Karel Husa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karel Husa
Naissance
Prague, Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Décès (à 95 ans)
Apex (Caroline du Nord)
Lieux de résidence Apex (Caroline du Nord) Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre
Activités annexes Professeur
Lieux d'activité Prague, Paris (1947–1951), université Cornell (1954–1992)
Années d'activité 19432016
Éditeurs Schirmer, Leduc
Formation Conservatoire de Prague, Conservatoire de Paris, École normale de musique de Paris
Maîtres Direction : Metod Doležil, Pavel Dědeček, Václav Talich, Jean Fournet, Eugène Bigot, André Cluytens
Composition : Jaroslav Řídký, Arthur HoneggerNadia Boulanger
Élèves Byron Adams, David Conte, Henrique de Curitiba, John S. Hilliard, Christopher Rouse, Steven Stucky
Récompenses Prix Lili Boulanger (1950), Bourse Guggenheim (1964, 1965), Prix Pulitzer (1969), Friedheim Award du Kennedy Center (1983), Grawemeyer Award (1993)
Distinctions honorifiques American Academy of Arts and Letters (1994), Médaille d'or du mérite de la République tchèque (1995), Docteur honoris causa de l'Université de Louisville (2012)

Œuvres principales

  • Music for Prague 1968 (1968)
  • Quatuor à cordes no 3 (1968)
  • Concerto pour orchestre (1986)
  • Concerto pour violoncelle (1988)

Karel Husa, né le à Prague, alors en Tchécoslovaquie, et mort le à Apex (Caroline du Nord)[1], est un compositeur et chef d'orchestre tchèque de naissance. Résidant aux États-Unis à partir de 1954, il a été naturalisé américain en 1959.

Il est lauréat du Prix Pulitzer de musique et du Grawemeyer Award for Music Composition 1993 de l'université de Louisville[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Karel Husa a huit ans lorsque, sous l'insistance de la mère[3], il commence l'étude du violon et treize quand il commence le piano. Après avoir passé son examen final à l'école secondaire, ses parents le voulaient ingénieur ; la fermeture des écoles d'ingénieurs par les nazis en 1939 brise leurs ambitions[3]. Mais Karel est surtout attiré par la poésie, la peinture et la musique[4] – il commence à composer vers ses douze ans[3]. D'agréable divertissement, la musique lui devient essentiel.

Après une préparation de deux ans et un examen, il est admis au Conservatoire de Prague en juin 1941[3]. Il étudie dans la classe d'écriture de Jaroslav Řídký, et les cours de direction de Metod Doležil, Pavel Dědeček et Václav Talich[5]. Sa première composition publiée est une sonatine pour piano (1943)[5] ; l'œuvre enjouée, aux accents et à organisation formelle influencée par Prokofiev, eut beaucoup de succès[3]. La sonatine est suivie de son Ouverture pour grand orchestre, pour sa thèse de maîtrise en 1944, qu'il dirigera lui-même en 1945, avec le Symphonique de Prague. Ses influences d'alors s'ouvrent à la musique de son pays : Suk, Novak et semble-t-il Janáček[6].

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour compléter son cursus, il entre à l'Académie de Prague, où il suit des cours dirigés par Řídký. Il est diplômé en 1947, grâce à sa Sinfonietta (1946), créée par Václav Smetáček[6]. L'œuvre est la première de ses compositions qui décroche un prix, celui des arts de l'Académie des sciences et des Arts, 1948. La presse le considère comme l'« un des plus grands espoirs de la musique tchèque[6],[7]. Il se produit en tant que chef d'orchestre, notamment à la radio tchèque[6] ».

