Anne et Jean-Pierre Joncheray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne et Jean-Pierre Joncheray
Anne et jean-Pierre Joncheray
Anne et jean-Pierre Joncheray
Autres informations
Domaine

Anne et Jean-Pierre Joncheray sont des archéologues sous-marins, plongeurs, chasseurs d'épaves et auteurs de nombreux livres sur le sujet.

Anne est directrice du musée d'archéologie sous-marine de Saint-Raphaël, Jean Pierre (1941-2020) est pharmacien-biologiste. Ils sont tous les deux moniteurs de plongée et scaphandriers classe 2B.

Passionné par la recherche et l'exploration d'épaves, le couple est connu pour avoir inventé ou effectué des fouilles. Le couple Anne et Jean-Pierre Joncheray devient médiatique et participe à de nombreux courts métrages, émissions radios et magazines télévisés. Ils sont les co-auteurs de nombreux ouvrages et articles dont la série de fascicules Naufrages en Provence dont le dernier (no 20) s'intitule Épaves déraisonnables.

Pour l'anecdote, l'épave du Novi (qui veut dire «jeune marié» en provençal) a été offerte vierge au couple en cadeau de mariage[1] par Luc Vanrell[2], autre célèbre inventeur d'épave[3].

Leur dernière découverte profonde (2012) est une épave au large de Saint-Raphaël qui sera identifiée comme étant le Alain du chanteur d'opéra André Baugé[4].

En 2019, Anne et Jean-Pierre travaillent sur l’épave antique Fort Royal, un navire du IIIe siècle av. J.-C. qui transportait du vin dans des amphores de type gréco-italique. Cette épave d’un grand intérêt archéologique a été mise au jour lors de leurs recherches en baie de Cannes.[5]

Biographies[modifier | modifier le code]

Anne Joncheray[modifier | modifier le code]

Anne Joncheray est une archéologue, chasseur d’épaves, auteur de nombreux ouvrages de référence sur l’archéologie et l’histoire maritime.

Native d’Agay (Saint-Raphaël), née le 20 juillet 1967, elle fait son baptême de plongée en 1982.

Elle suis sa scolarité à Cannes. Passionnée le milieu marin et passionnée par l’histoire, elle passe son monitorat de plongée en 1991. Cette année-là elle obtient sa première autorisation d’opération archéologique, elle à 24 ans.

Anne s’inscrit à la faculté d’Aix-en-Provence sous la direction de Marie Brigitte Carre[6].. Elle poursuit son cursus universitaire à Marseille et obtient le diplôme de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en 1996[7], sous la direction de André Tchernia[8] avec son travail sur «Les chargement de tuiles de la cote ligure: bilan archéologique, aspects économiques».

Son activité fédérale à la FFESSM[9] est intense, Anne est instructeur en archéologie en 1994, présidente de la commission archéologie de1998 à 2017, vice-présidente du comité régional Cote d’Azure de 2000 à 2017.

En 2001, elle est lauréate du concours de la fonction publique et prends la direction du musée archéologique de Saint-Raphaël en 2004[10]. L’année suivante, elle obtient le Brevet d’État de plongée (BEES1) et la mention classe 2B de scaphandrier.

En 2015, elle créée le club d’apnée de Saint-Raphaël avec Jean-Baptiste Savornin[11] vice-champion du monde d’apnée statique.

Elles est aussi joueuse de golf, ce qui la conduit à avoir ses clubs et ses blocs dans le coffre !

En Martinique, elle plonge avec Albert Falco[12] et Michel Mètèry[13] sur les épaves de Saint Pierre.

Anne a participé à des missions de recherches aux côtés de Henri Germain Delauze[14], embarquée à bord de Minibex et de Janus, les deux navires de la Comex (Compagnie maritime d'expertises), et plongée avec le sous-marin Rémora 2000 et avec le DRASSM[15].

La direction du musée lui permet de réaliser de nombreuses expositions temporaires[16]; un des aboutissements des opérations scientifiques, dans un esprit de transmission de la connaissance, et de démocratisation de la culture pour tous.

Elle intervient comme consultante à l’École Nationale de Scaphandrier (ENS), participe à l’écriture de films, et donne quelques conférences.

Sa devise, ce sont les mots empruntés à Mark Twain: «Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait».

Jean-Pierre Joncheray[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre — né le à Souk Ahras (Algérie) et mort le à Saint-Raphaël[17]  —

Après des études de pharmacie en Algérie, Jean-Pierre suit une spécialité en biologie à Marseille et devient pharmacien-biologiste. Il ouvre un cabinet d'analyses médicales au début des années 1960 convaincu que «la pharmacie menait à tout si l'on s'en éloigne un peu ». Il fait son baptême de plongée à Marseille avec Georges Beuchat avec un détendeur "Mistral" qui ne le quittera plus jusqu'à sa mort. C'est à bord de son premier bateau Pilule qu'il découvre sa première amphore sur l'île Moyade. Il déclare sa première épave antique le Dramont F en 1970 et partage ses découvertes avec l'historien Fernand Benoit alors directeur des Antiquités de Marseille. En 1971, il publie l'Essai de classification des amphores, découvertes lors de fouilles sous-marines. qui sera vendu à 15 000 exemplaires puis réédité 3 fois jusqu'en 2013.

En 1972, il édite une revue scientifique les Cahiers d’archéologie subaquatique jusqu'en 2014. En 1975, il découvre le sous-marin l'Alose qu'il sera renfloué en raison de sa valeur historique[18]. Très investi dans ses recherches, Jean-Pierre effectue jusqu'à 250 plongées par an et se plait à rappeler que son cabinet d'analyses médicales n'est qu'alimentaire. Minutieux, il est reconnu pour avoir inventé ou effectué des fouilles approfondies sur (entre autres), l'épave de la Chrétienne (avec la découverte de son canon en bronze), du navire Le Prophète[19] (plus vieille épave connue à ce jour, de navire à vapeur et à hélice de la côte provençale[20]).

En 1984, il publies le premier fascicule des Naufrages en Provence, le livre des épaves[21] qui deviendra l'ouvrage de référence des plongeurs. Véritable bible, ce fascicule recense les épaves modernes sur la Corse, la Ligurie et le Languedoc Roussillon de 1850 à nos jours. Jean-Pierre héritera du surnom de «pape de la tôle».

En 1990, il fait la connaissance d'Anne qui deviendra sa femme en 1996.

Jean-Pierre décède à 79 ans le 28 octobre 2020 à son domicile de Saint-Raphaël. En plein confinement, de nombreuses personnalités du monde de la plongée, de l'édition et de l’archéologie comme Luc Long[22] assisteront à ses obsèques en la basilique Notre-Dame-de-la-Victoire. Il repose au cimetière de l'Aspé de Saint-Raphaël.

Découvertes de sites archéologiques[modifier | modifier le code]

1972 - Dramont F (Saint-Raphaël, Jean-Pierre Joncheray)

1975 - Toure Fondue (Giens, Jean-Pierre Joncheray)

Anne et Jean-Pierre vont découvrir de nombreuses épaves modernes et des épaves antiques. Ils effectueront plus de 200 plongées par an pour mener à bien leurs recherches et faire autant de découvertes. Ce sont des millier d'objets qui seront exhumés des eaux et exposés dans des musées pour la plupart d'entre eux.

1991- Dramont I (Saint-Raphaël)

Navire à chargement de marbres antiques,

1992- Chretienne K (Saint-Raphaël)

Navire côtier de Louis XIV, avec à bord un canon en bronze

1992 - Prophéte Elie (La Londe)

1993 - Dramont J (Saint-Raphaël)

Epave antique d’amphores à vin du IIe-Ie siècle avant notre ère

1993 - Bathelemy B (Saint-Raphaël)

Epave de tuiles antiques de l’empire romain, Ier siècle

1994 - Agay C (Saint-Raphaël)

Epave antique d’amphores à vin du IIe-Ie siècle avant notre ère

1994 - Chrétienne M (Saint-Raphaël)

Epaves antiques romaines

2010 - Trayas A (Saint-Raphaël)

Epave antique républicaine d’amphores à vin du IIe-Ie siècle avant notre ère

2017 - Fort Royal (Cannes)

Epave antique d’amphores du IIIe siècle avant notre ère.

