Ligne de Saint-Césaire au Grau-du-Roi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Saint-Césaire au Grau-du-Roi
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Passage d'un TER devant les remparts d'Aigues-Mortes.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Aigues-Mortes, Le Grau-du-Roi
Historique
Mise en service 1873 – 1909
Concessionnaires PLM (1863 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 819 000
Longueur 45 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 10
Nombre de voies Voie unique
Signalisation CAPI
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER, fret

La ligne de Saint-Césaire au Grau-du-Roi est une ligne ferroviaire française non électrifiée à écartement standard et à voie unique du département du Gard. Longue de 40,509 km elle relie Saint-Césaire, quartier de Nîmes, au Grau-du-Roi.

Elle constitue la ligne 819 000 du réseau ferré national.

Elle est empruntée par des relations en correspondance à Nîmes avec la ligne de Tarascon à Sète-Ville.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Césaire au Grau-du-Roi est construite par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), afin de desservir les salines autour d'Aigues-Mortes. La première section à être mise en service, est celle de Nîmes à Saint-Césaire en 1845 (ligne de Tarascon à Sète-Ville).

Le 5 juin 1861, une loi défini les conditions de concession d'une ligne de chemin de fer de Lunel à Aigues-Mortes[1]. Cette ligne a été concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention entre le Ministre secrétaire d'État au département de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la compagnie signée le 1er mai 1863. Cette convention a été approuvée par un décret impérial le 11 juin 1863[2].

La section entre Saint-Césaire et le Cailar est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la compagnie le 18 juillet 1868. Cette convention est approuvée par un décret le 28 avril 1869[3]. La section de Saint-Césaire à Aigues-Mortes est mise en service en 1873.

La section de ligne d'Aigues-Mortes au Grau-du-Roi est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 24 janvier 1902. Cette convention est approuvée par une loi le 18 juillet 1902[4]. La ligne est déclarée d'utilité publique par décret le 26 décembre 1902[5]. Elle est mise en service le 10 juillet 1909.

Tracé - profil[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie unique établie dans une plaine. Son profil est toutefois très moyen et les déclivités atteignent 10 ‰ entre Saint-Césaire et Le Cailar et 5 ‰ au-delà. La ligne d'Arles à Lunel est en tronc commun entre Le Cailar et Aimargues. Cette section était autrefois à double voie.

Les gares[modifier | modifier le code]

Voir le schéma de ligne.

La desserte[modifier | modifier le code]

Cette ligne est desservie par les TER Languedoc-Roussillon pour le trafic voyageurs.

Une desserte fret subsiste entre Nîmes et Le Grau-du-Roi d'une part, et Trinquetaille d'autre part.

Depuis le 1er juillet 2011, et ce jusqu'à la fin du mois d'août 2011, le conseil régional de Languedoc-Roussillon a mis en place une tarification attractive : 1 € l'aller par personne. À la mi-juillet, ce dispositif rencontre un franc succès (jusqu'à 1 200 voyageurs par jour)[6]. Face au succès de l'opération, cette tarification a été pérennisée[7].

Les ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Le pont tournant d'Aigues-Mortes vu du haut de la tour de Constance.

Cette ligne de plaine ne comporte aucun tunnel.

Le pont tournant d'Aigues-Mortes a la particularité de pivoter de 90 degrés pour laisser passer les bateaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 9093 - Loi relative à la concession du chemin de fer d'Aigues-Mortes à la ligne de Nîmes à Montpellier : 5 juin 1861 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 17, no 936,‎ , p. 718 - 719.
  2. « N° 11555 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141,‎ , p. 159 - 166 (lire en ligne).
  3. « N° 16808 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 18 juillet 1868, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 28 avril 1869 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 33, no 1699,‎ , p. 364 - 373.
  4. « N° 41987 - Loi ayant pour objet l'approbation d'une convention avec la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée pour la concession des lignes suivantes : de Nice à la frontière d'Italie ; de Chorges à Barcelonette ; de Moutiers à Bourg-Saint-Maurice ; de Bourron à Melun ; De Chamborigaud à Bessèges, d'Aigues-Mortes au Grau-du-Roi : 18 juillet 1902 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 65, no 2376,‎ , p. 645 - 646 (lire en ligne).
  5. « N° 42906 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement du chemin de fer d'Aigues-Mortes au Grau-du-Roi : 26 décembre 1902 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 66, no 2435,‎ , p. 707 - 709 (lire en ligne).
  6. Article de l'indépendant ; http://www.lindependant.fr/2011/07/05/gard-bapteme-du-rail-pour-le-ter-a-1,38079.php
  7. Nimes - Le-Grau-du-Roi : le train à 1 euro. Site http://www.ter-sncf.com/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Blier, Nouvelle géographie ferroviaire de la France, tomes 1,2 & 3, éditions La Vie du Rail, mai 1993.
  • H. Lartilleux, Géographie universelle des transports, tome 1 : Géographie des chemins de fer français, éditions Chaix, janvier 1955.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]