Montboillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Saône
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Saône.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Montboillon
Image illustrative de l'article Montboillon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes du pays Riolais
Maire
Mandat
Gilles Panier
2014-2020
Code postal 70700
Code commune 70356
Démographie
Population
municipale
250 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 19″ nord, 5° 55′ 27″ est
Altitude Min. 218 m – Max. 372 m
Superficie 8,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Montboillon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Montboillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montboillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montboillon

Montboillon est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est implanté à la frange des Monts de Gy, à la conjonction de trois vallons et à proximité de l’ancienne voie romaine qui reliait Besançon à Langres et Chaumont[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Oiselay-et-Grachaux Bonnevent-Velloreille Rose des vents
Bucey-lès-Gy N Étuz
O    Montboillon    E
S
Gézier-et-Fontenelay

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Trois ruisseaux coulent dans la commune : la Vauvenise, la Pourcevie et la Doing[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’abbaye de Baume-les-Messieurs a implanté un prieuré à Vauvenise, conformément à un bref de 1089 du pape Urbain II, où se sont installés des bénédictins défricheurs. Ce prieuré s’est ensuite déplacé à Bonnevent. De l’époque cistercienne n’a subsisté à Vauvenise qu’une grange[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays Riolais.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Gy[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Marnay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays riolais, créée le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Danielle Pion    
mars 2008[4] en cours
(au 2 mai 2016)
Gilles Panier   Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Population et sociétés[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 250 habitants, en diminution de -5,3 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 314 326 340 366 335 327 322 269
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283 251 270 240 242 217 221 202 165
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
195 167 157 154 132 130 113 121 138
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
119 110 137 161 171 219 263 250 250
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Religions[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas, située dans le diocèse de Besançon, est desservie par l'unité pastorale Rives de l'Ognon. Le curé est Pascal Perroux-Hummel. La déléguée pastorale est Françoise Goux[Quand ?] [réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a inauguré en 2014 un circuit du patrimoine, avec 13 lieux notables[2], tels que :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason du village représente l'union par le mariage de la baronnie de Tomassin et du marquisat du Châtelet (propriétaires du château féodal pendant deux siècles) : Il présente dans sa moitié gauche les armes des « de Thomassin » et à droite, celles des « du Châtelet »[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les habitants valorisent le patrimoine », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  2. a et b « Treize stations pour un circuit patrimoine », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, publiée le 23 janvier 2013, consultée le 18 juillet 2013
  5. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône,‎ (consulté le 26 octobre 2016).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « L'église », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Le presbytère », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Le théâtre la joue en sous-sol », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Le festival de caves a été créé il y a une dizaine d’années par la troupe Mala Noche. Cette année il se tient du 1er mai au 26 juin et se produit partout en France et même à Genève. Montboillon s’est inscrit dans ce parcours et avait mis à disposition la cave voûtée de son presbytère, le samedi 13 juin pour une escale clandestine intitulée « Au dessus à jamais ». ».
  12. « La fontaine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Le lavoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « La mairie-école », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « maisons et fermes », base Mérimée, ministère français de la Culture