Kevin McCarthy (homme politique, 1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kevin McCarthy
Illustration.
Kevin McCarthy en 2019.
Fonctions
Minority leader à la Chambre des représentants des États-Unis
En fonction depuis le
(2 ans, 8 mois et 24 jours)
Législature 116e et 117e
Prédécesseur Nancy Pelosi
Majority leader à la Chambre des représentants des États-Unis

(4 ans, 5 mois et 2 jours)
Législature 113e, 114e et 115e
Prédécesseur Eric Cantor
Successeur Steny Hoyer
Majority whip à la Chambre des représentants des États-Unis

(3 ans, 6 mois et 29 jours)
Législature 112e et 113e
Prédécesseur Jim Clyburn
Successeur Steve Scalise
Représentant des États-Unis
En fonction depuis le
(14 ans, 8 mois et 24 jours)
Élection 7 novembre 2006
Réélection 4 novembre 2008
2 novembre 2010
6 novembre 2012
4 novembre 2014
8 novembre 2016
6 novembre 2018
3 novembre 2020
Circonscription 22e district de Californie
(2007-2013)
23e district de Californie
(depuis 2013)
Législature 110e, 111e, 112e, 113e, 114e, 115e, 116e et 117e
Prédécesseur Bill Thomas (22e district)
Lois Capps (23e district)
Successeur Devin Nunes (22e district)
Biographie
Nom de naissance Kevin Owen McCarthy
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Bakersfield (Californie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université d'État de Californie
Religion Baptisme

Kevin McCarthy, né le à Bakersfield (Californie), est un homme politique américain. Membre du Parti républicain, il est représentant de la Californie au Congrès des États-Unis depuis 2007. Il est également majority leader à la Chambre des représentants de 2014 à 2019, majority whip de 2011 à 2014 et minority leader depuis 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de McCarthy est modeste : son père est pompier et sa mère est femme au foyer. Kevin McCarthy fait ses études à l'université d'État de Californie, où il obtient un B. Sc. en marketing en 1989.

McCarthy commence sa carrière politique jeune : en 1995, il est le chef de la branche jeunesse du parti républicain en Californie, les Young Republicans. Il travaille ensuite dans l'équipe du représentant au congrès pour le 22e district de Californie, Bill Thomas.

En 2002, McCarthy est élu à l'Assemblée de l'État de Californie, représentant le 32e district (comtés de Kern et Kings). Il devient chef de l'opposition républicaine à l'Assemblée en . En 2006, Thomas annonce qu'il ne se représentera pas et soutient la candidature de McCarthy pour le remplacer. Ce dernier remporte facilement l'élection avec 70 % des voix et devient représentant du 22e district. Il est réélu sans opposition réelle en 2008 et 2010.

En 2010, les Républicains redeviennent majoritaires au Congrès et McCarthy devient majority whip (chef adjoint de la majorité) et Eric Cantor, ancien chef de la minorité (minority leader), devient chef de la majorité (majority leader).

Un redécoupage électoral a lieu en Californie avant l'élection de 2012 et l'ancien 22e district où McCarthy est élu devient le 23e district. McCarthy est facilement réélu.

Le , Eric Cantor démissionne de son poste de chef de la majorité au congrès après sa défaite lors d'une primaire républicaine contre Dave Brat. McCarthy est élu au poste de Cantor par les membres républicains du Congrès en juin face au candidat du Tea Party Raúl Labrador (Idaho) et après l'abandon de Pete Sessions (Texas)[1],[2]. Il prend ses fonctions les 1er août. Steve Scalise, représentant de Louisiane, est élu majority whip en remplacement de McCarthy[3],[4],[5].

McCarthy est le majority leader avec le moins d'ancienneté de l'histoire du Congrès (7 ans et 7 mois d'ancienneté), il n'a jusqu'à son arrivée à ce poste présidé aucune sous-commission du Congrès et a défendu 3 propositions de loi dont 2 ont été entérinées[4],[6],[7]. Il est réputé pour sa très bonne connaissance des districts électoraux et sa capacité à lever des fonds pour les candidats[5].

