Liste de fibres naturelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les fibres naturelles sont utilisées dans le textile et le bâtiment.

Fibres animales[modifier | modifier le code]

Composées de substances organiques, les fibres animales, ou protéiniques, se présentent sous forme de poils ou de soies.

Poils et plumes[modifier | modifier le code]

  • Laine : fibre obtenue par la tonte des moutons ; par extension peut désigner celle obtenue à partir de la tonte ou de l'épilage d'autres espèces : alpaga (alpaca, un camélidé voisin du lama), mohair, cachemire et pashmina (chèvres), angora (une race de lapins), de chèvres, de chameau, de guanaco, de vigogne ou de yack.
  • Le crin provient de la queue, des sabots et de la crinière des chevaux, et servait à remplir les sommiers, les fond et dossier des siéges, les carreaux, ainsi qu'à faire un tissu pour ces mêmes sièges. Il en était de deux qualités: crin d'échantillon, qui est le plus long; crin ordinaire, dans lequel se trouvent mêlées des soies de porc.Il sert aussi à fabriquer les pinceaux[1].
  • La bourre est un matériau constitué par les poils provenant du tannage des peaux, qui était utilisé dans différents métiers: la tapisserie, le tapissage, la construction (blanc en bourre, mortier de bourre), etc.. Les rebuts de la soie étaient aussi nommés bourre ou « filosette » ou « soie galette »[1].
  • Divers animaux sont utilisés dans la fabrication des pinceaux, notamment les soies de porc. Le petit-gris, écureuil nordique est utilisé pour fabriquer les pinceaux appelés du même nom.
  • Les plumes des oies pour les oreillers et édredons. On en distingue de différentes qualités suivant la finesse du duvet.
  • L'édredon désigne un duvet très-fin et très-chaud qui provenait du fin plumage que dépose dans son nid un oiseau nommé eider, qui habite le nord, notamment les îles d'Heligoland, de Bornholm et les îlots d'Ertholm - On en remplissait un tissu de soie pour s'en couvrir[1]. Le mot « édredon » dériverait ainsi du nom de l'oiseau en Islandais.
  • Le velours est une étoffe à poil ras faite de soie, de poils de chèvre ou de laine, unie, rayée ou à fleur, dont on se servait pour couvrir des sièges, à faire des rideaux. Le « Velours d'Utrecht » désignait un velours fabriqué avec du poil de chèvre, que l'on fait dans diverses villes de France; il était rayé ou à fleur, et servait à couvrir des sièges - Il s'en faisait aussi en laine qui avait le même usage, mais était moins beau et moins cher que l'autre[1].

Sécrétions[modifier | modifier le code]

Fibres végétales[modifier | modifier le code]

Composées de cellulose plus ou moins pure, les fibres végétales se présentent sous forme de gousses, de tiges (fibres caulinaires) ou de feuilles.

  • Coton : fibre extraites des fruits des cotonniers, plantes cultivées en zone sub-tropicale à tropicale, du genre Gossypium appartenant à la famille des Malvaceae.
  • Lin : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone tempérée, du genre Linus appartenant à la famille des Linacées.
  • Chanvre : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone tempérée, du genre Cannabis appartenant à la famille des Cannabinacées. De nouveaux procédés de récolte du chanvre permettent aujourd'hui d'atteindre des rendements céréaliers[2].
  • Bananier : On extrait du tronc du bananier une fibre qui est travaillée pour donner un fil soyeux. Il peut être tricoté ou crocheté. Origine: Népal et Inde.
  • Jute : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone tropicale, du genre Corchorus appartenant à la famille des Tiliacées
  • Ramie : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone sub-tropicale à tropicale du genre Boehmeria appartenant à la famille des Urticacées.
  • Raphia : fibre extraite des feuilles d'un palmier originaire de Madagascar du genre Raphia appartenant à la famille des Arécacées.
  • Sisal : fibre extraite des feuilles d'un agave originaire du Mexique et maintenant répandu autour du monde du genre Agave appartenant à la famille des Agavacées.
  • Genêt : fibre extraite du genêt d'Espagne ou spartier à tiges de jonc. Les Romains et les Carthaginois employaient déjà ces fibres pour la confection des voiles de navires; tout récemment encore, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les services de sécurité des mines utilisaient le caractère antistatique de la fibre de genêt pour la réalisation de tapis transporteurs de charbon : en effet, la moindre étincelle pouvait provoquer une explosion meurtrière liée à l'inflammation du poussier.
  • Paille, foin : ils servent notamment à structurer le torchis.
  • Fibres exploitées que sur un plan local, qui et n’ont plus qu’un intérêt historique ou une valeur de substitut en temps de pénurie : fibres d’ortie, de genêt, de houblon, de lupin, de saule ou de tilleul.

Fibres minérales[modifier | modifier le code]

Outre les fibres d’amiante, le règne minéral fournit aussi les métaux (or, argent, cuivre, aluminium) dont on fabrique des fils.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian, 1814. Lire en ligne
  2. :(fr) production industrielle de chanver extraits du journal FR3 régional