Lucien Pissarro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pissarro.
Lucien Pissarro
Lucien Pissarro (1863-1944).PNG

Photo de Lucien Pissarro

Naissance
Décès
Nationalité
FrançaiseDrapeau de la France puis
BritanniqueDrapeau de la Grande-Bretagne
Activité
Maître
Mouvement
Influencé par
Père
Frères
Sœur
Jeanne Bonin-Pissarro (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Orovida Camille Pissarro (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
L'Église de Gisors (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Lucien Pissarro est un peintre français, né le à Paris, et mort le , à Hewood, Somerset, Royaume-Uni[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Pissarro est le fils aîné du peintre impressionniste Camille Pissarro, (1830-1903) et de Julie Vellay, (1838-1926). Fuyant la guerre franco-prussienne, la famille déménage à Londres en 1870 pour revenir à Louveciennes en juin 1871, puis rapidement à Pontoise. Lucien grandit entouré des amis de son père: Cézanne, Manet et Monet en particulier et, encouragé dans cette direction, commence à dessiner et à peindre. Il commence sa carrière en tant que peintre paysagiste. Dans les années 1880, il s'intéresse à la sculpture, à la gravure sur bois et travaille entre 1884 et 1890, pour la société d'impression et d'édition d'art, Manzi, Joyant et Cie.

En 1886, il participe avec son père à la VIIIe Exposition impressionniste[2], avec dix peintures, grandement influencées par ses amitiés avec Paul Signac et Georges Seurat. Un des premiers artistes à s'affirmer du mouvement néo-impressionniste, il expose au premier Salon des indépendants, puis en 1888 à Bruxelles avec la troupe d'avant-garde Les Vingt.

En 1890, il part pour le Royaume-Uni, s'installe définitivement à Londres, et devient citoyen britannique en 1916. Là, il se lie d'amitié avec les préraphaélites et les peintres « de plein air ».

Le à Richmond (en), Yorkshire du Nord, il épouse Esther Levi Bensusan, illustratrice d'art.

Le , elle donne naissance à leur unique enfant, une fille Orovida Camille Pissarro (en), qui deviendra, elle aussi, artiste peintre et graveuse. Il rencontre Charles Ricketts et Charles Shannon, graveurs sur bois, et a contribué à leur réputation.

En 1894 il monte une maison d'édition, qui jouera un rôle important dans le développement de l'édition d'art européenne. Il lui donne le nom d'Eragny Press — du nom d'Éragny-sur-Epte (Oise), le village de son père, près de Gisors (Eure). Il y imprimera des livres illustrés jusqu'en 1914. En 1896 il quitte la Société des Indépendants et, à partir de 1904, il expose au New English Art Club puis avec le Fitzroy Street Group (en), associé à Walter Sickert. En 1897, il déménage dans le quartier de Chiswick, district de Hounslow, à Londres, au 62 Bath Road. En 1906, il devient membre du New English Art Club. En 1911, il devient le cofondateur du Groupe de Camden Town à Londres[3].

La correspondance régulière qu'il entretint avec son père constitue un témoignage précieux à propos des mouvements impressionniste et néo-impressionniste.

De 1913 à 1919, il peint des paysages du Dorset, Westmorland, Devon, Essex, Surrey et du Sussex. En 1919, il forme, avec son frère Ludovic-Rodo Pissarro, James Bolivar Manson (en) et Théo van Rysselberghe, le Groupe Monarro[4], visant à promouvoir les artistes, inspirés par les peintres impressionnistes, Claude Monet et Camille Pissarro. Ce groupe contribua fortement à la propagation de l'impressionnisme au Royaume-Uni, mais cessera de fonctionner, trois ans plus tard.

De 1922 à 1937, il peint régulièrement dans le sud de la France, et aussi dans le Derbyshire, au sud du Pays de Galles et dans l'Essex. De 1934 à 1944, il expose à la Royal Academy à Londres. Lucien Pissarro a vécu ensuite avec sa famille, toujours dans le quartier de Chiswick, au 27 Stamford Brook Road, où une plaque commémorative, dite « blue plaque », est apposée actuellement sur la façade de son ancienne maison.

