Mer de Ross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mer de Ross
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de l'Antarctique Antarctique
Géographie physique
Type Mer épicontinentale
Localisation Océan Austral
Coordonnées 75° sud, 175° ouest

Géolocalisation sur la carte : océan Austral

(Voir situation sur carte : océan Austral)
Mer de Ross
Le mont Melbourne, photographié depuis la mer de Ross, recouverte de glace

La mer de Ross est une baie profonde de l'océan austral bordant le continent Antarctique entre la terre Marie Byrd à l’est et la terre de Victoria à l’ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de l'Antarctique. La mer de Ross est située vers le bas de la carte.

La moitié sud de la mer de Ross (environ 500 000 km2) est occupée par la barrière de Ross, une couche épaisse de glace permanente source de nombreux icebergs, sur environ 600 m de profondeur. À l’ouest se trouve l’île de Ross, dominée par les volcans Erebus et Terror. À l’est, l'île Roosevelt se situe dans la baie des Baleines.

À l’ouest de la mer de Ross, le détroit de McMurdo, séparant le continent de l’île volcanique de Ross, est généralement libre de glaces durant l'été, ce qui en a fait un endroit important pour la recherche scientifique. Le point le plus méridional de la mer de Ross est la côte Gould (en), distante de 495 km du pôle Sud.

Îles[modifier | modifier le code]

La mer de Ross comprend (entre autres) les îles suivantes :

Faune[modifier | modifier le code]

Un tiers de la population mondiale des manchots Adélie vit là où la barrière de Ross se transforme en icebergs. Les courants maintiennent de manière permanente des grandes étendues d'eau libres de glace, les polynies, qui permettent aux manchots Adélie de vivre. Les micro-algues se multiplient dans les polynies grâce au soleil et nourrissent le krill qui lui-même constitue la principale source alimentaire des manchots.

Un calmar colossal long de 10 mètres et pesant 450 kilogrammes, le plus gros spécimen jamais récupéré, a été pêché en mer de Ross en février 2007[1].

Politique[modifier | modifier le code]

Toutes les terres émergées de la mer de Ross sont revendiquées comme parties du secteur néo-zélandais. Comme le reste du continent cependant, elles tombent sous le traité sur l'Antarctique et cette revendication n'est pas actuellement reconnue.

Le projet de sanctuaire marin de près d'1,5 million de kilomètres carrés sur cet écosystème non pollué porté par la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) est confirmé le 27 octobre 2016 après que la Russie ait, après un temps de négociation, renoncé à user de son droit de véto, ses navires y pêchant la légine[2]. Il aura fallu en effet plusieurs années de négociations entre les 25 membres de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique afin d'aboutir à un consensus pour faire de la mer de Ross le plus grand sanctuaire marin au monde[3] . L'accord obtenu constitue une décision historique selon Andrea Kavanagh de l'organisation The Pew Charitable Trusts "...car c'est la première fois que des nations acceptent de protéger une vaste portion d'océan au-delà des juridictions nationales"[4]. Au total, c'est 1,12 million de km2 qui seront interdits à la pèche.

Histoire[modifier | modifier le code]

La mer de Ross a été découverte en 1841 par l'explorateur James Clark Ross. En 1911, Roald Amundsen a lancé son expédition vers le pôle Sud à partir de la baie des Baleines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]