Clément Bénech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benech.

Clément Bénech, né le à Paris, est un écrivain et journaliste français.

Entré dans la vie littéraire en 2013, il collabore également à plusieurs revues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Clément Bénech est le neveu à la mode de Bretagne du paysagiste Louis Benech[n 1],[1].

Il apprend à lire avec sa grand-mère alors qu'il est en maternelle[2]. Ses premières lectures sont Patrick Modiano (Dans le café de la jeunesse perdue) et Oscar Wilde[3], puis Marcel Proust, Éric Chevillard et Jean-Philippe Toussaint. En 2015, il dit également affectionner Emmanuelle Pireyre, François Matton ou Frédéric Verger[4]. Il écrit par ailleurs, à l'adolescence, trois romans non publiés[5].

Formation[modifier | modifier le code]

Après ses années au lycée Fénelon Sainte-Marie, il suit une classe préparatoire HEC et Sciences Po[6],[7]. Il suit également des études germaniques avant de les abandonner[8]. Il obtient ensuite une licence de lettres modernes[3], avant de passer six mois à Berlin dans le cadre du programme Erasmus, puis d'intégrer brièvement l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IBJA)[9]. Il effectue un stage à Bayard Presse en 2012 et à Albin Michel jeunesse en 2015[10]. De 2013 à 2015, il suit un master recherche en études littéraires à l'université Bordeaux-Montaigne au cours duquel il rédige un mémoire sur Édouard Levé[9]. En 2015-2016, il intègre un master 2 édition à l'université Paris-Sorbonne[2].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Son premier roman, L'Été slovène, est l'histoire d'un amour, un « ljubezen », entre deux amants qui, pour contrer l'extinction du feu de leur amour, décident d'aller passer ensemble un été en Slovénie. Sur le chemin, ils rencontrent de nombreuses embûches[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21].

Jean-Baptiste Gendarme le classe au rang des « rares élus [qui] réussissent l'exploit d'entrer en littérature avant 22 ans »[22]. Le livre est en lice pour plusieurs prix littéraires. Le , il fait partie des 30 ouvrages de fiction présélectionnés par le jury du prix Orange du livre présidé par Erik Orsenna[23]. Celui-ci couronne finalement Émilie Frèche. En , le magazine Télérama le classe parmi les dix écrivains à suivre sur Twitter[24].

Il a pour projet la co-écriture, avec Éléonore Wismes, d'un film, L'homme de lettre ; Marie Guillard en est l'une des actrices[25].

En 2014, il fait partie, avec Nicolas Lebeau et Denis Grozdanovitch, du jury du prix EDHEC littérature[26].

Lève-toi et charme, son second ouvrage, sort en  ; il narre l'histoire d'« un étudiant [qui] s'exile à Berlin pour finir sa thèse ». Là, il rencontre la fantasque Dora, qu'il séduit, gardant toutefois des scrupules en pensant à sa petite amie Annabelle[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33],[34]. Il affirme s'être inspiré, pour cette œuvre, de Najda d'André Breton[35].

Le , Laurent Gerra, dans une chronique sur RTL, moque son inclination pour le rappeur Booba exprimée dans un article paru dans Libération[36]. Il dit par la suite avoir été « gravement heurté » par les insinuations de l'humoriste au sujet de l'attentat contre Charlie Hebdo[37]. Le , pour son anniversaire, Ina Mihalache lui consacre un épisode de sa série Solange te parle, intitulé « Je suis avec un garçon »[38].

Activité de chroniqueur[modifier | modifier le code]

Il commence en tenant une rubrique, nommée « carte blanche », sur Zone critique[31], revue littéraire en ligne, avant de publier régulièrement dans Décapage.

Il tient une chronique sur Vents contraires, la revue du théâtre du Rond-Point[3],[39]. Il collabore à La Cause littéraire[40] et à Libération[41].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Préface

Traduction

Illustration de la première édition du Voyage en poisson (1923).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. I.e. le fils de son cousin germain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Dreyfus, « Louis Benech », sur franceinter.fr, France Inter,
  2. a et b JBN, « L’écriture d’une belle histoire », sur journaldesgrandesecoles.com (consulté le 9 décembre 2015)
  3. a b et c Fiche sur franceinter.fr.
  4. « Top 5 par Clément Bénech », , Next-Libération.
  5. Nicolas Guégan, « Rentrée littéraire : quatre écrivains racontent l'« aventure heureuse » du premier roman », sur lesinrocks.com, .
  6. Page de contributeur sur thetamarind.eu
  7. Ils montent, ils montent, ils montent, TGV Magazine n° 174, .
  8. David Fortems, « Clément Bénech : « On n’est jamais tombé du nid devant un livre » », sur bondyblog.liberation.fr/, (consulté le 9 décembre 2015)
  9. a et b « Clément Bénech, écrivain, étudiant, twitto… »
  10. « Clément Bénech - master édition paris sorbonne », sur m2edition.paris-sorbonne.fr (consulté le 9 décembre 2015)
  11. Présentation par Clément Bénech de son premier livre pour la librairie Mollat
  12. Camille Pelpel, « L'été slovène de Clément Bénech - ou la nouvelle toile de fond du je t'aime, moi non plus. », sur salon-litteraire.com
  13. Michel Abescat, « L'été slovène », sur telerama.fr
  14. Alexandre Fillon, « L'été slovène : querelles estivales », sur lexpress.fr
  15. Patrick Williams, « L'été slovène : l'avis du Elle », sur elle.fr
  16. « Young energy : L'été slovène de Clément Bénech, un roman passionnant ! », melty.fr.
  17. Au Field de la nuit du 24 juin 2013
  18. Olivier Bellamy, « Clément Bénech, un art subtil », blog.radioclassique.fr.
  19. « La Dispute » du 7 juin 2013, franceculture.fr.
  20. Olivier Steiner, « Au revoir tristesse ou L'été slovène de Clément Bénech », huffingtonpost.fr.
  21. « Encore heureux » du 11 septembre 2013, franceinter.fr.
  22. https://books.google.fr/books?id=BkC2AwAAQBAJ&pg=PT17&dq=%22cl%C3%A9ment+b%C3%A9nech%22&hl=fr&sa=X&ved=0CEIQ6AEwA2oVChMIv5q4m87LyAIViZgaCh211g_c#v=onepage&q=%22cl%C3%A9ment%20b%C3%A9nech%22&f=false
  23. Aurélia Vertaldi, « Prix Orange du livre : dans les coulisses du jury d'Erik Orsenna », sur evene.lefigaro.fr
  24. Erwan Desplanques, « Quels sont les dix écrivains à suivre sur Twitter ? », sur telerama.fr
  25. Le projet sur kisskissbankbank.com
  26. Site officiel du prix
  27. Jean-Claude Perrier, « Un esprit moderne », , Livres-Hebdo.
  28. Patrick Williams, Le litt boy, , Elle.
  29. Éric Chevillard, « Le feuilleton. Le paradoxe du ping-pong », lemonde.fr
  30. « Clément Bénech, 24 ans, auteur de deux romans », ouest-france.fr.
  31. a et b http://zone-critique.com/?s=carte+blanche+cl%C3%A9ment
  32. « TOUT NOUVEAU TOUT BEAU ! », france2.fr.
  33. « La fantaisie allègre », sudouest.fr.
  34. Bruno David, « Lève-toi et charme », valeursactuelles.com.
  35. Patricia De Pas, « Humour et humeur », Nouvelle Quinzaine littéraire, no 1133,‎ , p. 23 (lire en ligne, consulté le 19 août 2015)
  36. « Laurent Gerra imitant Fabrice Luchini : "Booba, ce Mallarmé moderne" », rtl.fr (écouter en ligne).
  37. « Clément Bénech : interview pour Lève-toi et charme », mandor.fr.
  38. « JE SUIS AVEC UN GARÇON », solangeteparle.com.
  39. Blog de Gamer et Fingal
  40. Fiche sur lacauselitteraire.fr
  41. « CLÉMENT BÉNECH. Tous les articles de Clément BÉNECH publiés dans Libération », liberation.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :