Neutralité politique chez les Témoins de Jéhovah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Témoins de Jéhovah prônent une stricte neutralité à propos de la politique des nations et de leurs institutions gouvernementales et militaires ; ils appellent cette position la neutralité chrétienne. Ils proclament mondialement un message qu'ils estiment être fondé sur la Bible, annonçant que le Royaume de Dieu est le seul moyen pour obtenir la paix, la prospérité et le bonheur. Du fait de cette croyance, ils prétendent rester neutres en ce qui concerne les conflits entre les nations et le service militaire.

Définition et fondement de la neutralité[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah définissent la neutralité chrétienne comme l'état de ceux qui dans un conflit ne prennent pas position pour l’une ou l’autre des parties en présence. Pour eux, la neutralité est synonyme de non-interférence dans les affaires publiques : refus de participer à des cérémonies patriotiques, de servir dans les forces armées, de se rallier à des partis politiques, de militer au niveau politique ou de voter pour un candidat ou un parti politique. D'après eux, l’Histoire attesterait que les chrétiens du Ier siècle se sont efforcés de rester strictement neutres dans les luttes entre factions[1]. Les Témoins de Jéhovah estiment avoir restauré le christianisme à sa forme originelle[2] et pensent suivre les traces de ces fidèles en se consacrant exclusivement au culte de Jéhovah, auquel ils disent avoir voué leur vie sans réserve[3].

Ils affirment que leur position de neutralité, tout comme leurs autres pratiques et doctrines, a une base scripturale. À cet égard, ils ont l'habitude de rapporter les paroles de Jésus Christ, dont s'affirment des partisans, contenues dans l'Évangile selon Jean 17:14-16 :

« Je leur ai donné ta parole, mais le monde les a haïs, parce qu’ils ne font pas partie du monde, comme moi je ne fais pas partie du monde. Je te demande, non pas de les retirer du monde, mais de veiller sur eux à cause du méchant. Ils ne font pas partie du monde, comme moi je ne fais pas partie du monde. »

Raisons de cette neutralité[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah avancent plusieurs raisons pour lesquelles ils se tiennent séparés du monde[4] :

  • Ils croient que le monde actuel, avec sa société et ses institutions gouvernementales, militaires, commerciales et religieuses, sont sous le contrôle de Satan, lequel a été présenté par Jésus comme « le chef de ce monde » selon l'Évangile selon Jean 14:30[5]. Ils pensent que la direction du monde a été accordée à Satan par Dieu lui-même pour un temps, qui s'étend sur des millénaires, après le défi que cet ange autrefois fidèle a lancé sur la souveraineté de Jéhovah[6]. Donc, ils font valoir que quelle que soit la faction que quelqu'un peut bien soutenir, il sera toujours en fait en train d'appuyer l'ennemi de Dieu. Pour justifier leurs dires, ils utilisent à cet égard plusieurs versets bibliques[7].
  • Ayant voué leur vie à Jéhovah, auquel ils consacrent un attachement exclusif, ils ne peuvent pas se livrer aux pratiques qui caractérisent le monde qui les entoure. En conséquence, un Témoin de Jéhovah ne peut pas consacrer sa vie à une cause profane. D'après eux, cela n'est pas compatible avec l'adoration qu'ils prêtent seulement à Jéhovah, ni avec le soutien qu'ils accordent au Royaume de Dieu ou à la théocratie qu'ils considèrent comme étant la seule solution pour l'Humanité, affirmant que tous les restants gouvernements politiques, même ceux qui possèdent de bonnes intentions, sont condamnés aux échecs et disparaîtront avec l'actuel système de choses, à Har-Maguédôn.
  • Ils se considèrent comme des disciples de Jésus et des sujets du Royaume de Dieu. Ils font remarquer que, devant Ponce Pilate, Jésus a dit ce qui est rapporté dans l'Évangile selon Jean 18:36 :

« Mon royaume ne fait pas partie de ce monde. Si mon royaume faisait partie de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais voilà, mon royaume n’est pas d’ici. »

Ils notent aussi que du début à la fin de son ministère, Jésus a prêché la "bonne nouvelle du Royaume" et il a annoncé qu’elle serait proclamée par ses disciples jusqu’à la fin du 'système de choses'. Or, pour eux, seul le Royaume de Dieu peut régler tous les problèmes de l'Humanité ; chercher un autre appui serait donc considéré par le mouvement religieux comme une trahison et un manque de fidélité. Les Témoins de Jéhovah se présentent comme étant des ambassadeurs du Royaume de Dieu et disent être comme des « résidents temporaires » dans le monde actuel[8].

  • Ils sont neutres dans les affaires du monde en raison également de leurs relations avec leurs coreligionnaires, car ils doivent manifester l'amour entre eux, en se basant sur Jean 13:35 et 1 Jean 3:14. Or, cet amour ne doit pas se manifester uniquement envers les membres de la congrégation locale de chacun, mais envers « toute la communauté des frères dans le monde » selon 1 Pierre 5:9. Pour les Témoins de Jéhovah, cet amour se démontre par le fait qu'ils s'efforcent de mettre en pratique le verset d’Isaïe 2:4 :

« Ils devront forger leurs épées en socs et leurs lances en cisailles. Une nation ne lèvera pas l’épée contre une nation, et ils n’apprendront plus la guerre. »

Conséquences de cet enseignement[modifier | modifier le code]

Soumission relative aux gouvernements[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah estiment qu'il leur faut être soumis de manière relative aux « autorités supérieures » mentionnées en Romains 13:1. Toutefois, l'identification de ces autorités a changé au fil du temps[9] : pour Russell, il s'agissait des gouvernements politiques[10] ; en revanche, pour Rutherford (à partir de 1929)[11], ce terme désignait Dieu, Jésus et les dirigeants de l'organisation, tandis que pour Knorr (dès 1966), c'étaient bien les pouvoirs politiques auxquels il fallait se soumettre tout en restant neutres[12]. Ces changements successifs de points de vue sont décriés par des critiques de l'organisation religieuse[13],[14].

Bien qu'ils considèrent que tous les gouvernements humains sont sous le contrôle de Satan, les Témoins de Jéhovah reconnaissent que cela seulement arrive par autorisation divine et pour une certaine période de temps seulement, avant qu'elle leur soit enlevée à Har-Maguédôn. Ainsi, ils utilisent la Bible pour définir leur position de soumission obéissante aux gouvernements et à leurs lois. Néanmoins, une telle obéissance est envisagée par eux comme relative vu qu'ils ne reconnaissent l'autorité absolue que de Jéhovah, dont la volonté se trouve d'après eux uniquement dans la Bible. De ce fait, ils refusent d'obéir à une loi humaine qui serait en conflit avec les lois bibliques telles qu'ils les comprennent[15]. Pour justifier sa position, le mouvement religieux a l'habitude de citer différents versets bibliques tels que Romains 13:1-2, 7, Matthieu 5:41, Tite 3:1, 1 Pierre 2:13, 14, Marc 12:17, Actes 4:19, 20, 5:27-29, et se réfèrent à deux exemples laissés par des fidèles dans la Bible : celui des quatre jeunes Hébreux en exil à Babylone qui ont refusé les coutumes du pays qui étaient contraires à leur foi (livre de Daniel) et celui des apôtres de Jésus au Ier siècle qui arrêtés par les chefs juifs, ont été sommés de ne plus prêcher. Ils sont conscients que leur position est sujette à controverse et s'attendent en conséquence à des difficultés mais pensent que Dieu les soutiendra.

Le texte d'Actes 5:29 a été le texte annuel du mouvement en 2006, exposé sur les estrades de toutes les Salles du Royaume du monde entier. Ce texte dit :

« Nous devons obéir à Dieu en sa qualité de chef, plutôt qu'aux hommes[16]. »

Position dans différents domaines[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah doivent se tenir à l'écart de toute participation politique. Ils ne peuvent pas adhérer à un parti politique, même si cela est obligatoire dans certains pays, ce qui leur a parfois valu des persécutions, comme au Malawi durant les années 1970[17]. Un fidèle ne peut pas se présenter en tant que candidat à une quelconque élection politique, sinon il risque l'excommunication[18].

Par ailleurs, les Témoins de Jéhovah enseignent que l'Organisation des Nations unies est l'« image de la bête sauvage » mentionnée en Révélation 13:1-18 et constitue la réalisation « de la chose immonde qui cause la désolation » énoncée par Jésus en Matthieu 24:15[19]. Aucun fidèle ne peut soutenir cette organisation. Pourtant, des critiques du mouvement religieux ont révélé que celui-ci s'est affilié avec l'Organisation des Nations unies (ONU) pendant dix ans environ (voir Une entorse à la neutralité : l'affiliation avec l'ONU).

Vote[modifier | modifier le code]

Au moment de voter dans des élections politiques, les Témoins de Jéhovah n'interviennent pas dans le droit des autres à ce sujet, ni ne font une quelconque campagne contre des élections politiques. Pendant longtemps, les fidèles ont eu l'obligation de s'abstenir de voter. Ils estiment avoir voté une fois pour toutes pour Jéhovah, et voter reviendrait à faire confiance aux solutions faites par les hommes. De ce fait, des Témoins de Jéhovah ont même été martyrisés à cause de l'application de cette doctrine, comme par exemple aux Philippines[20]. Ce refus du vote a toutefois été critiqué par certains qui estiment que la Société Watchtower enfreint les droits de l'homme en enlevant aux membres de l'organisation les droits les plus fondamentaux[21],[22].

