Trinquetaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trinquetaille
Trinquetaille
Le pont de Trinquetaille, par Vincent van Gogh, 1888
Administration
Pays Drapeau de la France France
Bouches-du-Rhône département
Arles Commune
Code postal 13200
Démographie
Population 6 132 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 50″ nord, 4° 37′ 20″ est
Altitude 12 m
Cours d’eau Rhône
Site(s) touristique(s) Vestiges archéologiques d'Arles, Verrerie de Trinquetaille
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Trinquetaille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trinquetaille

Trinquetaille est un quartier d'Arles, situé dans le canton d'Arles-Ouest. Il fut particulièrement développé dans l’Antiquité, en raison de ses activités portuaires, comme en témoignent les nombreuses découvertes archéologiques[1]. Son nom apparaît dans de nombreux textes anciens, les consuls d’Arles étant seigneurs de Trinquetaille.

Au recensement de 2006, le quartier de Trinquetaille comptait 6 132 habitants[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Trinquetaille est un quartier d'Arles, situé à l'ouest du centre historique, séparé de celui-ci par un bras du Rhône.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le quartier de Trinquetaille est situé sur la rive droite du grand Rhône. Par ce positionnement, à la pointe du Delta, Trinquetaille est situé en Camargue.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'accès au quartier se fait depuis le centre ville d'Arles, par la route départementale RD35a, qui emprunte le Pont de Trinquetaille.

Plusieurs lignes de bus desservent le quartier de Trinquetaille[3] :

  • ligne 3 : Tournesol - La Crau
  • Ligne 6 : CFA - Clemenceau
  • ligne 7 : île des sables - Clemenceau

Toponymie[modifier | modifier le code]

Trinquetaille, face à Arles, sur la rive droite du Grand-Rhône

Le nom Trinquetaille viendrait du verbe occitan trencar "trancher", suivi de tailha, nom féminin signifiant "morceau de bois sur lequel on fait des entailles", et qui a évolué vers le sens des "impôts". D'après Gilles Fossat[4], trenca-talhas ou "tranche-tailles, coupeur de tailles", est le surnom d'un homme qui collectait les impôts et inscrivait sur une tranche de bois les sommes perçues (talliator en latin médiéval). Sa renommée a dû marquer la vie du quartier au point de lui donner son nom.

Jean-Pierre Chambon[5] voit dans ce toponyme un cri de guerre : Trinca ! Talha ! (« Tranche ! Taille ! ») lié au repli défensif du bourg au cours du Haut Moyen Âge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Arles (Bouches-du-Rhône, France), au musée départemental Arles antique, riche collection de mosaïques gallo-romaines, le musée possédant un atelier de restauration de mosaïques réputé.
Le bourg de Trinquetaille, face à Arles, en 1660.

Arelate (Arles) se développe sur les deux rives du Rhône. En rive droite, actuel quartier de Trinquetaille, les découvertes archéologiques soulignent une occupation importante : une zone résidentielle occupée du Ier siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., des hangars liés à une activité portuaire à vocation internationale, une cour monumentale à portiques qui pourrait avoir appartenu à un collège socioprofessionnel lié aux activités fluviomaritimes[6], et deux zones funéraires.

Concernant les demeures de la zone d'habitation, des fouilles menées dans les années 1980 et plus récemment depuis 2013 ont mis au jour plusieurs de ces luxueuses maisons urbaines sur le Site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille.

Les plus anciennes demeures portent un décor peint daté de -70 à -30[7] et unique en Gaule à ce jour.

Une occupation ultérieure, datée de la fin du IIe siècle ap. J.-C., est caractérisée par des domus dotées notamment de bassins en marbre et de fontaines[7], d'un système de chauffage par hypocauste[8] et de grandes pièces aux sols décorés de mosaïques, dont certaines sont actuellement visibles au Musée départemental Arles antique (exemple : mosaïque de l'Aiôn).

Vers la fin du IIIe siècle, l'archéologie atteste une destruction violente du secteur suivie de son abandon. L'occupation du quartier se résume, pour l'essentiel, jusqu'au VIe siècle à des nécropoles chrétiennes, dont la plus connue est celle de la papeterie Etienne qui a livré de somptueux sarcophages[9]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En janvier 1208, Pierre de Castelnau, légat du pape Innocent III, parcourt la région pour essayer d'endiguer l'hérésie cathare dans le midi de la France. Castelnau est assassiné par un écuyer du comte de Toulouse Raymond VI. Cet évènement est à l'origine de la Croisade des Albigeois.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Quartier de Trinquetaille à Arles

Avant la Seconde Guerre mondiale, le quartier de Trinquetaille est relié à Arles par deux ponts : un pont ferroviaire (Arles-Lunel) et un pont routier et piéton en métal (1875). Les deux ponts sont détruits respectivement le 6 août 1944 et le 15 août 1944 par les bombardements alliés, ce qui isole complètement le quartier du reste de la ville.

