Marguerite de Savoie (1589-1655)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite de Savoie.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite de Mantoue.
Marguerite de Savoie
Portrait de Marguerite de Savoie, par Frans Pourbus le Jeune
Portrait de Marguerite de Savoie,
par Frans Pourbus le Jeune
Titre
Duchesse de Mantoue et de Montferrat
Vice-reine du Portugal (1635-1640)
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance
Lieu de naissance Turin (Savoie)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Miranda de Ebro (Espagne)
Père Charles-Emmanuel Ier de Savoie
Mère Catherine-Michelle d'Autriche
Conjoint François IV de Mantoue

Marguerite de Savoie (en italien : Margherita, espagnol : Margarita, portugais : Margarida), née le à Turin et décédée le à Miranda de Ebro, est une princesse de la maison de Savoie, fille du duc de Savoie, Charles-Emmanuel Ier, devenue duchesse de Mantoue et vice-reine du Portugal (1635-1640)[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Fille de Charles-Emmanuel de Savoie (1562-1630), duc de Savoie, et de l'Infante Catalina-Micaela ou Catherine-Michelle d'Autriche (1567-1597), fille du roi d'Espagne Philippe II. Elle est de ce fait la cousine germaine de Philippe IV d'Espagne, (III du Portugal).

Elle se marie le 19 février 1608 à Turin, avec François IV de Mantoue (1586-1612), duc de Mantoue et de Montferrat et gouverneur de Gênes. Quelques jours plus tard, le 22 février, sa sœur, Isabelle de Savoie, épouse Alphonse III d'Este, futur duc de Modène et de Reggio.

Le duc et la duchesse de Mantoue eurent trois enfants, dont deux morts en bas âge :

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort de son mari, en 1612, une guerre de succession débute. Le père de Marguerite, le duc de Savoie, revendique l'héritage du duché de Montferrat[2].

Fille de l'infante, Catalina-Micaela, et donc cousine du roi Philippe IV d'Espagne, aussi roi du Portugal, elle est nommée vice-reine du Portugal en 1635[3]. En réalité, le pouvoir était entre les mains d'un ancien page de Gaspar de Guzmán, comte d'Olivares, Miguel de Vasconcelos[3]. Celui-ci l'exerce en tant que secrétaire d'État de 1635 à 1640 pour la vice-reine[3]. Le 1er décembre 1640, la révolte initiant la guerre de Restauration, éclate[3]. Le complot organisés par des fidalgos de la plus haute aristocratie portugaise, dite les 40 Conjurés, abouti à la prise du palais royal à Lisbonne et à l'emprisonnement de la vice-reine. Vasconcelos est retrouvé dans une armoire et est tué. La vice-reine est reconduite à la frontière[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Andrée Mansau, « Marguerite de Savoie, duchesse de Mantoue et vice-reine du Portugal (1589-1655) à travers ses lettres familières » (pp.359-364) publié dans Roger Devos, Michel Fol - Association des amis de Roger Devos, Chemins d'histoire alpine : mélanges dédiés à la mémoire de Roger Devos,‎ , 510 p..
  2. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 204-205.
  3. a, b, c, d et e Henri Sacchi, La guerre de Trente Ans : Tome 3, Cendres et renouveau, Éditions L'Harmattan,‎ , 512 p. (ISBN 978-2-74752-302-8), p. 230-232.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]