Paris[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, Husa décide de poursuivre ses études de composition et de direction à Paris grâce à une bourse, attiré par la perspective de travailler avec Arthur Honegger et Charles Munch et de pouvoir mieux assimiler la nouvelle musique[6]. En 1947, il y étudie la composition avec Honegger. Pour la direction, Munch étant retenu à Boston, il étudie avec les chefs d'orchestre Jean Fournet, Eugène Bigot et en leçons privées avec André Cluytens et Nadia Boulanger (composition)[5]. En 1951, après son cursus de direction à l'École normale de musique de Paris et au Conservatoire de Paris, il se lance dans une carrière. Il dirige les plus grands orchestres du monde — New York, Boston et Washington, Paris, Londres, Prague, Zurich, Hong Kong, Singapour — et participe à de nombreux projets importants. Entre 1950 et 1954, il partage son temps entre la composition et la direction, en prenant une part de plus en plus active dans la vie musicale parisienne et internationale (Belgique, Suisse)[8].

Son Premier quatuor à cordes marque une étape importante dans l'évolution du compositeur sur sa réputation internationale. Le quatuor est primé deux fois : Prix Lili Boulanger 1950 et le prix 1951 au festival de musique de Bilthoven aux Pays-Bas. Depuis, il a été joué à de nombreuses occasions, par exemple, au festival de la Société international pour la musique contemporaine de Bruxelles (1950), festivals de Salzbourg (1950), Darmstadt (1951) et Pays-Bas (1952)[5]. De même que divers concert en Allemagne, en France, en Suède, en Angleterre, en Suisse, en Australie et aux États-Unis. Parmi les compositions écrites par Karel Husa lors de son séjour à Paris on note, Divertimento pour orchestre à cordes, Concertino pour piano et orchestre, Évocations de Slovaquie, Musique d'amateurs, Portrait pour orchestre à cordes, la Première symphonie, la Première sonate pour piano, et un Second quatuor à cordes. Les influences de cette période sur le style de Husa sont principalement néoclassiques : Vítězslav Novák, Janáček, Bartók et Stravinsky.

En 1952, il épouse Simone Perault. Le couple aura quatre filles[8].

États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1954, âgé de trente-trois ans, il émigre aux États-Unis avec sa famille avec l'opportunité d'enseigner grâce à l'intermédiaire d'Elliott Galkin[9], un collègue américain de l'École Normale. Munie d'une lettre de recommandation de Nadia Boulanger, le responsable du département musique, lui offre un période de trois ans d'activité, qui se transforme en une installation permanente : de fin 1954 à sa retraite en 1992, il est professeur de théorie de la musique, de composition, d'orchestration et de direction au Department of Music de l'Université Cornell dans l'État de New York et en composition à Ithaca College, de 1967 à 1986.

Dès 1959 avec Poème (1959) pour alto et orchestre de chambre, puis Mosaïques (1961) pour orchestre, composé pendant un congé sabbatique passé à Paris[10], il expérimente les techniques sérielles[5]. Husa explore toutes les formes importantes de la musique, excepté l'opéra. Il y recherche des sonorités colorées et originales et un tissu musical très expressif, remplis de juxtapositions de timbres surprenantes[5].

Il est sans doute bien connu pour sa Music for Prague 1968[4], une œuvre à la mémoire de l'invasion soviétique en 1968 de la Tchécoslovaquie, qui fait partie du répertoire contemporain[11] après plus de 7 000 ou 8 000[9] concerts. L'œuvre est la rencontre du vieux chorale hussite « Vous qui êtes soldats de Dieu et de sa Loi », des cloches de la ville aux cent clochers (Prague, sa ville natale), « de l'angoisse et de la liberté »[12]. Il en existe deux versions : une pour ensemble à vents et l'autre, pour orchestre.


\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    % \remove "Time_signature_engraver"
  }
  \relative c'' {
    \key c \major
    \time 3/2
    \tempo 2 = 96
    %\autoBeamOff
    \clef treble
    \override Rest #'style = #'classical

      % « Vous qui êtes soldats de Dieu et de sa Loi » 
      d4 d d2 d | e4 c c2 e | e4 c2 c4 c b | a1

  }
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi {}
}
L'incipit de Zdoz jste bozi bojovnici, « Vous qui êtes soldats de Dieu et de sa Loi »

Parmi les compositeurs qui ont étudié avec Karel Husa, on note Steven Stucky, Christopher Rouse, John S. Hilliard, David Conte, Henrique de Curitiba et Byron Adams. Husa habite désormais à Apex, Caroline du nord.

Husa montre aussi son intérêt pour la musique française baroque en tant qu'éditeur d'œuvres de De Lalande (Cantemus Domino) et Lully[12] (Le carnaval, Le ballet des muses). Il a aussi édité une œuvre de l'astronome et compositeur William Herschel, une symphonie en majeur[13].

Il est le directeur national de Delta Omicron, une fraternité internationale de professionnels de la musique[14].

L'ensemble de cuivres Amherst de l'Université du Massachusetts a organisé un concert à la salle de concert Fine Arts Center pour célébrer le 90e anniversaire de Karel Husa, le [15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Karel Husa a reçu le Guggenheim Fellowships en 1964 et 1965, le Friedheim Award du Kennedy Center en 1983[5]. Son Troisième quatuor à cordes est Prix Pulitzer en 1969. Husa remporte aussi en 1993 le Grawemeyer Award for Music Composition, présenté par le l'université de Louisville, pour son Concerto pour violoncelle et orchestre. En 1995, il reçoit la médaille d'or du mérite de la République tchèque[5].

Le , il est devenu docteur honoris causa en beaux-arts de l'université de Louisville[16].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ballets[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Note
1974 The Steadfast Tin Soldier pour narrateur et orchestre d'après les contes d'Hans Christian Andersen
1976 Monodrama (Portrait d'un artiste) commande du Butler University Ballet
1980 Trojské ženy The Trojan Women commande de l'Université de Louisville

Orchestre[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Notes
1944 Předehra pro velký orchestr Ouverture pour grand orchestre op. 3
1944 Sinfonietta pro komorní orchestr Sinfonietta op. 4; pour orchestre de chambre
align="center" 1946–1947 Tři fresky pro orchestr Trois fresques op. 7, pour orchestre
1948 Divertimento pro smyčcový orchestr Divertimento
1. Ouverture
2. Aria
3. Finale
pour orchestre à cordes
1952 Musique d'amateurs, Quatre pièces faciles pour hautbois (clarinette ou flûte), trompette et orchestre à cordes avec percussions
1953 Portrait pro smyčce Portrait pour orchestre à cordes
1953 Symfonie č.1 Symphonie no 1
1955 Čtyři malé kusy pro smyčce Vier kleine Stücke
(Quatre petites pièces)
pour orchestre à cordes (ou solistes)
1956–1957 Fantaisies
1. Aria
2. Capriccio
3. Nocturne
pour orchestre
1960 Mosaïques pour orchestre
1963 Fresque pour orchestre. Révision de la première des Trois fresques (1946–47)
1968 Hudba pro Prahu 1968 Music for Prague 1968 original pour petit ensemble symphonique à vents
1971 Deux Sonnets de Michelange  pour orchestre
1979 Pastoral pour cordes commande de the American String Teachers Association (ASTA)
1980 Scenes from The Trojan Women suite du ballet
1983 Reflections (Symphonie no 2)
1984 Suite symphonique pour orchestre
1986 Concerto pour orchestre commande de l'Orchestre philharmonique de New York pour le 150e anniversaire de l'orchestre
1990 Předehra „Mládí“ Ouverture "Youth" commande du Seattle Youth Symphony
1996 Celebration Fanfare pour orchestre
1997 Celebración pour orchestre

Harmonie[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Notes
1958 Divertimento pro žesťové a bicí nástroje Divertimento for brass and percussion; expansion of movements from the Eight Czech Duets
1968 Hudba pro Prahu 1968 Music for Prague 1968
1. Introduction et Fanfare
2. Aria
3. Interlude
4. Toccata et Chorale
version originale pour petit ensemble de cuivres ; aussi pour orchestre
1970 Apoteóza planety země Apothéose de cette Terre 
1. Apothéose 
2. Tragédie de destruction
3. Postscript
version originale pour petit ensemble de cuivre ; aussi pour chœur et orchestre  (1972)
1973 Al Fresco pro koncertní dechový orchestr Al Fresco pour ensemble de cuivre
1974
1995
Divertimento pro dechové a bicí nástroje Divertimento pour ensemble symphonique de vents et percussion
1980 Fanfara pro žesťové a bicí nástroje Fanfare pour cuivres et percussion
1980 Intrady an interludia pro sedm trubek a bicí nástroje Intradas and Interludes pour sept trompette et percussion
1982 Koncert pro dechový ansembl Concerto pour (grand) ensemble de vents Sudler International Prize 1983
1984 Smetanovská fanfara Smetana Fanfare pour grand ensemble à vents
1996 Les Couleurs fauves commande de la Northwestern University
1996 Midwest Celebration fanfare pour trois cuivres et ensemble de percussions
2006 Cheetah (Guépard) commande de l'orchestre à vents de l'Universitie de Louisville

Musique concertante[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Note
1949 Concertino pro klavír a orchestr Concertino pour piano et orchestre op. 10 – aussi pour piano et ensemble de vents (1984) ou deux pianos
align="center" 1959 Poem pro violu a komorní orchestr Poème pour alto et orchestre de chambre (ou piano)
1967 Koncert pro altsaxofon a koncertní dechový orchestr Concerto pour saxophone alto et petit ensemble aussi pour saxophone alto et piano
1961 Elegie a rondo pro altosaxofon a orchestr Élégie et rondeau pour saxophone alto et orchestre (ou piano)
1965 Sérénade pour quintette à vent et orchestre à cordes, xylophone et harpe (ou quintette à vents et piano)
1971 Concerto pour quintette de cuivre et orchestre à cordes
1971 Koncert pro bicí nástroje a dechový soubor Concerto pour percussion et ensemble à vents
1973 Koncert pro trubku a koncertní dechový orchestr Concerto pour trompette et orchestre à vents aussi pour trompette et piano
1987 Koncert pro varhany a orchestr Concerto pour orgue et orchestre
1987 Koncert pro trubku a orchestr Concerto pour trompette et orchestre symphonique aussi pour trompette et piano ; Commande de du symphonique de Chicago Symphony Adolph Herseth et Georg Solti[17].
1988 Koncert pro violoncello a orchestr Concerto pour violoncelle et orchestre Grawemeyer Award for Music Composition 1993
1992 Koncert pro housle a orchestr Concerto pour violon et orchestre

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Notes
1943 Smyčcový kvartet "0" Quatuor à cordes "0" op. 2
1945 Suita pro violu a klavír Suite pour alto et piano op. 5
1945 Sonatina pro housle a klavír Sonatine pour violon et piano op. 6 – arrangé pour flûte et piano
1948 Smyčcový kvartet č.1 Quatuor à cordes no 1 op. 8
1951 Slovenské evokace Évocations de Slovaquie (Evocations of Slovakia) pour clarinette, alto et violoncelle
1953 Smyčcový kvartet č.2 Quatuor à cordes no 2
1963 Serenáda pro dechový kvintet a klavír Sérénade pour quintette à vents et piano
1966 Deux Préludes pour flûte, clarinette et basson
1968 Smyčcový kvartet č.3 Quatuor à cordes no 3 Prix Pulitzer de musique 1969
1968 Divertimento pro žesťový kvintet Divertimento pour quintette de cuivres et percussion ad lib. – 
développement d'un mouvement provenant des Huit duos tchèques (1955)
1976 Drum Ceremony pour cinq percussionistes de l'American Te Deum
1977 Krajinomalby pro žesťový kvintet Paysages pour quintette de cuivres commande du quintette de cuivre Western Brass Quintet
1978 Sonáta pro housle a klavír Sonate pour violon et piano
1979 Tři taneční skici pro bicí nástroje Trois esquisses de danse pour percussions pour quatre interprètes ou plus
1981 Sonata à tre Sonata à tre pour violon, clarinette et piano
1982 Vzpomínky pro dechové kvinteto a klavír Souvenirs pour quintette à vents et piano
1984 Variace pro housle, violu, violoncello a klavír Variations pour quatuor avec piano
1984 Intrada pro žesťový kvintet Intrada pour quintette de cuivres
1990 Smyčcový kvartet č.4 Quatuor à cordes no 4 "Poèmes"
1991 Cayuga Lake (Memories) pour cordes, vents, quatuors de cuivres, piano et percussion
1992 Tubafest Celebration pour quatuor de tubas
1994 Cinq Poèmes pour quintette à vents
1997 Postcard from Home pour saxophone alto et piano
2003 "Sonatine" pour flûte et piano transcription de la "Sonatine" pour violon et piano, op. 6
2008 Trois Études pour clarinette seule commande du 60e anniversaire du festival du printemps de Prague et dédié à Jiří Hlaváč pour son 60e anniversaire

Claviers[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Notes
1943 Sonatina Sonatine op. 1, pour piano
1952 Sonáta pro klavír č.1 Sonate no 1 op. 11, pour piano
1955 Osm českých duet Huit duos tchèques pour piano à quatre mains
1957 Elegie pro klavír Élégie pour piano
1975 Sonáta pro klavír č.2 Sonate no 2 pour piano – commande de André-Michel Schub
1986 Fragmenty pro varhany Frammenti (Fragments) pour orgue seul

Œuvres vocales[modifier | modifier le code]

Date Titre tchèque Traduction Notes
1956 Spievanky, dvanáct písní moravských Douze chants moraves pour voix et piano
1955
1964
Slavnostní óda pro sbor an orchestr Festive Ode (pour une Academic Occasion) pour chœur et orchestre (ou petit ensemble de vents ou orgue) – Texte d'Eric Blackall
1972 Apoteóza planety země pro sbor a symfonický orchestr Apothéose de cette Terre pour chœur et orchestre ; version originale pour ensemble de cuivres (1970)
1976 „Čas od času jsou jitra...“ pro smíšený sbor a cappella There Are from Time to Time Mornings... pour baryton et chœur mixte a cappella. Sur An American Te Deum de Henry David Thoreau
1976 Americké Te Deum pro baryton, smíšený sbor an orchestr An American Te Deum pour baryton, chœur et ensemble à vents ; pour baryton, chœur et orchestre (1977).  
Textes compilés par le compositeur d'après les écrits de Henry David Thoreau,
Ole Edvart Rølvaag, Otokar Březina, traditionnel et sources liturgiques
1981 Tři moravské písně pro smíšený sbor a cappella Trois chants moraves pour chœur mixte a cappella
1981 Každý den pro smíšený sbor a cappella Every Day pour chœur mixte a cappella. Texte d'Henry David Thoreau
1982 Cantate pour chœur d'hommes et quintette de cuivres Textes d'Edwin Arlington Robinson, Emily Dickinson, Walt Whitman
2000 Dobrou noc Good Night chant pour chœur mixte a cappella

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Quatuors à cordes no 1, op. 8 ; Variations pour quatuor avec piano ; Cinq Poèmes pour quintette à vent - Quatuor Suk, Quintette à vents de Prague (Supraphon)
  • Concerto pour violoncelle, Pastorale pour orchestre à cordes, Suite du ballet The Trojan Women - Paul York, violoncelle ; Orchestre symphonique de l'université de Louisville, dir. Kimcherie Lloyd (2011, Ablaze Records AR-00008) (OCLC 778703903)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].
  2. « 1993- Karel Husa ».
  3. a, b, c, d et e Hartzell 1976, p. 87.
  4. a et b Présentation d'Alexander Koops [PDF].
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Grove 2001.
  6. a, b, c, d et e Hartzell 1976, p. 88.
  7. Prague, 30 mai 1948.
  8. a et b Hartzell 1976, p. 90.
  9. a et b (en) livret [PDF] sur newworldrecords.org.
  10. Hartzell 1976, p. 91.
  11. Fiche Karel Husa sur le site de l'ircam.
  12. a et b Vignal 2005, p. 481.
  13. Hartzell 1976, p. 92.
  14. Delta Omicron.
  15. (en) http://www.umass.edu/umhome/events/articles/132957.php.
  16. (en) [2], sur louisville.edu.
  17. Fiche Karel Husa [PDF].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]