Marché Bonsecours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonsecours et Notre-Dame-de-Bonsecours.

Vue du marché Bonsecours depuis le Vieux-Port

Le marché Bonsecours est un ancien marché public de Montréal, au Québec situé dans le Vieux-Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Scène d'hiver, James Duncan, 1850-1860

Le marché fut d'abord construit sous le régime français. François Bigot, dernier intendant de Nouvelle-France y habita à compter de 1749, jusqu'à son retour en France en 1760[1].

John Johnson, ardent loyaliste, surintendant général et inspecteur général des Indiens des Six-Nations et de ceux de la province de Québec, entre autres occupations, acheta la résidence en 1796 et la revendit à John Molson en 1815.

Ce pionnier de la navigation à vapeur sur le Saint-Laurent, qui convoitait un accès au fleuve, y construisit même un quai. Molson agrandit et aménagea l'Hôtel Mansion House. L'endroit devint vite le lieu de réunion du Beaver Club et reçut un dépôt de 7000 volumes par un " groupe de messieurs à l'esprit civique ". À la suite d'un incendie, Molson construisit le New Mansion House, ensuite appelé le British American Hotel, qui fut aussi incendié en 1833.

John Molson fils revendit à la Ville le principal terrain qui servit à l'implantation du nouveau Marché Bonsecours, dont la construction débuta en 1844 d'après les plans de William Footner. Le Marché public fut inauguré en janvier 1847. Les travaux d'aménagement intérieur, sous la direction de l'architecte George Browne, se poursuivirent jusqu'en 1852.

Selon les dires de Footner dans la présentation de son projet, Montréal se devait qu'un monument soit « fondé pour prouver le bon goût et la libéralité des citoyens de Montréal ». Il fallait à tout prix « produire sur l'esprit du voyageur une grande idée de la beauté, et de l'importance de la ville florissante de Montréal ».

Vue de la rue des Commissaires, 1922

Lorsque des émeutiers incendièrent le Parlement du marché Sainte-Anne le 25 avril 1849, qui logeait alors le Parlement du Canada-Uni, les députés siégèrent au marché Bonsecours, du 26 avril au 7 mai de la même année, avant d'être retransférés dans un bâtiment de la place Dalhousie. À partir du 12 janvier 1852, le marché hébergea également l'Hôtel de ville de Montréal qui ne quitta l'édifice qu'en 1878, date de l'inauguration du nouvel Hôtel de ville, sur la rue Notre-Dame.

De nos jours, le marché est le siège du Conseil des métiers d'art du Québec et de l'Institut design de Montréal. Il abrite de nombreuses salles d'expositions, des restaurants et commerces.

Le Marché Bonsecours est reconnu comme un lieu historique national du Canada en 1984[2].

Images[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique »
  2. Parcs Canada, Montréal, une ville d'histoire, 2004, p.40

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]