Maxine Waters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maxine Waters
Illustration.
Fonctions
Représentante des États-Unis
En fonction depuis le
(27 ans, 4 mois et 17 jours)
Circonscription 29e district de Californie
(1991-1993)
35e district de Californie
(1993-2013)
43e district de Californie
(depuis 2013)
Prédécesseur Augustus F. Hawkins (en) (29e district)
Jerry Lewis (35e district)
Joe Baca (43e district)
Successeur Henry Waxman (29e district)
Gloria Negrete McLeod (35e district)
Biographie
Nom de naissance Maxine Moore Carr
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Saint-Louis (Missouri, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômée de Université d'État de Californie à Los Angeles
Religion Christianisme non-dénominationnel
Site web waters.house.gov

Maxine Waters, née Maxine Moore Carr le à Saint-Louis (Missouri), est une femme politique américaine[1],[2] membre du Parti démocrate, représentante fédérale de Californie pour le 29e (1991-1993), 35e (1993-2013) puis 43e district de l'État (depuis 2013).

Elle fut auparavant membre de l'Assemblée de l'État de Californie entre 1976 et 1991. En tant qu'élue à la Chambre des représentants des États-Unis, elle fut une opposante notable à la guerre d'Irak.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Maxine Waters nait dans une famille de 13 enfants, élevée par une mère célibataire à Saint-Louis[3],[4]. Après le lycée, elle épouse Edward Waters. Ils ont ensemble deux enfants, Edward et Karen[5].

Au début des années 1960, la famille rejoint la Californie du Sud. Elle travaille dans une usine de textile puis pour une compagnie de téléphones. En 1966, elle rejoint le programme Head Start et devient enseignante ; elle coordonne par la suite plusieurs volontaires du programme[5]. Quatre ans plus tard[6], elle est diplômée en sociologie de l'université d'État de Californie à Los Angeles[5]. Elle divorce de son premier mari en 1972[5].

Politique locale[modifier | modifier le code]

À partir de l'université, Waters s'engage en politique. Elle dirige notamment la campagne de David S. Cunningham au conseil municipal de Los Angeles en 1973 et devient son assistante une fois Cunningham élu[5].

En 1976, elle se présente à l'Assemblée de l'État de Californie dans un district majoritairement afro-américain et hispanique de Los Angeles. Durant la primaire démocrate, elle bat Johnny Collins, soutenu par le député sortant[5]. Bras droit du président de l'Assemblée Willie Brown, elle porte notamment une loi obligeant les fonds de pensions de l'État à retirer leurs fonds de sociétés opérant dans l'Afrique du Sud ségrégationniste[3].

Au Congrès[modifier | modifier le code]

Maxine Waters est élue à la Chambre des représentants des États-Unis en 1990. Dans une circonscription s'étendant aujourd'hui du sud de Los Angeles à Torrance[4], elle est réélue tous les deux ans avec plus de 70 % des suffrages[3].

En 2008, elle est critiquée pour organiser une rencontre entre le département du Trésor et les dirigeants d'une banque dans laquelle son mari détient des actions, dans le but d'obtenir des fonds fédéraux. Une enquête est lancée par la commission d'éthique de la Chambre des représentants, qui estime après trois ans que Waters n'a pas violé de règles d'éthique[4],[7]. Son petit-fils, alors directeur de cabinet, est néanmoins réprimandé pour son rôle en faveur de la banque. Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (en) considère alors Maxine Waters comme « l'un des élus les plus corrompus »[7]. Une autre polémique concerne sa fille Karen, qui a rassemblé près de 650 000 dollars en monnayant le soutien officiel de Waters à des candidats, dont la liste est ensuite envoyée aux électeurs par le biais de slate mailer. Ce moyen, légal, est considéré comme un moyen de détourner les lois de financement électoral[7].

Depuis 2013, elle est la démocrate la mieux placée au sein de la commission des services financiers de la Chambre des représentants[3].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La répartie de Waters, surnommée « Auntie Maxine » (en français : « tatie Maxine »), et ses attaques contre l'administration Trump lui valent une certaine popularité auprès des millenials. Les vidéos de ses interventions font régulièrement le buzz sur internet[3],[4],[8],[9].

Historique électoral[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants des États-Unis[modifier | modifier le code]

Résultats dans le 29e, le 35e puis le 43e district de Californie[10],[11],[12]
Année Maxine Waters Démocrate Républicain PFP AIP Libertarien NLP
1990 79,40 % 18,64 % 1,96 %
1992 82,50 % 13,96 % 2,24 % 1,30 %
1994 78,15 % 21,57 %
1996 85,50 % 12,09 % 2,41 %
1998 89,32 % 2,41 %
2000 86,54 % 10,93 % 1,64 % 2,62 % 0,99 %
2002 77,51 % 19,37 % 3,12 %
2004 80,53 % 15,08 % 2,20 % 2,19 %
2006 83,75 % 8,47 % 7,78 %
2008 82,58 % 13,24 % 4,18 %
2010 79,33 % 20,66 %
2012 71,24 % 28,76 %
2014 70,96 % 29,04 %
2016 76,08 % 23,92 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Congrès américain évite de justesse un nouveau « shutdown », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. « Comment des démocrates ont mis en péril la loi de finance américaine », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. a, b, c, d et e (en) Sarah D. Wire, « How Maxine Waters became 'Auntie Maxine' in the age of Trump », sur latimes.com, (consulté le 12 septembre 2017).
  4. a, b, c et d (en) Yamiche Alcindor, « ‘Auntie Maxine’ Waters Goes After Trump and Goes Viral », sur nytimes.com, (consulté le 12 septembre 2017).
  5. a, b, c, d, e et f (en) Ronald Brownstein, « The Two Worlds of Maxine Waters : Mastering the Back Rooms of Sacramento, Battling Despair on the Streets of L.A. », sur latimes.com, (consulté le 12 septembre 2017).
  6. (en) « WATERS, Maxine, (1938 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 12 septembre 2017).
  7. a, b et c (en) Lachlan Markay et Asawin Suebsaeng, « Maxine Waters: From ‘Most Corrupt’ to Resistance Hero », sur thedailybeast.com, (consulté le 12 septembre 2017).
  8. Baptiste Erondel, « Maxine Waters, la "tatie" préférée des jeunes Américains », sur madame.lefigaro.fr, (consulté le 12 septembre 2017).
  9. (en) Sydney C Greene, « 'Reclaiming my time': Maxine Waters phrase prompts buzz, memes and a gospel song », sur usatoday.com, (consulté le 12 septembre 2017).
  10. (en) « CA - District 29 - History », sur ourcampaigns.com.
  11. (en) « CA - District 35 - History », sur ourcampaigns.com.
  12. (en) « CA - District 43 - History », sur ourcampaigns.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]