Les Essards (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Essards.

Les Essards
Les Essards (Charente-Maritime)
Le bourg des Essards
vu de la campagne environnante.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saint-Porchaire
Intercommunalité Communauté de communes Charente-Arnoult-Cœur de Saintonge
Maire
Mandat
Patrick Vidal
2014-2020
Code postal 17250
Code commune 17154
Démographie
Gentilé Essartais
Population
municipale
704 hab. (2016 en augmentation de 8,64 % par rapport à 2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 34″ nord, 0° 45′ 27″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 62 m
Superficie 9,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Les Essards

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Les Essards

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Essards

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Essards
Liens
Site web http://www.les-essards.fr/

Les Essards est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Essartais et les Essartaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune des Essards se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes des Essards[3]
Saint-Sulpice-d'Arnoult Saint-Porchaire Plassay (sur 200 m)
des Essards[3] Saint-Georges-des-Coteaux
Soulignonne Nieul-les-Saintes

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom des Essards remonte au bas latin exsarta qui signifie « les terres défrichées »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune des Essards était vraisemblablement couverte par la forêt du Baconnais jusqu'au XIe siècle. Cette forêt a été défrichée (essartée) et une paroisse du nom d'Essartis, mentionnée dès l'année 1121, fut fondée[5],[6].

La rue de l'hôtel de ville, avec sur la gauche la mairie.
La mairie des Essards, à gauche sur l'image.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2014 Christian Bureau    
2014 En cours Patrick Vidal   Retraité

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 704 habitants[Note 1], en augmentation de 8,64 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555504709673713686683701722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
727718671655677675683643620
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
604605575468509460471439488
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
463430390412445484555565681
2016 - - - - - - - -
704--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas, de style roman, construite sur un plan en forme de croix latine au XIIe siècle. Entre les XIVe et XVe siècles, trois chapelles ont été ajoutées à la construction initiale. Le chevet de l'église est, quant à lui, éclairé par une fenêtre de style gothique[11]. En outre, le plafond de l'église est orné d'un écusson en bois datant du XVIIIe siècle[6].
  • Un puits situé à proximité de l'emplacement de la gare des Essards. Il alimentait en eau les locomotives qui parcouraient la ligne ferroviaire de Saintes à Marennes, en service de 1903 à 1936[11].
  • Une croix en pierre, située au Sud du bourg.
  • La cloche de l’église, La cloche actuelle a été fondue en 1828 à Saintes par THIBAUD ainé et PEIGNEY et pèse 850 kg. Son nom est ROSE ANGELIQUE DES ESSARDS. A noter que le clocher carré de petite dimension a remplacé le clocher primitif. Il a été construit sur le côté sud de la nef à l’extérieur de celle-ci et il ne peut contenir qu’une seule cloche. L’intérieur de cette tour est occupé par un escalier à vis qui conduit au campanile. Aussi, pour le passage de la corde servant à manœuvrer la cloche, un trou a dû être percé dans les arches. On peut imaginer le remplacement fréquent de la corde qui devait s’user rapidement par frottement. Autre inconvénient de ce clocher : il a fallu monter la cloche de 850 kg par cet escalier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Baudrit, l'historien, est né aux Essards le 18 octobre 1896, où son père, Anatole Baudrit, exerçait la charge de notaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 272.
  5. Extrait d'une publication de la Société de Géographie de Rochefort datant de 1997, publiée sur le site internet de la commune de Preuilly-sur-Claise (lien consulté le 24 octobre 2014)
  6. a et b Présentation de la commune des Essards sur le site internet de la communauté de communes Charente-Arnoult-Cœur de Saintonge (lien consulté le 24 octobre 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a et b Panneau d'information touristique de la commune (45° 47′ 29″ N, 0° 45′ 31″ O)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :