Étuz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étuz
Étuz
La fontaine et les lavoirs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays riolais
Maire
Mandat
Hervé Tabournot
2020-2026
Code postal 70150
Code commune 70224
Démographie
Gentilé Etuziens
Population
municipale
672 hab. (2018 en augmentation de 0,6 % par rapport à 2013)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 02″ nord, 5° 56′ 25″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 267 m
Superficie 5,3 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Cussey-sur-l'Ognon
(ville-centre)
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marnay
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Étuz
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Étuz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étuz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étuz

Étuz est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 3 qui mène du nord au sud du département de la Haute-Saône dans cette partie de l'ouest du département. Etuz est la commune le plus dans le sud pour cette route qui mène jusqu'à la rivière l'Ognon, limitrophe du département du Doubs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Étuz est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Cussey-sur-l'Ognon, une agglomération inter-départementale regroupant 3 communes[4] et 2 401 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (66,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35 %), forêts (27,8 %), prairies (19,8 %), zones agricoles hétérogènes (9,2 %), zones urbanisées (8,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays Riolais.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1826 du canton de Marnay[11]. La composition de ce canton a été modifiée dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays riolais, créée le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Alphonse Renaud    
1947 1953 Lucien Boillot    
1953 1971 Louis Dussaucy    
1971 2001 Hubert Moutarde    
mars 2001 juin 2006 Brigitte Vaillard    
juin 2006 mars 2008 Gérard Boillot    
mars 2008 mars 2014 Patrick Gacek[13]    
mars 2014[14] En cours
(au 29 septembre 2016)
Hervé Tabournot   Chef d'entreprise à la retraite

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2018, la commune comptait 672 habitants[Note 3], en augmentation de 0,6 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250280286325324317358349347
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
333286284230243213214235193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185190187185202205219171181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
199223201382467563642654665
2013 2018 - - - - - - -
668672-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement et petite enfance[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune y sont scolarisés, initialement dans le cadre du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de la Douain, à cheval sur deux communautés de communes (Pays Riolais et le Val Marnaysien) toutes deux compétentes en matière d'enseignement. Depuis la rentrée 2014-2015, le RPI est géré par le Pays Riolais et regroupe Étuz, Montboillon, Bonnevent-Veloreille et Oiselay-et-Grachaux[18].

Ce RPI doit être étendu Montboillon, Bonnevent-Velloreille et Boulot, accompagnant ainsi la construction d'un pôle éducatif par la communauté de communes à Étuz, dont l'ouverture est prévue fin 2018, et une salle multi-activité de 600 m2 environ programmée pour 2019 [19].

La commune est dotée d'une crèche, construite en 2008 et gérée également par la communauté de communes, qui accueille 32 berceaux en halte-garderie[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Anne.
  • Fontaine de l'architecte Pierre Marnotte, construite en 1845-1846 et représentant deux petits forts. Ce monument (inscrit monument historique[21]) est éclairé à la tombée du jour.
  • Lavoir, également de Pierre Marnotte, construite en 1845[22].
  • Chapelle Sainte-Anne, construite au XVIe siècle et ayant fait l'objet de réparations importantes en 1753[23], abritant un magnifique retable en pierre et albâtre représentant la vie de sainte Anne, patronne d'Étuz.
  • Diverses fermes des XVIe et XVIIIe siècles[24].
  • L'ancienne mairie-école, du début du XIXe siècle, actuellement désaffectée[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Étuz Blason
De gueules à la fasce d'argent accompagnée en chef de deux losanges et en pointe d'une rose, le tout du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Cussey-sur-l'Ognon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Besançon », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Les maires de Etuz », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 28 octobre 2016).
  13. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  14. « Hervé Tabournot élu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Patrick Gacek, maire sortant qui ne se représentait pas, a ouvert sa dernière séance de conseil municipal ce samedi : un passage de témoin tout en émotion, avec une invitation au doyen de l'assemblée à présider la séance. C'est donc Lucien Hamant qui a dirigé l'élection du maire. Un seul candidat à cette fonction : Hervé Tabournot, 62 ans, chef d’entreprise à la retraite, qui a recueilli l’unanimité, 15 voix ».
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Le RPI de la Douain était ce qu’on peut appeler « une exception », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  19. « Pôle éducatif : le projet se précise », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  20. « Crèche : une nouvelle directrice », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  21. « La fontaine et les lavoirs », notice no PA00102152, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Le lavoir », notice no IA00016025, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « La chapelle Sainte-Anne », notice no IA00016029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Fermes », notice no IA00016024, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « La mairie-école », notice no IA00016030, base Mérimée, ministère français de la Culture.