Jean-Louis Remilleux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Louis Remilleux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jean-Louis Remilleux est un producteur de télévision français né le 2 avril 1959 à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 60 ses parents tiennent un café sur le cours Docteur Long dans le quartier de Montchat à Lyon. Il débute au Journal Rhône-Alpes, à un très jeune âge, y livrant une rubrique animalière. Il devient correspondant du Quotidien de Paris et manifeste, dès cette époque, une fascination pour les célébrités.

Il a notamment produit les émissions Célébrités, Sagas, 20 h 10 pétantes, Va savoir avec Gérard Klein, et les émissions avec Jean-Edern Hallier ou encore Brigitte Bardot. Il a écrit plusieurs livres de conversations avec Michel Serrault, Michel Jobert, Jacques Vergès et Mobutu Sese Seko (Dignité pour l'Afrique).

En 1999, il a acquis des héritiers de Charles de Beistegui le célèbre domaine de Groussay à Montfort-l'Amaury (Yvelines), qu'il a remeublé après la vente aux enchères publiques de son contenu (2000 lots), et ouvert au public en 2000.

De 2001 à 2004, il a été le président de la chaîne Match TV, lancée puis fermée par le groupe Lagardère.

De 2005 à février 2012, Jean-Louis Remilleux est à la tête de la Société Européenne de Production, avec laquelle il a produit la série Vu du Ciel, une série documentaire sur le développement durable, présentée par Yann Arthus-Bertrand, ainsi que d'autres émissions culturelles telles qu'Un autre monde présentée par Stéphane Bern. Depuis février 2012, la Société Européenne de Production est présidée par Laurent Menec, J-L Remilleux étant président du conseil de surveillance[1].

En 2006, France 5 diffuse une série de cinq émissions produites par Jean-Louis Remilleux, Le Bal du siècle, consacrées à plusieurs mécènes et personnalités du monde artistique : Marie-Laure de Noailles, Peggy Guggenheim, Madeleine Castaing, le marquis de Cuevas, Charles de Beistegui, Francine Weisweiller, Alexis de Redé, Paul-Louis Weiller, Gérald Van der Kemp...

Depuis 2007, il produit l'émission Secrets d'histoire, diffusée sur France 2 et présentée par Stéphane Bern.

Le 29 mars 2007, Jean-Louis Remilleux a été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre à dix mois de prison avec sursis et 40 000 euros d'amende pour avoir donné des « rémunérations occultes » aux actrices Catherine Deneuve et Carole Bouquet en échange de leur participation à des émissions[2]. Cette rémunération sans fiche de paie ni contrat de travail correspondait à du « travail dissimulé »[2]. Bien que Jean-Louis Remilleux ait démenti et se soit estimé victime d'une « vengeance professionnelle » de la part d'Arnaud Lagardère dans le cadre de cette affaire, la société Angel Production (ex-JLR Productions, rebaptisée après son rachat par le Groupe Lagardère) a obtenu un euro pour le préjudice moral et le tribunal a également ordonné la publication du jugement dans l'hebdomadaire Paris Match[2].

Jean-Louis Remilleux a reçu deux Sept d'or pour l'émission Va Savoir avec Gérard Klein et a été fait chevalier de l'Ordre national du Mérite[3]. En novembre 2009, il a été suspendu pour quatre ans "de l'exercice des droits et prérogatives attachés" à cette décoration[4].

En 2012, il achète le château de Digoine, à Palinges en Saône-et-Loire, château du XVIIIe siècle ayant appartenu à la famille de Croix pendant plus d’un siècle. Il prévoit d'y vivre régulièrement, grâce à la proximité du TGV. Il souhaite également faire une grosse campagne de restauration et une ouverture au public dès 2012[5].

En 2014 le ministre français de la Culture lui confère le grade de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres[6].

En septembre 2015, il se sépare de sa collection dans une vente organisée par Christie's afin de trouver les fonds pour restaurer le petit théâtre du château de Digoine ainsi que ses dépendances[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]