John Axelrod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Axelrod
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
HoustonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

John Axelrod est un chef d'orchestre américain né le à Houston.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Né à Houston le , John Axelrod apprend le piano avec Jacquelyn Harbachick et Roberto Eyzaguirre (en) dès l'âge de cinq ans. À seize ans il est accepté comme étudiant par Leonard Bernstein[1] lors de la première de son dernier opéra A Quiet Place (en) à l'Opéra de Houston[2]. Il est diplômé cum laude en 1984 de la St. John's School (en) et poursuit sa formation à l'Université Harvard où il obtient une licence en musique en 1988. Après un stage de jazz durant l'été 1985, il étudie le piano jazz et l'improvisation avec Craig Najjar au Berklee College of Music de Boston. Il continue ses études à Los Angeles tout en travaillant comme A&R Executive pour Atlantic et RCA/BMG Records jusqu'en 1991. Il travaille brièvement comme agent artistique pour Iron John Management, crée sa propre compagnie de production, Ivy League Records, et devient incidemment directeur du Wine and Food Center de Robert Mondavi à Costa Mesa en Californie en 1994. Il retourne à la musique en 1995 et étudie la direction d'orchestre au Conservatoire de Saint-Pétersbourg avec Ilya Musin (en). À Houston il fonde en 1996 l'Orchestra X dont il est le chef et le directeur artistique[3]. Il étudie également avec le chef de l'Orchestre symphonique de Houston Christoph Eschenbach dont il devient l'assistant en 1999 au Schleswig-Holstein Musik Festival (en) et pour Parsifal à Bayreuth en 2000[4]

Chef principal[modifier | modifier le code]

En 2004, John Axelrod est nommé chef principal de l'Orchestre symphonique de Lucerne (de) et directeur musical du Théâtre de Lucerne (de). Pendant les cinq ans de son mandat il apparaît chaque été au Festival de Lucerne, dirigeant concerts et opéras. En avril 2009 il est nommé directeur musical de l'Orchestre national des Pays de la Loire [5]. Il a le titre de directeur musical désigné durant les saisons 2009-2010 et prend ses pleines fonctions lors de la saison 2010-2011. Son engagement, qu'il n'a pas souhaité renouveler avec cette formation, se termine en 2014[6]. En juillet 2009, il est directeur musical de Hollywood in Vienna (en), concert de gala organisé avec l'Orchestre symphonique de la radio de Vienne. Le premier de ces concerts eut lieu le 14 octobre 2009 au Konzerthaus de Vienne[7]. Il est, depuis la saison 2011-2012, le chef principal de l'Orchestre symphonique Giuseppe-Verdi de Milan[8]. En novembre 2014, il est élu nouveau chef d'orchestre et directeur musical de l'orchestre royal de Seville.

Chef invité[modifier | modifier le code]

Axelrod travaille avec nombre de formations de premier plan en Europe (Orchestre philharmonique de Londres, Orchestre philharmonique royal, Philharmonia, Royal Scottish National Orchestra, Orchestre symphonique de la NDR de Hambourg, Orchestre de l'Académie nationale Sainte-Cécile, Orchestre philharmonique d'Oslo, Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, Orchestre philharmonique royal de Stockholm, Orchestre de la Philharmonie nationale hongroise, Orchestre symphonique de la radio suédoise, Orchestre symphonique national de la radio polonaise, Orchestre du théâtre Mariinsky (en) de Saint-Pétersbourg, Orchestre symphonique de la radio de Vienne au Musikverein et au Konzethaus, Orchestre du Gürzenich de Cologne, Orchestre symphonique de la radio de Berlin, Orchestre national de Lyon, Orchestre de la Suisse italienne et au Mozarteum de Salzbourg), en Asie (Orchestre symphonique de Shanghai et Orchestre symphonique de Kyoto) et en Amérique du Nord (Orchestre symphonique du New Jersey et Orchestre symphonique de Toronto). Il est aussi régulièrement invité par l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, l'Orchestre de Paris, l'Orchestre philharmonique de Dresde, l'Orchestre philharmonique de la NDR (en) de Hanovre, l'Orchestre symphonique national de la RAI de Turin, l'Orchestre du Théâtre San Carlo de Naples, l'Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, l'Orchestre philharmonique de Los Angeles, l'Orchestre de Philadelphie et l'Orchestre symphonique de Chicago[9].

Tournée[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2009, John Axelrod effectue une unique tournée européenne et nord-américaine à l'invitation du pianiste chinois Lang Lang et du musicien de jazz Herbie Hancock[10] lors de laquelle il joue dans des lieux tels que le Festival de jazz de Montreux, les Arènes de Vérone, le Royal Albert Hall de Londres, le Festival de piano de la Ruhr, le Festival de jazz de la Mer du Nord (en) de Rotterdam, le Festival de Ravenne, le Festival de Ravinia (en) dans l'Illinois, le Mann Center de Philadelphie, le Massey Hall de Toronto, et l'Hollywood Bowl de Los Angeles. En 2010, alors qu'il est directeur musical de l'Orchestre national des Pays de la Loire, il enregistre avec la violoniste suisse Rachel Kolly d'Alba des œuvres d'Ernest Chausson et de Maurice Ravel pour Warner Classics, édité en 2011[11]. Cet enregistrement remporta un ICMA 2012 Award (International Classical Music Awards) dans la catégorie concertos[12]. En 2011, Axelrod est acclamé par la critique lors de son premier Festival de Salzbourg avec le percussionniste Martin Grubinger dans une reprise de leur concert marathon du Musikverein de Vienne en 2006[13].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Il a notamment travaillé avec des solistes comme Julia Fischer, Veronique Gens, Martin Grubinger, Thomas Hampson, Dietrich Henschel, Daniel Hope, Patricia Kopatchinskaja, Lang Lang, Sabine Meyer, Fazil Say, Rachel Kolly d'Alba, Lilya Zilberstein et Ramón Vargas (en) et a créé de nombreuses œuvres de compositeurs tels que Wolfgang Rihm (Sotte Voce II)[14], Kaija Saariaho (Nymphea Reflection)[15], Gabriel Prokofiev (Remix de la 9e de Beethoven's pour instruments électroniques et orchestre)[16], Fazil Say (1001 Nights in a Harem)[17], Marco Stroppa (Rittratti Senza Volto), Michael Gordon (Grey, Pink, Yellow)[18], Karim al-Zand (7th Voyage of Sindbad)[19] Anthony K. Brandt (Express)[20] et Wojciech Kilar (September Symphony)[21].

Opéra[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de l'opéra, John Axelrod dirige Candide de Léonard Bernstein, mise en scène par Robert Carsen au Théâtre du Châtelet et à la Scala. Il est à la tête également de la nouvelle production du Kehraus um St Stephan d'Ernst Křenek au Festival de Bregenz (en). Lors des saisons passées au Théâtre de Lucerne (de), il dirige les nouvelles productions de Der Kaiser von Atlantis (en) (pour le Festival de Lucerne), Rigoletto, The Rake's Progress (pour le festival de Lucerne), Le Barbier de Séville, L'Opéra de quat'sous (pour le festival de Lucerne), Eugène Onéguine, Idoménée (pour le festival de Lucerne), Falstaff et Don Giovanni (pour le festival de Lucerne). En 2009, il dirige Tristan et Isolde mis en scène par Olivier Py pour Angers-Nantes Opéra.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Nombre d'enregistrements audio et vidéo de John Axelrod sont publiés sur YouTube. Parmi les plus récents enregistrements réalisés par John Axelrod on trouve le nouveau concerto pour piano commandé à Wolfgang Rihm, Sotto Voce II enregistré (avec Sotto voce I) avec le pianiste Nicolas Hodges (de) et l'Orchestre symphonique de Lucerne (de) pour le label Kairos ; le nouveau concerto pour violon composé par Fazil Say 1001 Nights in a Harem avec Patricia Kopatchinskaja et l'Orchestre symphonique de Lucerne pour Naive ; deux disques présentant des œuvres de Franz Schreker et de ses élèves Ernst Krenek et Julius Bürger (en) et un enregistrement sur le vif au festival de Lucerne 2006 de la 3e symphonie (Kaddish) de Leonard Bernstein, du Survivant de Varsovie d'Arnold Schoenberg et du Berliner Requiem de Kurt Weill avec l'Orchestre symphonique de Lucerne pour le label Nimbus (en) ; la 9e symphonie d'Antonín Dvořák avec l'Orchestre Württembergische Philharmonie Reutlingen (de) pour le label Genuin (en) ; des œuvres de Wladyslaw Szpilman avec l'Orchestre symphonique de la radio de Berlin pour Sony Classical ; et le concerto pour percussions Das war schön! de Rolf Wallin (en) avec Martin Grubinger et l'Orchestre philharmonique d'Oslo pour le label Ondine[22].

