Homosexualité chez les Témoins de Jéhovah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'homosexualité chez les Témoins de Jéhovah est condamnée comme l'est de manière générale l'homosexualité dans le christianisme.

Accordant une très grande importance à la Bible, qu'il s'agisse de l'Ancien Testament comme du Nouveau Testament, les Témoins de Jéhovah considèrent ses préceptes comme étant d'origine divine, et donc indiscutables. Or, certains passages de la Bible évoquent l'homosexualité de façon défavorable, comme d'ailleurs toutes formes de rapports sexuels en dehors du mariage traditionnel.

Point de vue des Témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

Désapprobation de l'homosexualité[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah appuient leur désapprobation sur certains passages de la Bible, condamnant les pratiques homosexuelles tels que des versets de l'épître aux Romains[1] ou de l'épître de Jude[2], ainsi que le passage plus connu du Lévitique selon leur traduction :

« Lorsqu’un homme couche avec un mâle comme on couche avec une femme, tous deux ont fait une chose détestable. Ils doivent absolument être mis à mort. Leur sang est sur eux. »

— Lévitique 20:13

Pour l'organisation des Témoins de Jéhovah, l'homosexualité fait partie de ce que la Bible appelle de la pornéia, rendue souvent par "fornication", c'est-à-dire une pratique sexuelle hors mariage et donc impure.

Pensant que dans la société environnante l'homosexualité semble être de plus en plus pratiquée librement, la Société Watchtower a réaffirmé à de nombreuses reprises sa position[3] sur l'homosexualité dans ses publications. Elle déclare par exemple :

« Les Témoins n’ont jamais eu de doute quant à la façon de considérer l’homosexualité. Pourquoi ? Parce qu’ils ne traitent pas les exigences bibliques comme de simples opinions humaines d’un autre temps (1 Thess. 2:13). Ils sont heureux de diriger des études de la Bible avec des homosexuels, afin de leur faire connaître les exigences de Jéhovah, et ceux-ci peuvent assister aux réunions des Témoins en auditeurs. Cependant, si quelqu’un continue à pratiquer l’homosexualité, il ne peut pas devenir Témoin de Jéhovah. — 1 Cor. 6:9-11; Jude 7[4] »

Selon les Témoins de Jéhovah il faut se baser sur que dit la Bible à savoir que l'homosexualité, tant masculine que féminine, est une pratique désapprouvée par Dieu et considérée comme une perversion, moralement mauvaise et contre nature.

Les Témoins de Jéhovah rejettent l'idée selon laquelle l'homosexualité pourrait être innée chez les humains éprouvant une attirance pour les personnes du même sexe[5]. Toutefois, le mouvement reconnaît qu'« il se peut que les gènes et les hormones entrent en ligne de compte », et que « peut-être les savants ne pourront-ils jamais définir exactement la part de l’inné et de l’acquis dans les penchants homosexuels ».

Pour justifier les tendances homosexuelles chez un individu, les Témoins de Jéhovah avancent plusieurs arguments[6] : l'environnement ambiant jugé laxiste au niveau des mœurs, un milieu familial anormal, en particulier chez les garçons ou encore des sévices sexuels dans l'enfance, engendrant une déformation de l'identité sexuelle.

Ils pensent toutefois que, bien que certains facteurs puissent influer sur l'orientation sexuelle de quelqu'un, l'inclination mauvaise du cœur résultant du péché originel et de l'imperfection héritée d'Adam est la cause principale. Sur ce point, les membres du mouvement adoptent une position similaire aux Églises évangéliques, orthodoxes et catholiques.

Les Témoins de Jéhovah estiment que l’homosexualité ne peut que nuire à la santé physique, affective et spirituelle.

Propositions du mouvement pour abandonner l'homosexualité[modifier | modifier le code]

Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (novembre 2012). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Les publications des Témoins de Jéhovah reconnaissent qu'il est difficile pour les jeunes ayant des penchants homosexuels de s'abstenir de ceux-ci : elles déclarent qu'ils ont à « mener un véritable combat » et que « cela puisse leur être terriblement difficile ». Néanmoins, toute personne souhaitant d'après elles respecter la Bible doit absolument rejeter l'homosexualité, tant en actes qu'en pensées. Quelqu'un qui continue de pratiquer l'homosexualité ne peut pas se faire baptiser en tant que Témoin de Jéhovah.

Pour aider les fidèles à rejeter les penchants homosexuels, la Société Watchtower estime qu'il faut du temps et de la détermination et donne les conseils suivants[7] :

  • Apprendre à identifier les raisons exactes de ces penchants (sentiment de médiocrité, peur de l'autre sexe, conception erronée de l'amour, etc), notamment en priant et en en parlant avec un ancien de la congrégation qui peut aider l'intéressé à sonder ses sentiments et ses pensées ;
  • Analyser l'exemple de virilité[réf. nécessaire] donné par Jésus alors qu'il était sur terre ;
  • Méditer sur des textes bibliques montrant comment Dieu considère les relations sexuelles, l’amour et les amitiés entre personnes du même sexe ;
  • Rompre avec les comportements et les fréquentations qui éveillent ou renforcent les désirs homosexuels, tels la masturbation ;
  • Développer des amitiés avec des coreligionnaires des deux sexes ;
  • Acquérir des qualités traditionnellement associées à son sexe ;
  • Être très absorbé dans les activités cultuelles proposées par le groupe (étude de la Bible des Témoins de Jéhovah, prédication, réunions, etc).

Quand ils abordent le thème de l'homosexualité dans leurs publications, les Témoins de Jéhovah citent fréquemment les propos de l'apôtre Paul :

« Comment ! Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ? Ne vous égarez pas. Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni hommes qu’on entretient à des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes, ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hériteront du royaume de Dieu. Et pourtant c’est là ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été déclarés justes au nom de notre Seigneur Jésus Christ et avec l’esprit de notre Dieu. »

— Paul de Tarse, 1 Corinthiens 6:9-12

Ce passage biblique indique, suivant le mouvement, que dans l'Église ou congrégation du christianisme primitif, certains avaient auparavant pratiqué certaines des choses mentionnées dans ces versets (dont l'homosexualité et la prostitution masculine) avant de se convertir au christianisme et de suivre les principes bibliques. En conséquence, les Témoins estiment qu'il est possible pour un homosexuel de changer de comportement, voire d'état d'esprit. À cet égard, l'organisation cite parfois dans ses publications des récits de fidèles autrefois homosexuels qui ont abandonné cette pratique pour devenir Témoins de Jéhovah et affirme que ceux-ci sont plus heureux ainsi[8].

Contre le mariage entre personnes de même sexe[modifier | modifier le code]

Seul le mariage hétérosexuel est acceptable pour les Témoins de Jéhovah.

Les Témoins de Jéhovah estiment que c'est à Jéhovah seul, qu'ils reconnaissent comme le créateur des humains, que revient le droit de définir les règles qui régissent le mariage. D'après eux, Jéhovah déteste l'homosexualité et a institué le mariage uniquement entre personnes de sexes opposés, puisqu'il a créé à l'origine un homme et une femme. De ce fait, selon eux, le mariage entre personnes de même sexe ne donne aucune honorabilité à une pratique qu'ils estiment condamnée dans la Bible.

Un de leurs périodiques déclare en effet :

« Le “ mariage ” ne saurait donner une façade respectable à l’homosexualité. Lorsqu’il exige que “ le mariage soit honorable chez tous ”, Dieu exclut l’union homosexuelle, qu’il juge détestable. — Hébreux 13:4[9]. »

Toutefois, en raison de leur apolitisme, les Témoins de Jéhovah ne participent à aucune campagne politique ni à aucune manifestation visant à faire changer les lois gouvernementales (telles que la légalisation du mariage gay), quand bien même celles-ci sont en conflit avec leur compréhension de la Bible.

Attitude vis-à-vis des gays et lesbiennes[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah certifient que, pour être un bon chrétien, il est nécessaire de haïr l'homosexualité[10]. Toutefois, ils ne doivent pas haïr les homosexuels et les lesbiennes, mais les respecter au même titre que toutes les autres personnes, car Jésus a donné sa vie pour tous. Néanmoins, selon eux, il est à souhaiter que ces personnes délaissent ce mode de vie et embrassent le culte des Témoins de Jéhovah pour retrouver la faveur de Jéhovah et éviter d'être détruites par celui-ci[11]. Un Réveillez-vous ! déclare à ce sujet :

« La Bible ne fait pas des homosexuels une catégorie à part que les chrétiens devraient haïr ou mettre en quarantaine. (...) Même si certaines personnes ont un comportement qui leur inspire une répugnance particulière, ils ne cherchent pas à leur faire du tort ni n'entretiennent de sentiments d'hostilité à leur égard. (...) En harmonie avec cette attitude, les chrétiens rejettent tout comportement agressif ou moqueur envers les homosexuels comme envers quiconque. Ils considèrent leurs semblables comme des disciples de Christ en puissance ; ils les traitent avec respect et dignité[12]. »

Critiques[modifier | modifier le code]

Observations d'universitaires et d'opposants[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs extérieurs au mouvement, dont James Penton et Tony Wills, ont relaté dans leurs ouvrages l'interdiction de l'homosexualité chez les Témoins de Jéhovah[13],[14]. L'un d'entre eux, le sociologue Andrew Holden, qui a mené plusieurs études sur ce mouvement religieux[15] a évoqué la polémique que cette question suscite. Il a déclaré[16] :

« J'ai assisté à plusieurs réunions à la Salle du Royaume dans lesquelles l'homosexualité était présentée comme une perversion anormale. (...) J'ai écouté un discours de 45 minutes sur la question de savoir si les homosexuels sont 'nés ainsi' ou si leur conduite sexuelle est apprise. (...) Des références ont été données sur la nature très répandue de l'homosexualité, mais utilisées seulement dans le but de renforcer les propres enseignements de l'organisation, à savoir que le monde est devenu sans honte mauvais. (...) Il pourrait être très difficile pour quelqu'un ayant une orientation gay de rester Témoin sans se sentir profondément blessé dans son identité personnelle, non moins parce que la Société [Watchtower] échoue pour ce qui est de faire la distinction entre la condition homosexuelle et la pratique homosexuelle. (...) [Un] couple [de fidèles] croyait qu'une fois qu'un homosexuel a fait personnellement un vœu de célibat et s'est converti à la Société [Watchtower], son orientation homosexuelle disparaîtrait. À ce jour, cette question apparaît comme étant une source de confusion parmi les Témoins. »

Pour sa part, l'ouvrage critique Sortir d'une secte cite de nombreux exemples de déclarations de la Société Watchtower en rapport avec l'homosexualité[17]. Puis il relate l'exemple d'un ex-fidèle excommunié pour cette raison ; celui-ci a vainement tenté de résoudre ses penchants homosexuels en se mariant avec une fidèle du mouvement, ce qui a entraîné de nombreuses difficultés dans le couple du fait notamment qu'il ne parvenait pas à s'acquitter de son devoir conjugal. Après son excommunication, il a fait une tentative de suicide et a séjourné en hôpital psychiatrique[18].

Groupes de soutien[modifier | modifier le code]

Le fidèle Témoin de Jéhovah est donc placé devant une alternative qui peut se révéler douloureuse. D'un côté, s'il décide de rester Témoin de Jéhovah, il se doit de mener une vie de célibat obligatoire afin de se conformer aux préceptes de sa foi, ou bien de se marier avec une personne de l'autre sexe tout en étouffant sa vraie sexualité, ou encore en vivant une « double vie », c'est-à-dire une vie de fidèle Témoin de Jéhovah tout en ayant de manière cachée une vie sexuelle active. D'un autre côté, s'il décide de se dissocier de son Église ou qu'il est excommunié par un comité de discipline religieuse, il perdra son système de croyances, son environnement, et sans doute sa famille et ses amis.

Cette situation pouvant être mal vécue, des sites de soutien ont été créés sur Internet afin de venir en aide aux gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels fidèles ou ex-fidèles du mouvement (voir liens externes).

Des opposants estiment que le point de vue des Témoins de Jéhovah va au-delà de ce que la majorité des dénominations chrétiennes conservatrices requièrent à ce sujet[19].

Les sites de soutien pour les Témoins de Jéhovah gays ne préconisent pas forcément la rupture avec le groupe religieux, mais se proposent d'apporter des éléments de réflexion et laissent ensuite à chacun le soin de décider ce qu'il fera. Ils reconnaissent toutefois qu'il est peu réaliste d'espérer se sentir bien dans une organisation qui les condamne d'une manière flagrante. Des rassemblements ex-Témoins gays comprenant parfois quelques fidèles gays sont fréquemment organisés, l'anonymat de chacun étant préservé.

