Château de Pange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Pange
Image illustrative de l’article Château de Pange
Château depuis les jardins
Période ou style Classique
Type Château
Architecte Jean-Baptiste Louis
Début construction 1720
Propriétaire initial Jean-Baptiste Thomas, 1er marquis de Pange
Destination initiale Habitation
Propriétaire actuel Famille de Pange
Destination actuelle Habitation
Protection  Inscrit MH (1986)
Logo monument historique Classé MH (1990)
Logo affichant deux demies silhouettes d'arbre Jardin remarquable
Coordonnées 49° 05′ 01″ nord, 6° 21′ 14″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Blason Lorraine.svg Duché de Lorraine
Région Grand Est
Département Moselle
Commune Pange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Château de Pange

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Château de Pange

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pange

Le château de Pange est une batisse du XVIIIe siècle situé aux bords des eaux de la Nied française, à Pange dans le département français de la Moselle. Typique du classicisme, il comporte un corps de logis central au fronton triangulaire, flanqué de deux pavillons encadrant la façade sur la Nied. Une petite église datant de la moitié du XIXe siècle le jouxte et présente plusieurs vitraux anciens dignes d'intérêt[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château actuel a été construit en 1720 pour Jean-Baptiste-Louis Thomas d'après les plans de l'architecte Jean-Baptiste Louis à l'emplacement d'anciennes forteresses médiévales incendiées en 1404 et 1704. Son ancêtre Pierre Thomas, chancelier de Lorraine, avait été anobli en 1626 par le duc Charles IV de Lorraine.

Jean-Baptiste-Louis est seigneur de Pange et « trésorier de l'extraordinaire des guerres » à Metz pour le Roi de France. Il devient le premier marquis de Pange lorsque la terre est érigée en marquisat par la grâce du roi de Pologne Stanislas Leszczyński le 1er janvier 1766.

Le domaine de Pange a accueilli plusieurs personnages célèbres, tels l'impératrice Marie-Louise en 1813, Napoléon III et Guillaume Ier de Prusse, qui y séjournent successivement durant la guerre franco-allemande de 1870[2].

L'historien et pionnier de l'idée européenne Jean de Pange y meurt en 1957. L'ancien pilote de Normandie–Niémen, Jean de Pange, né en 1917, y meurt le [3].

Après la Seconde Guerre mondiale, le château fut confié à une association pour recevoir des enfants en difficulté. Cette maison d'enfants a fermé en 1983.

La grange du XVIIe siècle, les façades et toitures des deux pavillons au nord-est font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [4]. Les façades et toitures du château (perron et terrasse sur la Nied), le vestibule, l’escalier d’honneur avec sa rampe, l’antichambre et la salle à manger (poêle en faïence), le salon dit des Tapisseries ainsi que la chambre à alcôve font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [4].

Le château appartient toujours à la famille Thomas de Pange, dont firent partie François de Pange, Anne-Louise de Domangeville, Jean de Pange et son épouse Pauline de Broglie, comtesse de Pange.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les tours ont été détruites en 1805. Le château donne par un perron et une terrasse sur la Nied. Le mur du domaine comporte deux pavillons eux aussi classés monuments historiques.

Jardins[modifier | modifier le code]

Les nouveaux jardins, réhabilités en 2002 par le paysagiste Louis Benech et inaugurés en 2003, ont été conçus dans le cadre du réseau transfrontalier Jardins sans Limites initié par le conseil général de la Moselle avec le soutien financier de l'Union européenne. Le jardin est également labellisé Jardin remarquable[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

C’est un jardin ancien qui offre une vision contemporaine de son histoire. Il est formé d'un ensemble de jardins thématiques. Les anciennes douves sont dessinées par des rosiers et des plantes vivaces. Ifs et buis taillés en topiaires aux lignes géométriques rappellent l'époque classique des jardins à la française. Des massifs graphiques et colorés de hautes graminées complètent les genres et époques.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]