Misha Sydorenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Misha Sydorenko
Misha Sydorenko.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
Lviv (Ukraine)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Académie nationale des Arts de Lviv (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Représenté par
Site web

Mykhaylo Sydorenko dit Misha Sydorenko, (en ukrainien : Михайло Сидоренко) est un artiste peintre ukrainien et français né le à Lviv en Ukraine.

Basé à Paris, il est sociétaire de la Fondation Taylor.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le en Ukraine, Misha Sydorenko vit et travaille à Paris[1]. Il est diplômé de l'Académie nationale des Arts de Lviv en 1999.

Depuis 2006[2], il expose son travail lors d'expositions personnelles et collectives : à la galerie Schwab Beaubourg à Paris, à la banque Crédit mutuel, à l’Ambassade d'Ukraine en France, au Musée national de Lviv, à la Mairie du 6e arrondissement de Paris, dans des salons comme Art Capital (Comparaisons), Figuration Critique, le Salon d’automne. En 2016, la plus grande exposition personnelle du peintre a été organisée à la Galerie nationale d'art de Lviv[3].

En 2021, les éditions Lelivredart lui consacrent une monographie[4].

Misha Sydorenko est affilié à la Maison des artistes, ainsi que sociétaire de la Fondation Taylor à Paris.[5].

Son travail est représenté dans les collections publiques comme : la Galerie nationale d'art de Lviv, le Musée des Avelines (France), le Musée ukrainien à New York (États-Unis), Université La Salle (Pennsylvanie) (États-Unis), le Musée national de Lviv (Ukraine) et dans plusieurs collections privées[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La peinture de Misha Sydorenko est figurative et se veut l'héritière de l'impressionnisme, et des derniers "-ismes" du XXe siècle. Ses sujets de prédilection sont le paysage, la composition figurative, le portrait et le nu, traités de manière égale, et toujours à grand renfort d'empâtements, qui sont la marque de son style.

« Paysagiste lyrique, {il} peint l’innombrable étendue du corps féminin. Il ne fouille jamais sa psychologie improbable… Il peint l’enveloppante peau diffuse, les poses de hasard, la mouvante enveloppe corporelle. »[7]. L'atmosphère, l'humeur, l’émotion jouent un rôle important dans ses tableaux. Ses « peintures sont comme une poésie. »[8].

Sur le plan technique, Sydorenko utilise à la fois des pigments et de la poudre de marbre. Il ajoute notamment, dans sa térébenthine, des cristaux de dammar qui donnent une glaçure cristalline à la couche de peinture, due à la réfraction de la lumière. Sydorenko mélange ses pigments avec de l'huile déjà en cours de travail, et y incorpore de la poudre pour épaissir la texture de sa peinture. Celle-ci, très en matière, gagne en relief. Il travaille tour à tour au pinceau, à la spatule et use également de ses doigts. Il aime souligner les lignes principales des rythmes, des battements et des éclaboussures. « Cependant, en dehors du sujet de la peinture, la recherche de la lumière au sens propre et figuré reste pour moi cruciale. [...] L'émotion, l'atmosphère de l'œuvre - c'est l'essentiel. L'art doit donner de l'espoir. » a-t-il dit dans une interview pour le journal ukrainien Le jour[9].

Réception critique

Dans le magazine d'art contemporain Univers des Arts, le critique d'art Thibaud Josset écrit : « Misha Sydorenko est un artiste à l’écriture intemporelle et universelle. Son approche de l’histoire des arts dans laquelle il inscrit sa création avec autant de passion que de justesse, le classe dans une catégorie d’artistes à part, qui portent au front la couronne des individus-rois de leur univers en même temps que la modeste marque des serviteurs dévoués de l’art. [...] Ainsi brille dans son sommeil le pouvoir des images et des mots ; il élève, soigne et préserve le réel qui compte et qui souffre, lui que les réalités laides ne peuvent sous sa protection abaisser, blesser ni effacer éternellement. L’artiste avec son grand souffle est là pour le raviver. »[10].

Commentant l’une de ses expositions, le quotidien Ouest France observe: « L’artiste a la facture énergique, la pâte épaisse. Il travaille la texture, la matière, utilise des touches successives pour donner plus de relief à ses tableaux.»[11].

