Merle Haggard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merle (homonymie) et Haggard (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Merle Haggard
MerleHaggardJun09.jpg

Merle Haggard durant le festival de Bonnaroo à Manchester, Tennessee, en juin 2009

Biographie
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Palo Cedro (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Site web
Distinction
Grammy du couronnement d'une carrière (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Discographie
Discographie de Merle Haggard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Merle Ronald Haggard (né le à Bakersfield (Californie)[1] et mort le à Palo Cedro (Californie)[2]) est un chanteur, guitariste et compositeur de musique country.

Émergeant de la prison dans les années 1960, il participe avec Buck Owens et son groupe The Strangers à l'émergence du Bakersfield sound[3], caractérisé par les guitares vibrantes, les harmonies vocales serrées qui n'existaient pas dans le Nashville sound. Dans les années 1970, il participe à la montée du mouvement Outlaw Country, aux côtés de Mickey Newbury et Johnny Cash, entre autres.

Ses chansons ont pour thèmes l'amour, la perte, le regret et le rachat.

Les débuts dans la vie[modifier | modifier le code]

Merle Haggard en 1961.
Merle Haggard en 1971.

Haggard naît à Bakersfield en Californie. Ses parents, Flossie Mae Harp et James Francis Haggard[4], sont partis de l'Oklahoma en Californie pendant la Grande Dépression. À cette période, une grande partie de la population de Bakersfield se compose de « réfugiés économiques » de l'Oklahoma et des États environnants. Son père meurt quand Merle a neuf ans, et Merle se rebelle contre sa mère. Il est alors placé dans un centre de redressement pour enfant. Son frère le plus âgé lui offre sa première guitare alors que Merle a douze ans. En 1951, Haggard part pour le Texas avec un ami rentre chez lui la même année. Il est arrêté pour absentéisme et petit vol. Il s'enfuit alors du centre de détention auquel il a été envoyé et se rend à Modesto en Californie. Là, il est envoyé à Preston School of Industry, une école-prison. 15 mois plus tard, Haggard y est renvoyé pour avoir battu un garçon lors d'une tentative de cambriolage.

Après sa deuxième libération, Haggard suit Lefty Frizzell en concert avec son ami Bob Teague et chante pour lui. Du fait de son succès, il commence une carrière à temps plein dans la musique. Après avoir gagné une réputation locale, il est de nouveau confronté à des problèmes d'argent et est été arrêté pour un vol en 1957. Il est alors envoyé à la prison de San Quentin pendant 15 années. Même en prison, Haggard se montre sauvage et joueur. Il s'occupe des trois concerts de Johnny Cash à San Quentin. C'est en voyant Cash jouer que Haggard se décide à remonter la pente et à reprendre la musique. Plusieurs années après, lors d'un concert de Cash, Haggard dira à Johnny combien il avait apprécié son concert à San Quentin. Cash lui répond alors : « Merle, je ne me rappelle pas bien de vous lors de ce concert ». Haggard lui répond : « Johnny, je n'étais pas dans le groupe, j'étais dans l'assistance. »

Mis en isolement, Haggard rencontre Caryl Chessman et est impressionné par cette rencontre. Il décide, pour échapper au même sort, de changer de vie. Il reprend ses études, trouve un travail régulier dans l'usine de textile de la prison et rejoint le groupe de la prison. Haggard est libéré en 1960. Il dira par la suite qu'il lui aura fallu quatre mois pour s'habituer à ne plus être en prison. Haggard sera plus tard amnistié par le gouverneur Ronald Reagan.[réf. nécessaire].

La carrière[modifier | modifier le code]

Le répertoire Haggard comprend des ballades (Today I Started Loving You Again, Silver Wings), des récits (Old Man from the Mountain, It's Been a Great Afternoon), des réflexions plus ou moins autobiographiques (Mama Tried, Hungry Eyes), des commentaires politiques (Under the Bridge, Rainbow Stew), des chansons en hommages aux travailleurs (Workin’ Man Blues, White Line Fever), aussi bien que les chansons sur la boisson (Swinging Doors, The Bottle Let Me Down, I Think I'll Just Sit Here and Drink)[5].

Succès classés no 1[modifier | modifier le code]

  1. I'm a Lonesome Fugitive
  2. Branded Man
  3. Sing Me Back Home
  4. The Legend Of Bonnie And Clyde
  5. Mama Tried
  6. Hungry Eyes
  7. Workin' Man Blues
  8. Okie From Muskogee
  9. The Fightin' Side of Me
  10. Daddy Frank (The Guitar Man)
  11. Carolyn'
  12. Grandma Harp
  13. It's Not Love (But It's Not Bad)
  14. Everybody's Had the Blues
  15. I Wonder if They Ever Think of Me
  16. If We Make It Through December
  17. Old Man from the Mountain
  18. Things Aren't Funny Anymore
  19. Always Wanting You
  20. Kentucky Gambler
  21. Movin' On
  22. It's All In The Movies
  23. Cherokee Maiden
  24. The Roots of My Raising
  25. I Think I'll Just Stay Here and Drink
  26. Bar Room Buddies (avec Clint Eastwood)
  27. My Favorite Memory
  28. Big City
  29. Yesterday's Wine (avec George Jones)
  30. Going Where the Lonely Go
  31. You Take Me For Granted
  32. Pancho And Lefty (avec Willie Nelson)
  33. That's The Way Love Goes
  34. Someday When Things Are Good
  35. Let's Chase Each Other Around The Room
  36. A Place to Fall Apart
  37. Natural High
  38. Twinkle, Twinkle, Lucky Star

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Merle Haggard », Encyclopaedia Britannica
  2. (en) « Country music singer Merle Haggard dead at 79 », BBC.co.uk, 6 avril 2016
  3. (en) « Merle Haggard dies at 79; prolific country music outlaw brought the Bakersfield sound », Los Angeles Times, 6 avril 2016
  4. (en) « Ancestry of Merle Haggard », sur wargs.com
  5. (en) « Merle Haggard », sur Country Music Hall of Fame

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Di Salvatore, Bryan. (1998). "Merle Haggard" in The Encyclopedia of Country Music, éd. Paul Kingsbury (New York), Oxford University Press. p. 222-4.
  • (en) Aron A. Fox, "White Trash Alchemies of the Abject Sublime: Country as 'Bad' Music", in Christopher J. Washburne et Maiken Derno (éd.), Bad Music: The Music We Love to Hate, New York, Routledge, 2004 (ISBN 0-415-94366-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]