Sam Shepard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sam Shepard
Sam Shepard Stealth cropped.JPG
Sam Shepard le 15 juin 2004 sur le tournage de Furtif.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Samuel Shepard Rogers III
Surnom
Sam Shepard
Nationalité
Formation
Mt. San Antonio College (en)
Duarte High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Mère
Jane Elaine Schook (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de
Genre artistique
Western (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Films notables
Archives conservées par
Harry Ransom Center (en) (MS-5197)[1]
Wittliff collections (en)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata

Samuel Shepard Rogers III, généralement dit Sam Shepard, est un acteur, scénariste, réalisateur, dramaturge, producteur, musicien, écrivain et metteur en scène américain, né le à Fort Sheridan (Illinois)[3], et mort le à Midway (Kentucky)[4], dont la carrière a couvert plus d'un demi-siècle.

Auteur de 44 pièces, de plusieurs essais, mémoires, romans et recueils de nouvelles, le nombre de récompenses et nominations reçues par Shepard au cours de son existence approche la cinquantaine, dont le prestigieux Prix Pulitzer de l'œuvre théâtrale en 1979 pour sa pièce L'Enfant enfoui (en) et, en 2009, le PEN/Laura Pels International Foundation for Theater Award décerné par le PEN Club international pour son apport considérable au théâtre américain. En tant qu'acteur, il fut également nommé à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle en 1983 pour son interprétation de l'aviateur américain Chuck Yeager dans L'Étoffe des héros.

Les pièces de Shepard sont surtout connues pour leurs éléments sombres, poétiques et souvent surréalistes et pour leurs personnages déracinés vivant à la périphérie de la société américaine[5],[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse & famille[modifier | modifier le code]

Sam Shepard en 1964 à l'âge de 21 ans.

Sam Shepard naît le à Fort Sheridan (Illinois)[5]. Sa mère, Jane Elaine Schook, originaire de Chicago, est enseignante[3], son père est un agriculteur qui a servi dans les Forces aériennes de l'armée des États-Unis en tant que pilote de bombardier pendant la Seconde Guerre mondiale. Shepard lui-même le désignera souvent comme un « alcoolique invétéré » au caractère violent[7] et l'on peut trouver trace de son influence dans de nombreux personnages créés par l'auteur.

Adolescent, Shepard travaille dans un ranch et après avoir obtenu son diplôme de fin d'étude à la Duarte High School (en) de Duarte (Californie) en 1961, il étudie brièvement l'élevage au Mt. San Antonio College (en) où il s'inscrit également à des cours de littérature. C'est à cette époque qu'il découvre, entre autres, Samuel Beckett, le jazz et l'expressionnisme abstrait[7]. Peu après, il abandonne ses études et rejoint une troupe de théâtre ambulante, la Bishop's Company[8].

À partir de 1962, Sam Shepard participe à New York à des pièces expérimentales sur les scènes du Off-Off-Broadway où il se fait connaître à la fois comme acteur et dramaturge. En 1969, il écrit quelques sketches de la revue théâtrale Oh! Calcutta!

Carrière[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, il écrit sa trilogie sur la famille : Curse of the Starving Class (1976), L'Enfant enfoui (Buried Child, 1979) et L'Ouest, le vrai (True West, 1980). Ses deux dernières pièces remportent successivement le Tony Award de la meilleure pièce. Il reçoit en outre le Prix Pulitzer de l'œuvre théâtrale en 1979 pour L'Enfant enfoui (Buried Child). Il a aussi remporté plusieurs Obie Awards, dont celui de la meilleure pièce et de la meilleure mise en scène pour Fool for Love (1983), qui s'attaque, à l'instar d'autres de ses œuvres, aux mythes du cow-boy vertueux et de la morale américaine.

Scénariste, il collabore ou signe seul les scénarios de nombreux films, dont Zabriskie Point de Michelangelo Antonioni (1970), Paris, Texas de Wim Wenders (1984), film qui remporte la Palme d'or au Festival de Cannes 1984 et Fool for Love (1985) de Robert Altman, d'après sa propre pièce éponyme de 1983, où il incarne également le personnage d'Eddie.

