Maxime de Rostolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxime de Rostolan
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (40 ans)
Activité
Entrepreneur, militant écologiste

Maxime de Rostolan né le à Paris est un entrepreneur écologiste, militant et lobbyiste, notamment engagé dans le domaine de l'agroécologie et de la permaculture, et de la défense de la biodiversité. Après divers projets, en 2012, il lance Blue Bees ; plateforme de financement participatif en agroécologie[1], puis en 2013, il crée la Ferme de la Bourdaisière, premier projet de l'association Fermes d'Avenir. En 2019, il initie la Bascule qui mobilise des jeunes dans un mouvement de "lobbying citoyen" vers la transition écologique.

Soutenu par des scientifiques et élus locaux, en 2017, Maxime de Rostolan remet un plaidoyer pour une transition écologique de l'agriculture française au candidat Emmanuel Macron. Par la suite, il participe aux États généraux de l'alimentation. En 2019, avec Cyril Dion et bien d'autres, il contribue à élaborer des propositions pour le climat.

Il se définit lui-même comme un "payculteur"[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maxime de Rostolan est né le à Paris. Il est élève au lycée Janson de Sailly[2],[3] puis est diplômé de l'ENSIACET en 2004 à Toulouse[4]. Il passe une année à l'Escola Politécnica da Universidade de São Paulo.[réf. souhaitée]

À l'issue de ses études, il part autour du monde en camion étudier les problématiques locales de l'eau avec deux camarades pendant deux ans[5],[6] . Un livre relatant l'expérience est publié en 2007 Les Aventuriers de l'Or Bleu[7].

Maxime de Rostolan travaille pour Deyrolle sur les planches pédagogiques[8],[9].

Débuts d'entrepreneur : Biomimicry France et Blue Bees[modifier | modifier le code]

En parallèle, notamment avec Gauthier Chapelle et Kalina Raskin, il crée Biomimicry France devenue depuis Biomimicry Europa[10],[11] une association dédiée à la promotion du biomimétisme. Biomimicry Institute implantée à Missoula dans le Montana a été co fondée par Janine Benyus en 1998 avec l'idée d'être un cabinet de conseil "bio-inspiré" apportant des conceptions durables provenant de la Nature dans divers domaines comme l'urbanisme, l'industrie, l'énergie, l'agro-alimentaire et bien d'autres, cela afin d'appliquer des principes de biomimétisme.

De 2008 à 2012, afin de soutenir les initiatives locales n'ayant pas facilement accès à des financements, il crée Blue Bees[12]. En tant que financement participatif[13],[14], l'idée est que Blue Bees encourage les initiatives en matière d'agroécologie ou d'alimentation durable tels les maraichers vers la transition écologique dans le respect du vivant.

Ferme d'Avenir au Château de la Bourdaisiere[modifier | modifier le code]

En 2013, Rostolan passe un Brevet professionnel de responsable d'entreprise agricole[3], en maraîchage biologique puis fonde avec Louis Albert de Broglie la micro-ferme du Château de La Bourdaisière qui expérimente des techniques de Permaculture[15],[16],[17]. Avec le soutien de Tristan Lecomte fondateur de Pur projet et d'Alter Eco, il démarre le projet Fermes d'avenir[2],[18], qui œuvre dans le sens de la transition agricole[19],[20].

L'expérimentation de la ferme de La Bourdaisiere dont l'objectif était de démontrer la viabilité technique, économique et sociale de l'agroécologie[2],[17], a cessé en [21], après six saisons. Les résultats économiques ne permettaient pas de salarier les maraîchers dans des conditions convenables.

Plaidoyer pour l'agroécologie et les services écosystémiques[modifier | modifier le code]

Maxime de Rostolan reçoit le candidat Emmanuel Macron dans sa ferme pédagogique[22] pour lui remettre un plaidoyer[23] avec des propositions pour une transition écologique portant sur l'agriculture française[24].

Il participe en 2017 aux États Généraux de l'Alimentation[25],[26] Ces États généraux conduisit à la Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous dite « loi EGalim » du .

Son objectif lors des États-Généraux de l'alimentation est de défendre 11 amendements[27] en particulier, l'un d'eux portant sur les paiements pour service écosystémique consistant à valoriser tous les services rendus par la Nature tels la pollinisation, ou l'absorption du gaz carbonique par les arbres. Cet amendement est voté par le Parlement, cependant fut censuré[pourquoi ?][28] avec 22 autres articles, par le Conseil constitutionnel[29].

En 2018, Maxime de Rostolan est un des personnages du documentaire de Hélène Médigue, On a 20 ans pour changer le monde[30],[31]. Pour accompagner le documentaire, il publie un livre portant le même titre[32].

Estimant qu'il a été au bout de l'expérience, Maxime de Rostolan décide de quitte l'Association Fermes d'Avenir en [33].

La Bascule pour changer le système[modifier | modifier le code]

En , face au constat de l'urgence liée à l'épuisement des ressources et du changement climatique liés aux activités humaines, Maxime de Rostolan crée La Bascule[34].

Cette initiative a pour vocation d'être "lobbying citoyens"[Quoi ?] rassemblant des jeunes qui s'engagent pour influencer les politiques et changer les mentalités, monter des projets dans divers[C'est-à-dire ?] domaines vers la transition écologique et sociale avec des moyens variés[C'est-à-dire ?][35],[36].

Il travaille sur l'élaboration d'un projet d'un festival écologique qui sera finalement annulé dans la Creuse (département) à la fin de l'été 2019 en raison de l'opposition des habitants y voyant « un grand raout écologique inutile et parachuté sur un territoire qui n'a rien demandé ». En particulier, il est reproché à l'association La Bascule sa proximité avec des acteurs du secteur économique et les idées La République en marche[37].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • En Avant, l'optimisme pour Cap, Paris, Éditions Michel Lafon, , 216 p. (ISBN 978-2-7499-4302-2)[38]
  • On a 20 ans pour changer le monde, Paris, Éditions Larousse, , 64 p. (ISBN 9782035930910).
  • Regards croisés sur l'agroécologie préface de Louis Albert de Broglie, Paris, Rustica, , 128 p. (ISBN 978-2815309295)
  • avec Fabien Groud, Maxime de Rostolan, Tristan Pennel, Les aventuriers de l'or bleu, l'eau dans tous ses états - préface de Corinne Lepage, Paris, Presses de la Renaissance, , 295 p. (ISBN 9782750903350)
  • Recueil.Affiches pédagogiques illustrées, Paris, Deyrolle pour l'avenir,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Blue Bees : une plateforme de crowdfunding au service de la transition écologique », sur agriculture.gouv.fr (consulté le )
  2. a b c et d « Maxime de Rostolan, ingénieur et « payculteur » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b « Maxime de Rostolan », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  4. « Association des ingénieurs de l'ENSIACET », sur aia7.fr, (consulté le )
  5. Am et ine DUR, « Un tour du monde engagé et écolo », sur www.linternaute.com (consulté le )
  6. Emilie Vidaud, Social calling: Et si, comme eux, vous aviez un déclic pour agir ?, Fayard, (ISBN 978-2-213-70726-6, lire en ligne)
  7. « Maxime de Rostolan », sur www.prix-litteraires.net (consulté le )
  8. Service Dvlpt ALEAUR, « Dix planches pédagogiques de Deyrolle pour l’Avenir diffusées dans les écoles », sur Comité 21 (consulté le )
  9. « Développement durable dans les écoles », sur Les Cahiers Pédagogiques, (consulté le )
  10. « Biomimétisme et Biodiversité », sur Fondation Biodiversité, (consulté le )
  11. « Formation au Biomimétisme : un enjeu pour la France: synthèse des formations en Europe », sur CEEBIOS, (consulté le )
  12. « Le crowdfunding est dans le pré », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. https://bpifrance-creation.fr/entrepreneur/actualites/blue-bees-crowdfunding-au-service-lagro-ecologie-lalimentation-durable
  14. « Maxime de Rostolan, BlueBees, financeur d'essor en Afrique », sur La Tribune (consulté le )
  15. « Comment l’écologiste Maxime de Rostolan est passé de "teufeur" invétéré à héros de l’agriculture », sur Trax Magazine, (consulté le )
  16. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/montlouis-sur-loire/maxime-ou-la-pensee-ecosystemique », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  17. a et b « Maxime de Rostolan, ambassadeur de l’agro-écologie », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  18. HDF #9 - Maxime De Rostolan - Prendre soin de la terre par un système participatif et inclusif (lire en ligne)
  19. Maxime de Rostolan et Tristan Lecomte, « Pour un autre monde agricole », sur Libération (consulté le )
  20. « Et si l'agroécologie était plus rentable que l'agriculture conventionnelle ? », sur POSITIVR, (consulté le )
  21. « Ferme de la Bourdaisière : une page qui se tourne », sur Fermes d'avenir (consulté le )
  22. « Indre-et-Loire : Emmanuel Macron en visite à Montlouis-sur-Loire et Saint-Pierre-des-Corps ce vendredi », sur France Bleu, (consulté le )
  23. Fermes d'avenir, « Plaidoyer Fermes d'avenir », sur ecologie integrale, (consulté le )
  24. Paris Match, « Menace de pénurie sur le bio français », sur parismatch.com (consulté le )
  25. Gilles Fumey, « Pas de révolution avec les états généraux de l’alimentation », sur Libération (consulté le )
  26. « Le tour de France des Fermes d'avenir, prémisse aux États Généraux de l'Alimentation », sur LEFIGARO (consulté le )
  27. « Maxime de Rostolan: "La loi alimentation a été tuée par le Conseil Constitutionnel" », sur WE DEMAIN, (consulté le )
  28. « Services environnementaux rendus par les agriculteurs - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le )
  29. Mr Mondialisation, « Loi « Egalim » : le Conseil constitutionnel censure 23 articles sans faire de vague », sur Mr Mondialisation, (consulté le )
  30. « DOCU. On a 20 ans pour changer le monde, ou le défi d'un nouveau modèle agricole », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  31. « Hélène Médigue et Maxime de Rostolan: la jeunesse pour changer le monde », sur Point de Vue, (consulté le )
  32. « Xavier Mathias : "Le monde, j'y arriverai pas. Me changer moi, c'est jouable" », sur France 3 Centre-Val de Loire (consulté le )
  33. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/montlouis-sur-loire/une-ferme-d-avenir-qui-peine-a-convaincre », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  34. « Changer de système avec Maxime de Rostolan, porte-voix de ceux qui ne veulent plus du statu-quo », sur Pioche!, (consulté le )
  35. « L'association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ? », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  36. « Maxime de Rostolan. La terre et les paysans : l’infatigable activiste », sur LCI (consulté le )
  37. « Des habitants du Plateau de Millevaches demandent l'annulation du festival l'An zéro », sur France Bleu, (consulté le )
  38. « Ecologie : petite sélection de bouquins pour l’année qui vient », Blog Le Monde - Même pas mal,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]