Promodès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Promodès

Description de l'image  Promodes.gif.
Création 1961
Dates clés 1999 : Fusion avec Carrefour
Disparition 1999
Personnages clés Paul-Auguste Halley (Fondateur), Paul-Louis Halley (Ancien PDG), Robert Halley (Ancien DG)
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Mondeville (France)
Activité Grande Distribution
Produits Reflets de France
Filiales Continent, Champion, Shopi, Dia
Chiffre d’affaires 15 milliards d'euros[1] (1999)

Promodès est un ancien groupe français de grande distribution. Il appartenait à 56 % à la famille Halley.

Création[modifier | modifier le code]

Paul-Auguste Halley, au départ simple épicier dans la Manche dans les années 1950 a l'idée d'importer le concept de supermarchés en France[réf. nécessaire].

Avec ses deux fils, Paul-Louis et Robert, il crée le groupe Promodis (futur Promodès) en 1961 à Caen (Calvados) en réunissant deux familles normandes de grossistes : les Halley et les Duval-Lemonnier.

Elle a intégré les alliés des Halley : Caresmel de Lamballe, les Marette de Bolbec et les Lecordier de Bayeux.

Développement[modifier | modifier le code]

À partir des années 1960, le groupe se développe rapidement en Europe et à l'international : en Belgique en 1969, en Espagne en 1973 et au Brésil en 1975.

Le groupe prospère grâce à de nombreux rachats, à ses nombreuses implantations et ses nombreux formats de distribution complémentaires :

Dans les années 1990, à l'instar de ses concurrents, Promodès lance de nombreux produits MDD et innove en créant sa marque alimentaire de produits « du terroir », Reflets de France, qui sera déclinée dans ses hypermarchés et supermarchés européens. Promodès parvient également à construire ses derniers grands hypermarchés en France, notamment "Mondeville 2", près de son siège social, ou encore le Continent de Marseille Grand Littoral qui avec ses deux étages devient le plus grand magasin du groupe de l'Hexagone.

En 1996, après avoir revendu les Continent allemands issus de la chaine Plaza rachetée en 1990, le groupe reprend la centaine de magasins Félix Potin, et tente sans succès une OPA sur le groupe Casino. La même année, Promodès rachète le groupe Catteau à Tesco et rétrocédera une partie de ses magasins Cédico à Erteco (Ed), une filiale de Carrefour. Il se développe par ailleurs en Argentine avec le rachat des supermarchés Norte, et au Portugal avec la chaîne de discompte Minipreço.

Fusion avec Carrefour[modifier | modifier le code]

En 1999, Paul-Louis Halley annonce la fusion entre les groupes Promodès et Carrefour faisant de Carrefour le premier groupe de distribution en Europe, le deuxième dans le monde, après Wal-Mart. Luc Vandevelde, dauphin désigné pour reprendre les rênes du groupe le quitte pour diriger le distributeur britannique Marks & Spencer, en grande difficulté.

Après un échange d'actions à la suite duquel la famille Halley devient le premier actionnaire du nouveau groupe, il s'ensuit une rationalisation des enseignes. Carrefour s'impose sur Continent (ancienne enseigne des hypermarchés Promodès) qui disparaît. Inversement, les supermarchés Stoc, ancienne enseigne de Carrefour, passent sous enseigne Champion. Les enseignes de proximité et de hard-discount sont maintenues partout en Europe. Enfin, le siège social de feu Promodès, à Mondeville, devient le siège comptable de Carrefour France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Louis Halley : De Promodès à Carrefour, Claude Sordet (Auteur), Jean-François Wantz (Auteur), Robert Halley (Postface), Olivier Halley (Postface), Jacques Dermagne (Préface), Éditions d'Organisation, ISBN 978-2708132276

Note et référence[modifier | modifier le code]