Lapin lunaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
image illustrant la mythologie image illustrant la Lune
Cet article est une ébauche concernant la mythologie et la Lune.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lapin lunaire surligné.

Le lapin lunaire, ou lièvre de jade (chinois : 玉兔 ; pinyin : yù tù ; littéralement : « lapin de jade »), est une forme de lapin visible par paréidolie sur la Lune. L'histoire d'un lapin vivant sur la Lune existe dans de nombreuses cultures, notamment dans la mythologie aztèque et dans le folklore de l'Asie de l'Est, où il utilise un mortier et un pilon[1],[2].

Dans la mythologie chinoise, il est souvent présenté comme un compagnon de la déesse de la lune Chang'e, fabriquant constamment de l'élixir de longue vie pour elle[3], mais dans les versions japonaise et coréenne, il bat avec un pilon la pâte de riz gluant pour préparer le mochi (pâtisserie japonaise inspirée du caobing).

Le lapin lunaire figure sur le sceau de la province de Chanthaburi, en Thaïlande — Chanthaburi est la ville (buri, du sanskrit पुर, pura), de la lune (Chantha, du sanskrit चन्द्र, candrá).

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Sun Wukong et le lapin de jade (estampe de Yoshitoshi, 1889).
  • Le cinéaste expérimental Kenneth Anger a réalisé un court-métrage sur le thème du lapin lunaire, Rabbit's Moon (sorti en 1972 et 1979).
  • Le personnage principal de la série japonaise Sailor Moon (1991-1997) tire son nom de la légende : Usagi Tsukino, dérivé de Tsuki no Usagi signifiant « le lapin de la Lune ».
  • La première astromobile lunaire chinoise, déposée sur la Lune par la sonde spatiale Chang'e 3 le 16 décembre 2013, porte le nom Yutu, c'est-à-dire « Lapin de jade », après un sondage en ligne[4] auprès de la population chinoise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)The Great Hare.
  2. (en) Windling, Terri. The Symbolism of Rabbits and Hares.
  3. Jacques Pimpaneau, Chine : culture et traditions, Arles (Le Mas de Vert, 13200, P. Picquier, coll. « Chine », , 368 p. (ISBN 978-2-877-30008-7, OCLC 417289519, notice BnF no FRBNF35030827), p. 171.
  4. (en) Austin Ramzy, « China to Send ‘Jade Rabbit’ Rover to the Moon », The New York Times,‎ (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :