Coupe Kirin 1994

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kirin Cup 1994)
Aller à : navigation, rechercher
Coupe Kirin 1994
Description de l'image Kirin logo.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) JFA et Kirin
Édition 15e édition mais 3e uniquement pour les sélections nationales.
Lieu(x) Drapeau : Japon Japon
Date Du 22 mai au 29 mai 1994
Participants 3 participants
Épreuves 1
Site(s) 3 stades (dans 3 villes)
Palmarès
Tenant du titre Drapeau de la Hongrie Hongrie
Vainqueur Drapeau : France France (Premier titre)
Finaliste Drapeau : Australie Australie
Troisième Drapeau : Japon Japon
Buts 8
Meilleur(s) buteur(s) 7 buteurs (1 but)

Navigation

La Coupe Kirin 1994 ((ja) キリンカップサッカー1994) est la quinzième édition de la Coupe Kirin, organisée par le Japon. Se déroulant au cours du mois de mai, elle oppose cette année-là, la France, l'Australie et le Japon. Cette compétition se passe trois semaines avant la Coupe du monde de football de 1994, aux États-Unis.

Stades retenus[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Sites des matchs de la Coupe Kirin 1994.
Ville Stade Club résident
Hiroshima Grande Arche d'Hiroshima[1] Sanfrecce Hiroshima
Kobe Stade du Mémorial de l'Universiade[2] Vissel Kobe
Tokyo Stade olympique de Tōkyō[3] Pas de clubs résidents

Quant aux arbitres, trois arbitres asiatiques ont été choisis pour diriger les matchs :

Ces trois arbitres ont une carrière naissante : le Malaisien Letchmanasamy Kathirveloo a déjà arbitré un match de la Coupe du monde de football des moins de 17 ans 1991[7] et trois matchs de la Coupe du monde de football des moins de 20 ans 1993, dont le match pour la troisième place[8]. Quant au Thaïlandais Pirom Un-Prasert, il a dirigé la finale de la Dynasty Cup 1992. Pour finir, Masayoshi Okada a arbitré la finale de la Coupe de l'Empereur 1993 et une demi-finale de la Coupe de la Ligue japonaise 1993.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

L'équipe de France de football a été invitée à participer à la Coupe Kirin en mai 1994. Pour le nouveau sélectionneur national Aimé Jacquet, en place seulement depuis le mois de décembre 1993, cette compétition était l'occasion de procéder à une large revue d'effectif et de faire vivre le groupe ensemble sur une période plus longue que lors des classiques matchs amicaux. Il s'agit des troisième et quatrième matchs d'Aimé Jacquet à la tête de la sélection française[note 1].

La France a été éliminée lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1994, devancée par la Bulgarie et la Suède, après deux défaites lors des deux dernières journées contre Israël et contre la Bulgarie. Avant le tournoi, la France est la dix-septième sélection dans le classement FIFA du 17 mai 1994[9].

Quant au Japon, pays organisateur de la Coupe Kirin[note 2], il rate la qualification de peu, lors du match contre l'Irak, appelé "Tragédie de Doha", après le but de Salman à la quatre-vingt-dixième minute. La sélection japonaise est dirigée par un sélectionneur brésilien, Paulo Roberto Falcão, qui est le second entraineur étranger à diriger les Blue Samurais[note 3]. Avant le tournoi, le Japon est la cinquante-quatrième sélection dans le classement FIFA du 17 mai 1994[9].

Quant à l'Australie, elle remplace l'Argentine[note 4], qui refuse de participer à cause d'un problème de visa non délivré pour Diego Maradona[10]. Elle remporte les éliminatoires de la zone Océanie mais dans les barrages inter-continentales, elle bat le Canada mais s'incline face à l'Argentine et rate la qualification à la Coupe du monde 1994. Avant le tournoi, l'Australie est la quarante-quatrième sélection dans le classement FIFA du 17 mai 1994[9].

Maillots des sélections présentes à ce tournoi.
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Japon
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
France
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Australie

Résultats et résumés de matchs[modifier | modifier le code]

Sixième confrontation entre les Socceroos et les Blue Samurais, les deux équipes ne se sont plus affrontées depuis les qualifications de la Coupe du monde 1970 et les deux équipes restent sur un match nul (un but partout en 1969 à Séoul).

Sous la direction du sélectionneur Paulo Roberto Falcão, le Japon affronte l'Australie. À la sixième minute, les Blue samurais obtiennent un coup-franc à trente-sept mètres, que tire le numéro huit japonais Asano directement mais le gardien australien Zabica fait une erreur de main, permettant l'ouverture du score. Le sélectionneur Eddie Thomson décide de le remplacer à la trente-sixième minute par Kalac.

En seconde période, sur une passe en profondeur venue du rond central, A. Vidmar part en face-à-face contre Maekawa, que ce dernier dévie mais le ballon part vers le but et il est sauvé sur la ligne par un défenseur mais l'action se poursuit et la défense laisse un australien faire une tête pour le numéro dix A. Vidmar qui marque aux six mètres à la soixante-huitième minute.


Le Japon ayant invité la France à disputer la Coupe Kirin, les Bleus affrontent pour la première fois l'Australie, remplaçant au pied levé l'Argentine.

Pour cette rencontre qui a lieu sur un terrain rendu impraticable par la pluie, le sélectionneur Aimé Jacquet laisse au repos la plupart de ses titulaires et effectue des essais tactiques : Laurent Blanc est rappelé au poste de libero, dans une formule en 5-2-3 où Angloma et di Meco opèrent comme stoppeurs et Cantona comme meneur de jeu. Lilian Thuram et Cocard sont forfaits pour ce match. Au cours de ce match, Jean-Pierre Papin voit un penalty arrêté par le gardien australien Kalac, à la vingt-neuvième minute.

Mais à la quarante-deuxième minute, sur une transversale de Dugarry venue de la droite, Cantona reprend de la tête à treize mètres du but et lobe le gardien, qui était avancé. Cela constitue le seul et unique but du match permettant à la France de s'imposer un but à zéro. Il s'agit du vingtième et dernier but de Cantona avec les Bleus.

Il s'agit de la première sélection pour le Marseillais Barthez[11] et pour le Bordelais Dugarry[12].


Le sélectionneur Aimé Jacquet aligne son équipe de base avec sa défense de zone à plat, Angloma et di Meco retrouvant leur rôle habituel d'arrières latéraux et Cantona conservant celui de meneur de jeu. Il s'agit de la première confrontation entre les deux sélections.

À la seizième minute, Youri Djorkaeff reprend de volée, à droite du but et dans la surface de réparation, une transversale venant de la gauche de Ginola, permettant à la France de mener un but à zéro. Il s'agit de son troisième but en sélection. Puis à la dix-neuvième minute, Djorkaeff récupère la balle et lance en profondeur Papin, qui pique son ballon au point de penalty pour tromper Maekawa. Il s'agit du vingt-neuvième but de Papin en sélection. Ensuite, Cantona frappe la barre transversale sur une barre enroulée en dehors de la surface de réparation et puis sur un centre, Djorkaeff coupe la trajectoire au point de penalty mais la balle passe au ras du poteau.

En seconde période, à la cinquante-quatrième minute, sur un corner tiré de Paul Le Guen, Kurosaki à la lutte avec Ginola touche de la tête le ballon aux six mètres et marque contre son camp. Peu de temps après, soit à la cinquante-sixième minute, Djorkaeff traverse la défense japonaise qui dégage par l'intermédiaire d'Iwamoto sur Ginola qui reprend de volée aux vingt mètres à gauche et le gardien Honnami (rentré à la mi-temps) fait une erreur en n'arrivant à capter le ballon qui rentre dans le but. Il s'agit du deuxième but en sélection pour Ginola. De plus, le but inscrit sur une faute de main du gardien est montré sur les écrans géants du stade.

Les Japonais sauvent l'honneur à la soixante-dix-neuvième minute, le joueur de l'Excelsior Rotterdam Ogura (rentré à la mi-temps) reprend une passe de Miura dans les six mètres et marque en pivot malgré la présence de Desailly sur la ligne. Il s'agit de son premier et unique but en sélection pour Ogura. La France s'impose finalement sur le score de quatre buts à un.

Il s'agit de la première sélection pour le Nantais Nicolas Ouédec[13].

Tableau final[modifier | modifier le code]

Compte tenu des résultats réalisés au cours du tournoi, le classement établi ci-dessous permet de donner à la France le titre de vainqueur de la Coupe Kirin 1994 :

Équipe Pts J V N D Bp Bc Dif
Drapeau : France France 6 2 2 0 0 5 1 +4
Drapeau : Australie Australie 1 2 0 1 1 1 2 -1
Drapeau : Japon Japon 1 2 0 1 1 2 5 -3

Buteurs[modifier | modifier le code]

1 but
Contre son camp

Les vainqueurs[modifier | modifier le code]

Vainqueur Coupe Kirin 1994
Flag of France.svg
Drapeau : France France
1er titre

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aimé Jacquet avait dirigé deux matchs contre l'Italie et le Chili, se soldant par deux victoires.
  2. Le Japon a remporté l'édition 1991 de la Coupe Kirin.
  3. Le premier sélectionneur étranger était le Néerlandais Hans Ooft entre 1992 et 1993.
  4. L'Argentine avait remporté l'édition 1992 de la Coupe Kirin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hiroshima Big Arch Stadium », sur worldstadiums.com (consulté le 2 septembre 2015)
  2. (en) « Kobe Universiade Memorial Stadium », sur worldstadiums.com (consulté le 2 septembre 2015)
  3. (en) « Tokyo Olympic Stadium », sur worldstadiums.com (consulté le 2 septembre 2015)
  4. (en) « Letchmanasamy Kathirveloo », sur worldreferee.com (consulté le 2 septembre 2015)
  5. (en) « Masayoshi Okada », sur worldreferee.com (consulté le 2 septembre 2015)
  6. (en) « Pirom Un-Prasert », sur worldreferee.com (consulté le 2 septembre 2015)
  7. (en) « Congo-Australia », sur fifa.com (consulté le 2 septembre 2015)
  8. (en) « England-Australia », sur fifa.com (consulté le 2 septembre 2015)
  9. a, b et c « Classement FIFA », sur football24.info (consulté le 2 septembre 2015)
  10. « Pas de visa pour Maradona au Japon », sur liberation.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  11. « Fabien Barthez », sur fff.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  12. « Christophe Dugarry », sur fff.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  13. « Nicolas Ouédec », sur fff.fr (consulté le 2 septembre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]