Il tient de nombreux rôles au cinéma. En 1984, il incarne l'aviateur Chuck Yeager dans L'Étoffe des héros (The Right Stuff) : sa prestation lui vaut d'être nommé à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Mort[modifier | modifier le code]

Sam Shepard meurt le à Midway (Kentucky)[9] des suites de la maladie de Charcot.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sam Shepard a été marié de 1969 à 1984, avec l'actrice O-Lan Jones, mère de son fils Jesse. À la même époque, il a une liaison avec la chanteuse et poète Patti Smith[N 1]. L'actrice Jessica Lange, avec qui il a eu deux enfants, a été sa compagne de 1982 à 2009[10].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Prose[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Rolling Thunder Logbook (journal)
Publié en français sous le titre : Rolling Thunder Logbook: sur la route avec Bob Dylan (2005), avec des photos de Ken Regan et traduit de l'américain par Bernard Cohen) – Paris : Naïve, 2005. – 209 p. – (ISBN 2-35021-018-9).
  • 1981 : Hawk Moon (nouvelles)
  • 1982 : Motel Chronicles (nouvelles)
  • 1985 : Motel Chronicles & Hawk Moon
    Publié en français sous le titre Motel chronicles, suivi de Lune Faucon (traduit de l'américain et préfacé par Pierre Joris ; postface de Bernard Eisenschitz ; photographies de Johnny Dark). – Paris : Christian Bourgois, coll. « 10/18. Domaine étranger » no 1841, 1987. – 254 p.
  • 1996 : Crusing Paradise (nouvelles)
Publié en français sous le titre Balades au paradis (traduit de l'américain et postfacé par Bernard Cohen). Paris : Robert Laffont, août 1997. – 306 p., (ISBN 2-221-08498-5) ; réédition, « 10/18. Domaine étranger » no 3130, 1999 ; réédition, Paris, Robert Laffont, Pavillons poche, 2007
  • 2002 : Great Dream of Heaven (nouvelles)
Publié en français sous le titre À mi-chemin (traduit de l'américain par Bernard Cohen). – Paris : Robert Laffont; coll. « Pavillons », octobre 2004. – 192 p. (ISBN 2-221-09915-X) ; réédition, 10/18 no 3985, 2006
  • 2010 : Day Out of Days (chroniques)
Publié en français sous le titre Chroniques des jours enfuis - Paris : 13e note éditions, traduction de Philippe Aronson, 2012, 352 p.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Cowboys
  • 1964 : The Rock Garden
  • 1965 : Chicago
    Publié en français sous le titre Chicago, traduit par Céline Zins, Paris, Gallimard, Cahiers de la Compagnie Renaud-Barrault no 63, 1967
    Publié en français dans le recueil Vous avez dit bizarre sous le titre Chicago, traduit par Primo Basso, Nancy, Presses de l'Université de Nancy, 1990
  • 1965 : 4-H Club
  • 1965 : Icarius's Mother
    Publié en français dans le recueil Vous avez dit bizarre sous le titre La Mère d'Icare, traduit par Primo Basso, Nancy, Presses de l'Université de Nancy, 1990
  • 1966 : Red Cross
  • 1967 : La Turista
    Publié en français dans le recueil Vous avez dit bizarre sous le titre La Turista, traduit par Primo Basso, Nancy, Presses de l'Université de Nancy, 1990
  • 1967 : Cowboys #2
  • 1967 : Forensic & the Navigators
  • 1969 : The Unseen Hand
  • 1969 : Oh ! Calcutta! (quelques sketches)
  • 1970 : Operation Sidewinter
  • 1971 : Mad Dog Blues
  • 1971 : Back Bog Beast Bait
  • 1971 : Cowboy Mouth (en collaboration avec Patti Smith)
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Gueule de cowboy, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2002
  • 1972 : The Tooth of Crime
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre La Dent du crime, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2002
  • 1974 : Geography of a Horse Deamer
  • 1975 : Action
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Action, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2002
  • 1976 : Suicide in B Flat
  • 1976 : Angel City
    Publié en français sous le titre Angel City, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2000
  • 1977 : Inacoma
  • 1978 : Buried Child
    Publié en français sous le titre L'Enfant enfoui (traduction de Primo Basso), suivi de Langues (par Sam Shepard et Joe Chaikin ; adaptation de Marcelle et Primo Basso). – Nancy : Presses universitaires de Nancy, 1986. – 149 p. – (ISBN 2-86480-130-2).
  • 1978 : Curse of the Starving Class
    Publié en français sous le titre Californie, paradis des morts de faim, Paris : Acteurs no 32-33, janvier/février 1986 1986. – 71 p.
  • 1978 : Tongues
  • 1979 : Seduces
  • 1980 : True West
    Publié en français sous le titre L'Ouest, le vrai, Paris, Avant-scène. Théâtre no 764, 1985
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre L'Ouest, c'est ça (adaptation française de Claude Clergé et Philippe Prince). – Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 1998. – 93 p. (ISBN 2-910333-33-7)
  • 1981 : Savage Love
    Publié en français sous le titre Savage Love, Paris, Avant-scène. Théâtre no 764, 1985
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Savage-Love, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2000
  • 1983 : Fool for Love
    Publié en français sous le titre Fool for Love, Paris : Christian Bourgois, coll. « Sixpack », 1983 – (ISBN 2-267-00430-5)
  • 1985 : A Lie of the Mind
    Publié en français sous le titre Un mensonge de l'esprit, Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche », 2000
  • 1987 : A Short Life of Trouble
  • 1991 : States of Shock
  • 1993 : Simpatico
    Publié en français sous le titre Simpatico, Paris, L'Avant-scène, 2012
  • 1994 : Safe Passage
  • 1998 : Eyes for Consuela
  • 2000 : The Late Henry Moss
  • 2004 : The God of Hell
  • 2007 : Kicking a Dead Horse
  • 2009 : Ages of the Moon
  • 2010 : Tooth of Crime: Second Dance
  • 2010 : The God of Hell
  • 2013 : Heartless

Recueils en français

  • 2000 : Angel city ; Savage/Love ; Guerre au ciel (monologue de l'ange) (adaptation française de Robert Cordier ; préface de Xavier Durriner). – Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche ». – 128 p., 21 x 14 cm. – (ISBN 2-910333-85-X).
  • 2002 : La Dent du crime ; suivi de Action ; Gueule de cowboy (postface par Patti Smith ; adaptation française de Robert Cordier). – Martel : les Éditions du Laquet, coll. « Théâtre en poche ». – 140 p., 21 cm. – (ISBN 2-84523-003-6). – Traduction de : The Tooth of crime ; Action ; Cowboy Mouth.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1984 : True West (I), téléfilm réalisé par Allan A. Goldstein – Seul scénariste (d'après sa pièce)
  • 2000 : See You In My Dreams, téléfilm réalisé par Graeme Clifford – Scénario d'H. Haden Yelin, d'après des nouvelles extraites de Cruising Paradise et Motel Chronicles de Sam Shepard
  • 2002 : True West (II), téléfilm réalisé par Gary Halvorson – Seul scénariste (d'après sa pièce)

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Hervé Bellon fût la voix française régulière de Sam Shepard jusqu'au décès de l'acteur. Georges Claisse et Bernard Tiphaine l'ont également doublé respectivement à trois et deux reprises chacun.

Au Québec, Shepard est principalement doublé par Jean-Marie Moncelet.

Documents sur Sam Shepard[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Sam Shepard : A Life, John J. WInters, Counterpoint, 480 p., 2017 (ISBN 978-1619027084).
  • Christian Berger, « Nécrologie des personnalités disparues en 2017 : Sam Shepard », L'Annuel du Cinéma 2018, Editions Les Fiches du cinéma, Paris, 2018, 800 p., p. 793, (ISBN 978-2-902-51632-2).
  • Sam Shepard & Johnny Dark, correspondance 1972-2011, Traduit de l’anglais par Dominique Falkner, présenté par Chad Hammett, Médiapop éditions, 2022, 432 p., (ISBN 978-2-491436-52-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle parle de cette liaison dans son livre de mémoires Just kids.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://norman.hrc.utexas.edu/fasearch/findingAid.cfm?eadid=00546 » (consulté le )
  2. « https://www.thewittliffcollections.txstate.edu/research/a-z/shepard.html » (consulté le )
  3. a et b (en) « Sam Shepard Biography », FilmReference.com (consulté le )
  4. (en) Sam Shepard sur l'Internet Movie Database
  5. a et b (en) Harold Bloom, Harold Bloom's Major Dramatists : Sam Shepard, Infobase Publishing, , 114 p. (ISBN 978-1-4381-1646-4, lire en ligne)
  6. « Wim Wenders à propos de Sam Shepard » [vidéo], sur ina.fr. Durée : min 3 s
  7. a et b (en) John O'Mahony, « The write stuff », The Guardian, Londres,
  8. (en) John Lahr, « The Pathfinder », sur The New Yorker,
  9. Charles Decant, « L'acteur Sam Shepard est mort » sur PureMédias, 31 juillet 2017
  10. « Jessica Lange et Sam Shepard discrètement séparés après des années d'amour » sur Purepeople.com, consulté le 14 octobre 2012
  11. « Fiche du doublage français du film Les Brasiers de la colère » sur AlloDoublage, consulté le 14 décembre 2013
  12. « Fiche du doublage français du film »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ) sur Alterego75.fr, consulté le 8 janvier 2014
  13. a b et c « Comédiens ayant doublé Sam Shepard au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 8 février 2016.
  14. Shepard and Dark, sur l'Internet Movie Database.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :