Moeraske

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve naturelle du Moeraske
Image illustrative de l'article Moeraske
L'étang inférieur du Moeraske à sa sortie

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communes Evere, Haren
Coordonnées 50° 52′ 53″ N 4° 23′ 45″ E / 50.881276, 4.39583750° 52′ 53″ Nord 4° 23′ 45″ Est / 50.881276, 4.395837  
Superficie approximative 0,14 km2
Géologie tourbière
Relief vallon
Cours d'eau Kerkebeek
Pays (div. territoriale) Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Classement  Patrimoine classé (1984, 1995)
Gestion asbl Le Cebe
Site web www.cebe.be
Région(s) et espace(s) connexe(s) parc Walckiers

Géolocalisation sur la carte : Evere

(Voir situation sur carte : Evere)
Réserve naturelle du Moeraske

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Réserve naturelle du Moeraske

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Réserve naturelle du Moeraske

Le Moeraske désigne un marais alimenté par le ruisseau du Kerkebeek et qui témoigne du biotope de la vallée de la Senne jusqu'au XVIIIe siècle. Il occupe un site semi-naturel de 14 hectares situé le long de la gare de Schaerbeek-formation, au nord de la commune d'Evere et à l'ouest de l'ancienne commune de Haren.
Un ancien jardin à l'anglaise revenu à l'état sauvage appelé le parc Walckiers, du nom de son ancien propriétaire Adrien Ange Walckiers, jouxte l'ouest de la zone naturelle sur la commune de Schaerbeek.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En brabançon ainsi qu'en néerlandais standard, moeraske signifie « petit marais » et kerkebeek signifie « ruisseau de l'église ».

Historique[modifier | modifier le code]

C'est lors de la construction, entre et , de la ligne de chemin de fer entre Bruxelles et Malines que les premiers aménagements affectent la vallée du Kerkebeek.

C'est au début des années 1980 que les plus grands bouleversements interviennent. Afin de construire la continuation de l'autoroute A1 vers le centre de la capitale, des remblais sont érigés tout le long de la rive droite du Kerkebeek et ce jusqu'à hauteur du parc Walckiers et une partie de l'assiette est déjà construite lorsque les travaux sont laissés à l'abandon[note 1]. Un bassin régulateur pour récolter les eaux des nombreuses sources avoisinantes n'a pas encore été affecté par les travaux. C'est ce bassin qui est devenu l'étang et, avec le temps, le marais du Moeraske.

En 1984, l'Agglomération bruxelloise, qui a dans ses compétences l'aménagement du territoire, décide de classer les 14 hectares du site en zone verte à haute valeur biologique.
En 1989, la Région de Bruxelles-Capitale et la commune d'Evere confie la gestion à une ASBL.
Le , la Région de Bruxelles-Capitale classe les 4,5 hectares du marais en réserve naturelle

Entre 2002 et 2004, plusieurs projets d'Infrabel concernant le tracé du Thalys sur le site de la gare de formation de Schaerbeek-Haren sont abandonnés dont un en 2000 qui aurait eu pour conséquence d’empêcher les eaux du Kerkebeek de rentrer dans le marais et ainsi d’assécher ce dernier.

Écosystème[modifier | modifier le code]

Biotope[modifier | modifier le code]

  • une zone marécageuse
  • un ruisseau
  • une prairie sèche
  • un talus boisé
  • une zone potagère
  • une futaie
  • des mares et une prairie humide

Biocénose[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Ichtyofaune et herpétofaune[modifier | modifier le code]

L'épinoche est présente tout le long du cours du Kerkbeek. Dans le marais et les deux étangs, le triton ponctué et le triton alpestre, le crapaud commun, la grenouille rousse et la grenouille verte d'Europe sont des espèces communes.

Vivifaune[modifier | modifier le code]

Sont présents, le lapin de garenne, le putois d'Europe et la belette d'Europe, le renard roux. Le site, riche en insectes, est aussi régulièrement visité par une colonie de chauves-souris en provenance des deux grottes artificielles du parc Walckiers voisin.

Avifaune[modifier | modifier le code]

Le site du Moeraske offre plus de soixante espèces d'oiseaux dont un tiers sont nicheuses. Les spécimens suivants ont été observés par des ornithologues :

  • le râle d'eau
  • la bécassine des marais
  • le martin-pêcheur d'Europe
  • la bécasse des bois
  • la bergeronnette des ruisseaux
  • le rousserolle verderolle
  • la fauvette à tête noire
  • le chevalier cul-blanc
  • le chevalier guignette
  • la mésange à longue queue
  • la fauvette grisette
  • la fauvette à tête noire
  • le pic épeiche
  • le pic épeichette
  • le pic vert
  • l'épervier
  • le crécerelle
  • la buse
  • le tarin
  • le chardonneret
  • le verdier
  • le bouvreuil
  • l'hirondelle
  • martinets
  • roitelets
  • poule-d'eau
  • canard colvert
  • Héron cendré

Flore[modifier | modifier le code]

Concernant la végétation, on peut y retrouver grosso modo le tiers de la flore belge. Cela va de la luzerne dans les zones de prairie aux plantes de marais comme le roseau ou l'iris[note 2].
Du côté des ligneux, sont présents, entre autres, plusieurs espèces de saule, des aulnes glutineux, des charmes et des frênes élevés qui constituent les arbres les plus hauts.

Danger pour l'écosystème[modifier | modifier le code]

Le projet concernant l’extension de la gare de Schaerbeek-Haren n'est pas abandonné par Infrabel. Une de leurs études révèle qu'au moins jusqu'en 2020 la gare de Bruxelles-Midi suffira en tant que terminal Thalys et qu'ensuite l'option gare de Schaerbeek-voyageurs sera la seule envisagée.

Gestion[modifier | modifier le code]

Le site est la copropriété de la SNCB, de la commune d'Evere et de la Région de Bruxelles-Capitale.

Depuis 1989, la gestion de la réserve naturelle est confiée à l'ASBL Commission de l'Environnement de Bruxelles et Environs (CEBE).

Informations pratiques[modifier | modifier le code]

La zone naturelle est traversée par un large sentier de randonnée de 2 kilomètres de longueur qui sépare les deux zones de prairie de la zone boisée avec de nombreux accès au sous-bois, au marais et aux étangs.
Elle est librement accessible par trois entrées :

  • la rue Carli,
  • le parc du Bon Pasteur,
  • le jardin du Kerkhoek.

Plusieurs lignes d'autobus de la STIB ont un arrêt proche :

  • arrêt Saint-vincent : 45, 59, 64 et 69
  • arrêt Carli : 59 et 69

La CEBE organise, chaque deuxième dimanche du mois à 10 h., des visites guidées gratuites au départ de l'église Saint-Vincent.

Le Moeraske est sur le trajet de la promenade verte. Cette promenade est un parcours de plus de 60 kilomètres, destiné aux piétons et aux cyclistes, qui fait le tour de la Région de Bruxelles-Capitale en traversant de nombreux parcs et espaces de nature préservée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La fin de l'assiette déjà construite constitue l'actuel parc du Bon Pasteur.
  2. L'iris est le symbole de la Région de Bruxelles-Capitale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La promenade verte sur le site de l'Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement (IBGE) [(fr)(nl) lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]