D'après une synthèse effectuée par l'un de ces sites[20], les expériences recueillies de Témoins de Jéhovah ou anciens Témoins de Jéhovah gays tendraient à prouver les résultats suivants :

  • Un mariage hétérosexuel dans le but de changer d'orientation sexuelle est non seulement inefficace, mais peut créer des graves difficultés matrimoniales, d'autres complications pouvant surgir si des enfants sont également impliqués.
  • Le coming out de Témoins de Jéhovah dans leur congrégation a souvent engendré des résultats désastreux, prouvant de nombreuses fois que la majorité des fidèles ne comprennent pas la nature de l'homosexualité. En effet, d'après ce site de soutien, beaucoup de fidèles confondront probablement l'état d'esprit homosexuel avec l'activité sexuelle elle-même, et peuvent de ce fait réagir avec incrédulité et scepticisme, voire condamnation. Les individus jugés gays, bien que faisant toujours partie de la congrégation, risquent très souvent d'être regardés avec suspicion et d'être délibérément exclus des activités récréatives entre Témoins, à cause de préjugés que la plupart des Témoins nourrissent contre les homosexuels et les lesbiennes. Ainsi, le Témoin qui révèle publiquement ses penchants homosexuels peut souvent s'attendre à une vie de solitude et d'ostracisme en assemblée.
  • Le coming out de Témoins de Jéhovah auprès de leur famille peut engendrer diverses réactions : ce peut être le soutien dans quelques rares cas, mais aussi l'indifférence voire le rejet total plus fréquemment, et cela alors que le fidèle gay n'est pas excommunié du mouvement.
  • Un traitement par médication et psychothérapie afin de changer son orientation sexuelle est inutile, et peut même causer des cicatrices psychologiques sur l'individu, le laissant dans un état de confusion nécessitant ensuite plusieurs années de psychothérapie[21]. À cet égard, un site de soutien renvoie à l'étude menée par l'Association américaine de psychiatrie[22].

Par ailleurs, ces sites démentent l'idée selon laquelle la Bible condamnerait l'homosexualité et se proposent d'expliquer autrement les versets s'y rapportant[23].

Isolation sociale de l'homosexuel excommunié[modifier | modifier le code]

La première critique concerne l'accusation de pratiquer délibérément la 'mort sociale' en faisant pression sur les personnes homosexuelles qui viennent à être excommuniées. Dans ce mouvement, s'il est vrai que l'on demande aux membres de ne pas fréquenter, en l'absence de nécessité immédiate (travail, école ou prédication) les non-Témoins de Jéhovah, l'excommunication d'un fidèle implique quant à elle la disparition de tous ses liens sociaux avec le reste des Témoins de Jéhovah. L'excommunication peut être particulièrement douloureuse pour les personnes nées à l'intérieur d'une famille déjà adhérente à cette Église, et qui ne connaissent rien de ce qui n'en fait pas partie, ce qui peut-être le cas d'un(e) jeune fidèle qui éprouve un penchant homosexuel. Certains témoignages d'homosexuels ayant été excommuniés font état de cette situation qu'ils ont trouvée difficile[24].

La pratique de l'excommunication n'est certes pas réservée seulement aux homosexuels. Toutefois, alors que les hétérosexuels trouvent d'une certaine façon hors de cette religion une société qui est grosso modo assez similaire au monde qu'ils ont laissé (hétérocentrisme), il n'en va pas ainsi pour les homosexuels. Pas du tout préparées à affronter un monde comme celui de l'univers gay, duquel elles ne connaissent absolument rien et dont elles ont une vision souvent faussée et basée sur des préjugés, la situation de ces personnes excommuniées s'aggrave par le fait que, bien souvent, elles éprouvent un fort sentiment de culpabilité qui les empêchent de s'intégrer pleinement dans la communauté gay, par laquelle elles sont de surcroît incomprises et avec laquelle elles ne sont pas en phase[25]. Là où il faudrait de l'écoute, de la patience, de l'aide à reconstruire avec le temps une personnalité détruite par le sens de la culpabilité, ainsi que l'incapacité à concevoir l'idée même d'un amour entre deux personnes du même sexe, on trouve à l'inverse un rejet.

La personne homosexuelle ainsi excommuniée des Témoins de Jéhovah risque donc de se retrouver prise entre deux positions marginales de sens opposé, repoussée par deux mondes pour des motifs diamétralement opposés.

En France, lors de la dernière commission d'enquête parlementaire relative à l'influence des mouvements sectaires sur les mineurs, l'un des auditionnés, Nicolas Jaquette, membre de l'Union nationale des associations de défense de la famille et de l'individu (UNADFI) et de la Coordination nationale des victimes de l'organisation des Témoins de Jéhovah (CNOVTJ), a expliqué que c'est son homosexualité qui lui a fait quitter le mouvement. Il a raconté avoir vécu durant ses années passées chez les Témoins de Jéhovah avec une double personnalité, à vivre sa sexualité d’une part et sa religion de l’autre, pour se protéger des discours entendu au pupitre, expliquant que ce qu’il était est profondément détesté par Dieu et voué à la destruction. Il a ajouté avoir envisagé le suicide à plusieurs reprises[26],[27],[28].

Une jeune lesbienne a témoigné dans la presse canadienne avoir été rejetée par sa famille et par les Témoins de Jéhovah. Déchirée entre son orientation sexuelle et les préceptes de sa communauté, elle avait tenté de chercher de l'aide auprès de ses proches. « Mais au lieu de m'apporter du soutien, on m'a fait comparaître devant un comité qui m'a jugée inapte à continuer d'être Témoin de Jéhovah. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée isolée de tous, au moment où j'avais justement le plus besoin d'aide ». Elle raconte avoir songé à quelques reprises au suicide[29].

Accusation d'homophobie[modifier | modifier le code]

Une autre critique concerne l'accusation de présenter parfois un message très sévère en rapport avec le thème de l'homosexualité, ce qui peut être perçu, notamment par la communauté homosexuelle[30], comme étant de l'homophobie. Par exemple, une des publications des Témoins de Jéhovah compare les personnes homosexuelles à des chiens, suivant le symbolisme biblique :

« Les gens moralement impurs sont qualifiés de chiens. Ainsi lit-on dans la loi que Dieu donna à Israël : “ Tu ne dois pas apporter dans la maison de Jéhovah ton Dieu, pour un vœu quelconque, le salaire d’une prostituée ou le prix d’un chien [d’un “ prostitué ”, AC, note ; Os, note ; “ probablement un pédéraste, un individu qui pratique la copulation anale, surtout avec des garçons ”, MN, note], car ils sont chose détestable pour Jéhovah ton Dieu, oui l’un et l’autre. ” (Dt 23:18). Tous ceux qui, comme les chiens nécrophages des rues, pratiquent des choses immondes, telles que la sodomie, le lesbianisme, la brutalité et la cruauté, ceux-là se voient interdire l’accès à la Nouvelle Jérusalem. — Ré 22:15 ; voir aussi Ph 3:2[31]. »

Au sujet de l'homophobie, une femme a gagné en 2007 un procès pour avoir été brutalisée et insultée par une collègue Témoin de Jéhovah qui lui reprochait son homosexualité. Les dommages et intérêts se sont élevés à 120 000 livres sterling, soit 187 800 €[32].

Utilisation de sources scientifiques douteuses[modifier | modifier le code]

Selon des opposants du mouvement[33], la Société Watchtower utilise des sources scientifiques douteuses dans ses publications, pour valider ses théories sur les causes de l'homosexualité. Ils citent en exemple deux Réveillez-vous ! qui font référence aux travaux du Dr Charles Socarides. Or, selon le sociologue Baptiste Coulmont[34], Charles Socarides a été à plusieurs reprises publiquement désavoué par l’Association des psychologues américains pour avoir manqué à l’éthique professionnelle. Socarides est selon lui membre d’une association cherchant à 'réparer' les homosexuels en les transformant en hétérosexuels[35].

Rejet de la science moderne[modifier | modifier le code]

D'après les critiques, les Témoins de Jéhovah refusent de se confronter à la science contemporaine. Du point de vue du mouvement gay, considérer l'homosexualité comme résultat d'un choix délibéré, et non comme conséquence d'une réelle tendance, signifie simplement encourager la pratique des rapports homosexuels vécus en secret, derrière le schéma du conformisme extérieur, sinon du mariage.

