Jean Montgolfier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montgolfier.

Jean Montgolfier est selon une tradition familiale de la famille de Montgolfier un membre d'une famille Montgolfier qui aurait vécu à Frankenthal en Bavière et qui, fait prisonnier à Damas lors de la seconde croisade en 1147, y aurait travaillé dans une fabrique de papier et aurait rapporté dans son village de Frankenthal son expérience pour y fabriquer du papier. Il est, selon cette tradition familiale, un ancêtre légendaire de la famille de Montgolfier originaire d'Auvergne puis fixée dans le Vivarais.

Ancêtre légendaire de la famille de Montgolfier[modifier | modifier le code]

Une tradition de la famille de Montgolfier prétend qu’il y avait une famille Montgolfier en Bavière dans le village de Frankenthal et que deux de ses membres partirent pour la première croisade en 1095 et qu’un seul en revint. Selon la même légende, un neveu du précédent, parti pour 2e croisade en 1147, fut fait prisonnier et travailla comme esclave à Damas dans une fabrique de papier. Il réussit à s’enfuir et revint à Frankenthal en Bavière où utilisa son expérience pour la fabrication de papier[1],[2]

La tradition attribue à ses descendants la construction en 1557 du moulin à papier de Vidalon dans l'Ardèche, berceau des papetiers, mais il semble plus vraisemblable qu'il date de la seconde moitié du XVIIe siècle [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Faure, Les frères Montgolfier et la conquête de l'air, Edisud, 1983, page 12.
  2. Elie Cottier, Histoire d'un vieux métier : Le papier d'Auvergne, Editions du Cosmogone, Lyon, 1998.
  3. Voir l'histoire de la société Canson sur son site officiel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]