Il a également enregistré en 2007 Holocaust: A Musical Memorial, vainqueur d'un BBC Emmy Award[23] et pour lequel le Sinfonietta Cracovia (pl) dirigé par John Axelrod fut le premier orchestre à jouer sur le sol d'Auschwitz après sa libération ; la production de Die Nacht/La Nuit pour Arte en 2008, présentant la Symphonie Fantastique d'Hector Berlioz avec le Sinfonietta Cracovia ; en 2008 encore la production du Festival de Bregenz (en), Kehraus um St Stephan d'Ernst Křenek. Un enregistrement de ses propres compositions, How Do I Love Thee, Love Songs for the Romantic at Heart, a également été réalisé par le label canadien Marquis Classics.

En 2010, il enregistre avec la violoniste suisse Rachel Kolly d'Alba des œuvres d'Ernest Chausson et de Maurice Ravel pour le major Warner Classics, édité en 2011 sous le titre "French Impressions". Cet enregistrement remporte un ICMA 2012 Award (International Classical Music Awards) dans la catégorie concertos[24]. En 2012, un nouveau CD "American Serenade" présentant des œuvres pour violon et orchestre de Bernstein, Waxman et Gershwin est nominé pour le même ICMA Award et remporte entre autres un Supersonic Award et la note maximale du BBC Magazine[25].

Vie privée[modifier | modifier le code]

John Axelrod vit entre Montreux (Suisse), Strasbourg (France) et Houston (US) et est père d'une fille née en 2003. Ses intérêts incluent les voyages et la cuisine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« John Axelrod: Leonard Bernstein tweaked my nipple – and other stories », Katie Connolly, The Guardian, 10 juillet 2009 (Lire en ligne)
  2. (en) « Opera: Bernstein's « Quiet Place » opens in Houston », Donal Henahan, The New York Times, 20 juin 1983, (Lire en ligne)
  3. (en) « Beat Ahead », Marene Gustin, Houston Press, 5 avril 2001, (Lire en ligne)
  4. (en) « Parsifal conductors in Bayreuth », wagneropera.net (Lire en ligne)
  5. « Le directeur musical », Orchestre national des Pays de la Loire, octobre 2011 (Lire en ligne)
  6. « Pascal Rophé, nouveau chef de l'ONPL en 2014 », Ouest-France, 28 janvier 2013 (Lre en ligne)
  7. (en) « Hollywood in Vienna 2009 – a review », youyube, (Écouter en ligne)
  8. (en) « John Axelrod becomes principal conductor of Milan's Giuseppe Verdi Symphony Orchestra », Gramophone Magazine, (Lire en ligne)
  9. (en) Biographie de John Axelrod sur son site (Lire en ligne)
  10. (en) « Lang Lang and Herbie Hancock World Tour », NeuFutur Magazine, Anfnewsacct, 3 juin 2009 (Lire en ligne)
  11. (en) CD French Impressions, Warner Classics, sortie mondiale octobre 2011 (Lire en ligne)
  12. (en) ICMA Winners (Lire en ligne)
  13. (de) Article du site nachrichten.at (Lire en ligne)
  14. (en) Rhim, Sotto voce 2 Capriccio, Presto Classical, (Lire en ligne)
  15. (en) Kaija Saariaho : Nymphea Reflection, Chester Novello (Lire en ligne)
  16. Gabriel Prokofiev : Article AFP (Lire en ligne)
  17. (en) 1001 Nights in the Harem, Schott Music (Lire en ligne)
  18. (en) Grey Pink Yellow, Michael Gordon (Lire en ligne)
  19. (en) Performance Archive, Karim Al-Zand (Lire en ligne)
  20. (en) Orchestra X concludes season, Houston Public Radio, 14 mai 2002 (Lire en ligne)
  21. (en) Polish Day at the 38th Midem Music Fair (Lire en ligne)
  22. (en) « Das war schon!, A tribute to Mozart by Rolf Wallin », Chester Novello, Korben Dallas, 13 mai 2007 (Lire en ligne)
  23. (en) Holocaust. A Music Memorial Film from Auschwitz, Memorial and Museum: Auschwitz-Birkenau, James Kent (Lire en ligne)
  24. http://icma-info.com/index.php?option=com_content&view=article&id=51&Itemid=58
  25. récompenses du CD American Serenade sur la page de la violoniste Rachel Kolly d'Alba (Lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]