En effet, certaines études scientifiques en cours ont apporté de nouveaux éléments de réponses au sujet des raisons de l'homosexualité, par exemple comme quoi la conception de l'hypothalamus des individus concernés serait différente[36]. Par ailleurs, l'homosexualité animale, très répandue chez certaines espèces[37], est passée sous silence dans les publications des Témoins de Jéhovah.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Jacquette, Nicolas 25 ans rescapé des Témoins de Jéhovah, Éditions Balland, 2007 (ISBN 978-2-3531-5018-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « C’est pourquoi Dieu les a livrés, selon les désirs de leur cœur, à l’impureté, pour que leurs corps soient déshonorés chez eux, oui ceux qui ont troqué la vérité de Dieu contre le mensonge et qui ont vénéré la création — lui offrant un service sacré — plutôt que Celui qui a créé, lequel est béni pour toujours. Amen. Voilà pourquoi Dieu les a livrés à des désirs sexuels honteux, car leurs femelles ont changé l’usage naturel de leur corps en celui contre nature ; et pareillement les mâles aussi ont laissé l’usage naturel de la femelle et se sont enflammés dans leur passion les uns pour les autres, mâles avec mâles, faisant ce qui est obscène et recevant en eux-mêmes le plein salaire que méritait leur égarement. »

    — Romains 1:24-27

  2. « Pareillement Sodome et Gomorrhe et les villes d’alentour, après qu’elles eurent commis, de la même manière que ceux-là, la fornication avec excès et furent allées après la chair pour un usage contre nature, sont placées devant nous comme un exemple qui est un avertissement en subissant la punition judiciaire d’un feu éternel. »

    — Jude 7

  3. « While the 1960s reforms concerning homosexuality, obscenity, family planning and theatre censorship were arguably little more than an attempt to regulate behaviour that had previously been subjected to unworkable laws, the appeal of the Watch Tower movement in Britain owes much to the Witnesses’ persistent condemnation of a world they believe is on the brink of chaos. »

    — Andrew Holden in Peering Through the Watch Tower: How Jehovah’s Witnesses Learn to Worship and Evangelise, Département de sociologie de Lancaster, Lancaster LA1 4YN, 29 décembre 2003.

    Que l'on peut traduire par :

    « Alors que les années 60 est une période de réforme concernant l'homosexualité, l'obscénité, la planification familiale ... Watch Tower appartenant aux Témoins continuait de condamner dans le monde, ce qu'ils croyait être la source du chaos. »

  4. Les Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, p. 175
  5. Les revues éditées par les Témoins de Jéhovah estiment que les études scientifiques avançant des arguments selon lesquels la structure du cerveau, l'exposition à trop ou trop peu d'hormones mâles avant la naissance, ou le code génétique influenceraient sur les préférences sexuelles d'un individu, n'auraient été réalisées que sur des animaux cf Réveillez-vous !, 8 février 1995, p.15 :

    « Nombre de scientifiques pensent que le comportement anormal des rats n’est rien d’autre qu’un réflexe, qu’il ne s’agit pas vraiment d’"homosexualité". Qui plus est, les humains ne sont pas des rats. "Il est extrêmement improbable que les hormones prénatales influencent (...) la sexualité humaine aussi directement qu’elles organisent les réflexes du comportement d’accouplement des rats", lit-on dans un bulletin médical (The Harvard Medical School Mental Health Letter). »

  6. "D'où viennent ces penchants ?", Réveillez-vous !, 8 février 1995, pp. 15-17
  7. "Comment rejeter ces désirs ?", Réveillez-vous !, 22 mars 1995, pp. 21-23
  8. Par exemple La Tour de Garde, 1er juin p. 11 ; La Tour de Garde, 1er février 1993, p. 6 ; Annuaire 1993 des Témoins de Jéhovah, p. 48
  9. D'après la Bible... Dieu approuve-t-il le mariage homosexuel ?, paru dans le Réveillez-vous ! du 8 avril 2005
  10. La Tour de Garde, 15 novembre 1971, p. 681 :

    « Il est bien de haïr toute action criminelle, la violence, l’adultère, l’ivrognerie et l’homosexualité, pour ce qu’ils sont réellement. Par son acte criminel, le voleur s’approprie ce qui appartient de droit à sa victime. On doit l’exécrer. L’adultère rompt les liens familiaux et prive les enfants de soins attentifs. C’est un péché contre Dieu et l’homme, qui mérite notre plus profonde haine. L’ivrognerie met les gens en danger et ruine des vies. On devrait l’avoir en horreur. L’homosexualité est une des formes les plus viles de la perversion. Dieu la déteste (Rom. 1:24-27). Si vous haïssez ces choses mauvaises, tant mieux ! Vous assurez ainsi votre protection. »

  11. Voir par exemple le Rapport de la commission parlementaire sur les enfants dans les sectes, audition de N.Jaquette, p. 207 :

    « Ayant eu depuis l’âge de huit ans conscience que j’aimais les garçons et entendu répéter au pupitre que ce que j’étais est profondément détesté par Dieu et voué à la destruction »

  12. "Un chrétien devrait-il haïr les homosexuels ?", dans Réveillez-vous !, 8 décembre 1997, p. 13-15
  13. Apocalyse delayed, James Penton, Toronto Press, p. 152
  14. A People for his Name, seconde édition, Tony Wills, p. 255, www.lulu.com
  15. (en) Page recensant les études de Andrew Holden sur les Témoins de Jéhovah
  16. Jehovah’s Witnesses: Portrait of a contemporary religious movement, Andrew Holden, 2002, p. 27 :

    « I attended several Kingdom Hall meetings at which homosexuality was referred to as an unnatural perversion. At a public talk that was delivered by a highly enthusiastic young man who aspired to become a pioneer for the Society, I listened to a forty-five minute sermon about whether homosexuals are ‘born that way’ or if their sexual behaviour is learned. At this, as at most Watch Tower sermons, reference was given to the widespread nature of homosexuality, but used only in a way that reinforced the organisation’s own teachings – that is, that the world has become unashamedly wicked. There can be little doubt that it would be very difficult for someone with a gay orientation to remain a Witness without experiencing a great deal of injury to his or her personal identity, not least because the Society fails to distinguish between the homosexual condition and homosexual practice. (Endnote: One couple with whom I spoke told me that they had known several men who were homosexual but had given up their practices on becoming Witnesses. This couple believed that, once a homosexual made a personal vow of celibacy and converted to the Society, his or her homosexual orientation would disappear. To date, this issue appears to be a source of confusion among Witnesses. »

  17. Sortir d'une secte, Tobie Nathan & Jean-Luc Swertvaegher, éditions du Seuil, 2003, (ISBN 2-84671-047-3), p. 206. Les publications dont un extrait est cité sont :Étude Perspicace des Écritures, volume 1, "Divorce" ; La Tour de Garde, 15 février 1989, p. 21 ; La Tour de Garde, 1er mars 1989, p. 4 ; La Tour de Garde, 15 octobre 1990, p. 21 ; La Tour de Garde, 15 avril 1996, p. 12.
  18. Sortir d'une secte, Tobie Nathan & Jean-Luc Swertvaegher, éditions du Seuil, 2003, (ISBN 2-84671-047-3), p. 203-210. Extrait des pages 203,204 :

    « [Jean] savait que Jéhovah l'observait aux prises avec son problème, le voyait mener son combat contre cette maladie qui le tenait aux tripes : sa sexualité. Le corps des hommes (...) le troublait, plus que cela : l'excitait. (...) Et il advint ce qui devait arriver... Voilà maintenant deux ans, il s'est fait bannir du peuple de Dieu par ses frères, expulser non seulement de la congrégation et de l'organisation jéhoviste mais également de sa propre famille. Accusé de conduite immorale par les anciens et par son père... »

  19. (en) "Jehovah's Witnesses and Homosexuality" sur un site critiquant les TJ :

    « The Watchtower Bible and Tract Society of New York (WTS) is a conservative Christian denomination whose theology differs greatly from that of Fundamentalist and other Evangelical denominations. Their attitude towards homosexuality goes beyond what other conservative groups require. The WTS requires that both homosexual behavior and feelings must be suppressed. That is: they must remain celibate, [and] Jesus' stated that to lust after another person is to commit adultery with them in your heart. Thus a gay or lesbian must attempt to suppress their desire, longing, feelings of attractiveness, love, sexual fantasies etc towards others. »

  20. (en) "I am an active Jehovah's Witness - What now ?", sur gayxjw.org
  21. (en) Therapy for change - Cure or snake oil ?, sur Witness.plus.com
  22. (en) "Just the Facts About - Sexual Orientation & Youth : A Primer for Principals, Educators and School Personnel", par l'American Psychological Association
  23. (en) "A different view to homosexuality...according to the Bible"
  24. (it) "Isolato e trattato come un appestato dai miei vecchi compagni di fede", Grazia Longo, La Stampa, 21 juin 2005
  25. Sortir d'une secte, Tobie Nathan & Jean-Luc Swertvaegher, éditions du Seuil, 2003, (ISBN 2-84671-047-3), p. 209 :

    « Depuis qu'il avait été exclu par ses frères, Jean avait cherché à résoudre ce fameux "problème d'identité sexuelle". Il avait fréquenté les milieux homosexuels ; il ne s'y était pas senti à l'aise... « mais alors pas du tout ! » »

  26. Auditions d'ex-témoins de Jéhovah devant la commission d'enquête parlementaire : Les sectes et enfance, septembre 2006
  27. Rapport de la commission parlementaire sur les enfants dans les sectes, audition de N.Jaquette, p. 207 :

    « J’ai toujours vécu en dissimulant une double personnalité, étant donné que je suis homosexuel et que l’homosexualité est réprimée dans la secte.

    Ayant eu depuis l’âge de huit ans conscience que j’aimais les garçons et entendu répéter au pupitre que ce que j’étais est profondément détesté par Dieu et voué à la destruction, il m’a fallu, pour me protéger, vivre sur deux tableaux durant toute mon enfance, mon adolescence puis ma vie d’adulte.

    Ce décalage, cette appréhension permanente de ce que j’étais, de ce qui m’était refusé, avec la perception que ce qui m’était imposé ne me correspondait pas, ont fait que, depuis toujours, j’avais finalement conscience de ce qui se passait et je l’étudiais en quelque sorte sans m’en apercevoir.

    Lorsque j’en suis sorti, tout s’est écroulé et j’ai pu voir avec plus de netteté ce que j’avais pressenti pendant des années. En tout cas, j’ai vécu en schizophrène jusqu’à mes vingt-deux ans avec une double personnalité, à vivre ma sexualité d’une part et ma religion de l’autre, très mal, évidemment : le suicide a été maintes fois envisagé pour mettre fin à ma souffrance, tant il est insupportable de voir s’affronter à l’intérieur de soi deux conceptions de la vie profondément antagonistes. »

  28. Audition de Nicolas Jaquette sur LCP Assemblée Nationale
  29. "Lesbienne: elle est rejetée par sa famille et les Témoins de Jéhovah", Le Citoyen, 20 février 2005 par Patrick Rodrigue
  30. Échec auprès des homosexuels
  31. Étude perspicace des Écritures, volume 1, 1998, p.442
  32. (en) "Shopworker in line for £120,000 after suffering homophobic bullying", sur thisislondon.co.uk, 5 mars 2007
  33. L'homosexualité et les Témoins de Jéhovah, sur TJ-Encyclopédie
  34. Baptiste Coulmont est sociologue, maître de conférence à l'Université Paris 8. Travaux de Baptiste Coulmont concernent les religions et les sexualités
  35. Tony Anatrella
  36. "Naît-on homosexuel ?", Valérie Borde, L'actualité, 1er août 2006 :

    « En 2004, Charles Roselli, de l’Université de médecine et sciences de l'Oregon, a analysé le cerveau de huit béliers homosexuels, en collaboration avec des chercheurs du département américain de l’Agriculture. Toujours dans leur hypothalamus, il a trouvé un paquet de neurones particulièrement peu dense, et moins riche en aromatase (une enzyme liée à la testostérone) que dans celui des béliers hétéros. Le chercheur y voit l’explication de l’orientation sexuelle de ses moutons, et possiblement des humains. Il essaiera bientôt, moyennant quelques manipulations hormonales prénatales, de ramener au bercail les béliers égarés. »

  37. (en) "Homosexual activity among animals stirs debate", James Owen, Londres, National Geographic news, 23 juin 2004