Mognard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mognard
Image illustrative de l'article Mognard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Aix-les-Bains-1
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Albens
Maire
Mandat
Bernard Marin
2014-2020
Code postal 73410
Code commune 73158
Démographie
Gentilé Mognardais
Population
municipale
423 hab. (2012)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 59″ N 5° 57′ 21″ E / 45.7497222222, 5.9558333333345° 44′ 59″ Nord 5° 57′ 21″ Est / 45.7497222222, 5.95583333333
Altitude Min. 320 m – Max. 560 m
Superficie 4,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Mognard

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Mognard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mognard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mognard

Mognard est une commune française située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes. Elle fait partie du Pays de l'Albanais et du Canton d'Albens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'implantation humaine antérieure au Moyen Âge n'est actuellement connue sur le territoire de Mognard. L'Église placée sous le vocable de Saint Pierre, est mentionnée à la fin du XIIe siècle, mais son origine est sans doute plus ancienne. Elle dépendait du Prieuré du Granier puis, après la catastrophe de 1248, de celui de Saint-Baldoph. Elle fut reconstruite à la fin du XIXe siècle, un peu plus au sud que l'édifice ancien. Près de l'Église, se trouvait la maison forte médiévale des Regard, aujourd'hui détruite. Au bord du Ruisseau des Marterets, se trouvait jadis l'hôpital médiéval de Droise, tenu par les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Les différents bâtiments sont déjà en ruine lors de la visite de Saint François de Sales en 1606, et seule la chapelle, bien que délabrée, est encore utilisable. À la fin du XIXe siècle, des vestiges de cet établissement étaient encore visibles. À Maclin, subsistent des vestiges d'une maison forte antérieure à 1341.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Bernard Marin ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 423 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
294 285 293 341 395 457 423 431 475
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
458 431 478 409 435 402 341 332 337
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
315 274 267 234 231 213 204 162 175
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2012 - -
208 256 300 388 400 418 423 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison forte de Mognard, propriété de la Famille Michaud
  • Église placée sous le patronage de Saint Pierre. Le nouvel édifice, de style néogothique, est construit selon les plans de l'architecte des Bâtiments du département et architecte diocésain, Joseph Samuel Revel, en 1875. Elle est consacrée en 1898[3].
  • La Chataigneraie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louise de Savoie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  3. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ , 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 80.