Gambusie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guppy (poisson) et Guppy (homonymie).

Gambusie

Description de cette image, également commentée ci-après

Gambusie (Gambusia affinis)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Cyprinodontiformes
Sous-ordre Cyprinodontoidei
Famille Poeciliidae
Genre Gambusia

Nom binominal

Gambusia affinis
(Baird & Girard, 1853)

Synonymes

  • Fundulus inurus (Jordan & Gilbert, 1882)
  • Gambusia affinis affinis (Baird & Girard, 1853)
  • Gambusia gracilis Girard, 1859
  • Gambusia humilis Günther, 1866
  • Gambusia patruelis (Baird & Girard, 1853)
  • Haplochilus melanops Cope, 1870
  • Heterandria affinis Baird & Girard, 1853
  • Heterandria patruelis Baird & Girard, 1853
  • Zygonectes brachypterus Cope, 1880
  • Zygonectes gracilis (Girard, 1859)
  • Zygonectes inurus Jordan & Gilbert, 1882
  • Zygonectes patruelis (Baird & Girard, 1853)

La gambusie (Gambusia affinis), aussi appelée « guppy sauvage », est une espèce de poisson téléostéen, cyprinodontiformes, cousine du guppy. Il a notamment été utilisé dans la lutte contre les moustiques, mais peut lui-même pâtir des pulvérisations de pesticides chimiques (ex : diflubenzuron) destinés à la démoustication[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce ne possède pas de couleurs vives comme ses cousins. Elle se contente de vert ou de marron (suivant le milieu) translucide sur le dos. La cavité abdominale laisse apparaître les viscères. Le dimorphisme sexuel est très important : la femelle est plus grosse que le mâle (7 cm pour la femelle et 3cm pour le mâle) et le mâle présente une nageoire anale modifiée : le gonopode, qui sert à la fécondation (interne chez la gambusie).

Habitat[modifier | modifier le code]

Elle est connue pour ses capacités d'adaptation remarquables : elle supporte des eaux à teneur très faible en oxygène. Elle vit généralement en eau douce mais est aussi très commune en eau saumâtre et peut exceptionnellement se trouver en mer. La gambusie occupe les eaux calmes et chaudes telles les hauts-fonds de certaines rivières ou d'étangs, mais elle se plaît surtout dans les marais.Elle peut très bien vivre dans les eaux chaudes; elle sera plus grande que dans les eaux froides.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Son mode de reproduction est ovovivipare. C'est une espèce à fort pouvoir reproductif mais elle possède plusieurs prédateurs qui sont :

Utilisation et biodiversité[modifier | modifier le code]

Originaire des États-Unis où elle est appelée "Mosquito fish" (poisson à moustiques), la gambusie a été introduite dans de nombreuses eaux douces des pays chauds pour lutter contre la prolifération des moustiques vecteurs du paludisme, car elle se nourrit de leurs larves[2]. À cette fin, elle a également été acclimatée dans certaines régions françaises (mais pas sur la totalité du territoire) : marais de Camargue et du Sud-Ouest.

Elle est devenue un organisme nuisible[réf. nécessaire] et une espèce invasive dans de nombreuses voies navigables à travers le monde suite à son introduction, car ce poisson prédateur de moustiques apprécie aussi les œufs des poissons économiquement souhaitables et réduit la biodiversité en mettant en péril certaines espèces indigènes rares de poissons et d'invertébrés[réf. nécessaire]. La gambusie est très difficile à éliminer une fois établie, ce qui fait que le meilleur moyen de réduire ses effets est de contrôler sa propagation.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. Drardja-Beldi and N. Soltani (2003), “Laboratory Evaluation of Dimilin on Growth and Glutathione Activity in Mosquitofish, A Non Target Species” Communications in Agricultural and Applied Biological Sciences, Vol. 68, No. 4, pp. 299-305
  2. H. Drardja-Beldi (1993), “Contribution à L’étude de Gambusia affinis (Téléostéen, Poeciliidae), Poisson Prédateur des Larves de Moustiques, Croissance des Alevins, Etude du Cycle Sexuel et Corrélations Métapoliques”, Thèse de doctorat, université d'Annaba, Algerie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Y. Koya, A. Fujita, F. Niki, E. Ishihara and H. Miyama (2003), “Sex Differentiation and Pubertal Development of Gonads in the Viviparous Mosquitofish, Gambusia affinis” ; Zoological Science, Vol. 20, No. 10, pp. 1231-1242. doi:10.2108/zsj.20.1231 (en) J. Venkateswara Rao, G. Begum, R. Pallela, P. K. Usman and R. Nagaswara Rao (2005), “Changes in Behavior and Brain Acetylcholiesterase Activity in Mosquitofish Gambusia affinis in Response to the Sub-Lethal Exposure to Chloropyrifos” ; International Journal of Environmental Research and Public Health, Vol. 2, No. 3, pp. 478-483. doi:10.3390/ijerph2005030013 (en) C. C. Smith and R. C. Sargent (2006), “Female Fitness Declines with Increasing Female Density but Not Mele Harassment in the Western Mosquitofish, Gambusia affinis” ; Animal Behaviour, Vol. 71, pp. 401-407. doi:10.1016/j.anbehav.2005.06.003

(en) Goodsell, J.A, Kats, L.B (1999) Effect of introduced mosquitofish on Pacific treefrogs and the role of alternative prey. Conservation Biology, 13, 921-924