Malvaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Malvaceae sont une famille de plantes dicotylédones comprenant 1 000 espèces réparties en plus de 100 genres.

La famille est cosmopolite, absente seulement des régions très froides. Particulièrement abondante dans les régions tropicales d'Amérique du sud, elle est représentée plus minoritairement dans les régions tempérées, particulièrement autour de la Méditerranée. Certaines régions, comme Madagascar ou l'archipel d'Hawaï possèdent de nombreux genres et espèces endémiques. Elle comprend 2 500 espèces réparties en 204 genres. La flore française ne possède environ que 25 espèces spontanées[1].

Theobroma cacao, le cacaoyer, à partir duquel est produit le chocolat, occupe une place économique importante au sein de cette famille. Parmi les plantes ornementales et utiles, on peut citer les genres[1] :

Nomenclature et systématique[modifier | modifier le code]

Phytonymie[modifier | modifier le code]

Le nom français (mauve), les noms italiens et espagnols (malva), anglais (mallow), allemand (malve), arabe : ملوخية (mloukhiya), hébreu : מלוחיה (molokhia) dérivent tous de la racine malva, nom botanique de ces plantes qui désignait en latin différentes Malvacées. Son étymologie remonterait au grec ancien μαλάχη (malákhē) ou μολόχη (molókhē), grec moderne μολόχα (molóha), qui signifie mou ou amollir, allusion à la plante qui possède un limbe mou soutenu par des nervures palmées ou référence à ses qualités émollientes[2].

Le mot Malvacées date du XVIIIe siècle et dérive du latin malvaceus qui signifie « qui ressemble à la mauve ». Ce terme émane lui-même de Malva[3].

Systématique[modifier | modifier le code]

Cette famille était souvent subdivisée en 4 familles (Tiliaceae, Sterculiaceae, Bombacaceae et Malvaceae s.s.), mais cette classification était basée sur des distinctions arbitraires et incohérentes. La classification phylogénétique regroupe les Bombacacées, les Tiliacées et les Sterculiacées au sein de la famille des Malvacées s.l. qui forme un groupe monophylétique, ce qui augmente considérablement le nombre de genres et d'espèces appartenant à cette famille.

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Les Malvaceae sont des arbrisseaux, arbustes ou des herbes annuelles ou vivaces, plus rarement des arbres généralement persistants des zones froides à tropicales, fait exceptionnel dans l'ordre. Tous les organes végétatifs sont recouverts d'un indument comportant souvent des poils étoilés plus ou moins rigides, ou des poils à base bulbeuse constituant des aiguillons. Les feuilles poilues, fréquemment polymorphes, sont en général alternes, simples et palmatilobées, palmatiséquées ou composées palmées (Ceiba, Bombax), entières à dentées, avec un limbe palmatinervuré. Lorsque les feuilles sont dentées, une nervure se termine à la pointe de chacune des petites dents du limbe : les dents des feuilles de type malvoïde sont une caractéristique des Malvaceae. Le pétiole des feuilles est souvent renflé aux extrémités avec des stipules caduques[1].

On trouve des cellules à mucilage isolées ou groupées pour former des poches lysigènes, d'où l'emploi de ces plantes comme légumes ou remèdes. Souvent des lacunes sécrétrices parcourent l'appareil végétatif. Les organes jeunes ainsi que les pétioles et les feuilles n'ont que des fibres péricycliques en strates concentriques. Les tiges et les racines ont des fibres libériennes plus ou moins lignifiées, d'où leur emploi fréquent comme textile (fibres du genre Urena)[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Les fleurs sont solitaires ou groupées en inflorescences variables, axillaires ou terminales : cymes corymbiformes ou paniculiformes, fascicules, etc. Elles sont pentamères et actinomorphes, très exceptionnellement zygomorphes. Elles sont axillées par des bractéoles involucrales (de 3 à 13), faisant office de calicule.

Le calice affecte une préfloraison valvaire et possède 5 sépales libres ou connés. La corolle une préfloraison contortée à imbriquée, et se compose de 5 pétales libres ou fréquemment légèrement soudés à la base. Les Malvacées montrent un début de gamopétalie[5].

Caractéristique de cette famille, l'androcée monadelphe (du grec monos, seul, et d'adelphos, frère) : les étamines ont leurs filets soudés entre eux sur toute leur longueur, mais laissent les anthères libres au sommet et réduites à une loge, formant un tube staminal appelé colonne. Cette monadelphie est la conséquence de la superposition de trois phénomènes : méristémonie qui aboutit à la formation de 5 phalanges d'étamines ; soudure des étamines par leur filet en un tube (à l'opposition de la polyadelphie, les étamines se soudant en plusieurs faisceaux) ; segmentation de chaque étamine en deux demi-étamines, expliquant la présence des anthères uniloculaires (à déhiscence longitudinale). L'androcée est diplostémone ou polystémone. La monadelphie a pu favorisé un plus grand allongement du tube staminal comme chez les Hibiscus, conduisant à l'établissement de relations avec des pollinisateurs différents comme des colibris ou des chauves-souris qui volent sur place devant la fleur[6].

La pollinisation est généralement de type entomophile, les plantes fournissant un nectar produit par la surface interne des sépales, elle peut être parfois anémophile, hydrophile, zoophile. Le pollen est épineux. Au niveau des carpelles, on observe le phénomène de méricarpellie, évolution parallèle à la méristémonie, ce qui entraîne chez les espèces évoluées un manque de place pour chacun des carpelles, aussi les loges sont devenues uniovulées. Ces carpelles (au moins 2, la pentacarpellie étant de règle), fermés, se transforment par subdivision en 5 phalanges de carpelles qui se soudent à la base des styles. L'ovaire supère, à Placenta (botanique)#placentation axile, est souvent recouvert d'écailles peltées. Les styles sont unis en une colonne centrale qui coulisse à l'intérieur du tube staminal, laissant les stigmates libres au sommet, d'où le nom de Columnifères donné par les anciens botanistes aux Malvales[7]. La protandrie favorise la pollinisation croisée mais l'autofécondation reste possible. Les ovules sont anatropes. Les fruits secs des espèces tropicales et primitives, qui ont conservé un ovaire à 5 carpelles individualisés, sont des capsules loculicides déhiscentes à 5 fentes ou des follicules. Chez les genres évolués, la complète fusion des carpelles donnent un fruit schizocarpique, libérant à maturité de nombreux akènes ou méricarpes, formant ainsi un verticille de nombreux akènes disposés en tranches d'orange[8]. Les graines sans endosperme contiennent un albumen peu important et un gros embryon dont les deux cotylédons sont repliés. Réniformes, elles sont souvent couvertes de poils fins de cellulose, qui peuvent être disposés en touffes comme chez Gossypium. Elles ont peu ou pas d'albumen, et un embryon courbé ou droit[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Angiosperm Phylogeny Website (22 juin 2010)[10] :


Selon NCBI (22 juin 2010)[11] :


Selon DELTA Angio (22 juin 2010)[12] :


Selon ITIS (22 juin 2010)[13] :


Selon classification classique de Cronquist (1981) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Lavoisier, , p. 817
  2. (en) W. S. Judd, C. S. Campbell, E. A. Kellogg, P. F. Stevens & M. J. Donoghue, Plant Systematics: A Phylogenetic Approach, Sinauer Associates, , p. 147
  3. Robert Grandsaignes d'Hauterive, Dictionnaire des racines des langues européennes, Librairie Larousse, , p. 189
  4. (en) Fritz Hans Schweingruber, Annett Börner, Ernst-Detlef Schulze, Atlas of Stem Anatomy in Herbs, Shrubs and Trees, Springer Science & Business Media, , p. 255-258
  5. Pierre Crété, Précis de botanique. Systématique des angiospermes, Masson, , p. 188
  6. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 58
  7. Denis Bach, M. Mascré, Guy Deysson, Cours de botanique générale, Société d'édition d'enseignement supérieur, , p. 262
  8. Exceptionnellement, le genre Malvaviscus (en) produit des baies et le genre Sterculia des follicules.
  9. André Goris, Manuel de botanique, Vigot, , p. 87
  10. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 22 juin 2010
  11. NCBI, consulté le 22 juin 2010
  12. DELTA Angio, consulté le 22 juin 2010
  13. ITIS, consulté le 22 juin 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]