MF DOOM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doom (homonymie).
MF DOOM
Description de cette image, également commentée ci-après

MF DOOM en 2011.

Informations générales
Surnom DOOM, Madvillain, King Geedorah, Metal Fingers, Viktor Vaughn, Zev Love X
Nom de naissance Daniel Dumile
Naissance (45 ans)
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Rappeur, producteur
Genre musical Hip-hop, hip-hop underground, hip-hop alternatif, rap hardcore[1]
Années actives 19881993 ; depuis 1997
Labels Metal Face, Nature Sounds, Stones Throw, Lex Records, Rhymesayers (actuels) ; Elektra, Sub Verse, Fondle 'Em Records, Big Dada (anciens)
Site officiel metalfacedoom.com

MF DOOM, de son vrai nom Daniel Dumile (DOOMI-LAY), né le à Londres, est un rappeur et producteur de musique britannique[2]. Il a la particularité d'avoir utilisé plusieurs noms de scène dans sa carrière comme MF Doom, en référence au personnage de comics docteur Doom, Zev Love X (à ses débuts avec le groupe KMD), King Geedorah (en référence à la créature King Ghidorah), Metal Fingers (en tant que beatmaker), Viktor Vaughn (en référence au prénom de docteur Doom : Victor Von) ou encore DOOM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Daniel Dumile est né au sud-est de Londres, au Royaume-Uni, d'un père zimbabwéen et d'une mère trinidadienne[1]. Sa famille fait route vers New York, aux États-Unis, et s'installe à Long Island où Dumile grandit[2].

Débuts avec KMD (1988–1993)[modifier | modifier le code]

Sous le nom de scène Zev Luv X, Dumile lance le groupe KMD en 1988 avec son frère Dingilizwe, appelé Subroc, et un autre MC, appelé Rodan. Au départ de Rodan, renommé par la suite Onyx the Birthstone Kid, Dumile trouve un autre rappeur pour le remplacer[1]. Le nom du groupe KMD est un acronyme pour Kausing Much Damage, mais après son premier album, le groupe décide de changer en Kause in a Much Damaged Society, se donnant ainsi une image plus pacifiste. La première apparition de Dumile sur un enregistrement est sur The Cactus Album du groupe de rap 3rd Bass[1]. Par l'intermédiaire de ce même groupe, KMD se fait connaitre du label Elektra Records avec lequel ils signent en 1990.

En 1991, KMD réalise son premier album, Mr. Hood[1],[3]. Seront tirés de cet album les singles Peachfuzz et Who Me?, dont les clips passent régulièrement dans l'émission de télévision Yo! MTV Raps sur MTV et dans Rap City. Le son KMD se base sur des samples créés par Subroc, qui rappellent un univers très jazzy, mélangeant des rythmes ethniques, avec des sons parfois même electro. Dumile conservera ce style durant toute sa carrière, en le perfectionnant. Mais en 1993, son frère Subroc est accidentellement tué par une voiture alors qu'il tentait de traverser une autoroute du côté de Long Island, au moment où le groupe était en train de réaliser son second album, Black Bastards[1]. Cet évènement, associé au fait que la pochette de l'album choisi par le groupe était trop violente (homme noir pendu), le label Elektra décide de licencier le groupe peu avant la sortie de l'album.

Après la perte de son frère, Dumile sombre dans une grave dépression[4], et disparaît de la scène hip-hop pendant une période durant laquelle il vivra « dans les rues de Manhattan, dormant sur les bancs et dans la merde » comme il le raconte lui-même[réf. nécessaire]. Peu après cette période douloureuse, il quitte New York et part s'installer à Atlanta. À cette époque, il accorde des interviews, se faisant appeler Doom, et déclare réenregistrer des chansons puis souhaiter prendre sa revanche contre l'industrie du disque qui l'avait détruit et déformé. Dumile s'est mis à boire et à se droguer durant cette période. Le projet Black Bastards refait surface, ouvrant une petite voie pour que Dumile se réinsère dans le milieu du hip-hop.

Operation Doomsday (1997–2001)[modifier | modifier le code]

En 1997, Dumile fait quelques freestyles incognito au Nuyorican Poets Café de Manhattan. Dumile recommence se présente en ce lieu portant un masque rappelant celui que portait le Doctor Doom dans les comics Marvel. MF est un acronyme pour Metal Face et Doom signifie « destin funeste » en anglais. Le masque est celui tiré du film Gladiator[5]. Il porte toujours ce masque ne se faisant jamais photographier sans. Ainsi, les seules photographies du vrai visage de Dumile datent de sa jeunesse avec KMD.

En 1999, Dumile annonce son retour sous un nouveau nom de scène, MF DOOM[1]. La même année, Dumile collabore avec le label Fondle 'Em et publie son premier album, Operation: Doomsday[6]. L'album est reconnu dans tout le milieu underground, où il connaît un franc succès, ce qui marque un tournant dans sa carrière, lui apportant la reconnaissance du public. L'album sera réédité en 2000 sous le label Subverse car MF DOOM souhaitait le remastériser. Certains clips sont tournés comme notamment ceux des chansons Dead Bent, Question (avec Kurious Jorge) et I Hear Voices.

Dumile produit toutes les chansons instrumentales de ses albums, à quelques exceptions près[7]. Dumile revient en 2001 sous le nom de scène Metal Fingers, et publie sa série instrumentale appelée Special Herbs. La plupart de ces albums regroupent toutes ses réalisations instrumentales, présentes sur tous ses albums. Un catalogue à part est spécialement créé listant toutes les chansons[8].

Projets et collaborations (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

On retrouve MF DOOM sur les albums de beaucoup d'autres artistes et on compte beaucoup de projets qu'il a montés ou auxquels il a participé. En 2004, il sort l'album Madvillainy, avec le producteur Madlib, et on le retrouve dans le groupe Danger Doom qu'il a monté avec le producteur Danger Mouse.

En 2005, il enregistre la chanson November Has Come aux côtés de Gorillaz sur leur album Demon Days mais aussi avec les Français dDamage sur leur album Shimmy Shimmy Blade qui sort en 2006 chez Tsunami-Addiction. Il enregistre aussi sous les pseudonymes Viktor Vaughn, en référence au prénom de docteur Doom : Victor Von, ou King Geedorah, en référence à King Ghidorah, l'un des ennemis de Godzilla.

En début 2010, MF Doom publie Gazzillion Ear EP au label Lex[9]. Le 5 mars 2010, Lex et Sónar présentent le premier show de DOOM à Londres, au Roundhouse de Camden[10]. En février 2013, Ghostface Killah révèle travailler avec DOOM sur un album collaboratif[11]. En août 2013, il est annoncé que MF DOOM et Bishop Nehru allaient collaborer sur un projet dont la sortie serait prévue sur le label Lex Records. Le projet se révèle être un album, nommé NehruvianDOOM, publié le . Doom collabore avec Flying Lotus en novembre 2014 sur la chanson Masquatch apparue issue du jeu vidéo Grand Theft Auto V[12]. En décembre 2014, Ghostface Killah annonce son album collaboratif avec DOOM, Swift and Changeable pour 2015[13].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Remixes[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Apparitions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Dan LeRoy, « MF Doom Biography », sur AllMusic (consulté le 9 décembre 2015).
  2. a et b (en) Craig Jenkins, « MF DOOM Says He's Done With The United States », Potholes In My Blog,‎ (consulté le 25 mai 2013).
  3. (en) John Dougan, « KMD - Mr. Hood Overview », sur AllMusic (consulté le 9 décembre 2015).
  4. (en) Brian Coleman, « How one gifted rapper endured triumph and tragedy to discover his own complicated voice », sur Medium (consulté le 9 décembre 2015).
  5. (en) Sean Ryon, « Graffiti Writer KEO Discusses Origin And Creation Of MF DOOM's Mask », sur HipHopDX (consulté le 27 juillet 2012).
  6. (en) Cyril Cordor, « MF DOOM - Operation: Doomsday Overview », sur AllMusic (consulté le 9 décembre 2015).
  7. « MF DOOM Discography », official Doom Discography (consulté le 10 novembre 2012).
  8. (en) « Metal Face Doom Special Herbs etc. series discography », metalfacedoom.com (consulté le 25 mai 2013).
  9. Nate Patrin, « Reviews: DOOM Gazzillion Ear EP », Pitchfork.com,‎ .
  10. Rodrigo Davies, « Review: DOOM, Enigmatic rapper lifts Sonar curtain », BBC 6Music,‎ (consulté le 28 mai 2014).
  11. (en) Harling, Danielle, « Ghostface Killah Offers An Update On His Project With MF DOOM, Tells Fans To Prepare Themselves », sur HipHopDX,‎ (consulté le 28 mai 2015).
  12. (en) Peter Helman, « Flying Lotus – Masquatch (feat. DOOM) - Stereogum », sur Stereogum,‎ (consulté le 24 novembre 2014).
  13. (en) « Hip Hop Heads », sur Reddit,‎ (consulté le 6 décembre 2014).
  14. (en) « Danger Doom », sur adultswim.com (consulté le 28 mars 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]