Léon Geoffray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon Geoffray
Image dans Infobox.
Léon Geoffray en 1912
Fonction
Ambassadeur de France en Espagne
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Léon Geoffray, né en 1852, mort en 1927, est un diplomate français à l'origine de l'Entente cordiale, puis ambassadeur de France à Madrid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Marcel Isidore Geoffray est né à Passy (annexé depuis à Paris) le . Son père, Pierre-Joseph Geoffray (1804-1886), propriétaire, est un ancien financier à Lyon où il dirigeait « une maison de soieries des plus importantes ». Sa mère, née Juliette (dite Julie) Joséphine Sauvage de La Martinière, est réputée pour sa piété et sa générosité[1],[2].

Le jeune Léon et son frère Marcel sont éduqués à Passy par leur mère, avec un précepteur, M. Caillet. Le programme suivi et l'horaire quotidien sont ceux du lycée Louis-le-Grand[3].

Études, débuts dans la diplomatie[modifier | modifier le code]

Léon Geoffray effectue ensuite des études de droit, devient docteur en droit en soutenant une thèse sur l'emphytéose, publiée en 1875[4]. Avocat à la cour d'appel de Paris, il choisit d'entrer dans la carrière diplomatique et réussit « brillamment » le concours des Affaires étrangères[5].

Il est d'abord attaché au service du contentieux au ministère des affaires étrangères en 1877, puis à l'ambassade de Constantinople de 1877 à 1879. Il est de nouveau au service du contentieux au ministère des affaires étrangères, à partir de 1879. Il y gravit les échelons de commis principal en 1883, rédacteur en 1886, secrétaire d'ambassade en 1891, avec effet rétroactif. En 1892-1894, il participe aux travaux de diverses commissions[2]. Il devient la « cheville ouvrière » du contentieux de la direction politique, y résout de nombreuses affaires importantes, et aurait pu en recevoir la direction[6].

Londres : l'Entente cordiale[modifier | modifier le code]

Léon Geoffray.

Léon Geoffray est nommé premier conseiller à l'ambassade de Londres, à partir de 1895, avec le grade de secrétaire première classe, puis de ministre plénipotentiaire en 1896[2]. Il y constate un état d'esprit très anti-français ; il en rend compte dans ses rapports, et écrit le , au moment de l'occupation française de Fachoda :

« On se dit que le Français est l'adversaire-né de l'Angleterre (...) Si bien que, sans désirer un conflit armé avec notre pays, une certaine partie de la nation anglaise s'habitue à l'idée que ce conflit peut éclater un jour, et même qu'il ne saura manquer d'éclater[7]. »

Mais il s'attache passionnément à l'apaisement, et à la réalisation d'une alliance entre l'Angleterre et la France. Pour y parvenir, malgré la crise de Fachoda, il n'hésite pas à faire à plusieurs reprises la navette entre les deux pays pour convaincre à la fois son supérieur hiérarchique Paul Cambon, vite convaincu, son ministre Théophile Delcassé, le gouvernement britannique et le gouvernement français. Il prépare et accompagne les visites respectives d'Édouard VII à Paris, et du président Loubet à Londres. Il participe ainsi activement à la réalisation et au maintien de l'Entente cordiale, signée en 1904.

Lors de son départ de Londres en 1908, Édouard VII lui remet à titre exceptionnel les insignes de Grand Croix de l'Ordre de Victoria, qui n'avaient jamais été remis à un ministre plénipotentiaire. Léon Geoffray part alors pour Le Caire, où il est consul général de 1908 à 1910[2].

Ambassadeur de France à Madrid[modifier | modifier le code]

Ambassadeur à Madrid, Geoffray y accueille Lyautey (à droite) en mars 1914.

Il est nommé en juillet 1910 ambassadeur de France à Madrid, auprès du roi Alphonse XIII. Il contribue alors à assurer à la France la neutralité de l'Espagne qui repousse les offres de l'Allemagne. Mais en octobre 1917 il est démis de ses fonctions, à la suite de la crise des relations franco-espagnoles[8].

Léon Geoffray est mort à Paris le [2]. Il est enterré au cimetière de Passy.

Il était propriétaire du château des Vaulx (XVIIe s.) à Saint-Julien-de-Civry en Saône-et-Loire, et chargea le paysagiste Achille Duchêne d'en aménager le parc vers 1900.

Il avait épousé Louise Marcotte de Quivières, petite-fille de Philippe Marcotte de Quivières, dont il a deux fils : Pierre Geoffray (1884-1975), époux de Marie de Chabaud-Latour, et Edme Geoffray (1886-1926), croix de guerre 1914-1918.

Sa correspondance privée, notamment avec Lyautey, a été préemptée en 1994 par le ministère des Affaires étrangères (368PAAP).

Principales décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Las Cases 1928, p. 10-15.
  2. a b c d e f et g « Geoffray, Léon Marcel Isidore », « Cote LH/1114/1 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  3. Las Cases 1928, p. 12.
  4. Sa thèse pour le doctorat est De l'Emphytéose, Paris, impr. de Lahure, 1875 [lire en ligne].
  5. Las Cases 1928, p. 23.
  6. Bormans 1928.
  7. Cité par Adrien Thierry, L'Angleterre au temps de Paul Cambon, Paris, La Palatine, 1961, p. 25.
  8. Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne : l'École des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle, 1898-1979, Madrid, 1994, p. 139 [lire en ligne].
  9. Voir la List of honorary British Knights.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]