Clément Bénech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bénech.
Clément Bénech
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (28 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Parentèle
Louis Benech (oncle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Clément Bénech, né le à Paris, est un écrivain et journaliste français.

Entré dans la vie littéraire en 2013, il collabore également à plusieurs revues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Clément Bénech est le neveu à la mode de Bretagne du paysagiste Louis Benech[n 1],[1].

Il apprend à lire avec sa grand-mère alors qu'il est en maternelle[2]. Ses premières lectures sont Patrick Modiano (Dans le café de la jeunesse perdue) et Oscar Wilde[3], puis Marcel Proust, Éric Chevillard et Jean-Philippe Toussaint. En 2015, il dit également affectionner Emmanuelle Pireyre, François Matton ou Frédéric Verger[4]. Il écrit par ailleurs, à l'adolescence, trois romans non publiés[5].

Formation[modifier | modifier le code]

Après ses années au lycée Fénelon Sainte-Marie, il suit une classe préparatoire HEC et Sciences Po[6],[7]. Il suit également des études germaniques avant de les abandonner[8]. Il obtient ensuite une licence de lettres modernes[3], avant de passer six mois à Berlin dans le cadre du programme Erasmus, puis d'intégrer brièvement l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IBJA)[9]. Il effectue un stage à Bayard Presse en 2012 et à Albin Michel jeunesse en 2015[10]. De 2013 à 2015, il suit un master recherche en études littéraires à l'université Bordeaux-Montaigne au cours duquel il rédige un mémoire sur Édouard Levé[9]. En 2015-2016, il intègre un master 2 édition à l'université Paris-Sorbonne[2].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Son premier roman, L'Été slovène, est l'histoire d'un amour, un « ljubezen », entre deux amants qui, pour contrer l'extinction du feu de leur amour, décident d'aller passer ensemble un été en Slovénie. Sur le chemin, ils rencontrent de nombreuses embûches[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21].

Jean-Baptiste Gendarme le classe au rang des « rares élus [qui] réussissent l'exploit d'entrer en littérature avant 22 ans »[22]. Le livre est en lice pour plusieurs prix littéraires. Le , il fait partie des 30 ouvrages de fiction présélectionnés par le jury du prix Orange du livre présidé par Erik Orsenna[23]. Celui-ci couronne finalement Émilie Frèche. En , le magazine Télérama le classe parmi les dix écrivains à suivre sur Twitter[24].

Il a pour projet la co-écriture, avec Éléonore Wismes, d'un film, L'homme de lettre ; Marie Guillard en est l'une des actrices[25].

En 2014, il fait partie, avec Nicolas Lebeau et Denis Grozdanovitch, du jury du prix EDHEC littérature[26].

Lève-toi et charme, son second ouvrage, sort en  ; il narre l'histoire d'« un étudiant [qui] s'exile à Berlin pour finir sa thèse ». Là, il rencontre la fantasque Dora, qu'il séduit, gardant toutefois des scrupules en pensant à sa petite amie Annabelle[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33],[34]. Il affirme s'être inspiré, pour cette œuvre, de Najda d'André Breton[35].

Le , Laurent Gerra, dans une chronique sur RTL, moque son inclination pour le rappeur Booba exprimée dans un article paru dans Libération[36]. Il dit par la suite avoir été « gravement heurté » par les insinuations de l'humoriste au sujet de l'attentat contre Charlie Hebdo[37]. Le , pour son anniversaire, Ina Mihalache lui consacre un épisode de sa série Solange te parle, intitulé « Je suis avec un garçon »[38].

Activité de chroniqueur[modifier | modifier le code]

Il commence en tenant une rubrique, nommée « carte blanche », sur Zone critique[31], revue littéraire en ligne, avant de publier régulièrement dans Décapage.

Il tient une chronique sur Vents contraires, la revue du théâtre du Rond-Point[3],[39]. Il collabore à La Cause littéraire[40] et à Libération[41].

