John Randolph Pepper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Randolph Pepper
Naissance
Rome, Italie
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Profession Photographe
Metteur en scène
Site internet www.johnrpepper.it

John Randolph Pepper, né à Rome en 1958, est un photographe et metteur en scène italien. "Entre les mains de John R. Pepper, la photographie devient un art de la peinture, de la sculpture, de l’architecture, de la mise en scène, de telle sorte que le spectateur ne peut manquer de percevoir à travers elle des échos de l’Histoire de l’art."[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

John R. Pepper est né à Rome, Italie en 1958. Il est le fils de Curtis Bill Pepper Pepper, correspondant et directeur du bureau de Rome du magazine Newsweek et de Beverly Pepper, sculptrice, mais également le frère de la poétesse Jorie Graham.

Il grandit à Rome, avant d’intégrer, en 1976, l'Université de Princeton en Histoire de l’art, où il est l’un des premiers membres, en tant que peintre, du « 185 Nassau Street Painting Program », obtenant la bourse d’étude Whitney Painting Fellowship en 1976.

En 1981, John Pepper est admis en tant que réalisateur à l'American Film Institute, Los Angeles, Californie. Pepper a été marié deux fois. Il est le père de deux fils Sheppard (1990) et Jameson (1993) issus de son premier mariage.

Photographie[modifier | modifier le code]

Pepper a commencé sa carrière en tant qu’assistant du photographe Ugo Mulas, qui l’a initié à l’art de la photographie de rue.

Il a ensuite poursuivi sa carrière dans la photographie argentique tout en la combinant avec ses activités dans le théâtre et le cinéma. Son exposition « Rome : 1969. Hommage au cinéma italien néo-réaliste » (États-Unis/France 2008)[2],[3] l’a renvoyé à son Italie natale, où la maison d’édition Lanterna Magica Edizioni a publié son ouvrage Sans Papier (Italie 2011)[4], dont les photographies ont été l’objet d’expositions à Rome[5],[6],[7],[8],[9], Venise, Saint-Pétersbourg[10],[11], Paris et Palerme.

En 2012, le musée du Manège de Saint-Pétersbourg (Russie) organise une exposition des nouveaux travaux de Pepper[12], qui donnera lieu à la publication d’un nouvel ouvrage par l’Institut Supérieur de l’Histoire de la photographie (Istituto Superiore Per la Storia della Fotografia, Italie), intitulé Evaporations (2014)[13],[14]. Cette même exposition sera ensuite montrée à la Galerie Studio Paolo Morello (Palerme, Italie)[15],[16], ainsi qu'à la galerie Officina delle Zattere à Venise (Italie). En 2014, l’Institut Italien de la Culture et le Ministère russe de la Culture organisent une exposition itinérante débutant à la Rosphoto Gallery (Saint-Pétersbourg, Russie)[17]. En 2015, l'exposition « Evaporations » voyage en Sibérie (Vladivostok, Irkoutsk, Novossibirsk, Omsk, Novossibirsk, Iekaterinbourg, Samara) jusqu'à arriver en France, où elle est montrée, en mai 2015, au Festival PhotoMed à Sanary-sur-Mer.

Quelques mois plus tôt, en mars 2015, l'œuvre de Pepper fait l'objet d'une rétrospective à la Showcase Gallery de Dubaï (Émirats arabes unis)[18].

De novembre 2016 à janvier 2017, l’exposition «Evaporations» / «Испарения» de John R. Pepper a été présentée à Rome, Italie, à la Fondazione Terzo Pilastro e Mediterraneo, «Museo Palazzo Cipolla». L'exposition monumentale comprenait 52 œuvres allant de 120x160cm à 3x5m [19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30].

