Liste des maires de Batna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Batna.

Cet article contient la liste des maires de Batna, une commune d'Algérie située à 435 km au sud-est d'Alger et à 113 km au sud-ouest de Constantine.

Conquête de l'Algérie par la France[modifier | modifier le code]

Portrait Nom
(naissance-mort)
Début du mandat Fin du mandat Appartenance politique Notes et faits marquants
1 24 janvier 1854[1] 26 octobre 1854[1]
2 Mangin[1] 31 mai 1860[1] 26 septembre 1867[1]
3 Sally[1] 1874[1]

Avant l'indépendance de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Portrait Nom
(naissance-mort)
Début du mandat Fin du mandat Appartenance politique Notes et faits marquants
1 Jean Pérès[1] 1874[1] 1878[1] Pérès a initié le projet de l'agrandissement de la ville de Batna, lors de son époque, on a construit 11 immeubles pour les services municipaux (mairie, justice de paix, commissariat de police...), un marché, un presbytère, et une école de la rue Jules-Ferry vraisemblablement, un cours de promenade l’actuelle allée Mostefa Ben Boulaid, et un abattoir[2]. Mais son projet de création d'une société industrielle, minière et forestière de Batna n'a pas vu le jour pour des raisons financières[3].
2 Pierre Raffin[1] 24 décembre 1878[1] 18 janvier 1891[1]
3 Claude Chapuis[1] 18 janvier 1891[1] 1 mars 1891[1]
4 André Gaston Saint Germain[1] 1 mars 1891[1] 1903[1]
5 L. Battu[1] 1903[1] 1904[1]
6 Auguste Sanrey[1] 1904[1] 10 mai 1911[1]
7 Alfred Mauduit[1]
(1860-)
11 mai 1911[1] 10 décembre 1919[1]
8 Fronçois Maglioli[1] 20 février 1920[1] 1926[1]
9 Paul Louis Bocca[1]
(1872-1951)[4]
12 octobre 1929 23 septembre 1941
10 Albert Hognon[5]
(-1943)[5]
23 septembre 1941[5] 19 avril 1943 †[5] Mort en plein conseil municipal[5].
11 Alfred Malpel[5]
(1896-1983)[6]
23 mars 1941[5] 14 juin 1958[5]
12 Ali Mallem.jpg Ali Mallem[5]
(1915-1964)[7]
27 avril 1959[5] juillet 1962[5] UNR
Puis FLN[8]
Selon le site de l'assemblée nationale, Ali Mallem est un des piliers de la politique algérienne de la France dans les Aurès avant et pendant la guerre d’Algérie[7].

Ali Mallem était gaulliste[9] et coutumier des demandes des libérations anticipées et des réouvertures des medersa auprès du général de Gaulle[10]. En fin de carrière, Mallem avait pris des positions favorables à l’indépendance de l'Algérie et a été exclu de son parti[11]. Il est mort accidentellement en France quelques années après l’indépendance de l'Algérie[8].

Après l'indépendance de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Légende[modifier | modifier le code]

Partis politiques :

  •      FLN
  •      FIS
  •      Sans parti
  •      RND

Note : les tableaux ci-dessous montrent les dates de mandats avec les maires de la ville de Batna.

Liste des maires après l'indépendance de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Portrait Nom
(naissance-mort)
Début du mandat Fin du mandat Appartenance politique Notes et faits marquants
1 Slimane Guettala[12]
FLN
2 Chikhi Mohammed FLN
3 Salah Dahmane[12]
FLN
4 Kamel Mostefai[12]
FLN
5 Kaddour Menasria FLN
6 Mohamed Houara
(-2014[13])
1984[14] FLN
7 Larbi Soltani 1984 FLN
8 Amar Abdessemed FLN
9 Amar Rabouh années 1990 FIS
10 Abdelmalek Yahia Bay
11 Amoura
12 Saâdi Abdelkrim décembre 2002 décembre 2007[15] FLN[16]
13 Mohamed Houara
(-2014[13])
9 décembre 2007 14 juin 2010[17] FLN[18] Houara est le seul maire de l'histoire de la ville après l’indépendance, qui a été élu deux fois[13]. Lors de son mondât il lance les projets de la réhabilitation des routes, des quartiers de la ville[19].

Vers la fin de son mandat, le maire a dû faire face à une mésentente au sein de l'APC, lors de laquelle 23 élus, dont 10 issus du même parti que lui, sur les 33 que compte l'assemblée, ont signé une motion de retrait de confiance[20]. Et en 2010, il a démissionné pour être remplacé par Ali Melakhsou, qui était vice-président de la même APC de cette époque[13]. Houara est décédé le 21 juin 2014 au CHU de Batna, et a été inhumé dans le cimetière de Bouzourane[13].

14 Ali Melakhsou 14 juin 2010[17] 2012 FLN[21] Lors de son mandat quelques projets ont vu le jour, comme celui de l'éclairage public[22], le réaménagement de la place de l'ancienne gare routière en cafés terrasse et kiosques[23] ou encore la rénovation de la cinémathèque de Batna, Les Aurès[24]. La mairie a aussi fait démolir quelques constructions illicites de la ville[25].

Cependant vers la fin de son mandat, il a eu des problèmes dans la mairie, entre les élus et Ali Melakhsou[26]. Un conflit d'intérêt dans leur parti politique le FLN entre pro et anti Abdelaziz Belkhadem[26].

15 Maire de Batna Abdelkrim Maroc Corp.JPG Abdelkrim Maroc 2012 en fonction FLN[27]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae et af Chibani 2015, p. 313.
  2. Marin 2005, p. 74.
  3. Marin 2005, p. 75.
  4. « Dossier - Cote 19800035/5/603: Paul Louis Bocca », sur http://www.culture.gouv.fr (consulté le 25 janvier 2016).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Chibani 2015, p. 314.
  6. « La tombe d’Alfred Malpel, qui fut maire de Batna en Algérie. », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le 24 janvier 2016).
  7. a et b « Base de données des députés français depuis 1789: Ali Mallem », sur http://www.assemblee-nationale.fr (consulté le 24 janvier 2016).
  8. a et b Marin 2005, p. 430.
  9. Marin 2005, p. 351.
  10. Marin 2005, p. 384.
  11. Marin 2005, p. 401.
  12. a, b et c Saïd Merzouki, « Monsieur Hocine Bouchemal », Batna Info,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  13. a, b, c, d et e Neserddine Bakha, « Décès de l'ex-Maire: « Feu Houara Mohamed inhumé avant-hier » », L'Est Républicain, no 4338,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  14. « Blocage de l'APC de Batna: «Le P/APC : “Je ne démissionnerai pas”» », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).
  15. B. Belkacem, « Batna: «1 milliard pour la piscine» », L'Expression,‎ (ISSN 1112-3397, lire en ligne).
  16. Mohammed Houadef, « Batna/activité partisane du FLN: «Primaires sur fond tribal» », Le Soir d'Algérie,‎ (lire en ligne).
  17. a et b Abdelhakim N., « Assemblée populaire communale de Batna : Nouveau staff, nouvelles promesses », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  18. H. M., « Batna : « Transport : du nouveau » », Le Soir d'Algérie,‎ (ISSN 1111-0074, lire en ligne).
  19. Nourdine N., « Batna: Vaste opération de réhabilitation des routes », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  20. Nouri Nesrouche, « Crise a l'apc de Batna: Le maire refuse de démissionner », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  21. Nouri N, « Batna : Melaghssou remplace Houara », El Watan,‎ (lire en ligne).
  22. Abdelhakim N., « Batna: « Inauguration de la 1re tranche de l'éclairage public » », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  23. Lounes Gribissa, « Batna : les autres articles « Une galerie d'art sur le site de l'ancienne gare » », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  24. Nouri Nesrouche, « Batna : les autres articles « La cinémathèque fait peau neuve » », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  25. Ali Benbelgacem, « Urbanisme anarchique à Batna: « Autorités et société civile partent en guerre contre les constructions illicites » », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  26. a et b Nouri Nesrouche, « Des élus écrivent au maire de Batna « La commune n'est pas votre ferme privée » », El Watan,‎ (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  27. Ali Benbelgacem, « Vaine tentative de déstabilisation du maire », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.