Travaux scientifiques en cours[modifier | modifier le code]

Dernières publications: «Les trésors de l’île d’or» - 2021

En préparation: Les épaves antiques de Saint-Tropez, dans Patrimoine Tropézien, à paraitre courant - 2022

Suite du tournage de Planète + Histoire «Les civilisations englouties» - 2022

En projet le tournage d’un Thalassa sur une épave de jarres provençales - 2022

L'épave du Alain
L'épave du Alain découverte par Anne et Jean-pierre Joncheray.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anne et Jean-Pierre[modifier | modifier le code]

  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, Guide des épaves corses : 50 épaves en Corse, Editions Gap, , 224 p. (ISBN 978-2-7417-0262-7, OCLC 470067587)
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, 80 épaves à Marseille : Et dans sa région, Editions Gap, , 384 p. (ISBN 978-2-7417-0290-0)
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, 100 épaves en Côte d'Azur : De la Ciotat à Saint-Tropez, vol. 1, Editions Gap, , 320 p. (ISBN 978-2-7417-0340-2, OCLC 319215427, notice BnF no FRBNF41075209)
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, 100 épaves en Côte d'Azur : Monaco, Riviera du Ponant, de Saint-Raphaël à Gênes, vol. 2, Editions Gap, , 320 p., poche (ISBN 978-2-7417-0386-0, notice BnF no FRBNF41478347)
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, Méditerranée, mer cruelle : Au temps des navires à vapeur, editions.html Géhess Éditions, (ISBN 978-2-35464-028-6, OCLC 470944260, notice BnF no FRBNF41348573)
  • Monographies d'épaves
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, À la découverte de l’amphore classification et histoire, TURTLE PROD, , 116 p. (ISBN 978-2-919322-20-6)
  • Anne et Jean-Pierre Joncheray, 90 épaves en Corse, Editions GAP, , 288 p. (EAN 9782741706083)
  • Ann et Jean Pierre Joncheray Secrets d’épaves, Edition Belin, 2013 (ISBN 978-27011-7534-8)

Jean-Pierre[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Joncheray, L'épave C de La Chrétienne, Sub Océans, , 132 p.
  • Jean-Pierre Joncheray, Naufrages en Provence : ou le livre des épaves, vol. 1 à 20, Les Cahiers D'archéologie Subaquatiques, à partir de 1984
  • Jean-Pierre Joncheray et Urs Brunner, Portraits d'épaves, Sub Océans,
  • Jean-Pierre Joncheray et Pierre Martin-Razi, Un siècle de plongée sous-marine : 1899-1999, Avignon, Editions Alain Barthelemy, , 160 p. (ISBN 978-2-87923-106-8, OCLC 406731609)
  • Jean-Pierre Joncheray, Les Epaves de la Grande Guerre : 1914-1918, Edition Gap, , 224 p.
  • Jean-Pierre Joncheray, L’épave du vapeur le Prophète, Cahiers d’archéologie subaquatique, , 307 p.
  • Jean-Pierre Joncheray, Le Pourquoi Pas, Cahiers d’archéologie subaquatique, , 147 p.

Fouilles et opérations scientifiques[modifier | modifier le code]

Anne Joncheray[modifier | modifier le code]

1991- épave antique Dramont[23] I (Saint-Raphaël)

Chargement de marbres de Teos (Turquis), Ie siècle

1992 - épave Chrétienne K[24] (Saint-Raphaël)

Navire côtier de Louis XIV, le canon de bronze est exposé au Musée archéologique de Saint-Raphaël

1994 - épave antique Chrétienne M (Saint-Raphaël)

Les fouilles ont révèle les vestiges de plusieurs cargaisons antiques mêlés

1994 à 1996 - épave antique Barthélémy B[25] (Saint-Raphaël)

Petit navire côtier à chargement de tuiles issues des ateliers de Fréjus, Ier siècle

1995,1997 à 1999 - épave antique Lardier 4 (Cavalaire)

Gros navire chargement de tuiles issues des ateliers de Fréjus, Ier siècle

1999- épave antique du Grand Rouveau B (Le Brusc – îles des Embiez)

Petit navire côtier à chargement de tuiles, Ier siècle

2001, 2003 à 2006 - épave antique Rabiou[26] (Saint-Tropez)

Navire à chargement d’amphores vinaires, coque avec emplanture de mât, Ier siècle,

2007-2008 - épave antique du Grand Avis (Ile du Levant)

Céramique campaniennes et amphores Dressel[27] 1B, IIe-Ie siècle avant notre ère

2008-2009 - carte archéologique des Trois caps (Camarat, Taillat, Lardier)

2010 – Galéasson (Porquerolles)

2010-2013 - carte archéologique de Cannes, Golfe-Juan, Antibes

2011 - épave antique Trayas A (Saint-Raphaël)

Rares amphores de type Dressel 1C

2011 à 2014 - épave antique Agay C (Saint-Raphaël)

Gros navire, a coque doublée, transport de vin de Campanie, IIe-Ie siècle avant notre ère

2015 - carte archéologique du Cap d’Armes (Porquerolles)

2016 - carte archéologique de Saint-Raphaël

2017 - carte archéologique des Sardinaux[28] (Sainte-Maxime)

2019 - épave antique Fort Royal  (Cannes)

Epave antique d’amphores[29] du IIIe siècle avant notre ère

Collaborations archéologiques

1989 - épave antique du Miladou (Port Cros), sous la direction de M. Dumontier

1989 à 1999- épave du XVIIe siècle de l’Amirauté[30] (Ajaccio), sous la direction de H. Alfonsi

1990- épave antique Dramont C (Saint-Raphaël), sous la direction de J.-P. Joncheray

1990 et 1991- épave du XVIIe siècle Dramont H (Saint-Raphaël), sous la direction de J.-P. Joncheray

1991 et 1992- épave antique du Cap Gros (Antibes), sous la direction de B. Gauthier

1991 et 1992- épave antique Hélipolis (Port Cros), sous la direction de J.-P. Joncheray

1992 et 1993 - épave sarrasine Batéguier (Cannes), sous la direction M.-P. Jezgou

1992—et 1993 - épave antique Benat 2 (Bormes les Mimosas), sous la direction de J.-P. Joncheray

1993- épave antique Chrétienne D (Saint-Raphaël), sous la direction de J.-P. Joncheray

1994 épave antique Camarat 2[31] (Ramatuelle), sous la direction M.-B. Carre[32]

1994-épave sarrasine Nord Fouras (Ramatuelle) sous la direction de Philippe Sénac

1996 et 1998- épave sarrasine Agay A (Saint-Raphaël), sous la direction de M.-P. Jezgou

1997- épave de la Tour Fondue (Giens), sous la direction de B. Dangréaux

2006- aqueduc romain[33] du lac Saint Cassien, sous la direction de M. Royon

2009 – carte archéologique du Bon Porté et Baie de Briande, sous la direction de J.-P. Joncheray

2000 et 2001- épave antique de Brégançon, sous la direction de J.-P. Joncheray

2004 - épave antique de Porticcio (Corses), sous la direction de H. Alfonsi

2007 à 2011, épave moderne le Prophète (Cavalaire), sous la direction de J.-P. Joncheray

2012 - épave moderne du Jean Mathieu (Corse), sous la direction de J.-P. Joncheray

2013 – épave Le Pourquoi Pas[34] (Islande), sous la direction de J.-P. Joncheray

Jean-Pierre Joncheray[modifier | modifier le code]

1972 épave antique Dramont D (Saint-Raphaël)

1972 épave antique La Garoupe A (Golf Juan)

1972 épave antique La Tradelière (Cannes)

1973 épave antique Chrétienne C (Saint-Raphaël)

1972-1973-   épave antique Dramont F (Saint-Raphaël)

1975 - épave antique Dramont G (Saint-Raphaël)

1979 - épave antique Les roches d’Aurelle (Saint-Raphaël)

1986 - épave antique Les sardinaux (Sainte-Maxime)

1976 - épave antique de la Toure Fondue (Giens)

1988 - épave antique du Cap Gros (Antibes)

1986-1987 épave du XVIe « Les ardoises » (Cap Lardier - Croix Valmer)

1988-1989 - épave antique du Miladou (Port Cros)

1989 à 1999- épave du XVIIe siècle de l’Amirauté (Ajaccio), en collaboration avec H. Alfonsi

1990- épave antique Dramont C (Saint-Raphaël)

1990 et 1991- épave du XVIIe siècle Dramont H (Saint-Raphaël)

1991 et 1992- épave antique du Cap Gros (Antibes), en collaboration avec B. Gauthier

1991 et 1992- épave antique Hélipolis (Port Cros)

1992 et 1993 - épave sarrasine Batéguier (Cannes), en collaboration avec M.-P. Jezgou

1992—et 1993 - épave antique Benat 2 (Bormes les Mimosas)

1993- épave antique Chrétienne D (Saint-Raphaël)

1994-épave sarrasine Nord Fouras (Ramatuelle), en collaboration avec Philippe Sénac

1996 et 1998- épave sarrasine Agay A (Saint-Raphaël),

2006- aqueduc romain du lac Saint Cassien, en collaboration avec de M. Royon

2009 – carte archéologique du Bon Porté et Baie de Briande

2000 et 2001- épave antique de Brégançon

2004 - épave antique de Porticcio (Corses), en collaboration avec de H. Alfonsi

2007 à 2011, épave moderne le Prophète (Cavalaire)

2012 - épave moderne du Jean Mathieu (Corse)

