Marc de Beauvau-Craon (1679-1754)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marc de Beauvau-Craon.
Marc de Beauvau
Le prince de Craon par Hyacinthe Rigaud. Musée lorrain, Nancy
Le prince de Craon par Hyacinthe Rigaud. Musée lorrain, Nancy

Titre Prince de Beauvau
(1722-1754)
Autre titre Prince de Craon
Prince du Saint-Empire
Marquis de Haroué
Grand d'Espagne
Marquis de Craon (21 juillet 1712)[1]
Successeur Charles Juste de Beauvau-Craon
Gouvernement militaire Vice-roi du grand-duché de Toscane
Distinctions Grand connétable de Lorraine
Chevalier de l'ordre de la Toison d'or
Autres fonctions Gouverneur de François de Lorraine
Biographie
Dynastie Maison de Beauvau
Nom de naissance François Vincent[1] Marc de Beauvau
Naissance
Décès
Père Louis de Beauvau (1638-1703)
Mère Anne de Ligny
Conjoint Anne-Marguerite de Ligniville (1686-1772)
Enfants 20 enfants

Orn ext prince SERG Toison d'or.svg
Blason Beauvau-Craon.svg

Marc de Beauvau, marquis de Beauvau, prince de Craon et du Saint-Empire, marquis de Haroué, grand connétable de Lorraine, grand d'Espagne, et vice-roi de Toscane, est un gentilhomme français, né le et mort le .

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Marc de Beauvau est issu de la branche de la famille de Beauvau qui avait joint à son nom celui de Craon (branche dite de Beauvau-Craon : cf Jean IV de Beauvau), une très ancienne famille originaire du Maine dans le duché d'Anjou qui servit les rois de France et les ducs de Lorraine depuis le Moyen Âge.

Marc de Beauvau-Craon est le fils de Louis de Beauvau, marquis de Beauvau (issu par les femmes des seigneurs de Craon (Mayenne)) (1638-1703), et de sa seconde épouse, Anne de Ligny.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ami d'enfance du duc de Lorraine Léopold, le marquis de Beauvau en est le favori, tandis que son épouse Anne-Marguerite de Ligniville en est la favorite. Léopold nomme Marc de Beauvau gouverneur (tuteur), puis grand écuyer de son fils le prince héréditaire François de Lorraine, plus tard duc de Lorraine puis empereur du Saint-Empire. Léopold érige la baronnie d'Haudonviller (aujourd'hui Croismare) en marquisat de Craon, ainsi nommé en référence à la seigneurie ancestrale de Craon (Mayenne).

Léopold lui offre encore le marquisat d'Haroué, au sud de Nancy, où Marc de Beauvau-Craon fait construire le nouveau château d'Haroué entre 1720 et 1729 par Germain Boffrand, l'architecte du château de Lunéville. Enfin, le duc de Lorraine fait conférer à son favori par l'empereur Charles VI la dignité de prince du Saint Empire, en même temps qu'il est créé premier prince de Craon, en 1722[2] (Haroué ayant été rebaptisé marquisat puis principauté de Craon).

Marc de Beauvau est chargé de négocier et d'organiser le mariage du duc François, dès lors grand-duc de Toscane, avec l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche, conclu le au terme d'arrangements dynastiques qui amènent le rattachement de la Lorraine à la France. Le grand-duc François (II), désormais gendre de Charles VI et bientôt empereur lui-même, laisse l'administration de son nouvel État à Marc de Beauvau, avec le titre de vice-roi.

Lorsque le roi de Pologne Stanislas Leszczynski devient duc de Lorraine en 1737, il réside au château d'Haroué et devient l'amant de l'une des filles de Marc de Beauvau, Marie Françoise Catherine.

En 1739, le marquis est fait Chevalier de l'ordre de la Toison d'or par Charles VI.

Marc de Beauvau réside à Florence jusqu'à ce qu'il se retire en 1749, à l'âge de 70 ans.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'écrivain britannique Horace Walpole le décrit comme « un vieil homme simple et jovial, pauvre et extravagant, aimant le polo, la Princesse, et les babioles[3]. »

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Toison d'or

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'argent, à quatre lions de gueules, armés, lampassés et couronnés d'or, 2 et 2.[4],[5].

Descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse le à Lunéville, Anne-Marguerite de Ligniville (1686-1772), comtesse du Saint-Empire, dame d'honneur de la duchesse de Lorraine, et maitresse du duc Léopold Ier.

Le couple eut vingt enfants 8 fils et 12 filles parmi lesquels :

  1. Élisabeth Charlotte de Beauvau (1705 après 1754) qui épousa Charles Ferdinand François de La Baume (La Baume-Montrevel), marquis de Saint-Martin et de Pesmes;
  2. Anne-Marguerite-Gabrielle de Beauvau (1707-1790) qui épousa premières noces Jacques Henri de Lorraine, prince de Lixin et Mortagne(-sur-Gironde); deuxièmes noces Gaston Pierre Charles de Lévis, maréchal duc de Mirepoix;
  3. Gabrielle Françoise de Beauvau (1708-1758) qui épouse Gabriel Alexandre d'Alsace, prince de Chimay;
  4. Marie Philippe Tècle de Beauvau (1709-1748), chanoinesse;
  5. Nicolas Simon Jude de Beauvau (1710-1734), il rentre en religion pour être prêtre;
  6. Marie Françoise Catherine de Beauvau (1711-1787) qui épousa Louis-François de Boufflers, marquis d'Amestranges;
  7. François Vincent Marc de Beauvau (1713-1742), Primat de Lorraine de 1722 à sa mort;
  8. Léopold Clément (1714-1723), présenter de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1715[6];
  9. Marie Louise Eugénie de Beauvau (1715-1734), abbesse;
  10. Henriette Augustine de Beauvau (1716-?), religieuse de la visitation;
  11. Charlotte Nicole de Beauvau (1717-1787) qui épousa Léopold Clément de Bassompierre;
  12. Charles Juste de Beauvau, prince de Craon (1720-1793) , Maréchal de France ; épousa en premières noces Marie-Sophie-Charlotte de La Tour d'Auvergne (en), deuxièmes noces Marie-Charlotte-Sylvie de Rohan-Chabot;
  13. Ferdinand de Beauvau, marquis de Harouel (1723-1790), épouse de Louise Desmier d'Archiac, fille de Étienne-Louis Desmier d'Archiac, lieutenant-général des armées du roi, et petite-fille de Jean-Henri d'Anthès ;
  14. Gabrielle-Charlotte de Beauvau octobre 1724 après 1790, chanoinesse-comtesse;
  15. Alexandre, marquis de Craon (1725-†1745), tué à la Bataille de Fontenoy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roglo 2012.
  2. A.-J. Duvergier, Mémorial historique de la noblesse, Volume 1, Marc de Beauvau. Le style connaît d'ailleurs des variations, et on peut lire aussi prince de Beauvau-Craon, prince de Beauvau.
  3. En anglais: a good-natured simple old man, poor and extravagant, loves piquet, the Princess, and baubles
  4. Popoff 1996, p. 97.
  5. Rietstap 1884.
  6. de La Roque, col.22

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]