Néanmoins, depuis 1999, la direction du mouvement a rappelé aux fidèles du territoire français qu'ils ont l'obligation d'être inscrit sur les liste électorales, ce qui a entraîné un afflux massif de demandes dans les préfectures, comme par exemple en Outre-Mer. De même, ils peuvent à présent se rendre au bureau de vote, même quand la loi ne les y oblige pas. En France, un courrier a été lu lors des offices à l'approche des jours de votes en 2006 afin d'annoncer aux fidèles qu'aucune sanction ne sera prise à l'encontre de ceux qui souhaiteraient aller au bureau de vote, et que c'est à chacun de décider ce qu'il fera en suivant sa conscience fondée sur la Bible. En principe, il faut voter blanc.

Paiement des impôts[modifier | modifier le code]

Dans sa littérature, la Société Watchtower enseigne à ses fidèles qu’ils doivent payer scrupuleusement leurs impôts, et ce quel que soit le système politique dans lequel ils se trouvent. Elle base sa position sur les paroles de Jésus, qui a expliqué qu'il faut « rendre les choses de César à César, mais les choses de Dieu à Dieu » (Marc 12:17). Les revues du mouvement religieux citent souvent des publications faisant l'éloge de leur comportement dans ce domaine[23]. Au cas où un certain impôt semble injuste ou une partie de celui-ci est utilisée pour financer quelque chose avec lequel ils sont en désaccord (tel que l'avortement gratuit ou l'achat d'équipement militaire), ils doivent malgré tout payer intégralement leurs impôts.

Pourtant, en France, l’organisation des Témoins de Jéhovah a été condamnée à plusieurs redressements fiscaux : un redressement sur les valeurs mobilières d'un montant de 7,3 millions de francs[24] et un autre à la suite d'une infraction au code de la Sécurité Sociale après un contrôle de l'URSSAF au siège des Témoins de Jéhovah d'une somme de 10,3 millions de francs[25], sommes qui ont été payées. Enfin, l’ Association Les Témoins de Jéhovah (ATJ) a été condamnée à un redressement fiscal portant sur la taxation des dons manuels qu’elle n’a pas réglé à ce jour, ayant d’abord porté l’affaire devant les tribunaux français, qui ont confirmé cette décision, puis devant la Cour européenne des droits de l'homme ; les Témoins de Jéhovah jugeant cette taxation des dons au culte injuste et discriminatoire (cf.redressements fiscaux et Urssaf en France).

Si les religions sont exemptées d'impôts dans le pays où elles sont installées, les congrégations locales des Témoins de Jéhovah peuvent profiter de cet avantage. Et, comme n'importe quel autre citoyen, les Témoins de Jéhovah bénéficient des avantages fiscaux leur permettant de réduire leurs impôts. C'est le cas en France, où les dons à l'Association cultuelle les Témoins de Jéhovah de France (ACTJF) ou à la Fédération chrétienne des Témoins de Jéhovah de France ouvrent la porte à une réduction fiscale de 60 % du montant de la donation.

Salut du drapeau et hymne patriotique[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah disent respecter les emblèmes nationaux, mais refusent de les adorer en acte ou en esprit, car pour eux, saluer un drapeau constitue une expression des sentiments patriotiques et une forme d'idolâtrie que les premiers chrétiens auraient refusée[26]. Ils respectent le droit des autres d’agir comme bon leur semble, mais eux n’adorent que Jéhovah. Ils se basent sur l'Évangile selon Matthieu 4:10. Les fidèles ne peuvent pas se prosterner devant un drapeau ou le tenir dans un défilé ou dans une classe d'école afin que tous puissent le saluer. Il n’est pas interdit de travailler ou d'entrer dans un bâtiment public sur lequel flotte le drapeau national, mais il ne faut pas arborer ce dernier aux fenêtres, aux portes, sur des voitures, sur des bureaux. De la même manière, le mouvement religieux déclare qu'il ne faut pas chanter l'hymne national. Toutefois, il est recommandé de se tenir respectueusement pendant que les autres le chantent[27].

Ces refus ont parfois causé des difficultés aux fidèles (renvois d'enfants des écoles publiques notamment) qui ont porté leurs affaires devant la justice où ils ont souvent obtenu gain de cause[28].

Service militaire[modifier | modifier le code]

En se basant sur des versets comme Matthieu 26:52 qui déclare que « celui qui prendra l’épée périra par l’épée » ou Jean 17:16 qui énonce le principe de ce qu'ils appellent la « neutralité chrétienne », ainsi que sur des écrits des Pères de l'Église, les Témoins de Jéhovah sont opposés au service militaire et ont refusé jusqu’en 1995 de faire un service civil de remplacement là où il existait.

Historiquement, ce refus de rejoindre les troupes armées a créé des difficultés graves pour les fidèles, particulièrement en temps de guerre. Durant la Seconde Guerre mondiale, de jeunes Témoins ont été exécutés dans un certain nombre de pays pour leur refus de participer à la guerre ; même dans des pays plus démocratiques, l'exemption était généralement refusée et ils étaient souvent emprisonnés. Actuellement, il y a moins de conflits à ce sujet entre les Témoins et la plupart des gouvernements, car beaucoup de pays ont supprimé la conscription, tandis que d'autres ont institué un service civil alternatif pour les objecteurs de conscience. Toutefois, dans certains pays[Où ?], les fidèles sont toujours incarcérés pour cette raison.

