Kévin Noubissi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kévin Noubissi est l'un des deux jeunes de 21 ans du quartier des Granges à Échirolles[1], victime d'une expédition punitive le 28 septembre 2012.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après une première bagarre, une bande du quartier voisin de la Villeneuve était venue massacrer dans le parc Maurice-Thorez les deux victimes, Kévin Noubissi et Sofiane Tadbirt, à coups de manche de pioche, de marteau et de couteau.

Suites[modifier | modifier le code]

Face à l'émoi national, le président de la République, François Hollande, était venu rencontrer les familles des victimes à Échirolles[2]. Une marche blanche rassemblant plus de 10 000 personnes vêtues de blanc se déroule dans les rues d'Échirolles les jours suivants[3],[4]. Malgré le drame, la mère de Kévin continue d'exercer son métier de pédiatre et décide d'écrire un livre sur l'affaire[5]. Son action lui donne le surnom de mère courage.

En 2014, le chanteur Calogero, également originaire d'Échirolles, leur dédie la chanson Un jour au mauvais endroit.

Procès[modifier | modifier le code]

En février 2013, treize jeunes hommes sont interpellés et mis en examen pour « assassinat ». Ils sont douze à être jugés pour homicide à partir de novembre 2015 devant la cour d'assises des mineurs de l'Isère, deux d'entre eux avaient moins de 18 ans au moment des faits[6],[7],[8],[9],[7]. Dix sont condamnés à de la prison, jusqu'à 22 ans de réclusion pour la sanction la plus lourde[10].

Malgré la douleur de « l'indifférence, du déni et du mépris » des accusés, la mère de Kévin croit à une rédemption, à un salut[11].

Hommage[modifier | modifier le code]

Six ans après les faits, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb lors d'un déplacement à Grenoble en vue de constater l'insécurité de la ville, vient se recueillir sur la stèle du souvenir de Kévin et Sofiane dans le parc Maurice-Thorez[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Bordenave, « Echirolles : le scénario d’une tragédie en trois actes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 décembre 2015)
  2. « Il y a un an, son fils Kévin était lynché à mort », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 12 décembre 2015)
  3. france3-regions.francetvinfo.fr du 26 mars 2014, Portrait d'Aurélie Monkam-Noubissi, mère courage.
  4. la-croix.com du 29 mars 2013, Aurélie Monkam-Noubissi, la force d’une mère.
  5. Aurélie Monkam Noubissi.
  6. « Rixe mortelle d'Échirolles: "On a mis nos vies entre parenthèses" », sur www.lexpress.fr (consulté le 12 décembre 2015)
  7. a et b « Meurtre de Kevin et Sofiane : douze personnes renvoyées devant les assises », sur France info, https://plus.google.com/101981383502610968026 (consulté le 12 décembre 2015)
  8. « Double meurtre à Échirolles : le procès d’une meute », sur Libération.fr (consulté le 12 décembre 2015)
  9. « Rixe mortelle d'Échirolles : garde à vue prolongée pour deux nouveaux suspects », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 12 décembre 2015)
  10. « Deux accusés seront rejugés », sur parismatch.com (consulté le 13 janvier 2017)
  11. « Meurtres d'Échirolles : "pour qu'il y ait pardon, il faut qu'il y ait une demande" », sur europe1.fr (consulté le 3 février 2017)
  12. « Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en visite à Échirolles », sur ledauphine.com, (consulté le 28 septembre 2018)