
Mont de l'Enclus Kluisberg Mont de l'Enclus Drapeau de la Belgique 141 m 50° 45′ 28″ N, 3° 29′ 32″ E

Environnement[modifier | modifier le code]

Les buttes tertiaires et reliefs que constituent ces monts sont plus acides et sont restés plus boisés, parfois sous forme de bocages, ou plus herbus que les plaines qui s'étendent dans la Flandre maritime ou de la Flandre intérieure, abritant des micropaysages et une flore légèrement différente, une écopotentialité[4] ou une végétation potentielle spécifique[5].

En 1991, il avait été envisagé de créer un parc naturel en Flandre française dénommé ensuite « parc naturel régional des Monts de Flandre-Val de Lys ». Ce projet a été abandonné par manque de soutien en 1999[6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La région touristique française des Monts de Flandre[7] ne recoupe que très imparfaitement le territoire des monts des Flandres, ne comprenant que les « 3 monts » : le mont des Cats, le mont de Boeschepe et le mont Noir, auxquels vient s'ajouter le mont Kokereel. Du sommet de ces petits reliefs, on découvre des vues splendides sur les territoires environnants.

Localement, les estaminets et un agrotourisme (vente directe à la ferme et accueil à la ferme[8]) s'offrent aux touristes.

Administration[modifier | modifier le code]

En Flandre française, il existe un groupement de communes portant le nom de Communauté de communes rurales des Monts de Flandre.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Cette région a vu grandir Marguerite Yourcenar[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. Sevrin, « Les régions frontalières franco-belges », Cahiers de géographie du Québec, 18(43), 1974, pages 35-59.
  2. a, b, c et d Jean Ortlieb et Émile Chellonneix, Étude géologique des collines tertiaires du département du Nord comparées avec celles de la Belgique, Lille, Quarré, , 228 p. (lire en ligne)
  3. Fiche - Mont des Récollets
  4. E. Gavelle, Évaluation des potentiels écologiques sur les Monts de Flandres et la plaine de la Lys, 2010.
  5. J.-M. Géhu, La végétation potentielle naturelle des Monts de Flandre, Annuaire de la fondation Marguerite Yourcenar-Centre Régional de, 1983, pages 17-26.
  6. Pays cœur de Flandre
  7. Office du tourisme des Monts de Flandre, France
  8. Frédéric Lescureux, « Les relations des agriculteurs au territoire au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme. Le cas de la région des Monts de Flandre », Ruralia', 15, 2004, mis en ligne le 30 septembre 2005, consulté le 1er mars 2014
  9. P. Beaussant, Marguerite Yourcenar: une enfance en Flandre, Desclée de Brouwer, 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Douay, La Flandre intérieure(Nord de la France). Caractérisation et cartographie des sols. Contribution à la connaissance des formations superficielles, 1993.