La position des Témoins de Jéhovah sur le service militaire et le service civil a fait l'objet de diverses critiques, principalement d'ordre éthique : il est notamment reproché au mouvement de ne pas avoir eu une attitude égale suivant les pays et les époques.


À l’époque de Russell[modifier | modifier le code]

En effet, pour Russell, premier président des Témoins de Jéhovah, il n'y avait aucune objection à ce qu’un chrétien effectue son service militaire, pourvu qu'en cas de guerre, il serve dans les corps non-combattants des armées tels les services médicaux, ou au pire qu'il tire en l’air pour effrayer l’ennemi. D'ailleurs, un étudiant de la Bible très célèbre dans les années 1900 et 1910, William Preble Hall[29], a prononcé le discours d'ouverture de l'assemblée des Étudiants de la Bible en 1911 et a accompagné Russell lors de son tour du monde, bien qu'il fût militaire d'un grade important (brigadier général, puis assistant adjudant-général au quartier généraux de l'armée à Washington en 1893, enfin adjudant général pendant six mois), jusqu'à sa retraite en 1912.

Durant la Première Guerre mondiale, des Étudiants de la Bible français sont allés à la guerre et ont revêtu l'uniforme[30], ce qui satisfaisait Russell dans la mesure où ceux-ci le faisaient dans le cadre du service non-combattant[31]. Par la suite, Russell a recommandé toutefois aux fidèles travaillant dans des manufactures d'armes de le faire uniquement s'ils ne trouvaient pas d'autre métier[32], et pour lui, le fait d'accepter l'uniforme même pour le service non-combattant constituait déjà un compromis (les personnes qui les voient en uniforme ignoraient qu'ils ne prenaient pas les armes)[33]. Ainsi, il a affirmé qu'il était préférable de mourir pour Christ plutôt que de se faire incorporer[34], même s'il a dit que c'était à chacun de décider en conscience[35] ; par ailleurs, il a établi une distinction entre les corps non-combattants creusant les tranchées qui lui semblaient inconvenants pour un chrétien, et ceux servant à l'hôpital, à la Croix-Rouge par exemple qui ne lui posaient pas de problème de conscience[36]. De ce fait, le mouvement a demandé l'exemption du service militaire, au Canada par exemple[37].

Sous la présidence de Rutherford[modifier | modifier le code]

Par la suite, sous la présidence de Rutherford, les Témoins de Jéhovah allemands refusaient depuis les années 1930 le service militaire et la conscription au prix d'importantes persécutions. Avec l'entrée en guerre des États-Unis, la direction a décidé au cours de la Seconde Guerre mondiale de refuser toute forme de service civil[38], les Témoins devant choisir l'exemption en tant que ministre de culte, mais pas le statut d'objecteur de conscience. Malgré tout, plus de 4 000 témoins ont été emprisonnés pour leur refus de combattre, condamnés pour une durée moyenne de 42 mois chacun, une durée supérieure de sept mois en comparaison aux autres insoumis. Néanmoins, l'interdiction du service militaire n'a pas été uniforme avant la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Actuellement[modifier | modifier le code]

En France en 1995, le Ministère de la défense alors dirigé par François Léotard a proposé le transfert des objecteurs de conscience Témoins de Jéhovah sous la tutelle du Ministère des Affaires Sociales plutôt que sous celle du Ministère de la défense. Toutefois, alors que le problème ne se situait pas à ce niveau puisque les Témoins de Jéhovah voulaient être exemptés sans service de remplacement, leur hiérarchie a néanmoins accepté cet accord en 1995, affirmant en public que c’est le gouvernement qui s'est plié à ses requêtes. Pourtant, le transfert de tutelle d’un ministère à un autre ne transforme pas le statut d’objecteur de conscience « d’antimilitariste déclaré » à celui « d’apolitique ».

En fait, les dirigeants Témoins de Jéhovah avaient modifié leur point de vue, et en 1996, ce changement est apparu dans La Tour de garde où le mouvement estimait que si certains avaient refusé le service civil, ils l'avaient fait uniquement pour suivre leur conscience[39]. Selon ce que relate Raymond Franz qui a participé à la réflexion sur la position à prendre au sein même du Collège central en 1978, il s'en est fallu de la décision d'un homme, Lloyd Barry, qui est revenu sur son vote, pour qu'un service de substitution ait pu être théocratiquement adopté par les Témoins de Jéhovah[40].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Dans certaines républiques de l'ex-Union soviétique, en Corée du Sud, à Singapour, et dans quelques pays d'Afrique, les jeunes Témoins continuent à être emprisonnés du fait de leur refus d'effectuer le service militaire. Par exemple, au 15 décembre 2005, il y avait 1 044 Témoins emprisonnés en Corée du Sud.

En France, entre 1950 et 1992, 7 593 jeunes fidèles ont purgé des peines de prison totalisant 8 383 années en raison de leur refus du service militaire. Amnesty International a régulièrement dénoncé cette situation[41].