Le quartier est bombardé lors de la Seconde Guerre mondiale. Les destructions principales ont été subies à Arles en 1944 par 6 bombardements alliés pendant les combats pour la Libération de la Provence. Les objectifs étaient la destruction des ponts mais plusieurs quartiers notamment la Roquette, la Cavalerie et Trinquetaille sont sinistrés. Les dégâts sont importants à Trinquetaille : 405 immeubles sont détruits ce qui équivaut à plus de 1000 logements. Seul le clocher de l'église Saint-Pierre est encore debout.

Une reconstruction rapide et en nombre était nécessaire. Elle s'effectue entre 1948 et 1955 sous la direction de Pierre Vago, architecte en chef du département, chargé de plusieurs chantiers dans la région (Tarascon...). D'autres architectes participent à l'opération : Léon Hoa (1912- ), Georges Imbert (1896-1975), Jacques Van Migom (1907-1980), Eugène Squélard[10].

L'architecture moderniste répond aux besoins de la mise en œuvre rapide. Pour Vago, la situation du quartier de Trinquetaille permet l'expérimentation d'un programme d'architecture contemporaine. Il envisage :

« un plan d'ensemble rationnel, tenant en compte des conditions climatiques, de la chance que représente le Rhône en face de l'admirable silhouette de la ville mais aussi des traditions et des habitudes locales[11]. »

Administrations municipales[modifier | modifier le code]

Liste des élus de quartier[modifier | modifier le code]

mairie annexe d'Arles dans le quartier de Trinquetaille
Liste des maires de Trinquetaille
Période Identité Étiquette Qualité
         
         
2014 en cours Nicolas Koukas[12]    

Services publics[modifier | modifier le code]

Le quartier dispose d'une antenne de la mairie, ouverte 6 jours sur 7[13], qui abrite également un bureau de poste[14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1999 2006 2009 - - - - - - -
-6 132--------

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires de Trinquetaille, comme tous ceux d'Arles, dépendent de l'académie d'Aix-Marseille. Les élèves débutent leur scolarité dans le quartier, à l'école maternelle Anaïs-Gibert, établissement de 167 enfants[15], puis à l'école élémentaire André-Benoît, regroupant 314 enfants[16]. Ils la poursuivent, toujours à Trinquetaille, au collège Robert-Morel[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique du quartier de Trinquetaille, l'église Saint-Pierre de Trinquetaille, dépend de l'Archidiocèse d'Arles. Les lieux de cultes des autres confessions ne se situent pas dans ce quartier : cultes musulman ou protestant, en centre ville d'Arles, culte orthodoxe à Salin-de-Giraud[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Plusieurs commerces de proximité sont installés dans le quartier, ainsi qu'un enseigne de moyenne surface[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le quartier de Trinquetaille est cité dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale. Aragon a vécu dans différents lieux de la Provence durant la guerre[20].

Monuments et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Tête de satyre en marbre, œuvre romaine du Ier-IIe siècle ap. J.-C., découverte à Trinquetaille, musée du Louvre, Paris.
Place de la Croix de Camargue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Trinquetaille.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rothé Marie-Pierre et Heijmans Marc (dir.), Carte archéologique de la Gaule, Arles, Crau, Camargue, 13/5, Paris, Académie des Inscriptions des Belles-Lettres, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de la Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Maison des Sciences de l'Homme, (ISBN 978-2-87954-204-1, notice BnF no FRBNF41382273), pp.594-695
  2. Présentation de Trinquetaille, site de la mairie d'Arles.
  3. plan de bus
  4. Gilles Fossat, Toponymie du Pays d'Arles. Origine, évolution et signification des noms de lieux., Paris, L'Harmattan, , 102 p. (ISBN 978-2-343-05051-5), p. 22
  5. Nouvelle revue d'onomastique, n° 9-10, 1987, p. 110.
  6. Luc Long et Pascale Picard, César, Le Rhône pour mémoire, Paris, Actes Sud, (ISBN 978-2-7427-8610-7), article de Pierre Gros p.195
  7. a et b « Trinquetaille, quartier romain, continue à livrer ses secrets », Arles Infos, 24 octobre 2013.
  8. Rothé, Marie-Pierre, Heijmans, Marc,, Carte Archéologique de la Gaule, Arles, Crau, Camargue, 13/5, p.655
  9. Rothé, Marie-Pierre, Heijmans, Marc, Carte Archéologique de la Gaule, Arles, Crau, Camargue, 13/5, pp.685-688
  10. « Arles - Quartier de Trinquetaille, immeubles de la reconstruction », ministère de la Culture, 2012.
  11. Pierre Vago, Une vie intense, Bruxelles, Ed. Archives d'Architecture Moderne, , 542 p. (ISBN 2-87143-110-8), p. 279
  12. Diche d'élus de la municipalité d'Arles
  13. Mairie annexe
  14. bureau de poste de Tinquetaille
  15. école maternelle Anaïs-Gibert sur le site de l'éducation nationale
  16. école élémentaire André Benoît sur le site de l'éducation nationale
  17. Collège Robert Morel sur le site de l'Éducation nationale
  18. lieux de cultes
  19. commerces à Trinquetaille
  20. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris, Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  21. dossier de labellisation de l'église Saint-Pierre de Trinquetaille auprès de la DRAC
  22. dossier de labellisation des immeubles de la reconstruction auprès de la DRAC