Jean-Pierre Houël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houël.
Jean-Pierre Houël
Jean-Pierre Houël, by François-André Vincent.jpg
François-André Vincent, Portrait de Jean-Pierre Houël (1772), localisation inconnue.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Formation
Maître
Œuvres principales

Jean-Pierre Louis Laurent Houël né le à Rouen et mort le à Paris est un graveur, dessinateur et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d’artisans prospères, fils de Jean-Pierre Houel et de Marie-Louise Chefdeville, Jean-Pierre Houël fit connaître de bonne heure son goût pour l’art du dessin, dont il commença l’étude en 1751 à l’École des beaux-arts de Rouen sous la direction de Jean-Baptiste Descamps. Il y acquit une familiarité avec les œuvres des peintres néerlandais et flamands qui fut déterminante sur le choix qu’il fit de se spécialiser dans la peinture de paysages.

Placé ensuite chez un habile architecte, il y étudia la perspective ; puis, toujours poussé vers son art de prédilection, il alla à Paris, où il entra dans l’atelier de l'aquafortiste Le Bas. Devenu l’un des meilleurs élèves de ce maître, Houël, encouragé par un amateur, M. Dazincourt, reçut des leçons de Francesco Casanova et pratiqua la peinture parallèlement à la gravure. Puis mettant à exécution le projet qu’il avait formé depuis longtemps d’aller se perfectionner en Italie, il obtint une pension du roi et partit pour Rome.

Juste avant de partir, il peignit en 1769 des dessus-de-porte pour le duc de Choiseul dans son château de Chanteloup[1]. En compagnie du marquis d’Havrincourt, il se mit en route pour l’Italie qu’il visita entre 1769 et 1772, muni des meilleures recommandations.

Dès son arrivée en Italie, Houël s'enthousiasma à la vue des monuments de l’Antiquité et des sites de cette contrée qu’il peignit à la gouache avec une grande facilité et beaucoup de talent. Il poussa sa curiosité jusqu’à Malte en 1770.

Revenu en France en 1773 après quatre années d’études, Houël séjourna quelque temps à Aix-en-Provence et y fit apprécier favorablement sa manière de peindre, surtout pour les paysages et les animaux et travailla dans ce genre pour plusieurs cabinets d’amateurs de Rouen et de Paris. Il exécuta ainsi en 1774 une commande de six panneaux représentant des paysages italiens[2] pour le nouvel hôtel parisien du fermier général d’origine rouennaise Philippe Charles Legendre de Villemorien (1717-1789) au 20[3], rue du Faubourg-Saint-Honoré. Il reçut probablement cette commande par l’intermédiaire de l’architecte du financier Guillaume-Martin Couture, né à Rouen comme Houël et élève d’Antoine Matthieu Le Carpentier, autre architecte rouennais qui avait travaillé pour le beau-père de Villemorien, le fermier général Étienne-Michel Bouret.

Souhaitant visiter l’Italie une seconde fois, il partit de nouveau et parcourut le royaume de Naples, la Sicile, les îles de Malte et de Lipari en 1776. Ce fut dans ce voyage qu’il amassa les matériaux de son grand ouvrage pittoresque, ouvrage dont, à son retour en France, il grava, d’après ses propres dessins, 164 planches à l’aquatinte et rédigea le texte explicatif, qu’il publia de 1782 à 1787 (quatre volumes in-folio). Certaine de ses planches furent achetées par Catherine II de Russie et sont conservées à Saint-Pétersbourg au musée de l'Ermitage[4]. Pendant son voyage, il a visité les villages au cœur de la Sicile, tels que Centuripe, Troina, Sperlinga et Nicosia.

Un partisan de la Révolution[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, Pierre Houël vit rue du Coq Saint-Honoré à Paris. La correspondance qu'il entretient avec sa famille affiche son parti pris pour les évènements révolutionnaires ; celle-ci démontre également son engagement actif tout au long de cette période mais aussi un enthousiasme décroissant. En 1789, il présente au Salon de l'Académie royale de peinture et de sculpture deux tableaux de paysages, aujourd'hui non identifiés.

Dans toute cette correspondance, Hoüel relate les croquis qu'il dessine de la Fête de la Fédération auquel il a assisté, en vue d'une gravure ; ou encore le retour de Varennes qu'il expose à son frère dans une lettre datée du . Ses échanges écrits avec sa famille s'arrête le 6 germinal an II ()[5].

En l'an II sous la direction de Fourcroy, il est chargé par le comité provisoire de réorganiser le Lycée des arts, qui deviendra par la suite le Lycée républicain[6]. Il vote également lors du scrutin épuratoire évinçant Lavoisier[7]. Il participe la même année au concours d'architecture organisé par le Comité de Salut Public et la Convention nationale ou il y expose plusieurs projets : un temple dédié à l'Égalité, un arc de triomphe avec la devise « Le bonheur d'être utile », des bains publics.

Le 3 pluviôse an II (), il devient membre du Comité des Salpêtres de la Section des Gardes-Françaises puis par la suite capitaine salpêtrier, et enfin trésorier. Le 30 pluviôse, il présente à la Convention 30 vases pleins de salpêtres cristallisés. Il occupe des fonctions au sein du comité jusqu'au 9 frimaire an III ()[8].

Jean-Pierre Houël était agrégé à l’Académie royale de peinture, membre correspondant de l’Académie de Rouen, de la Société d’émulation de la même ville à partir de 1796, de la loge maçonnique des Neuf Sœurs et de plusieurs sociétés savantes. Outre son Voyage Pittoresque des Isles de Sicile, de Malthe et de Lipari[9], son principal ouvrage, Houël a encore publié : Histoire des Éléphants de ta ménagerie nationale… (1798), Histoire naturelle des deux Éléphants mâle et femelle du Muséum de Paris… (1798), Explication du monument public la Colonne Trajane, Exposé du concours du 20 décembre 1807.

Les tableaux de Houël, qui figuraient dans les premiers catalogues du musée des beaux-arts de Rouen, sont : Vue de la Côte de Sainte-Catherine, prise du Pré aux Loups ; Vue de l’entrée de l’intérieur d’une Cave taillée dans le roc, servant d’entrepôt de sels, à Dieppedalle, près de Rouen ; Vue d’un lieu connu près de Duclair, vulgairement appelé la Chaise de Gargantua ; Vue de la Porte Cauchoise, en dedans de la Ville, avant sa démolition.

Un portrait de Houël, peint par François-André Vincent est conservé au musée des beaux-arts de Rouen. Son portrait gravé[Par qui ?] se trouve dans la collection de la bibliothèque de la même ville.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Peintures pour le château de Chanteloup, 1769, musée des beaux-arts de Tours :
    • Trois dessus de porte ovales, huile sur toile, 77 × 60 cm : Paysage pastoral[10], Paysage avec une bergère assise près d'un ruisseau[11] ; Paysage avec une bergère près d'une ruine[12]
    • Vue de Paradis, près de Chanteloup, huile sur toile, 85 × 161 cm[13]
    • Vue de la Loire entre Amboise et Lussault, huile sur toile, 84 × 161 cm[14]
    • Vue des jardins de Chanteloup prise du salon, huile sur toile, 91 × 115 cm[15]
    • Vue du château de Chanteloup prise de la cascade, huile sur toile, 91 × 115 cm[16]
Dates non documentées 

Œuvres conservées au département des arts graphiques du musée du Louvre[modifier | modifier le code]

  • Le Châtaignier des cent chevaux sur les pentes de l'Etna
  • Bergère et ses bêtes près d’une fontaine
  • Carrière d’où l’on tirait les pierres des temples de Sélinonte
  • Façade et dôme des Invalides vus du boulevard
  • Intérieur de la grotte des Eaux à Syracuse
  • Intérieur de la grotte l’oreille de Denys le Tyran à Syracuse
  • Intérieur du temple de la Concorde à Agrigente
  • La Fontaine d’Aréthuse, à Syracuse
  • La Grotte des chèvres à Micate
  • La Grotte L’oreille de Denys le Tyran au lieu-dit Le Paradis à Syracuse
  • La Partie septentrionale du golfe de Naples
  • Le Cratère du Stromboli
  • Le Détroit de Messine et les côtes de la Calabre
  • Le Promontoire et une partie de la ville de Castel d’Iaci
  • Le Temple de Junon Lucinienne à Agrigente, gouache ; pierre noire ; plume ; encre noire, 30 × 44 cm[26]
  • Le Temple de Ségeste
  • Les Bains antiques d’eau chaude, dits de Saint Calogeno, à Lipari
  • Les Écueils des Cyclopes appelés Farailloni, près du port de la Trizza
  • Les Ruines du théâtre de Syracuse
  • L’Etna et un des faubourgs de Catane vus de La Porta d’Aci
  • L’Île de Volcano vue de Lipari
  • Partie latérale du temple de Minerve à Syracuse, transformé en cathédrale
  • Partie méridionale du golfe de Naples
  • Paysage de la vallée de Caltagirone
  • Personnages à pied ou en barque auprès d’un pont enjambant un cours d’eau
  • Ruines de Gela
  • Ruines de la colonne de triomphe appelée la Guglia
  • Ruines de la Dogana (la douane) à Contorbi
  • Ruines des bains antiques d’Aderno, sur les flancs de l’Etna
  • Ruines des bains antiques de Santa Croce, en Sicile
  • Ruines du grand temple de Sélinonte
  • Ruines du petit amphithéâtre de Syracuse
  • Ruines du petit temple d’Agrigente
  • Ruines du pont de Lilybée
  • Ruines du temple de Castor et Pollux à Agrigente
  • Ruines du temple de Jupiter Olympien à Agrigente
  • Ruines du temple de la Concorde à Agrigente
  • Ruines du temple de Segeste
  • Ruines du temple d’Hercule à Agrigente
  • Ruines du théâtre de Catane
  • Ruines d’un édifice antique de Taormine
  • Ruines d’un monument triomphal situé entre Agosta et Syracuse
  • Ruines d’un monument triomphal sur la route d’Agosta à Carlintini
  • Ruines d’un petit temple de Saint Philippe d’Argino
  • Ruines d’un temple de Sélinonte, gouache ; plume ; encre brune ; pierre noire, 27 × 43 cm[27]
  • Tombeau présumé de Théron, tyran d’Agrigente
  • Un bain antique au couvent des Carmes de l’Indrizzo à Catane
  • Un château et ses dépendances en haut d’une colline plantée d’arbres
  • Un des écueils des Cyclopes près du port de la Trezza
  • Un promontoire de lave au bord de la mer, près de Catane
  • Un tombeau antique à Aderno situé dans le champ du chamoine Ciancio
  • Une partie de l’intérieur des ruines du théâtre de Syracuse
  • Vue des environs de Naples
  • Vue du lac Averne près de Baies
  • Vue d’une église gothique, avec deux vaches et une paysanne
  • Vue d’une rivière coulant entre un parc et une chaumière
  • Vue du château de Sperlinga en Sicile qui a abrité les Angevins pendant les Vêpres Siciliennes[28]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée des beaux-arts de Tours.
  2. Deux toiles d’un format presque carré qui furent placées au fond de la pièce, face aux fenêtres, et quatre autres plus étroites en hauteur de part et d’autre des trumeaux de glace, envoyées au musée du Louvre lors de la démolition de l’hôtel en 1854 (inv. MI265 à MI270)
  3. Correspondant au no 53 actuel.
  4. A. Blondy (2001) p. 9.
  5. Cela ne veut pas dire qu'il cesse de correspondre mais un grand cas de lettres relatives à cette époque ont disparu comme nombre de documents concernant l'époque de la Terreur.
  6. « CCFr | Lycée, appelé aussi Lycée républicain, Athénée républicain, Athénée de Paris », sur ccfr.bnf.fr (consulté le 16 juin 2017).
  7. Georges Kersaint, Lavoisier, Fourcroy et le scrutin épuratoire du lycée de la rue de Valois [Texte imprimé], Paris, Elsevier Masson, , p.259-260.
  8. Béatrice Didier et Jacques Neefs, Chantiers révolutionnaires : science, musique, architecture : études, Presses universitaires de Vincennes, (ISBN 2903981809, OCLC 31707735, lire en ligne).
  9. Le titre complet est Voyage Pittoresque des Isles de Sicile, de Malthe et de Lipari, où l’on traite des Antiquités qui s’y trouvent encore ; des principaux Phénomènes que la nature y offre ; du Costume des habitants, & de quelques usages, Imprimerie de Monsieur à Paris, 1782-1787.
  10. Paysage pastoral, Tours
  11. Bergère, Tours
  12. Bergère, ruine, Tours
  13. Paradis, Tours
  14. Vue de la Loire, Louvre
  15. Jardins, Tours
  16. De la cascade, Tours
  17. Vue de la Seine, Tours
  18. Château de Feuillet, Tours
  19. Halte, Louvre peinture
  20. Italie, Louvre Peinture
  21. Ermitage, Louvre
  22. Cave, Rouen
  23. Côte Ste Catherine, Rouen
  24. Danse, Louvre Peinture
  25. Gué, Louvre peinture
  26. Temple de Junon, Louvre graphique
  27. Temple, Louvre Graphique
  28. Vue du château de Sperlinga en Sicile qui a abrité les Angevins pendant les Vêpres Siciliennes sur castellodisperlinga.it.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Voyage Pittoresque des Isles de Sicile, de Malte et de Lipari disponible sur Gallica.
  • Alain Blondy, « Les Temples de Malte et l’émergence de la notion de Préhistoire en France 1770-1840 », « Malte du Néolithique à la conquête normande », Archéologie, no 267, octobre 2001. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Théodore-Éloi Lebreton, Biographie rouennaise, Rouen, Le Brument, 1865, p. 190-1. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Maurice Vloberg, Jean Houël, peintre et graveur, 1735-1813, Paris, Jean Naert éditeur, 1930.
  • Madeleine Pinault, Hoüel, Voyage en Sicile, 1776-1779, Paris, musée du Louvre, (ISBN 2-7118-2349-0).
    Catalogue de l’exposition.
  • Madeleine Pinault-Sorensen, Jean Hoüel, (Rouen, 1735-Paris, 1813), Collections de la Ville de Rouen, Rouen Musée des beaux-arts, 2001.
    Catalogue de l’exposition.
  • Madeleine Pinault, Un artiste partisan des Lumières : Jean Hoüel, Vincennes, Presses universitaires, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]