Docteur en histoire de l’art et critique d’art, Dora Rogan écrit à propos de l’œuvre d’artiste peintre : « Transgressant ainsi tout obstacle entre son œuvre et le spectateur, il crée essentiellement une atmosphère, un champ pictural, point de rencontre idéal entre les données psychologiques et spirituelles du spectateur et son inspiration poétique. Son inspiration est rehaussée par le choix et la brillance des couleurs et surtout par leur aspect translucide qui se réfère par-delà une mode ou un style à l’esprit. »[12].

Le critique d'art Christian Noorbergen[13] écrit à propos de son style : « Parfois proche, dans ses sources profondes de Édouard Vuillard ou de Pierre Bonnard, voire des Fauves, il se sent proche d’un impressionniste incandescent ou d’un expressionnisme sensualisé. La peinture abstraite n’est pas très éloignée, quand la picturalité de sa toile se dissocie du sujet peint. La densité de matière, travaillée à cœur, peut rappeler Eugène Leroy, et ses profondeurs chargées.»[4].

Ses peintures récentes démontrent un intérêt croissant pour la lumière et l’atmosphère. Martine Boulart, présidente du Fonds culturel de l’Ermitage[14] revient sur les thématiques principales des tableaux et la technique de l’artiste dans l’ouvrage monographique[4] consacré au travail du peintre : « C’est un observateur de sa réalité interne, il dessine d’abord en cherchant la composition, pose une couche d’aquarelle translucide, puis par ajouts successifs de pigments et de cristaux de dammar, il avance vers l’inconnu de façon à la fois sensuelle et perfectionniste. Sa famille picturale est l’impressionnisme teinté de romantisme, il peint des paysages oniriques, des rêves de femmes, des lieux de mémoire de l’enfance, chargés d’émotions et d’affectivité… ».

Fontaine Medicis II. Huile sur toile. 100 × 73 cm. Collection privée (2019).
Nymphes de Vallons. Huile sur toile. 130 × 81 cm (2020).
Allégorie de l'Automne. Huile sur toile. 130 × 81 cm, Musée des Avelines (2021).

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Les Fleurs du bien, 2018
  • L’Étang à Giverny, 2018
  • Les Baigneuses, 2019 [15]
  • Fontaine Médicis II, 2019
  • Les Nymphes de Vallons, 2020 [16]
  • Madame, 2020
  • Allégorie de l’automne, 2021

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Publications et presse[modifier | modifier le code]

