Geneviève Pastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pastre (homonymie).
Geneviève Pastre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
SaintesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Geneviève Pastre, née le à Mayence (Allemagne, autrefois ville occupée par l'armée française) et morte le à Saintes (Charente-Maritime), est une écrivaine, poétesse, militante, chercheuse indépendante en histoire, sociologie, anthropologie, philosophie. Elle a été une figure du monde gay et lesbien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégée de grammaire et femme de lettres, elle commence par enseigner au lycée[2]. À partir de 1972, elle publie de nombreux recueils de poèmes, des textes expérimentaux, des essais, des articles dans de nombreuses revues et participe à des colloques. Deux de ses essais, De l'amour lesbien, édité en 1980 et réédité en 2004[3], et Amazones, du mythe à l'histoire, édité en 2000, sont particulièrement connus[2].

Femme de convictions, elle commence à militer pour la cause lesbienne en 1976, dans le Groupe des lesbiennes féministes[2]. Au début des années 1980, elle collabore au mensuel Homophonies. En 1982, elle est présidente de l'association Fréquence Gaie, association de la radio FM parisienne du même nom qui deviendra Radio FG[2],[4].

En 1989, elle crée sa propre maison d'édition, Les Éditions Geneviève Pastre[2].

Elle a été également présidente d'un éphémère parti gay et lesbien (Les Mauves)[2] et tenté de se porter candidate à l'élection présidentielle française de 2002[5], avant de renoncer faute d'avoir pu recueillir les 500 signatures d'élus requises.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Pierre éclatée, 1972.
  • Fleur dans le ventre vert, 1968-1972, poèmes, J. Milas-Martin, 1973.
  • L'Espace du souffle, C. Bourgois, 1977.
  • Octavie ou la deuxième mort du Minotaure, Les Mots à la bouche, 1985.
  • Préludes pour un largo, G. Pastre, 1988.
  • Instants d'éveil, G. Pastre "les Octaviennes", 1994.
  • Espaces aléatoire, G. Pastre "les Octaviennes", 1994.
  • Trois gorgées du modeste royaume, G. Pastre "les Octaviennes", 1995.
  • Vis-à-vis et Invia, suivi de L'État poétique, G. Pastre "les Octaviennes", 2005.

Essais[modifier | modifier le code]

  • De l’amour lesbien, Paris, Horay, 1980.
  • Athènes ou le péril saphique, Paris, Pastre « Les Octaviennes », 1987.
  • Le Nouveau Manuel d'orthographe, G. Pastre, 1991.
  • Le Bien aimer, G. Pastre, 1995.
  • Les Amazones, du mythe à l’histoire, Paris, Pastre « Les Octaviennes », 1996.
  • avec Louis-Georges Tin (dir.), Homosexualités, expression/répression, Paris, Stock, 2000.

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Le Centre LGBT Paris-Île-de-France donne le nom Geneviève Pastre à sa salle festive[6] en 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Notice sur le site hexagonegay, 18 février 2012.
  2. a, b, c, d, e et f Duncan et al. 2013, p. 3369.
  3. Libé 2004.
  4. Martel 1999, p. 163.
  5. Gurrey 2002.
  6. http://www.centrelgbtparis.org/spip.php?article909

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]