Lucien Pissarro décède le à Hill cottage à Hewood, Thorncombe (en), Somerset[5].

Créateur de caractères[modifier | modifier le code]

Lucien Pissarro a fondé avec son épouse une private press, Eragny Press, pour laquelle il réalise des gravures[6] et crée en 1903, une police de caractères, le « Brook »[Note 1]

Plus tard, il travaille avec la Zilverdistel à La Haye (Pays-Bas) et dessine le caractère « Distel », dont les poinçons sont gravés par Edward Prince.

Quelques œuvres référencées[modifier | modifier le code]

  • L'Église de Gisors, 1888, Huile sur toile 50 × 73 cm, Musée d'Orsay, Paris[7]
  • La Maison de la femme sourde, 1888, Huile sur toile 58 × 72 cm, Musée d'Orsay, Paris
  • Le Laboureur. Gravure sur bois d'après Camille Pissarro. 12 × 17 cm.
  • Nightingale Farm, Langham (Essex). Huile sur toile. 33 × 47 cm. Stern Pissarro Gallery[Note 2], Londres, Royaume-Uni.
  • Lane Head Farm, Brough. Huile sur toile. 50 × 64 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres
  • The Pool, Blackpool (Devon). Huile sur toile. 65 × 52 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • The Cyder Shed (Blackpool, Devon). Huile sur toile. 65 × 54 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Rye from Cadborough. Crayon et aquarelle. 19 × 25 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Acton. Crayon et aquarelle. 9 × 12 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Fishpond. Crayon et aquarelle. 12 × 18 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • La Frette. Aquarelle. 16 × 20 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Hansom Cab. 1886/1888. Gravure à l'eau-forte. 6 × 10 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Café de Province no.II. 1888. Gravure à l'eau-forte. 10 × 13 cm. Stern Pissarro Gallery, Londres.
  • Vue d'Eragny. 1892. (Éragny-sur-Epte, France), Huile sur toile, 36,5 x 46,3 cm, Royal Academy of Arts, Londres[8].
  • Portrait of Esther Lucien Pissarro, 1893, Huile sur toile, 41 x 38 cm, Hull Museums, Ferens Art Gallery (en), Hull, Royaume-Uni[9]
  • La nouvelle route, (Cotignac, France), 1937, Ashmolean Museum, Oxford, Royaume-Uni[10].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en)Jaspert, W. Pincus, W. Turner Berry and A.F. Johnson. The Encyclopedia of Type Faces. Blandford Press Lts.: 1953, 1983, ISBN 0-7137-1347-X, p. 31
  2. La galerie Stern Pissarro, à Londres, est la seule galerie dédiée à Camille Pissarro et des 4 générations descendantes, parcourant ainsi 150 ans de peintures, dessins, pastels et de techniques d'impressions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Garric, « Généalogie de Lucien Pissarro », sur gw.geneanet.org (consulté le 17 mai 2015).
  2. « Les expositions des impressionnistes », sur www.yerres.fr (consulté le 17 mai 2015).
  3. (en) The Camden Town Group in Context, sur le site tate.org, consulté le 5 mars 2014
  4. (en) Artists biographies, « The Monarro Group », sur www.artbiogs.co.uk (consulté le 4 mars 2014).
  5. (en) Thorncombe Village Trust, « Pissarro at Hewood », sur www.thorncombe-village-trust.co.uk (consulté le 4 mars 2014).
  6. (en) SMU Bridwell Library, « Esther Pissarro - Eragny Press », sur www.smu.edu (consulté le 16 mai 2015).
  7. Lucien Pissarro - L'église de Gisors, sur le site musee-orsay.fr, consulté le 5 mars 2014
  8. (en) Vue d'Eragny, sur le site racollection.org.uk, consulté le 4 mars 2014
  9. (en) Portrait of Esther Lucien Pissarro, sur le site artfund.org, consulté le 5 mars 2014
  10. Lucien Pissarro - La nouvelle route, sur le site img11.hostingpics.net, consulté le 5 mars 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :