Marina Berti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marina Berti
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo publicitaire pour Quo Vadis (1951)
Nom de naissance Elena Maureen Bertolini
Naissance
Londres (Angleterre)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 78 ans)
Rome (Italie)
Profession Actrice
Films notables Quo Vadis
Monsieur
La Califfa
Marina Berti dans Giacomo l'idealista (1943).
Avec Leo Genn (au premier plan), dans Quo Vadis (1951)
Avec Charlton Heston, dans Ben-Hur (1959, photo promotionnelle)

Elena Maureen Bertolini dite Marina Berti est une actrice italienne née le à Londres, en Angleterre, et morte le à Rome, en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un émigrant italien au Royaume-Uni, elle est arrivée en Italie à la fin des années 1930 et s'est installée à Florence pour terminer ses études. Passionnée de théâtre, elle participe à quelques pièces pour faire ses débuts dans les studios EIAR de Radio Firenze[1].

En 1940, la jeune Berti s'installe à Rome pour entrer dans le monde du cinéma : remarquée par le réalisateur Piero Ballerini, elle fait ses débuts devant la caméra dans le film La fuggitiva (it) (1941), dans un rôle mineur[2]. En 1943, elle obtient le rôle principal de Giacomo l'idealista d'Alberto Lattuada. Elle est créditée du nom de scène Maurin Melrose dans Le Témoin, un film réalisé par Pietro Germi en 1945.

Actrice dotée d'une grande beauté et d'une intensité communicative, elle a joué tout au long des années 1950 et 1960 des rôles de premier plan dans des films tels que La Fièvre de vivre (1953), réalisé par son mari, Claudio Gora (pseudonyme d'Emilio Giordana), et Un eroe del nostro tempo (1960) de Sergio Capogna, un film sur la Résistance italienne. Elle a participé à des superproductions hollywoodiennes tournées aux studios de Cinecittà, telles que Quo Vadis (1951) de Mervyn LeRoy, Ben-Hur (1959) de William Wyler et Cléopâtre (1963) de Joseph L. Mankiewicz. Elle a également joué dans plusieurs productions françaises dont Madame Sans-Gêne (1961) de Christian-Jacque et Monsieur (1964) de Jean-Paul Le Chanois où elle donne la réplique à Jean Gabin. Elle jouera aussi dans le giallo français d'Yves Boisset Cran d'arrêt (1970), et poursuivra dans ce genre avec La Lame infernale (1974) de Massimo Dallamano et La bête tue de sang-froid (1975) d'Aldo Lado.

À la télévision, elle apparaît dans plusieurs séries et quatre téléfilms, entre 1955 et 1993.

Elle est décédée d'un cancer à Rome le , à l'âge de 78 ans[3]. Elle est enterrée au cimetière Flaminio à Rome.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1956 : I tre moschettieri (Série) : Jacqueline Planchet
  • 1958 : Graditi ospiti (Téléfilm)
  • 1960 : La pisana (Série)
  • 1968 : L'Odyssée (L'Odissea) de Franco Rossi (Série) : Arete
  • 1969 : Nero Wolfe (Série) : Callie Frost
  • 1969 : Jekyll (Série) : Barbara Utterson
  • 1969 : Giocando a golf una mattina (Série) : Mabel Scott
  • 1974 : Moïse (Série) : Eliseba
  • 1977 : Jésus de Nazareth (Gesù di Nazareth) de Franco Zeffirelli (Série) : Elizabeth
  • 1980 : La donna in bianco (Série) : Comtesse Fosco
  • 1982 : Delitto di stato (Série) : Osanna
  • 1985 : Embassy (Téléfilm) : Marina
  • 1986 : L'ultima mazurka (Téléfilm)
  • 1989 : Disperatamente Giulia (Série) : Silvia
  • 1991 : La ragnatela (Série)
  • 1992 : Mit dem Herzen einer Mutter (Téléfilm) : Carla DeConti
  • 1992 : L'Edera (Série) : Mère supérieure Marta
  • 1992-1993 : SchloB Hohenstein - Irrwege zum Gluck (Série) : Fürstin Federica di Veneria

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Francesco Costa, Enciclopedia del cinema, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, (lire en ligne)
  2. (it) « Marina Berti », sur mymovies.it (consulté le )
  3. (it) Enrico Lancia et Roberto Poppi, Le attrici dal 1930 ai giorni nostri, Gremese, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]