  • « Misha Sydorenko - Le Sens du Sacré » Thibaud Josset, Univers des arts n° 206, printemps 2022[10]
  • « Misha Sydorenko, peintre ukrainien, salué à Paris» Ouest France 27/10/2022[26]
  • « Art should give hope » - l'entretien Le jour 117-118, (2021) Kiev [9]
  • « Une nouvelle page de la diplomatie culturelle ukrainienne en France » - l'article Le jour 117-118, (2021) Kiev [27]
  • Catalogue Arts et Lettres été 2021, Fonds culturel de l'Ermitage [12]
  • Misha Sydorenko « Dame », Lot no 82, Gazette Drouot no 28, 16 juillet 2021 [28]
  • « Misha Sydorenko – Les chants des vallons », Aralya 8 juillet 2021 [29]
  • Exposition personnelle « Les chants des vallons » Le Parisien, 26 juin 2021[30]
  • Exposition personnelle Saison dorée Ambassade d'Ukraine en France, Aralya 30 octobre 2020 [31]
  • Ouest-France du 14 juillet, no 1119 2019, Véronique Mosser [11]
  • Le Télégramme no 23.021, Eliane Cadiou [32]
  • Art Culture France [33]
  • Hauts-de-Seine, no 66 [34]
  • Catalogue Artcité 2018 [35]
  • « Postclassical auto-reflections » The Day 31 mai 2017, Kyiv [23]
  • Catalogue « Misha Sydorenko. Peintures », Introduction: Roman Yaciv Ph.d., Bernard de Wolff, 2016, Kyiv
  • « Tête-à-tête avec Mykhailo Sydorenko », The Day, 17 février 2016, Kyiv [3]
  • « The prints of travels », The Day 7 juin 2016, Kyiv [24]
  • Catalogue « Misha Sydorenko, Peintures », Musée national de Lviv 2014 (ISBN 978-6-17664-055-4)
  • « Seeing in its own nature », The Day, exposition collective au Musée national de Lviv[25]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Misha Sydorenko Peintures monographie, textes de Christian Noorbergen et Martine Boulart, Éditions Lelivredart, Paris, 2021 (ISBN 978-2-35532-370-6)[4]
  • Idées, sens, interprétations des beaux-arts : pensée théorique ukrainienne du XXe siècle R.M. Yatsiv, Académie nationale des Arts de Lviv, Institut d'ethnologie de l'Académie nationale des sciences d'Ukraine, 2012, p. 325. (ISBN 978-9-66873-416-8) [36]
  • M. Sydorenko, N. Kruchkevych, Peintures, Malti-M, 2006 (ISBN 978-9-66764-209-9) [37]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Irina Glotova, Travellog. Style Twin Peaks, livre, œuvre de Misha Sydorenko (Sur le pont, huile sur toile) en couverture, 2017 [38]
  • J.S. Dekkers, Tolerance and Immune Regulation in Rheumatoid Arthritis, livre, œuvre de Misha Sydorenko (Au miroir, huile sur toile) en couverture, 2019 [39]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GND ID
  2. Fichier de la bibliothèque Connelly, Université La salle.
  3. a et b "Tête-à-tête avec Mykhailo Sydorenko" The Day.
  4. a b c et d Misha Sydorenko, Peintures, monographie (ISBN 978-2-35532-370-6).
  5. Figuration Critique
  6. Collections publiques
  7. a et b Exposition personnelle à la banque Crédit Mutuel
  8. Misha Sydorenko, « Démarche du peintre », sur https://sydorenko.info
  9. a et b « Art should give hope » - Le jour 117-118, (2021) Kiev
  10. a et b « Misha Sydorenko - Le Sens du Sacré » Thibaud Josset, Univers des arts n° 206, printemps 2022
  11. a et b Ouest-France n°|1119 2019
  12. a b et c Catalogue Arts et Lettres été 2021, Fonds culturel de l'Ermitage
  13. Christian Noorbergen
  14. Le Fonds Culturel de l’Ermitage
  15. RDVart 2019
  16. Journées du Patrimoine et Nuit des Musées au Fonds de l'Ermitage 2020
  17. Les nouveaux horizons de l’art
  18. Galerie de Bretagne
  19. Maison des Arts Antony
  20. Insitu
  21. Salon Arami 2018
  22. Projet "Paris"
  23. a et b "Postclassical auto-reflections" The Day
  24. a et b "Les empreintes de voyages" The Day
  25. a et b Exposition collective au Musée national de Lviv
  26. Misha Sydorenko, peintre ukrainien, salué à Paris, Ouest France 27/10/2022
  27. "Une nouvelle page de la diplomatie culturelle ukrainienne en France" - l'article Le jour 117-118, (2021) Kiev
  28. Misha Sydorenko "Dame", Lot no 82, Gazette Drouot no 28, 16 juillet 2021
  29. Misha Sydorenko – Les chants des vallons, Aralya 8 juillet 2021
  30. Exposition personnelle "Les chants des vallons", Le parisien, 26 juin 2021
  31. Exposition personnelle "Saison dorée", Ambassade d'Ukraine en France, Aralya, 30 octobre 2020
  32. Le Télégramme n°|23.021
  33. Art Culture France
  34. Hauts-de-Seine, no 66
  35. Catalogue Artcité 2018
  36. R.M. Yatsiv, Idées, sens, interprétations des beaux-arts : pensée théorique ukrainienne du XXe siècle. Académie nationale des Arts de Lviv, Institut d'ethnologie de l'Académie nationale des sciences d'Ukraine, 2012. (ISBN 978-9-66873-416-8)
  37. "M.Sydorenko, N.Kruchkevych, Peintures ", Malti-M, 2006 (ISBN 978-9-66764-209-9)
  38. Irina Glotova, Travellog. Style Twin Peaks
  39. J.S. Dekkers, Tolerance and Immune Regulation in Rheumatoid Arthritis