Marcel Fournier (homme d'affaires)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcel Fournier et Fournier.
Marcel Fournier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Nationalité
Activités

Marcel Fournier, né le et mort le , était cofondateur, actionnaire et dirigeant du groupe de distribution français Carrefour.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Fournier est né dans une ancienne famille d'Annecy, originaire d'Italie, dont le nom « Forneri » a été francisé. Son père avait une petite mercerie ce qui lui donna le goût du commerce.

Élu au conseil municipal le , sous le mandat de Georges Volland, il participa à l'équipe qui dirigea la construction du l'ancien hôpital sur le site du Trésum.

Dans les années 1950, il reprend le commerce de son père situé au « 42 rue Vaugelas » à Annecy et cherche rapidement à diversifier la mercerie familiale en le dénommant « Grand magasin de nouveautés » et le transformant en une véritable petite attraction en ville. Vite conscient que la distribution va connaître une grande révolution avec l'arrivée des magasins d'Édouard Leclerc, il cherche à se diversifier dans l'alimentaire discount, craignant l'arrivée d'un magasin Leclerc dans la ville[1].

En 1959, Marcel Fournier rencontre Denis et Jacques Defforey, qui travaillaient dans l'entreprise familiale, Badin-Defforey, avec leur père Louis, grossiste en alimentation, à Lagnieu dans l'Ain. Ils employaient alors 250 personnes et desservaient une cinquantaine de succursales et un demi-millier de clients. Marcel Fournier et la famille Defforey se rencontrent au « GAGMI » (Groupement d'achats des grands magasins indépendants). Il dépose officiellement la marque « Carrefour supermarchés » en juillet 1959.

Marcel Fournier s'entend en janvier 1960 avec la famille Badin-Defforey pour son approvisionnement. Il est rapidement victime de son succès, les 200 m² de son magasin libre-service discount dans les sous-sols de la mercerie familiale s'avéreront vite insuffisants pour répondre à la demande. Il se faisait livrer les produits par une petite trappe qui s'ouvrait directement sur le trottoir. Il s'associe avec Denis Defforey pour ouvrir dès le un supermarché de 850 m2 à l'angle de l'avenue de Parmelan et de la rue André Theuriet toujours à Annecy[2]. Son idée majeure fut de laisser une grande place libre pour aménager un parking pour les voitures à proximité immédiate du magasin. Il avait découvert ce nouveau concept « No parking, no business » lors d'un voyage aux États-Unis. Le nouveau « supermarché », le premier à porter cette dénomination en France, séduit les clients, proposant un large éventail de produits et des prix au rabais. Pour mieux attirer les clients, le supermarché vend l'essence à prix très bas. En mai 1963 un deuxième supermarché est ouvert à Cran-Gevrier (banlieue d'Annecy) et un autre au bout de l'avenue de Genève (toujours existant).

Le , Marcel Fournier et Denis Defforey ouvriront ensemble le tout premier hypermarché Carrefour, à Sainte-Geneviève-des-Bois au sud de Paris.

En 1973, il combat vivement la Loi d'orientation du commerce et de l'artisanat, dite loi Royer, en achetant quantité de pages de publicité dans les journaux français[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Villermet, Naissance de l'hypermarché, Paris, éd. Armand Colin, 1991.
  • Jean-Marc Villermet, 1959-1963, au Carrefour d'une révolution, Annesci 44.
  • Hervé Paturle, Marcel Fournier, l’Hyperman : Il était une fois l’homme qui inventa la grande distribution, Ed. La Martinière, 25/02/2005 (ISBN 2846756678)
  • Yves Soulabail, Carrefour, Un combat pour la liberté, Le Loup Hurlant Editions, 2010[4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugues Joublin, L'aventure du premier hyper, L'Expansion, 06/05/1993 [lire en ligne]
  2. Hélène Vermarre, Et le "commerce moderne" fut, Le Dauphiné, 07/09/2005, p.20 [lire en ligne]
  3. Eric Zemmour, Le suicide français, Albin Michel 2014, p.111-119
  4. Carrefour, Un combat pour la liberté, Lien commercial