Ligne de La Châtre à Guéret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
La Châtre à Guéret
Image illustrative de l’article Ligne de La Châtre à Guéret
Le viaduc de Glénic sur la Creuse, en 2009.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies La Châtre, Bonnat, Aigurande et Guéret
Historique
Mise en service 1906
Fermeture 1939 – 1952
Concessionnaires PO (1893 – 1937)
SNCF (1938 – 1995)
Déclassée (à partir de 1995)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 698 000
Longueur 75,488 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 25 
Nombre de voies ligne déposée
(Anciennement à voie unique)

La ligne de La Châtre à Guéret est une ancienne ligne de chemin de fer française à écartement normal et à voie unique partiellement déclassée. Elle reliait La Châtre, dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire à Guéret, dans le département de la Creuse, en région Limousin.

Elle constitue la ligne no 698 000 du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne avait été concédée à titre éventuel à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), le [1]. Elle a été déclarée d'utilité publique, comme ligne d'intérêt général, le [1] rendant ainsi la concession définitive.

Elle a été ouverte à l'exploitation, par le PO ainsi que ses dix stations intermédiaires et ses deux haltes, le [2].

La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) a mis fin au trafic des voyageurs, sur l'ensemble de la ligne, le [2].

Le service des marchandises a été supprimé, entre l'embranchement des carrières de la Graule (près d'Aigurande) et la bifurcation du Teilloux (près de Guéret), le [2].

Le service des marchandises a été assuré jusqu'au [2], du fait de l'exploitation des carrières et des transports d'animaux, pour l'abattoir d'Aigurande, sur la section de La Châtre à l'embranchement des carrières de la Graule via Aigurande.

La ligne fut déclassé de La Forêt-du-Temple à Guéret (PK 330,440 à 371,952), le [3] ; de Lourdoueix-Saint-Pierre à La Forêt-du-Temple (PK 326,200 à 330,440), le [4] et de La Châtre à Aigurande (PK 300,347 à 326,200), le [5].

Tracé et profil[modifier | modifier le code]

Ligne à voie unique et à écartement normale, non électrifiée et au mauvais profil. Les déclivité atteignaient 25 ‰. Les principaux ouvrages d'art sont quatre viaducs.

Gares ferroviaires[modifier | modifier le code]

Gare en services[modifier | modifier le code]

Gares fermées ou désaffectées[modifier | modifier le code]

Dessertes[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui une courte section de la ligne est en service, entre un dépôt d'hydrocarbures, et la gare de Guéret exploitée comme installation terminale embranchée.

Matériels et trains utilisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b JB Duvergier, Table alphabétique et raisonnée des matières sur lesquelles disposent les Lois, Décrets et Règlements publiés en 1896., coll. « Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État », (lire en ligne), p. 342.
  2. a b c et d José Banaudo et Fabrice Lanoue, Sur les rails du Limousin, Éditions de Borée, (lire en ligne), p. 21.
  3. Journal Officiel de la République Française, du 10 août 1969, page 8 017.
  4. Journal Officiel de la République Française, du 5 septembre 1990, page 10 779.
  5. Journal Officiel de la République Française, du 25 mars 1995, page 4 817.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]