Kaws (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kaws
KAWS Moonman - 2013 MTV Video Music Awards.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Représenté par
Galerie Emmanuel Perrotin (d), Skarstedt Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Le Moonman designé par KAWS pour les MTV Video Music Awards 2013.

Kaws (de son vrai nom Brian Donnelly) est un artiste new yorkais né en 1974 à Jersey City[1]. Issu de la scène graffiti, il concilie les références aux icônes de la culture pop (les Simpson, les Schtroumpfs, Bob l'éponge), l'énergie frontale des peintres urbains (yeux en croix, crâne de pirate) et des moyens de production à grande échelle typiques du pop art. Ses personnages emblématiques (Chum, Accomplice, Companion) sont déclinés sous forme de jouets, de tee-shirts, de sérigraphies ou d'œuvres originales.[1]

Détournements de publicité[modifier | modifier le code]

Brian Donnelly est diplômé de la School of Visual Arts en 1996[2].Il collabore quelque temps pour Disney, où il travaille en particulier sur les 101 Dalmatiens. Ce passage dans la vénérable maison est déterminant : on retrouvera le corps de Mickey sur les Companions, ainsi que les mains, typiques de Disney, sur plusieurs personnages. Quant à son style pictural, avec son trait très précis et ses couleurs en aplat, il rappelle clairement le style de Disney, ou tout au moins le monde de l’animation[3].

Kaws commence sa carrière en graphant son nom en lettres géantes sur les murs et les affiches de New York. Il ajoute parfois un dessin qui devient sa signature: le skully, crâne de pirate dont les os en croix sont raccourcis de manière à former des sortes d'oreilles. Kaws va ensuite se distinguer des nombreux grapheurs new yorkais en détournant des affiches publicitaires. La légende veut que ce soit un autre grapheur, Barry Mcgee, qui lui ait donné une clé pour ouvrir les panneaux publicitaires des abris bus. Kaws récupère alors les affiches (Calvin Klein, DKNY, Diesel, etc), recouvre les visages de crânes, signe, puis les remet en place discrètement. Il développe aussi un autre personnage : le bendy, crâne prolongé d'un corps de serpent (ou de spermatozoïde ?), qui s'enroule autour du personnage central de l'affiche. Il s'agit bien ici d'un véritable kidnapping visuel où l'artiste phagocyte les icônes de la société de consommation. Les objets du désir imposés par les multinationales deviennent alors d'étranges figures, à la fois morbides (les crânes) et sexuelles (les "bendies" qui enserrent, voir transpercent les corps). Kaws intervient sur des publicités à New York, Londres, Tokyo et Paris. Sarah, de la boutique Colette, soutient activement son travail, et publie Kaws Exposed, un petit livre sur ces détournements de publicité ("ad disruptions")[3].

Art toys et pop art[modifier | modifier le code]

À Tokyo, Kaws édite son premier designer toy (aussi appelé art toys). Le Companion a un corps de Mickey, surmonté d'un crâne de pirate, les yeux en x. Le jouet est un succès immédiat auprès des collectionneurs. Il édite ensuite Chum : le même crâne est juché cette fois sur un corps qui rappelle celui du Bibendum de Michelin. À Tokyo toujours, il rencontre Nigo, le créateur de la marque A Bathing Ape. Nigo lui permettra de réaliser le packaging des Product paintings. Une première série de tableaux, tous de dimension 40 × 40 cm, détourne l'imagerie de Simpson (devenus les Kimpson). La seconde série peint en couleur vive sur fond noir les personnages Chum, Accomplice, et des héros détournés inspirés d'Astroboy ou d'Hello Kitty. Chaque tableau est présenté sous un emballage plastique, comme s'il était destiné à être vendu dans un supermarché. Avec ces deux séries, Kaws s'inscrit profondément dans la démarche pop art. Ce travail radical, et fondamental dans sa carrière, est regroupé dans le livre C10, qui reprend le packaging des œuvres.[2]

Parallèlement, Nigo l'aide à ouvrir Original Fake, une boutique qui s'inspire du Pop Shop de Keith Haring. Kaws va alors décliner ses personnages et dessins sous forme de tee-shirts, baskets, écharpes, etc. Ses art toys sont également vendus sur le site. Kaws produit toujours en série très limitée, et chaque objet devient rapidement épuisé. Les art toys, généralement fabriqués à 500 ou 1 000 exemplaires, sont vendus en quelques heures. Kaws a aussi collaboré à divers marques dont A Bathing Ape, Comme Des Garçons, Marc Jacobs, Vans, ou encore Nike, et a participé à la pochette de l'album 808s & Heartbreak du rappeur Kanye West. À partir de 2008, Kaws semble pris d'une frénésie productiviste et décline ses symboles sur des objets aussi futiles que des porte-clés, des cendriers et des tapis de bains!

Lauréat du prix Pernod en 1998, Kaws a exposé à la galerie Parco à Tokyo et Elms Lester à Londres en 2001, à Vancouver en 2002, et lors de l'exposition collective itinérante Beautiful Losers en 2004[4]. Proche de Nigo et Pharrell Williams qui le présente à Emmanuel Perrotin, galeriste de Takashi Murakami et de toute la bande de Kaikai-Kiki, c'est en à Miami qu'il présente Saturated, une exposition qui décline les figures de Bob L'éponge (rebaptisé Kawsbob) sur des toiles de grand format. Toutes les œuvres de l'exposition sont vendues dès le premier jour, tout comme celles présentées à la galerie Gering & Lopez en à New York. L'exposition The Long Way Home, présentée à la galerie Honor Fraser à Los Angeles en . Il s'inspire de Keith Haring, Andy Warhol, Jeff Koons et Takashi Murakami[4].

Le bestiaire de Kaws : jouets pour adultes ou sculptures pop ?[modifier | modifier le code]

L’univers de Kaws est peuplé de personnages récurrents. S’inspirant d’icônes de la culture populaire, ils sont à la fois familiers et étranges, voire dérangeants. Existant à l’origine sous forme de croquis ou de dessins, ces personnages se sont matérialisés en 3 dimensions grâce au fabricant Medicom. Produits en éditions limitées (généralement 500 ou 1 000), ces designers toys ou art toys sont considérés par certains comme des jouets pour adultes, par d’autres comme de véritables sculptures. Il faut aussi noter que Kaws a toujours porté une grande attention au packaging. Les figurines, qui s'échangent aujourd'hui sur Ebay jusqu’à dix fois leur prix d’origine, perdent beaucoup de leur valeur si elles sont vendues sans leur boîte.

  • Companion (1999) : la démarche des « ad disruptions » est reprise en 3 dimensions : le corps de Mickey est « kidnappé », agrémenté d'une tête de pirate aux yeux en xx.
  • Accomplice (2002) : comme il l'a expliqué dans le magazine ANP Quarterly, Kaws souhaitait saper sa propre « street credibility ». Il a donc créé un personnage le plus doux, et le plus ridicule possible : en l'occurrence, le Companion semble s'être glissé dans un costume de lapin!
  • Chum (2002) : toujours la tête de pirate aux yeux en xx sur un corps qui rappelle cette fois le bonhomme Michelin.
  • Bendy (2003) : la tête de pirate sur un corps de spermatozoïde.
  • Companion 5 Years Later (2004) : le corps du personnage de 1999 évolue : il devient plus épais, les jambes plus droites.
  • OF Dissected 5YL Companion (2006) : une moitié verticale est celle du Companion 5YL, l'autre est celle du personnage disséqué, muscles et boyaux apparents.
  • JPP (2008) : la mascotte de la police japonaise avec les yeux en xx

Expositions[modifier | modifier le code]

Le musée d'art moderne de Fort Worth présente KAWS : WHERE THE END STARTS du au [5].

2020 Retrospective National Gallery of Victoria de Melbourne [1],[6]

2021 Brooklyn Museum, à New York[1]

Record[modifier | modifier le code]

En 2015, CONTROL devient l'œuvre de graffiti la plus chère du monde, 218 800 [7], et détrône les précédents records de JonOne, en 2007, Seen et Banksy, en 2013, avant d'être dépassé en 2015 par le camion de Banksy, Silent majority, vendu par la maison d'enchères Marielle Digard à 625 400 [8].

En 2019 sa cote sur le marché de l'art atteint de nouveaux sommets, avec la vente de[9] :

  • The Walk Home (2012), 4,5 millions d’euros,
  • In the Woods (2002), version dark de Blanche-Neige, 3,4 millions d’euros.
  • Kurf (2008), inspiré des Schtroumpfs, 2,3 millions d’euros.
  • Kaws Album, un de ses tableaux inspiré par l’univers des Simpson étant adjugé 14,7 millions de dollars à Hong Kong[10],[11],[12],[9].

Collaborations[modifier | modifier le code]

L'artiste Kaws collabore régulièrement avec des marques.[13],[14],[15]

sélection de collaborations[modifier | modifier le code]

  • Jordan (Jordan 4 Kaws) (2017)

Collections[modifier | modifier le code]

Son travail est dans les collections suivantes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Les figurines virtuelles de Kaws flottent au-dessus du marché de l’art », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  2. a et b « Kaws. Oeuvres et biographie de l'artiste », sur www.djtfa-paris.com (consulté le 17 mai 2020)
  3. a et b « Focus sur KAWS, un des artistes les plus influents de la street culture », sur NOBODY CARES, (consulté le 17 mai 2020)
  4. a et b « Biographie de KAWS – KAWS sur artnet », sur www.artnet.fr (consulté le 17 mai 2020)
  5. « KAWS | Modern Art Museum of Fort Worth », sur www.themodern.org (consulté le 16 décembre 2016)
  6. (en-GB) Steph Harmon, « 'It has created a sense of hostility': how Kaws made the art world pay attention », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  7. « Urban Art | Vente n°2468 | Lot n°117 | Artcurial », sur www.artcurial.com (consulté le 17 mai 2020)
  8. (en-GB) « Banksy trailer art fetches £445k », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  9. a et b « L’envolée de Kaws, miroir de son époque », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le 17 mai 2020)
  10. « Les bonnes affaires de Kaws », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2019)
  11. (en-US) « Sotheby’s Was Hoping This KAWS Painting of 'The Simpsons' Would Sell for $1 Million. It Just Went for $14.7 Million », sur artnet News, (consulté le 17 mai 2020)
  12. « The Most Expensive KAWS Art Pieces in Auctions », sur Widewalls (consulté le 17 mai 2020)
  13. (en) « KAWS XX - 10 of His Best Collaborations », sur TheArtGorgeous, (consulté le 17 mai 2020)
  14. (en-US) « The Top 5 Best KAWS Collaborations », sur StockX News, (consulté le 17 mai 2020)
  15. (en) « KAWS, L’ARTISTE QUE LES GRANDES MARQUES S’ARRACHENT », sur www.perrier.com (consulté le 17 mai 2020)
  16. « Card Holder Black Smooth Calfskin with DIOR x KAWS Print - products | DIOR », sur www.dior.com (consulté le 17 mai 2020)
  17. « Modern Art Museum of Fort Worth », sur www.themodern.org (consulté le 17 mai 2020)
  18. « Brooklyn Museum », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 17 mai 2020)
  19. (en) « Untitled », sur collection.mcasd.org (consulté le 17 mai 2020)
  20. (en) « New Kaws statue in Campus Martius gains fans and critics », sur Detroit Free Press (consulté le 17 mai 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kaws Exposed (Aro Space/Colette, 1999)
  • Kaws One (Little More, 2001)
  • Kaws : C10 (Neverstop, 2002)
  • Kaws, Monica Ramirez-Montagut (Skira Rizzoli, 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]