Le , John Boehner, speaker de la Chambre des représentants, annonce sa démission. Il déclare que McCarthy ferait un excellent speaker[8]. Le 28, McCarthy annonce sa candidature pour remplacer Boehner[9]. Il la retire le , devant la difficulté de convaincre les représentants républicains les plus à droite et proches du Tea Party de soutenir sa candidature, après une gaffe devant les journalistes, et devant la rumeur qu'il aurait une affaire hors mariage avec la représentante de Caroline du Nord Renee Ellmers[10],[11].

Les républicains perdent la majorité à la Chambre des représentants lors des élections de et en , pour la première session du nouveau congrès, McCarthy devient minority leader.

Le , à la veille du verdict du procès en destitution de Donald Trump devant le Sénat, la représentante républicaine Jaime Herrera Beutler déclare que Kevin McCarthy lui avait dit que l'ancien président s'était rangé du côté des émeutiers lors d'un appel téléphonique au moment de l'assaut du Capitole par des partisans de Donald Trump le 6 janvier[12]. Selon le récit de Herrera Beutler, Kevin McCarthy a appelé Donald Trump frénétiquement le 6 janvier alors que le Capitole était assiégé par des milliers de partisans pro-Trump qui essayaient d'empêcher le Congrès de compter les votes du Collège électoral qui confirmeraient sa défaite[12]. Dans cet appel téléphonique, McCarthy a demandé à Trump « d'annuler publiquement et avec force l'émeute »[12],[13]. Trump a répondu en disant que c'était Antifa, et non ses partisans, qui était responsable. Quand McCarthy a dit que ce n'était pas vrai, Trump a été cassant : « Eh bien, Kevin, je suppose que ces gens sont plus contrariés par l'élection que toi »[12],[13].

Le 18 mai 2021, McCarthy s'oppose à la constitution d'une commission d'enquête paritaire sur les évènements du 6 janvier au Capitole[14].

Il suscite une controverse en août 2021 après avoir blagué sur son envie d’agresser physiquement Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Susan Cornwell, « Republican Rep. Labrador running for House majority leader post », sur Reuters,
  2. (en) Matt Fuller, « Pete Sessions Drops Out of Majority Leader Race, Clearing Way for Kevin McCarthy », sur Roll Call,
  3. (en) Markus Schmidt, « Cantor to resign from Congress Aug. 18 », sur Richmond Times-Dispatch,
  4. a et b (en) « Can Kevin McCarthy instill a California mind-set in his House GOP colleagues? », sur Los Angeles Times,
  5. a et b (en) Anna Palmer, John Bresnahan et Jake Sherman, « Kevin McCarthy wins House majority leader race », sur Politico,
  6. (en) Eric Ostermeier, « Kevin McCarthy Becomes Least Tenured Floor Leader in US House History », sur Smart Politics — Université du Minnesota,
  7. (en) Igor Bobic, « Kevin McCarthy Is The Least Tenured House Majority Leader Ever », sur Huffington Post,
  8. (en) Elahe Izadi, « Boehner: McCarthy would make excellent speaker », sur The Washington Post,
  9. (en) Paul Kane, « Kevin McCarthy formally announces bid for House speaker », sur The Washington Post,
  10. (en) Jennifer Steinhauer et David M. Herszenhorn, « Kevin McCarthy Withdraws From Speaker’s Race, Putting House in Chaos », sur The New York Times,
  11. (en) Jake Sherman, Anna Palmer et Lauren French, « Ellmers thanks lawmakers for 'prayers' amid affair rumors », sur Politico,
  12. a b c et d (en) Nicholas Fandos, « Herrera Beutler Says McCarthy Told Her Trump Sided with Capitol Mob », The New York Times,
  13. a et b (en) Louise Hall, « Jaime Herrera Beutler: Who is congresswoman who revealed Trump-McCarthy call? », The Independent,
  14. Gilles Paris, Les républicains s'opposent à une enquête sur l'assaut du Capitole, Le Monde, 20 mai 2021, p. 5
  15. « Kevin McCarthy blague sur son envie de frapper Nancy Pelosi », sur La Presse,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]