En novembre 2017, John R. Pepper a inauguré "Inhabited Deserts" à La Galerie du Palace à Paris (France)[31]. Ce spectacle est le premier arrêt d'une exposition itinérante (France, Iran, Émirats arabes unis, Israël, Russie, Italie et USA) de nouvelles photographies où Pepper se demande si la présence de l'homme a modifié inexorablement le paysage ou si la terre est encore proche à ce qu'elle était avant l'arrivée de l'humanité.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2007: Rome 1969, Marianne Courteville Gallery (New York City)
  • 2008: Rome 1969, Galerie Photo4 (Paris)
  • 2010: Rome 1969, Galleria del Cortile (Rome)
  • 2011: Sans Papier, Collegio Degli Armeni (Venice)
  • 2011: Sans Papier, Galleria del Cortile (Rome)
  • 2012: Sans Papier, Manege Museum (Saint Petersburg, Russia)
  • 2013: Sans Papier, Galleria Moenia (Todi, Italy)
  • 2014: Evaporations, Studio Gallery di Paolo Morello (Palermo)[32]
  • 2014: Evaporations, Palazzo Esposizioni (Rimini)
  • 2014: Evaporations, Rosphoto Museum (Saint Petersburg, Russia)[33],[34]
  • 2014: Evaporations, Officina delle Zattere — Venice Architecture Biennale (Venise)
  • 2015: Retrospective exhibition, Showcase Gallery (Dubai, UAE)[35]
  • 2015: Evaporations, PhotoMed Photography Festival (Sanary-sur-Mer, France)
  • 2015: Evaporations, Russian State Art Museum (Irkutsk, Russia)[36],[37]
  • 2015: Evaporations, Gallery of Modern Art ARKA (Vladivostok, Russia)[38]
  • 2015: Evaporations, Russian State Art Museum (Novosibirsk, Russia)[39],[40]
  • 2015: Evaporations, Russian State Art Museum (Omsk, Russia)
  • 2015: Evaporations, Russian Yekaterinburg Gallery of Modern Art (Yekaterinburg, Russia)[41],[42]
  • 2016: Evaporations, Gallery of Classic Photography (Moscou)[43],[44]
  • 2016: Rome 1969, Art of Foto Gallery (Saint Petersburg, Russia)[45]
  • 2016: Evaporations, Museum of Modern Art (Samara, Russia)[46],[47],[48]
  • 2016: Evaporations, Fondazione Terzo Pilastro Museo — Palazzo Cipolla (Rome)[49]
  • 2017: Evaporations, Fondazione Terzo Pilastro Museo — Palazzo Cipolla) (Rome)[50]
  • 2017: Inhabited Deserts, Galerie du Palace (Le Palace) (Paris)

Cinéma[modifier | modifier le code]

John Pepper a commencé sa carrière cinématographique en travaillant en tant qu’assistant pour de nombreux réalisateurs, comme Joseph Losey («Les routes du Sud»), George Roy HillI Love You, je t’aime»; «Le Monde selon Garp») et Dan CurtisSOS Fantôme»). En tant que producteur Pepper a conçu et produit le film «La Peste» d’après le roman d’Albert Camus, réalisé par Luis Puenzo avec William Hurt, Robert Duval, Raoul Julia, Sandrine Bonnaire et Jean Marc Barr et mis en musique par Vangelis (Gaumont, France, 1992)[51],[52],[53]. Pepper réalise également une version cinématographique de la pièce «Papillon de Nuit» (Trinacra Productions, 2001, lauréat du Prix Médiavision 2002 au Festival du film de Sarlat)[54],[55],[56],[57],[58].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années Titre Titre original Notes
1962 Eva Eva actor
1978 Les Bronzés Les bronzés actor
1978 Les Routes du sud Les routes du sud second assistant director
1978 Struggle for Survival screenwriter, producer
1979 I Love You, je t'aime A Little Romance second assistant director
1981 Reborn producer
1982 Le Monde selon Garp The World According to Garp second assistant director
1982 A View from the Woods screenwriter, producer
1983 The Winds of War (The Winds Rise) second assistant director
1984 SOS Fantômes GhostBusters second assistant director
1986 Molly O actor
1987 Specters actor
1989 Fireballs actor
1990 On Course screenwriter, producer
1991 Danny and the Deep Blue Sea producer, film director
1992 La Peste producer, filmmaker
1994 Personne ne m'aime Personne ne m'aime actor
1994 Lie Down with Lions producer
1996 Little Italy producer
2002 Papillons de nuit Papillons de Nuit screenwriter, producer, film director
2002 Les Enquêtes de Nero Wolfe (La Pêche au gros) A Nero Wolfe Mystery (Cop Killer) film director
2002 Les Enquêtes de Nero Wolfe (Titre français inconnu) A Nero Wolfe Mystery (Immune to Murder) film director
2005 Sopra e sotto il ponte producer
2007 12 Noon producer, film director

Théâtre[modifier | modifier le code]

A New York, Pepper met en scène «Cubistique» de Tom Cohen[59], «The Cruelties of Mrs. Schnayd» de David Suesdhorf[60] et «Sister Mary Ignatius Explains It All To You» de Christopher Durang[61]. En 1986, il est le plus jeune metteur en scène au Spoleto Festival (Charleston) quand il présente «Les voix intérieures» d’Eduardo De Filippo[62].

Pepper a ensuite mis en scène des pièces de théâtre en Europe et en Russie. En 2000, il met en scène «Danny et la Grande Bleue» de John Patrick Shanley pour le Festival d’Avignon[63]. La pièce continue ensuite à Paris au Théâtre Déjazet et la comédienne Léa Drucker est nominée aux Molières en 2001[64]. En 2002, il met en scène à Paris « Pour en découdre » de Marc-Michel Georges[65],[66]. Puis, en 2005, la pièce « Underneath the Lintel » de Glen Berger au Lederman Theatre à Stockholm, en Suède[67].

En 2008, il revient à Paris au Théâtre Montparnasse avec la pièce « La Retraite de Moscou » de William Nicholson[68],[69],[70],[71],[72].

John Pepper est le premier metteur en scène étranger invité au Théâtre Satiry na Vasilyevskom à Saint-Pétersbourg, en Russie. Sa mise en scène de la pièce d’Israël Horovitz « Ma chère Mathilde » a intégré le répertoire du théâtre depuis 2012 et y est jouée régulièrement en langue russe[73].

Représentations théâtrales[modifier | modifier le code]

  • 1983: Sister Mary Ignatius Explains It All For You (By Christopher Durang: Central Casting (New York)
  • 1983: Cubistique (By Tom Cone, Théâtre Matrix (New York)) [74]
  • 1983: Differente People, Differente Rooms (By Wendy Kesselman) [75]
  • 1986: The Cruelties of Mrs. Schnayd (By David Suehsdorf: New York Theatre Studio/T.O.M.I.) [76]
  • 1986: Inner Voices(By Eduardo de Filippo: American Premiere: Spoleto Festival (USA) [77]
  • 1999: The Weir (By Conor McPherson, Royal Court, The Players Club, N.Y.)
  • 2000: Danny and the Deep Blue Sea (Original production April 2000 : Théâtre le Proscenium: Paris) [78]
  • 2000: Danny and the Deep Blue Sea (Reprise, June 2000: Théâtre Golovine: Avignon Festival) [79]
  • 2000: Danny and the Deep Blue Sea (Reprise February 2001: Théâtre Dejazet: Paris)[80]
  • 2002: Pour En Découdre (By Marc Michel Georges, Original production September 2002: Ciné 13 Théâtre – Paris) [81],[82]
  • 2002: Pour En Découdre (By Glenn Berger, Original production, Teatre Le Lucernaire, Paris, France)
  • 2002: Four Dogs and a Bone (By John Patrick Shanley, Original production July 2003 – Théâtre Golovine – Avignon Festival)
  • 2002: The Actor's Nightmare (By Christopher Durang: Central Casting New York)
  • 2002: A Schtick Is Born (By Sherry Nehmer and Daniel Harris, The Silver Lining – New York)
  • 2002: Fifth of July (By Landorf Wilson, The Hangar Théâtre (New York))
  • 2002: Tea and Sympaphy (By W. Somerset Maugham, Production Italienne)
  • 2002: The Workingman (By Tom Walmsley), Théâtre Matrix New York)
  • 2005: Underneath the Lintel (By Glenn Berger, Original production, TeatreStudio Leederman, Stockholm)[83]
  • 2007: The Retreat from Moscow(By William Nicholson, Original production, January 2007, Théâtre Montparnasse, Paris) [84]
  • 2012: My Dear Mathilde (By Israel Horovitz, Original production, Théâtre Satir on Vasilevski Island, Saint Petersburg, Russia)[85],[86],[87],[88],[89],[90],[89],[91]
  • 2016: Danny and the Deep Blue Sea (By John Patrick Shanley, Original production, February 2016: Théâtre Garibaldi, Palermo, Italia)[92]
  • 2016: True West (By Sam Shepard, Original production, May 2016, Théâtre Academy Drammatique Nationale de Russie, Saint Petersburg, Russia)[93],[94],[95]
  • 2016: Danny and the Deep Blue Sea (By John Patrick Shanley, Reprise: March 2016, Teatro Il Delfino, Milan, Italy)[96]
  • 2017: Danny and the Deep Blue Sea (By John Patrick Shanley, Reprise: April 2017, Teatro Sala Uno, Rome, Italy)
  • 2017: Danny and the Deep Blue Sea (By John Patrick Shanley, Reprise: April 2017, Teatro Asoli, Naples, Italy)
  • 2018: 4 Dogs and a Bone (By John Patrick Shanley, Reprise: February 2018, Teatro Alfieri, Naso, Italy)
  • 2018: 4 Dogs and a Bone (By John Patrick Shanley, Reprise: March 2018, Teatro Off / Off, Rome, Italy)[97],[98],[99]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amy Engler, « Hot Pepper, Acting up in Rome », Vanity Fair, États-Unis, juin 1987 
  • Joel Weinberg, « Rap Italiano », New York Magazine, États-Unis, 4 septembre 1989
  • Roberta Semeraro, Sans papier, Lanterna Magica Edizioni, Italie, 2011,  (ISBN 978-88-97115-16-8)
  • Marina Jigarkhanyan, The Melodies and Passion of the Mediterranean, Catalogue du Musée Manège, Russie, 2011
  • Marina Jigarkhanyan, Cities and People, Catalogue du Musée Manège, Russie, 2012
  • John R. Pepper, Evaporations, Istituto Superiore per la Storia della Fotograpfia, (ISBN 978-88-87928-19-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « John R. Pepper : Inhabited Deserts », sur loeildelaphotographie.com,
  2. Caroline Mallet, « Néo-réalisme italien », Réponsephoto, no 199,‎
  3. Laurent Benoit ; Molly Mine, « John R. Pepper », Actualités,‎
  4. (it) Roberta Semeraro, Sans Papier, Italie, Lanterna Magica Edizioni, (ISBN 978-88-97115-16-8)
  5. (it) Giuseppe Cerasa, « Giochi fra adoloscenti nelle foto di John Pepper », La repubblica,‎
  6. (it) « John Pepper in Bianco e Nero », Corriere della Sera,‎
  7. (en) Menachem Gantz, « In the Courtyard », Yedioth Ahronot, Tel Aviv, Israel,‎
  8. Benoit Ladune, « Street Blues », Photographic Magazine, France,‎
  9. (it) « Alla Ricerca di... », Cinemagazine,‎
  10. (ru) Marina Jigarkhanyan, « The Melodies and Passion of the Mediterranean », Manège de Saint-Pétersbourg,‎
  11. Simonetta Trovato, « Pepper, Piccoli Mondi Fuori dal Mondo », Giornale di Sicilia,‎
  12. Marina Jigarkhanyan, « Cities and People », Manège de Saint-Pétersbourg,‎
  13. « A Palermo la mostra di John R. Pepper »
  14. « Evaporations - di John R.Pepper »
  15. Paola Nicita, « Evaporations », La Repubblica,‎
  16. Antonella Filippi, « Evaporations », Giornale di Sicilia,‎
  17. Irina Bilik, « John Randolph Pepper », The Saint Petersburg Photographer,‎
  18. « Pick of The Week », Time out,‎
  19. (en) « John Pepper: il fotografo di strada come artista dell'assoluto »,
  20. (en) « John Pepper: il fotografo di strada come artista dell'assoluto »,
  21. (en) « Roma, "Evaporations": Pepper in mostra a palazzo Cipolla »,
  22. (en) « Gli scatti senza tempo di Pepper. Evaporations in mostra al museo di Palazzo Cipolla. Realismo e poesia nelle foto in bianco e nero »,
  23. (en) « Gli scatti di John Pepper a Palazzo Cipolla »,
  24. (en) « John R.Pepper: faccio foto atemporali, le colloca il pubblico »,
  25. (en) « “Evaporations”, oltre 50 foto di John R. Pepper in mostra a Roma »,
  26. (en) « John Pepper Quando la fotografia... »,
  27. (en) « Camera Oscura Un'eredita "alchemica" per iniziati »,
  28. (en) « Storie de street photography... »,
  29. (en) « Napoli evapora con Pepper »,
  30. (en) « Gli scatti di John Pepper a Palazzo Cipolla », insideart.eu,
  31. « John R. Pepper : Inhabited Deserts », loeildelaphotographie.com,
  32. « John R. Pepper - Evaporations », sur www.paolomorellostudio.com,
  33. « Джон Пеппер: «Путь для меня всегда важнее результата» », sur www.rosphoto.org,‎
  34. « "Испарение" », sur spbphotographer.ru/,‎
  35. « John Pepper’s Pop-up Exhibition », sur www.timeoutdubai.com,
  36. « Он ловит краткий миг и вставляет его в рамку », sur baikvesti.ru,‎
  37. « Фотовыставка Джона Пеппера открылась в Иркутске », sur 7ka.tv,‎
  38. « John R. Pepper «Evaporations». Путешествующая по России выставка фотографии », sur arkagallery.ru,‎
  39. « В Новосибирском художественном музее - персональная выставка итальянского фотографа Джона Р. Пеппера "Испарение" », sur pressagenda.com,‎
  40. « Море со всего мира покажут в Сибири », sur mors-novosibirsk.sibnet.ru,‎
  41. « Итальянский фотограф представит в Екатеринбурге выставку о людях и воде », sur tass.ru,‎
  42. « Фотопроект "ИСПАРЕНИЯ" открыт! », sur www.uralgallery.ru,‎
  43. « 18.05.–27.07.2016. МОСКВА. ДЖОН Р. ПЕППЕР. «ИСПАРЕНИЯ» », sur www.foto-video.ru,‎
  44. « Джон Пеппер. «Испарения» », sur classicgallery.ru/,‎
  45. « Вечный город глазами подростка », sur spbvedomosti.ru,‎
  46. « 7 апреля в музее Модерна состоялось открытие выставки Джона Р. Пеппера »,‎
  47. « В Самаре открылись две новые классные выставки », sur novayasamara.ru,‎
  48. « В Самаре пройдет выставка итальянского фотографа Джона Пеппера «Испарения» », sur www.samru.ru,‎
  49. « Evaporations: Pepper a Palazzo Cipolla », sur www.romatoday.it,
  50. « "Evaporations": Pepper in mostra a palazzo Cipolla », sur roma.repubblica.it,
  51. Laurence Van Gelder, « Buddy Movies », New York Times,‎
  52. Denis Parent, « La Peste de Luis Puenzo », Studio Magazine, no 108,‎
  53. « Palermo, omaggio ad Albert Camus all’Institut Français »
  54. Delphine Bertholon, « Papillon de Nuit », Cahiers du Cinema, no 564,‎
  55. « Papillons de Nuits », Le Canard Enchainé,‎
  56. « Papillon de Nuit », Le Figaro, no 1854,‎
  57. « Papillon de Nuit », Le Monde,‎
  58. « Papillon de Nuit », Télérama,‎
  59. Marilyn Stasio, « Triple-threat Treat », New York Post,‎
  60. Mel Gussow, « Theatre: Cruelties of Mrs. Schnayd », New York Times,‎
  61. Richard Driscoll, « Director maintains a madcap pace on Ithaca's summer stages », The Ithaca Journal,‎
  62. Jay Thompson, « Well Polished 'Voices' is Shining Success », The Evening Post, Charleston SC,‎
  63. « Avignon, Danny et la Grande Bleue », Télérama, no 2632,‎
  64. Jean-Luc Jener, « A Ne Pas Manquer », Le Figaroscope,‎
  65. Fabienne Pascaud, « Pour en découdre », Télérama, no 2632,‎
  66. Agnès Dalbard, « Pour En Découdre: attention, couple en furie! », Le Parisien,‎
  67. Lars Ring, « Multilayered Cultural Thriller », SVD, Stockholm,‎
  68. Monique Beaumont, « La Retraite del Russie », L'Action française,‎
  69. Eric Libiot, « La Retraite de Russie », L'Express, no 2904,‎
  70. Hélène Kuttner, « Divorce à l'Anglaise », Paris Match, no 2904,‎
  71. Jacques Nerson, « L'amour de l'aube au crépuscule », Le Nouvel Observateur, no 2205,‎
  72. Bernard Thomas, « La Berezina », Le Canard Enchainé,‎
  73. Elvira Dazhunts, « In Saint Petersburg with excitement & nervousness », Nievsky Times,‎
  74. « Triple Threat Treat (New York Post 1983) »,
  75. « Differente People/ Differente Rooms (New York Post, Mimi Leahey) »,
  76. « Theatre: The Cruelties of Mrs. Schnayd »,
  77. « Well-Polished 'Voices' Is A Shining Success (The Evening Post) »,
  78. « Danny et la grand bleue - Théâtre le Proscenium », sur flactuatnet,
  79. « On se leve tous pour Danny », sur www.lefigaro.fr/,
  80. « Lea Drucker (Jalouse) »,
  81. « Pour en découdre », sur www.theatreonline.com,
  82. « Pour en découdre (Par Joseph AGOSTINI) », sur www.theatrotheque.com,
  83. « Un Thriller historico-culturel (Svenska Dagbladet) »,
  84. « La Retraite de Russie (L'Action Francaise) »,
  85. « Моя дорогая Матильда »,‎
  86. « Моя дорогая Матильда »
  87. « Квартирный вопрос по-парижски »,‎
  88. « Моя дорогая Матильда »,‎
  89. a et b « Режиссер Джон Пеппер представит премьеру в Петербурге »,‎
  90. « На сцене Театра сатиры сегодня премьера – «Моя дорогая Матильда» Пеппера »,‎
  91. «Моя дорогая Матильда»
  92. « Danny e il profondo blu ('Giornale di Sicilia', Palermo) »,
  93. « Уроки актерской свободы », sur spbvedomosti.ru,‎
  94. « В петербургском театре "На Моховой" представили премьеру спектакля по пьесе Сэма Шепарда », sur tvkultura.ru,‎
  95. « Постановку об американской мечте "Истинный Запад" показали студенты РГИСИ », sur lenta.co,‎
  96. « Danny e il profondo blu ('IL GIORNO' MILANO) »,
  97. « QUATTRO CANI PER UN OSSO di J.P. Shanley, regia di J.R. Pepper », sur www.accreditati.it,
  98. « "Quattro cani per un osso" di John Patrick Shanley, uno spettacolo di John R. Pepper », sur www.criticalminds.it,
  99. Daniele Poto, « Fibrillante "Quattro cani per un osso" al Teatro Off Off di Roma », sur www.lazionauta.it,

Liens externes[modifier | modifier le code]