Fibre de jute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La fibre est déshydraté avec la méthode du rouissage
Corde de Jute

La fibre de jute est obtenue de l'écorce du jute et est principalement produite en Inde et au Bangladesh. Elle est longue, douce et brillante et est entre autres utilisée pour faire des sacs entoile de jute ou encore comme géotextile[1].

Le mot jute désigne à la fois les fibres ainsi que la plante dont ils sont issus[2].

Production[modifier | modifier le code]

Ce sont les tiges qui sont récoltées et elles sont ensuite débarrassées de leurs feuilles. Les fibres sont préparés pour l'extraction par le procédé de rouissage, qui dure environ trois semaines. L’extraction est souvent manuelle et on procède après au lavage et au séchage du produit. En Inde et au Bangladesh, on estime qu'environ 4 millions de personnes vivent de cette industrie et que les productions sont généralement faite à petite échelle ce qui rend la mécanisation peu viable[3].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Avant même la révolution industrielle, la fibre de jute a devancé le chanvre et le lin comme principale matière dans la fabrication de sacs. Un de ses avantage est de pouvoir être utilisé aussi bien indépendamment ou en textile mixte. En tant que géotextile, le fait que la fibre de jute soit biodégradable la rend attirante puisqu'il n'est pas nécessaire d'avoir à disposer du tissu après utilisation. Son application inclut les toiles pour mottes destinées à la plantation de jeunes arbres ou encore lutter contre l'érosion des sols. Un autre avantage être d'être un matériel isolant puisqu'il possède entre autres une faible conductivité thermique[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. FAO, « Future Fibres: Jute », sur FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) (consulté le 27 juin 2016)
  2. Arnaud Vogüé, « Notes sur la culture et la production du Jute », Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  3. Stéphane Mary et al., « Développement de géofilets biodégradables de qualité destinés à des opérations de génie biologique et écologique » [PDF], , p. 15.
  4. FAO