Il forme avec Arthur Pauly et François-Henri Désérable la bande des « 3 m », selon le nom de leur auteur fétiche (respectivement Patrick Modiano, Gabriel Matzneff et Henri Michaux)[42].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Préface

Traduction

Illustration de la première édition du Voyage en poisson (1923).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. I.e. le fils de son cousin germain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Dreyfus, « Louis Benech », sur franceinter.fr, France Inter,
  2. a et b JBN, « L’écriture d’une belle histoire », sur journaldesgrandesecoles.com (consulté le 9 décembre 2015)
  3. a b et c Fiche sur franceinter.fr.
  4. « Top 5 par Clément Bénech », , Next-Libération.
  5. Nicolas Guégan, « Rentrée littéraire : quatre écrivains racontent l'« aventure heureuse » du premier roman », sur lesinrocks.com, .
  6. Page de contributeur sur thetamarind.eu
  7. Ils montent, ils montent, ils montent, TGV Magazine n° 174, .
  8. David Fortems, « Clément Bénech : « On n’est jamais tombé du nid devant un livre » », sur bondyblog.liberation.fr/, (consulté le 9 décembre 2015)
  9. a et b « Clément Bénech, écrivain, étudiant, twitto… »
  10. « Clément Bénech - master édition paris sorbonne », sur m2edition.paris-sorbonne.fr (consulté le 9 décembre 2015)
  11. Présentation par Clément Bénech de son premier livre pour la librairie Mollat
  12. Camille Pelpel, « L'été slovène de Clément Bénech - ou la nouvelle toile de fond du je t'aime, moi non plus. », sur salon-litteraire.com
  13. Michel Abescat, « L'été slovène », sur telerama.fr
  14. Alexandre Fillon, « L'été slovène : querelles estivales », sur lexpress.fr
  15. Patrick Williams, « L'été slovène : l'avis du Elle », sur elle.fr
  16. « Young energy : L'été slovène de Clément Bénech, un roman passionnant ! », melty.fr.
  17. Au Field de la nuit du 24 juin 2013
  18. Olivier Bellamy, « Clément Bénech, un art subtil », blog.radioclassique.fr.
  19. « La Dispute » du 7 juin 2013, franceculture.fr.
  20. Olivier Steiner, « Au revoir tristesse ou L'été slovène de Clément Bénech », huffingtonpost.fr.
  21. « Encore heureux » du 11 septembre 2013, franceinter.fr.
  22. https://books.google.fr/books?id=BkC2AwAAQBAJ&pg=PT17&dq=%22cl%C3%A9ment+b%C3%A9nech%22&hl=fr&sa=X&ved=0CEIQ6AEwA2oVChMIv5q4m87LyAIViZgaCh211g_c#v=onepage&q=%22cl%C3%A9ment%20b%C3%A9nech%22&f=false
  23. Aurélia Vertaldi, « Prix Orange du livre : dans les coulisses du jury d'Erik Orsenna », sur evene.lefigaro.fr
  24. Erwan Desplanques, « Quels sont les dix écrivains à suivre sur Twitter ? », sur telerama.fr
  25. Le projet sur kisskissbankbank.com
  26. Site officiel du prix
  27. Jean-Claude Perrier, « Un esprit moderne », , Livres-Hebdo.
  28. Patrick Williams, Le litt boy, , Elle.
  29. Éric Chevillard, « Le feuilleton. Le paradoxe du ping-pong », lemonde.fr
  30. « Clément Bénech, 24 ans, auteur de deux romans », ouest-france.fr.
  31. a et b http://zone-critique.com/?s=carte+blanche+cl%C3%A9ment
  32. « TOUT NOUVEAU TOUT BEAU ! », france2.fr.
  33. « La fantaisie allègre », sudouest.fr.
  34. Bruno David, « Lève-toi et charme », valeursactuelles.com.
  35. Patricia De Pas, « Humour et humeur », Nouvelle Quinzaine littéraire, no 1133,‎ , p. 23 (lire en ligne, consulté le 19 août 2015)
  36. « Laurent Gerra imitant Fabrice Luchini : "Booba, ce Mallarmé moderne" », rtl.fr (écouter en ligne).
  37. « Clément Bénech : interview pour Lève-toi et charme », mandor.fr.
  38. « JE SUIS AVEC UN GARÇON », solangeteparle.com.
  39. Blog de Gamer et Fingal
  40. Fiche sur lacauselitteraire.fr
  41. « CLÉMENT BÉNECH. Tous les articles de Clément BÉNECH publiés dans Libération », liberation.fr.
  42. Anne Éveillard, « Jeune et pas con », sur 1-epok-formidable.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :