Lockheed-Martin Catbird

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lockheed-Martin Catbird
Image illustrative de l'article Lockheed-Martin Catbird

Rôle Banc d'essai volant.
Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed Martin
Équipage entre 12 et 20 membres
Premier vol Janvier 2007
Mise en service 2007
Retrait Toujours en service
Production 1 exemplaire
Motorisation
Moteurs 2 turboréacteurs CFM International CFM56-3B2[1]

Le Lockheed Martin Catbird est un avion américain modifié à partir d'un avion de ligne Boeing 737-330[2]. Il a servi notamment au développement de l'avion multirôle F-35 Lightning II.

Historique[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le Boeing 737-330 D-ABXH avant modification en Catbird.

En 2003 l'avionneur américain Lockheed Martin fit l'acquisition d'un biréacteur Boeing 737-300 de seconde main. L'avion en question volait alors sous l'immatriculation allemande D-ABXH. Il était alors au service de la compagnie aérienne Lufthansa. Son premier vol en tant qu'avion de ligne était intervenu le 30 septembre 1986[1]. Il changea d'immatriculation lors de son rachat par Lockheed Martin pour devenir N35LX[3]. Il fut baptisé Catbird, contraction de Cooperative Avionics Test Bed.

Son rôle initial était d'assurer les phases d'essais d'avionique du programme F-35 Lightning II. Il devait ainsi palier les failles existantes dans le prototype Lockheed Martin X-35, vainqueur du programme JSF.

Plusieurs modifications majeures furent apportées au Boeing 737-330 pour le transformer en Lockheed Martin Catbird. Il fut d'abord débarrassé de son aménagement intérieur d'avion de ligne. Il fut ensuite doté d'un système de commandes de vol électrique et d'une avionique adapté à sa mission future. Les travaux durèrent de 2003 à décembre 2006.

En service[modifier | modifier le code]

Après son « nouveau » premier vol, en tant que Catbird, l'avion entra rapidement en service. Il fut utilisé non seulement pour tester l'ensemble des systèmes informatiques du futur F-35 Lightning II[4] mais aussi pour valider certains équipements spécifiques tels le capteur-multiple à infrarouge AN/AAQ-37, le système de contre-mesures électroniques AN/ASQ-239 développé spécialement par BAE Systems[5], ou encore le radar à antenne active AN/APG-81. Ce dernier équipement a d'ailleurs été monté dans le nez du Catbird[4].

Description[modifier | modifier le code]

Si globalement le Lockheed Martin Catbird reprend les grandes lignes du Boeing 737-300 dont il est issu il faut savoir que l'avion se reconnaît aussi au premier coup d'œil. Il est doté d'une voilure annexe, dotée d'ailerons et placée en avant des ailes[4] de l'avion. Il faut savoir que son nez a été modifié pour recevoir le radar AN/APG-81[4].

Sources & références[modifier | modifier le code]

Sources web[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lockheed Martin N35LX », Airfleets.net (consulté le 26 juillet 2016)
  2. (en) « Boeing 737-330 (N35LX) », sur planefinder.net, Pinkfroot Ltd (consulté le 26 juillet 2016)
  3. (en) Gerhard Plomitzer, « Boeing 737-330(CATB) - Lockheed Martin », Airliners.net, (consulté le 26 juillet 2016)
  4. a, b, c et d (en) Amy Cochrum, « F-35: CATBird Completes SDD Missions », Lockheed Martin, (consulté le 26 juillet 2016)
  5. (en) « AN/ASQ-239 F-35 electronic warfare / countermeasure system », BAE Systems (consulté le 26 juillet 2016)