Kvadrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kvadrat
Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche du film

Réalisation Anatoly Ivanov
Scénario Anatoly Ivanov
Acteurs principaux

Andrey Pushkarev
(comme lui-même)

Sociétés de production Yury Rysev
Anatoly Ivanov
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Russie Russie
Genre documentaire
musical
Durée 107 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Kvadrat (/kvɐdˈrat/) est un long métrage documentaire écrit, réalisé et coproduit par Anatoly Ivanov et sorti en 2013. Le film explore les réalités du métier de DJ techno[1] prenant pour exemple le travail d’Andrey Pushkarev, DJ russe. Filmé comme un hybride entre un road-movie et un clip musical, Kvadrat illustre à la fois le côté festif des clubs de nuit, et le côté moins connu de cette profession[2]. Tourné en Suisse, en France, en Hongrie, en Roumanie et en Russie, le film omet volontairement les éléments typiques d’un documentaire: aucune interview, pas d’explications par voix off, pas de faits ni de chiffres. Il donne priorité à l’abondante musique techno, et laisse l’interprétation libre et détaillée au spectateur[3].

Cinématographiquement, Kvadrat se distingue par sa photographie couleur particulière, par sa conception sonore complexe, par son attention aux détails et par l’absence de structure dramatique classique[4], obtenus malgré un très faible budget.

Synopsis[modifier | modifier le code]

DJ Andrey Pushkarev se réveille dans son appartement à Moscou, met des disques vinyle dans un sac à roulettes et part pour l’aéroport Domodedovo, où il embarque pour un vol vers Zurich. À l’arrivée, il est accueilli par le promoteur du club Supermarket. Après s’être endormi à l’hôtel, le réveil sonne brusquement, il se lève, s’habille et part pour son job au milieu de la nuit. Une fois son DJ set terminé, il quitte le club pour prendre le train vers Genève. En route, au lieu d’admirer les paysages alpins, il dort.

Après une courte visite chez un ou une amie à Genève (on ne voit pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme), il s’envole pour retourner à Moscou. Ainsi, il termine la première boucle de l’histoire, répétée avec des légères variations tout au long du film, une métaphore d’un loop de musique techno.

Dans son appartement à Moscou, après avoir rapidement répondu à des demandes réservation sur Skype, il parcourt son énorme collection de vinyles techno pour préparer ses prochaines prestations. Un rasage rapide et il part en taxi pour la gare, où il embarque pour un train vers Saint-Pétersbourg.

Une fois à Saint-Petersbourg, il patiente dans l'appartement d’un ami, en écoutant des morceaux de musique sur Beatport. La nuit tombée, il est conduit en voiture à Barakobamabar, où il joue un set. Au petit matin, ses amis l’accompagnent vers le métro, l’un d’entre eux marchant à peine après avoir trop bu. Pushkarev revient à la gare en métro puis à pied, prenant un raccourci à travers le centre-ville.

De retour à Moscou, et à la case de départ d’une nouvelle boucle de l’histoire, il rend visite à des amis, et, autour d’un thé, argumente son rêve de jouer de la musique techno pendant la journée et ramener l’industrie des boîtes de nuit vers un mode de vie plus sain.

Après un court voyage en métro, il joue au club Mir, après quoi il s’envole de nouveau vers Genève. Sur place, il prend le même train qu’au début du film, traversant la boucle dans l’autre sens, en direction d’Olten via Berne. Accueilli par le promoteur du club, il va tout de suite au club local Terminus, où des problèmes techniques compliquent sa prestation. La platine Technics SL-1210 refuse de changer la vitesse de 45 tours par minute à 33 tours par minute. Plus tard, un technicien du club donne un coup de coude dans le bras de lecture. Fatigué, Pushkarev prend un taxi vers l’hôtel, où il vérifie des demandes de réservation sur son ordinateur portable.

Le matin, il prend le train vers Lausanne, puis change pour un TGV vers Paris. Après une prestation au bar 4 Éléments, il continue son voyage vers le hub de SWISS à Zurich, ou il échange pour un vol vers Budapest.

L’équipe sur place le transporte de Budapest à Kecel, où il joue dans le club Korona pour une foule énorme. Endormi dans la voiture sur la retour de retour vers Budapest, il rate le centre-ville décoré pour Noel et n’a que quelques heures pour refaire ses valises à l’hôtel, avant de repartir vers l’aéroport et recommencer la boucle.

Il s’envole vers Zurich, puis change pour un vol à Bucarest.

Récupéré à l’aéroport, il est conduit en voiture à Craiova, où il joue au club Krypton sans se reposer.

Le jour suivant, il dort dans la voiture qui traverse une tempête de neige de 2012, une des plus meurtrières de l’histoire de la Roumanie, pour arriver au club Midi de Cluj-Napoca. Il joue pour un public extatique, seulement pour se réveiller dans la même BMW cabossée roulant de nouveau à travers l’hiver.

Enfin, il arrive au bord de mer, regarde les vagues et le coucher de soleil et s’en va en silence, laissant son sac de vinyles sur la plage.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Kvadrat
  • Accroches : A documentary about the realities of techno DJing (Un documentaire sur les réalités de DJing techno)
  • Réalisation : Anatoly Ivanov
  • Scénario : Anatoly Ivanov
  • Production : Yury Rysev et Anatoly Ivanov
  • Musique : artistes divers
  • Photographie : Anatoly Ivanov
  • Montage : Anatoly Ivanov
  • Budget : 100 000 EUR[5]
  • Pays d’origine : Drapeau de la France France, Drapeau de la Russie Russie
  • Langue : russe, anglais
  • Format : Couleurs - 1,78:1 1080p - stereo
  • Genres : documentaire, musical
  • Durée : 107 minutes
  • Dates de tournage : 27 août 2011 au 16 juillet 2012
  • Public : tous publics

Production[modifier | modifier le code]

En raison des contraintes budgétaires, Anatoly Ivanov a agi en tant que scénariste, coproducteur, réalisateur, directeur de la photographie, monteur et ingénieur du son[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Anatoly Ivanov a eu l’idée de créer Kvadrat après avoir terminé un impromptu moyen-métrage de 30 minutes sur un évènement des arts martiaux de Hong Kong en cantonais en février 2011. Il a proposé de filmer un documentaire réaliste à propos de DJing à Andrey Pushkarev[6], quand les deux se sont retrouvés dans l’appartement parisien du réalisateur peu après[4].

Anatoly Ivanov a fait équipe avec Yury Rysev pour assembler un financement privé du projet, initialement sous-évaluant par 5 le budget total requis[4]. Une approche de réduction de coûts de production draconienne a permis de tourner le long métrage dans 5 pays, malgré le maigre budget, grâce, en partie, à la volonté de toute l’équipe du projet de travailler bénévolement sans aucune compensation financière[5].

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Kvadrat a été filmé exclusivement in situ[7] en:

Ainsi que pendant des vols réguliers de SWISS et Ijavia, trajets en train des SBB CFF FFS, RZD et en transports publics genevois, métro de Saint-Pétersbourg et métro de Moscou.

Photographie[modifier | modifier le code]

Le tournage a commencé le 27 août 2011 et s’est terminé le 16 juillet 2012. Il a duré 55 jours si l’on ne compte que les jours où la caméra tournait[5].

Le film a été tourné en format sphérique 1080p HD moyennant une paire de Canon 1D mark IV[8] et seulement deux objectifs photo Canon[9].

Anatoly Ivanov a été seul à filmer et enregistrer le son pour le film, portant tout le matériel cinéma sur lui[10]. Il a renoncé à utiliser les dollys, grues, jibs, steadicams, trépieds, sliders ou fixations de véhicule et a tourné Kvadrat exclusivement avec une caméra à épaule[11]. Aucun éclairage supplémentaire n’a été utilisé non plus[4].

Montage et postproduction[modifier | modifier le code]

La postproduction et le montage en Final Cut Pro X[10] ont commencé immédiatement après la fin du tournage. Cette phase a été rendue difficile par suite de problèmes techniques, comme la retouche de hot pixels sur les séquences vidéo et le matériel informatique inadéquat (un MacBook Pro 13" de 2011 et un casque Sony MDR7506)[4].

Musique[modifier | modifier le code]

Le film contient 35 tracks[12] joués par DJ Pushkarev, allant de la deep house à la dub techno, en passant par la techno minimale et l’electro.

  1. “Abyss” de Manoo – Deeply Rooted House, 2008
  2. “Direct” de Kris Wadsworth – NRK Sound Division, 2009
  3. “La Grippe (Helly Larson Remix)” de George Soliis – Wasabi, 2011
  4. “Air” de Havantepe – Styrax Leaves, 2007
  5. “Mauna Loa” de Mick Rubin – Musik Gewinnt Freunde, 2009
  6. “Soul Sounds (Freestyle Man Original Dope Remix)” de Sasse – Moodmusic, 2005
  7. “Tammer (David Duriez Remix From Da Vault)” de Phonogenic – 20:20 Vision, 2000
  8. “Track B1” de Slowhouse Two – Slowhouse Recordings, 2008
  9. “Post” de Claro Intelecto – Modern Love, 2011
  10. “Acid Face” de Scott Findley – Iron Box Music, 2003
  11. “Warriors” de Two Armadillos – Secretsundaze Music, 2007
  12. “Grand Theft Vinyl (JV Mix)” de Green Thumb vs JV – So Sound Recordings, 2004
  13. “Tobacco (Alveol Mix)” de Kiano Below Bangkok – Only Good Shit Records, 2011
  14. “When The Dark Calls” de Pop Out and Play – Alola, 2001
  15. “Circular Motion (Vivid)” de Christian Linder – Phono Elements, 2002
  16. “Blacktro (Demo 1)” de Jerome Sydenham and Joe Claussell – UK Promotions, 2007
  17. “Green Man” de Mr. Bizz – Deepindub.org, 2008
  18. “Tahiti” de Ben Rourke – Stuga Musik, 2011
  19. “Willpower” de Joshua Collins – Prolekult, 2002
  20. “Lullade For Rastko (Herb LF Remix)” de Petkovski – Farside, 2011
  21. “Agape Dub” de Luke Hess – Modelisme Records, 2009
  22. “Glacial Valley” de Makam – Pariter, 2011
  23. “The Time” de Vizar – Jato Unit Analog, 2011
  24. “Libido” de Sean Palm and Charlie Mo – Railyard Recordings, 2008
  25. “Ahck (Jichael Mackson Remix)” de Minilogue – Wir, 2007
  26. “Altered State (Artificial Remix)” de Jason Vasilas – Tangent Beats, 2004
  27. “Modern Times (Dub Mix)” de Hatikvah – Baalsaal, 2009
  28. “That Day (Loudeast Black Label Remix)” de DJ Grobas – Thrasher Home Recordings, 2004
  29. “The Hills (John Selway Dub)” de Filippo Mancinelli and Allen May – Darkroom Dubs, 2011
  30. “Running Man” de Petar Dundov – Music Man Records, 2007
  31. “Ice” de Monolake – Imbalance Computer Music, 2000
  32. “Lucky Punch” de Peter Dildo – Trackdown Records, 2006
  33. “Live Jam 1” de Rhauder – Polymorph, 2011
  34. “Can U Hear Shapes?” de Pop Out and Play – Alola, 2001
  35. “Be No-One” de Charles Webster – Statra Recordings, 2001

Thèmes[modifier | modifier le code]

Outre la façade du travail de DJ observable dans un club de nuit, Kvadrat explore les thèmes moins connus du grand public[13] : les déplacements, la fatigue, la privation de sommeil, l’autodestruction, l’absurdité, la solitude[14], le but de l’art et les stéréotypes de l’artiste[4].

Genre[modifier | modifier le code]

Anatoly Ivanov a combiné les genres d’un road movie et d’un clip musical, créant ainsi un musical contemporain, avec très peu de dialogue (faisant référence à la musique techno souvent sans paroles)[15]. Il a délibérément appliqué l’esthétique des films de fiction aux prises documentaires et en a éliminé les clichés afin d’obtenir une troisième catégorie, un résultat entre le genre fiction et documentaire. En d’autres termes, un documentaire qui utilise les techniques de la fiction comme l’exposition, la métaphore et le symbolisme pour exprimer des idées, provoquer des émotions et poser des questions de manière implicite, au lieu de l’exposé, des interviews et de la voix off explicative pour communiquer des réponses de manière explicite[4].

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film a été publié discrètement[16] en qualité 720p sur Vimeo le 17 octobre 2013, avec des sous-titres anglais[17], français[18] et russes[19], accumulant 53 000 visionnements (selon les données de septembre 2014, à ne pas confondre avec chargement de page). Le film a fait sa première en salle en DCP 2K lors du festival Kommt Zusammen[20],[21],[22],[23],[24] à Rostock en Allemagne, le 18 avril 2014.

Réception[modifier | modifier le code]

Le public et la presse ont été surpris par la sortie en catimini sans aucune campagne marketing[25].

Les critiques ont salué les qualités esthétiques[26], atmosphériques, musical[27] et méditatives du film, son caractère réaliste[28]. Ainsi que la décision de renoncer les interviews traditionnelles[29] et d’adopter un montage innovant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. FilmStarts.de Kvadrat
  2. Pulse Radio Kvadrat Documentary Shows The Realities Of Techno DJing, 31 janvier 2014
  3. Synopsis original de Kvadrat de février 2011 23 juin 2014
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Kvadrat director’s thoughts about his film 8 juillet 2014
  5. a, b et c Director Anatoly Ivanov’s article about the production details of Kvadrat 17 février 2014
  6. Un interview d’Anatoly Ivanov Artiste autodidacte et radical par Peter Gabor, July 2, 2014
  7. Kvadrat (fr) - générique de fin
  8. Shot on What? – Kvadrat (2013)
  9. Visual Imaging News numéro 2014-01, page 16
  10. a et b The DJ’s Journey Digital Media World, 13 mars 2014
  11. Kvadrat Gear – documentaire sur le tournage de Kvadrat, par Anatoly IVANOV
  12. Kvadrat official track list
  13. Berlin Mitte Institut Kvadrat – Film über das Jetsetting von Techno-DJs, 8 avril 2014
  14. Mixing.dj Kvadrat: Russian road-movie by the side of Andrey Pushkarev, 29 octobre 2013
  15. Diffus Mag Reingeschaut, May 12, 2014
  16. Le tweet du réalisateur de Kvadrat à propos du film 17 octobre 2013
  17. Kvadrat (en) sur Vimeo
  18. Kvadrat (fr) sur Vimeo
  19. Kvadrat (ru) sur Vimeo
  20. Kommt Zusammen festival program
  21. Lichtspieltheater Wundervoll cinema programming
  22. StepCamera.de Die Dokumentation ‘Kvadrat’ wurde zum ‘Kommt Zusammen’-Festival in Rostock gezeigt, 19 juin 2014
  23. 0381 Magazin Mitternachtskino - Kvadrat
  24. kinoprogramm.com Kinos aus Rostock
  25. Nightparty.ru - Вышел фильм о «реалиях техно диджейства», 17 octobre 2013
  26. Das Schöne Leben Kvadrat, russisches Road-Movie & Musik-Dokumentation über den Alltag von DJs, 20 octobre 2013
  27. Synthtopia New Documentary Looks At The Reality Of Techno DJing, 30 avril 2014
  28. Mixmag «Квадрат». Фильм с участием Андрея Пушкарева, 22 octobre 2013
  29. ALAAF and KICKIN’ review

Liens externes[modifier | modifier le code]