La Forie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Forie
Vue du petit village de la Forie
Vue du petit village de la Forie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Alain Chantelauze
2014-2020
Code postal 63600
Code commune 63161
Démographie
Population
municipale
315 hab. (2014 en diminution de 7,62 % par rapport à 2009)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 30″ nord, 3° 45′ 45″ est
Altitude Min. 527 m
Max. 800 m
Superficie 2,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
La Forie

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
La Forie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Forie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Forie

La Forie est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Aura, la Boule (à cheval sur la commune d'Ambert), le Bourg, les Breix, la Cartonnie, le Château, Layre, le Mey, le Monteillet, le Prat, Pré de Job, la Tranchecotie, la Piroi.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont Ambert, Job et Valcivières.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Forie est une commune très jeune puisqu'elle fut créée en 1874. Elle est née du groupement de terres empruntées à ses trois communes limitrophes : Ambert, Job, Valcivières. Son nom vient de l'auvergnat faure, désignant généralement un forgeron mais également une fabrique, en raison de la forte présence de moulins à eau. Au XIVe siècle, la vallée du Batifol a attiré les papetiers qui voyaient dans sa force hydraulique et la pureté de son eau, le ruisseau idéal pour la fabrication du papier, activité florissante dans les environs. La commune comptera pas moins de 10 moulins dont certains sont encore bien conservés aujourd'hui.

Avec l'avènement de l'industrialisation du papier au XIXe siècle, les papeteries doivent trouver un nouveau secteur pour subsister. L'industrie de la tresse attirée encore une fois par le potentiel hydraulique du Batifol s'installe durablement sur la commune.

Aujourd'hui le village compte encore deux employeurs majoritaires :

  • la société Berne qui produit des gaines et des tresses ;
  • les Salaisons Bernard dont le saucisson est très réputé dans la région.

D'autres industries sont encore présentes sur la commune notamment sur les sites des anciens moulins papetiers.

Elle compte également de petits commerces tels que :

  • l'auberge de La Forie en plein centre du bourg avec sa cuisine familiale ;
  • une épicerie attenante à l'auberge fait également office de dépôt de pain et de Poste.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1994 Lucien Dubourgnon    
mars 2001 décembre 2004 Jean Berne   PDG d'entreprise
décembre 2004 en cours
(au 9 avril 2014)
Alain Chantelauze[1]   Charpentier-Menuisier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2014, la commune comptait 315 habitants[Note 1], en diminution de 7,62 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : +2,35 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
499 534 482 440 421 546 450 470 423
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
366 357 364 343 364 384 383 377 350
1990 1999 2006 2011 2014 - - - -
396 372 351 324 315 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire de Guillaume Douarre
  • Guillaume Douarre (1810-1853) : premier évêque de Nouvelle-Calédonie
  • « Jean Montgolfier parti en croisade en 1147 où il fut capturé par les Turcs. Il besogna trois ans à Damas dans un moulin à papier, puis réussit à s'enfuir avec deux compagnons, les sieurs Malmeinade et Falgairolles originaires d'Ambert. Ils regagnèrent les rives franques sur un bateau génois ; ils emportaient dans leurs bagages quelques échantillons de la charta damascena (feuille de papier en coton de Damas), et dans leurs têtes les secrets de sa fabrication. Ils achetèrent un vieux moulin à farine au bord du Batifol, au lieu-dit Pingolle à La Forie. Ils le convertirent en moulin à papier. Jean Montgolfier fit souche dans ce pays. Sa famille et ses descendants donnèrent leur nom à deux hameaux voisins : Cros-Montgolfier et Montgolfier tout court . » — Extrait de La Famille Montgolfier de Jean Anglade aux éditions Perrin. Mais tout cela est pure légende, car rien ne permet d'appuyer ces dires hautement fantaisistes (voir l'article Jean Montgolfier).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 9 juin 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.