2013 – épave Le Pourquoi Pas (Islande)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 80 épaves à Marseille : et dans sa région, p. 165, Le Novi.
  2. Vanrell, Luc. Directeur de la publication., La grotte Cosquer : trente ans de recherche (OCLC 1285602176, lire en ligne)
  3. C'est notamment lui qui a inventé le P-38 de Saint-Exupéry.
  4. « Plongée sous-marine : Marc Langleur, un passionné pour relancer le mythique magazine "Octopus" », La Provence,‎ (lire en ligne).
  5. Stéphane Hilarion, « Des amphores du 3e siècle avant notre ère découvertes au large de la baie de Cannes », France info,‎ (lire en ligne).
  6. CNRS, « CARRE Marie Brigitte », CNRS,‎ (lire en ligne).
  7. Bibliothèque nationale de France, « Anne Joncheray », sur Bibliothèque nationale de France
  8. Tchernia, André. Carrier-Guillomet, A., L'Épave romaine de la Madrague de Giens (Var) : campagnes 1972-1975 : fouilles de l'Institut d'archéologie méditerranéenne, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, (ISBN 2-222-02110-3 et 978-2-222-02110-0, OCLC 807471158, lire en ligne)
  9. Fédération française d'études et de sports sous-marins. Commission technique nationale., Les dossiers de CTN info et des commissions techniques de la FFESSM 1994, FFESSM, Commission technique nationale, (OCLC 464202912, lire en ligne)
  10. Bibliothèque nationale de France, « Anne Joncheray », sur Bibliothèque nationale de France
  11. Ville de Saint Raphaël, « Saint-Raphaël Apnée », sur Ville de Saint Raphaël
  12. Cousteau., Cousteau, [s.n], (OCLC 874182724, lire en ligne)
  13. Météry, Michel, 1938- ..., Tamaya : les épaves de Saint-Pierre, Institut océanographique, (ISBN 2-903581-30-4 et 978-2-903581-30-5, OCLC 469519527, lire en ligne)
  14. « Biographie de Henri-Germain DELAUZE », La Cité de la mer,‎ (lire en ligne [PDF])
  15. Frankreich Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines, Travaux et recherches archéologiques de terrain : DRASSM - Eaux intérieures : bilan scientifique, DRASSM (OCLC 859291372, lire en ligne)
  16. Fichet de Clairfontaine, François., Dans les montagnes d'Arménie : 500,000 ans d'histoire avant notre ère. [Exposition] Musée Archéologique de Saint-Raphaël, 12 janvier-19 mars 2007, Musée départemental des antiquités, Rouen, 3 avril-23 juillet 2007, Musée départemental des antiquités, (ISBN 2-902093-53-5 et 978-2-902093-53-3, OCLC 166246684, lire en ligne)
  17. Marc Langleur (photogr. Marc langleur, Philippe Rousseau, Jean Toulet, Chris Brandon et Arevpam), « Jean-Pierre Joncheray, hommage à une figure emblématique de la plongée », sur www.plongee-infos.com, (consulté le ).
  18. « L’ALOSE CLASSÉ MONUMENT HISTORIQUE », Comex Magazine, no 2,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  19. « Rapport des fouilles sur le Prophète », sur plongeeepaves.free.fr (consulté le )
  20. 100 épaves en Côte d'Azur : Monaco, Riviera du Ponant, de Saint-Raphaël à Gênes.
  21. Jean-Pierre Joncheray, Naufrages en Provence ou la bible des épaves, Les Cahiers d’archéologie subaquatique, .
  22. Long, Luc. Pomey, Patrice. Sourisseau, Jean Christophe., Les Étrusques en mer : épaves d'Antibes à Marseille : [exposition], Musée d'histoire de Marseille, [30 septembre 2002-31 mai 2003], Musées de Marseille, (ISBN 2-7449-0360-4 et 978-2-7449-0360-1, OCLC 469911623, lire en ligne)
  23. Colls, Dali. Solier, Yves. Rogers, George B. Corsi-Scillano, Martine. Liou, Bernard. Hesnard, Antoinette. Guerout, Max. Rieth, E. Gassend, Jean-Marie. Baudoin, Catherine. Long, Luc. Santamaria, Claude. Pomey, Patrice., Archaeonautica., Editions du CNRS, 1977-1998 (OCLC 880469198, lire en ligne)
  24. Joncheray, Anne., Secrets d'épaves, Belin, (ISBN 978-2-7011-7534-8 et 2-7011-7534-8, OCLC 863933807, lire en ligne)
  25. Harrison, Greg, artist, author., Tegula (OCLC 884777686, lire en ligne)
  26. Joncheray, Anne, (1967- ...)., Auteur., À la découverte de l'amphore classification et histoire, Turtle Prod. Ed, impr. 2013 (ISBN 978-2-919322-20-6 et 2-919322-20-6, OCLC 870874563, lire en ligne)
  27. Dressel, H. Mitwirkender Nowak, D. Mitwirkender, Grippeschutzimpfung im Gesundheitswesen: Stärkung der Eigenverantwortung oder Zwang? (OCLC 1189167932, lire en ligne)
  28. Joncheray, Anne., Secrets d'épaves, Belin, (ISBN 978-2-7011-7534-8 et 2-7011-7534-8, OCLC 863933807, lire en ligne)
  29. Sciallano, Martine., Amphores : comment les identifier?, Edisud, (OCLC 883468310, lire en ligne)
  30. Cassen., Cahiers d'archéologie subaquatique, numéro XVIII - année 2010. Fouilles et recherches archéologiques en mer, lacs et cours d'eau., Cahiers d'Archéologie subaquatique, (OCLC 691855558, lire en ligne)
  31. Hesnard, Antoinette. Éditeur scientifique. Marriner, Nick (1979-....). Éditeur scientifique. Morhange, Christophe. Éditeur scientifique., ArchéoMed PaléoMed : géoarchéologie en Méditerranée : Mélanges offerts à Mireille Provansal = Geoarchaeology in the Mediterranean, Publications de l'université de Provence, (ISBN 978-2-85399-807-9 et 2-85399-807-X, OCLC 800336988, lire en ligne)
  32. Marie-Brigitte Carre et Tea Katunarić, « Le vivier de Katoro (Istrie, Croatie) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome,‎ (ISSN 2282-5703, DOI 10.4000/cefr.233, lire en ligne, consulté le )
  33. Gébara, Chérine. Michel, Jean-Marie. Guendon, Jean-Louis., L'aqueduc romain de Fréjus : sa description, son histoire et son environnement, Editions de l'Association de la Revue Archéologique de Narbonnaise, (ISBN 2-84269-517-8 et 978-2-84269-517-0, OCLC 51227834, lire en ligne)
  34. Jigourel, Thierry, (1960- ...)., Auteur., Le " Pourquoi pas" le dernier voyage du commandant Charcot, Elytis, impr. 2010 (ISBN 978-2-35639-040-0 et 2-35639-040-5, OCLC 690686483, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]