En octobre 2007, le Tadjikistan a interdit officiellement les Témoins de Jéhovah notamment pour leur refus du service militaire. Le responsable du département religieux du ministère a déclaré : « Ce groupement religieux avait violé la constitution qui rend obligatoire le service militaire, en appelant à s'y opposer »[42].

Contradictions et critiques[modifier | modifier le code]

Une entorse à la neutralité : l'affiliation avec l'ONU[modifier | modifier le code]

Histoire de l'enseignement des Témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

À l'assemblée des Étudiants de la Bible tenue en septembre 1919, la presse locale a rapporté des commentaires de Rutherford sur la Société des Nations :

« Il a déclaré que la Société des Nations, constituées des forces politiques et économiques, a été créée par un désir d'améliorer l'humanité par l'établissement de la paix et de l'abondance d'un grand bien qu'elle accomplirait, puis a affirmé que le mécontentement du Seigneur est sûr d'être porté sur la Société, parce que le clergé -- catholique et protestant -- ont abandonné son dessein et ont approuvé la Société des Nations, comme étant l'expression politique du royaume du Christ sur terre[43]. »

Le point de vue de Rutherford a été également soutenu par d'autres prémillennialistes de cette époque[44]. Le magazine des Témoins de Jéhovah L'Âge d'or (aujourd'hui baptisé Réveillez-vous !) a pareillement présenté les « politiciens professionnels » et les « puissances financières » ainsi que le « clergé » comme étant une « trinité profane » qui a soutenu la Société des Nations et a prévu sa cessation :

« Puisque ces deux classes [ des politiciens et des financiers ] sont présumées être des hommes de ce monde qui n'ont jamais prétendu avoir fait un engagement avec Dieu, il ne pourrait pas interférer avec eux pendant un certain temps, mais principalement en raison de l'autre membre de la trinité non sacrée - le clergé - Dieu indique qu'il ne laissera pas la Société des Nations et la ligue des églises durer[45] »

. En 1930, Rutherford a édité Prohibition and the League of Nations - born of God or the Devil, which ? The Bible proof qui a conclu :

« voici le rapport positif et sans réserve de Jéhovah Dieu que ni la Société des Nations ni n'importe quelle autre combinaison des hommes et des gouvernements n'aura quoi que ce soit à faire avec l'établissement de son royaume et l'établissement de la paix et de la droiture. C'est le Royaume de Dieu, pas celui de l'homme ; et pour les hommes, assumer de faire ce que Dieu a déclaré qu'il fera est un péché flagrant et présomptueux. L'organisation d'une nation qui essaye de fonctionner en avant de Dieu et qui essaie présomptueusement d'installer une règle ou une organisation et de l'appeler le Royaume de Dieu souffrira d'une grave punition[46]. »

En 1963, les Témoins de Jéhovah ont adopté une résolution établissant le point de vue officiel concernant l'Organisation des Nations unies. La résolution a été publiée dans La Tour de Garde du 15 novembre 1963. Lors des 24 assemblées qui se sont tenues tout au long de cette année-là, un total de 454 977 participants a adopté la résolution.

Concernant l'Organisation des Nations unies, le paragraphe 5 des statuts de la résolution déclarait : « Les nations en outre ont refusé la reddition de leur souveraineté au royaume du Messie de Dieu en installant... les Nations Unies... cette organisation internationale pour la souveraineté mondiale par les hommes politiques. Pendant des années les hommes n'ayant pas foi dans le Royaume de Dieu ont essayé d'obliger toutes les personnes à adorer cette image internationale de la souveraineté politique humaine comme le meilleur espoir pour la paix et la sécurité terrestres, en fait, le dernier espoir pour l'humanité. Jusqu'ici 111 nations ont donné un culte à cette image politique en devenant membres d'elle. Cependant, nous, comme Témoins du Souverain Dieu Jéhovah, nous continuerons de refuser de nous engager dans un tel culte idolâtrique... »

Conception des Témoins de Jéhovah sur l'ONU[modifier | modifier le code]

Depuis 1919, les Témoins de Jéhovah (alors connus sous le nom d'Étudiants de la Bible, jusqu'en 1931) ont enseigné dans leurs publications que la Société des Nations et plus tard l'Organisation des Nations unies ont été mises en place comme contrefaçon du Royaume de Dieu. Le deuxième président du mouvement religieux, Joseph Franklin Rutherford, a sévèrement condamné les hommes politiques, les grands négociants et le clergé à cause de l'appui qui portaient à la Société des Nations. En 1942, Nathan Homer Knorr, le troisième président des Témoins de Jéhovah, avait prévu qu'après la Seconde Guerre mondiale, la Société des Nations ressusciterait[47],[48], prétention récusée par des critiques du mouvement qui estiment que l'analyse des évènements de l'époque permettait de deviner cette résurrection[49]. Le point de vue traditionnel de l'organisation est que l'Organisation des Nations unies détruira bientôt toutes autres religions, se tournant ensuite contre les Témoins de Jéhovah.

Les Témoins de Jéhovah enseignent que l'Organisation des Nations unies est l'« image de la bête sauvage » mentionnée en Révélation 13:1-18 et constitue la réalisation de « la chose immonde qui cause la désolation » énoncée par Jésus en Matthieu 24:15[19]. Les Témoins de Jéhovah croient que Dieu emploiera l'Organisation des Nations unies pour détruire l'ensemble des fausses religions, c'est-à-dire que toutes les religions institutionalisées seront détruites, à l'exception des Témoins de Jéhovah. Ensuite, en se basant sur une prophétie d'Ezéchiel, le mouvement religieux s'attend à ce que l'Organisation des Nations unies se retournent alors contre lui pour le détruire, mais pense que Jéhovah interviendra alors en faveur de son peuple et détruira tous les éléments politiques. Ils croient que cet acte d'intervention divine sera Har-Maguédon, la partie finale de la 'grande tribulation'.

Scandale de l'association avec le DPI de l'ONU[modifier | modifier le code]

Comme cela est stipulé dans la charte de l'ONU, les organisations non gouvernementales (ONG), telles que la Société Watchtower, ne peuvent pas devenir membres de l'ONU. Ils peuvent cependant s'associer à l'une de ses sections.

La Société Watchtower est toutefois devenue, avec l'accord des membres du Collège central (la direction mondiale du mouvement religieux), un membre associé du Département d'information publique de l'Organisation des Nations unies (UN/DPI) en février 1992 et a maintenu cette adhésion jusqu'en octobre 2001. Cette attitude des dirigeants du mouvement religieux envers l'Organisation des Nations unies (ONU) a provoqué un violent débat interne comme externe. L'ONU, qualifiée par leur doctrine de « contrefaçon du Royaume de Dieu » instaurée par Satan pour égarer les humains, a été l'enjeu d'un scandale quand a été découverte cette affiliation de la Société Watchtower Bible and Tract Society, organisation-mère des Témoins de Jéhovah de par le monde, en tant qu'ONG auprès du Bureau DPI de l'ONU à partir de 1989. Cette polémique a été d'autant plus vive que les fidèles de base doivent garder une stricte neutralité politique, qui parfois leur a coûté très cher (comme pour les Témoins de Jéhovah du Malawi qui, sur ordre de la Société Watchtower, ne devaient pas acheter la carte obligatoire d'un parti politique dans les années 1970, subissant ainsi de terribles persécutions, voire de la mort).

Alors que dans certains écrits des Témoins de Jéhovah, il est déclaré « qu'aucun chrétien ne doit soutenir cette organisation », le bureau mondial a accepté de « soutenir l'ONU et ses actions » et de « mobiliser l'opinion en faveur des Nations Unies » pour pouvoir « obtenir l'accès à la vaste bibliothèque des Nations unies » (selon le porte-parole britannique du mouvement), et pour « distribuer l'aide humanitaire et de défendre les droits de l'homme dans plusieurs pays du monde » (selon le porte-parole portugais du mouvement). De ce fait, certains ont trouvé l'attitude de l'organisation hypocrite, d'autant que cette affiliation était inconnue de la majorité des Témoins de Jéhovah, et même des surveillants itinérants du mouvement ignoraient tout de cette affaire[50]. Des critiques ont démontré que l'accès aux documents de cette librairie pouvait se faire sans s'affilier au bureau DPI de l'ONU. Chaque ONG devant soutenir une catégorie particulière de causes défendues par l'ONU, le mouvement a choisi la liberté de religion au début de son association à l'ONU, puis les droits de l'homme dès 1997, choix que certains critiques jugent inapproprié car ils estiment que la Société Watchtower bafouent les droits de l'homme[51]. De surcroît, le mouvement a été critiqué pour s'être affilié à l'ONU car il avait auparavant interdit à ses membres de se joindre à la YMCA, considèrent dans La Tour de garde du 1er janvier 1979 qu'il s'agissait dans ce cas d'apostasie[52].

La Société Watchtower a décidé dans la précipitation de démissionner, seulement trois jours après que la presse, notamment le journal britannique The Guardian, ait diffusé le scandale[53]. De nombreux Témoins de Jéhovah, ne sachant pas s'il s'agissait d'une rumeur ou pas, ont demandé des explications à l'ONU, ce qui a poussé cette dernière à publier sur son site officiel une lettre en date du 4 mars 2004 récapitulant cette affaire[54].

Contradictions de la position sur le service militaire[modifier | modifier le code]

La politique des Témoins de Jéhovah à l'égard du service militaire et du service civil a suscité des critiques de la part d'anciens membres et d'organismes de lutte contre les sectes.

Fondement biblique ?

Les critiques rétorquent que la position des Témoins de Jéhovah n'est pas expressément fondée sur la Bible, le service militaire n'y étant pas condamné, et que les témoignages du Ier siècle attestent de la présence de chrétiens dans l'armée[55].

De plus, de nombreux rapports en provenance d'environ 90 Comités de Filiales et des lettres personnelles de fidèles indiquèrent que ceux-ci ne comprenaient pas la logique de l'interdiction du service civil, ni son fondement biblique[56]. L'ex-membre du Collège central Raymond Franz avait lui-même présenté à ses codirigeants quatorze pages de preuves historiques, bibliques et lexicographiques attestant que le service civil était acceptable[57], mais sans succès.

Cas de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale

Les critiques[58] font remarquer que, d'après eux, les autorités suisses des Témoins de Jéhovah, auraient menti au gouvernement durant la Seconde Guerre mondiale alors qu'elles étaient accusées d’être contre le service militaire : en effet, dans une lettre adressée aux autorités de ce pays, elles affirmèrent dans une déclaration « qu’à aucun moment, ils n’avaient vu l’accomplissement des obligations militaires comme une offense contre les principes et les aspirations de l’association des Témoins de Jéhovah », précisant que « des centaines de nos membres et de nos sympathisants ont accompli leur obligation militaire et continuent à le faire »[59], et ce alors qu'au même moment, les Témoins de Jéhovah allemands se faisaient exécuter pour refus du service militaire. Néanmoins, une publication des Témoins de Jéhovah retraçant leur histoire en Suisse déclare par rapport à la période de la Seconde Guerre mondiale : « Fidèles aux directives de leur conscience, la plupart des Témoins de Jéhovah refusèrent le service armé (És. 2:2-4; Rom. 6:12-14; 12:1, 2) »[60].

Voulant protéger le dernier bureau en activité en Europe, ils ont déclaré aux autorités suisses que les fidèles qui refusaient le service militaire le faisaient d'eux-mêmes, alors que des centaines d'autres effectuaient leur service militaire ; pour cela, le rédacteur de la déclaration incluait sans le préciser les maris non-Témoins de Jéhovah et les non-baptisés et apparemment quelques véritables Témoins de Jéhovah[61].

Cas du Mexique à partir de 1960

D'anciens membres révèlent qu'en 1960, les dirigeants internationaux du mouvement (N. Knorr, F. Franz et le Collège central de l'époque) ont accepté que les jeunes Témoins de Jéhovah du Mexique - y compris les surveillants de circonscription, de district et les membres du Béthel - payent des pots-de-vin (environ 200$) à certains fonctionnaires mexicains en échange d'une attestation déclarant qu'ils avaient effectué leur service militaire et étaient désormais reconnus comme réservistes de l'armée mexicaine[62].

Raymond Franz, ex-membre du corps dirigeant, a expliqué qu'il a été choqué que l'organisation adopte ainsi des « doubles niveaux », et met cette situation en parallèle avec celle très difficile des Témoins du Malawi qui devaient refuser même sous la torture d'acheter la carte du parti politique, et avec celle des fidèles emprisonnés pour leur neutralité en République dominicaine dans des conditions éprouvantes et pour de longues périodes[63].

Retour aux idées du fondateur

Les critiques font également remarquer que la direction des Témoins de Jéhovah n'a pas toujours eu la même attitude vis-à-vis du service militaire ainsi que du service civil, et qu'actuellement elle est revenue aux idées du fondateur du mouvement, Russell, mais qu'entre temps, c'est-à-dire pendant 70 ans, des milliers de Témoins de Jéhovah se sont retrouvés en prison en suivant l’interprétation intransigeante des dirigeants de l'organisation sur cette question, sans quoi ils risquaient l'excommunication[64].

Difficultés rencontrées par les fidèles

Plusieurs documents fournis par Raymond Franz montrent à quel point les recommandations de l'organisation sur le sujet ont engendré des problèmes aux Témoins concernés par le service civil et aux membres des Comités de Filiales de diffrérents pays[65].

Affaire Lecoin

Louis Lecoin, antimilitariste, pacifiste, responsable de la section française de la Solidarité Internationale Antifasciste, raconte dans son autobiographie Le Cours d'une Vie qu'en 1957, il y avait 86 Témoins de Jéhovah emprisonnés à cause de leur refus du service militaire. Repensant au courage des fidèles qu'il avait connus durant la Seconde Guerre mondiale, il voulut permettre aux Témoins de Jéhovah d'obtenir le statut d'objecteur de conscience, malgré des mises en garde de son entourage sur ce projet. Avec son Comité, il multiplia les actions et finit par sensibiliser l'opinion publique. Après une grève de la faim en juin 1962, il obtient la libération anticipée des objecteurs de conscience emprisonnés depuis trois ans.

Puis Lecoin raconte comment il s'est senti trahi par l'organisation des Témoins de Jéhovah. En effet, dans deux courriers des Témoins de Jéhovah en date du , l'un adressé à Louis Lecoin, l'autre au président de la République, les Témoins de Jéhovah déclarent qu'ils « ne seront jamais solidaires des actions qu[e Lecoin] pourrait entreprendre en vue de l'adoption d'un statut de l'objection de conscience », et que celui-ci n'a « jamais été et ne sera jamais [leur] porte-parole, car ses convictions philanthropiques ne correspondent pas à [leurs] convictions chrétiennes ». Les lettres sont signées par 72 Témoins de Jéhovah, objecteurs de conscience, sur 120 retenus en Dordogne.

Lecoin affirme dans son livre : « Les promoteurs de ce dégonflage passèrent de longs jours à influencer leurs coreligionnaires - mielleux, virulents et même menaçants - pour arracher ces signatures. Ils en réunirent soixante-douze ; c'était beaucoup, beaucoup trop, et je ne méritais pas qu'ils s'affirmassent si nombreux dans cette indignité ; mais en écrivant au général De Gaulle ils mentirent volontairement par omission en lui cachant qu'ils étaient, là-bas, cent vingt Témoins de Jéhovah et que quarante-huit avait refusé de se parjurer à leur suite et à leur image »[66].

Malgré cela, les Témoins de Jéhovah purent bénéficier du statut d'objecteurs de conscience accordée par la loi promulguée le 22 décembre 1963[67].

Accusation de soumission totale à la Société Watchtower

Louis Lecoin ainsi que des critiques du mouvement reprochent à l'organisation jéhoviste d'avoir voulu « conserver des martyrs » dans ses rangs et que les fidèles sont totalement soumis aux ordres des dirigeants[67].

Raymond Franz résume cette situation en ces termes[68] : « La lettre du Comité de Filiale belge (…) note que néanmoins [les jeunes hommes Témoins de Jéhovah] refusaient le service alternatif, parce qu'ils savaient que c'était mal, et que telle était la position de la Société. Étant donné qu'ils ne pouvaient pas l'expliquer à l'aide de la Bible, cela veut simplement dire que pour eux, tout ce que la Société à Brooklyn décide, détermine ce qui est bien et ce qui est mal - et non ce que les Saintes Écritures disent. Ils ont subi deux ans d'emprisonnement, non à cause d'une décision de conscience personnelle, mais cause de leur adhésion à un décret d'origine humaine. »

La façon de procéder du Collège central est elle-même sujette à débat. En effet, pour qu'un changement puisse être accepté, il faut que la majorité des deux-tiers (sur l'ensemble des membres composant le corps dirigeant) soit atteinte lors des votes. Le sujet fut débattu à six reprises au sein du Collège central, et ce rien qu'en 1978 : le 28 janvier, le 1er mars, le 26 septembre, le 11 octobre [vote : 9 sur 13 en faveur d'un changement, 2/3 pas atteint, car il y avait 16 membres à l'époque], le 18 octobre [pas de vote], le 15 novembre [vote : 11 sur 16 en faveur d'un changement, mais rétractation d'un membre ne permettant plus d'atteindre la majorité des deux tiers requise pour un changement). À chaque fois, de nombreux membres du corps dirigeant était en faveur du changement, mais leur voix n'était donc pas entendue, ce que déplore Raymond Franz[57].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jehovah Himself Has Become King, Robert King, 2005, États-Unis (ISBN 1-4208-5498-4), chapitre "Strange Bedfollows", p. 109-55 (critique de l'association avec l'ONU)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Unis dans le culte du seul vrai Dieu, 1983, pp. 165-8
  2. L'Encyclopédie canadienne :

    « Le mouvement des Témoins de Jéhovah est le rétablissement et la restauration du Christianisme primitif tel que pratiqué par Jésus et ses disciples durant le premier et le deuxième siècle. Tous sont frères. »

  3. Comment raisonner à partir des Écritures, 1986, p. 263
  4. "La neutralité des chrétiens dans les derniers jours", La Tour de Garde, 1er novembre 2002, pp. 14-9
  5. La Tour de Garde, 15 décembre 1980, pp. 5,6
  6. Qui gouverne réellement le monde ?, 1992
  7. Par exemple Éphésiens 6:11-12, 2 Corinthiens 4:3-4, Jacques 4:4, 1 Jean 5:19
  8. Étude perspicace des Écritures, volume 1, p. 89
  9. Les Témoins de Jéhovah, Bernard Blandre, éditions Brepols, 1991, p. 105 (ISBN 2-503-50063-3) :

    « Pourtant, certains textes atténuent l'opposition des Témoins de Jéhovah au monde. Rutherford, nous l'avons vu, considérait comme 'autorités supérieures' Dieu, Jésus et les dirigeants jéhovistes. Pour F.Franz, auteur de La vie éternelle dans la liberté des Fils de Dieu, il s'agit bien des pouvoirs politiques (...) [Il cite ensuite un long passage de cet ouvrage pour confirmer ses propos] »

  10. Études dans les Écritures, C.T.Russell, vol.2, pp. 78-9
  11. La vérité vous affranchira, 1947, pp. 286-7
  12. La vie éternelle dans la liberté des fils de Dieu, 1966, p. 189
  13. "Le problème épineux des prophéties des témoins de Jéhovah !", section "Les Autorités supérieures de Romains 13", sur Vigi-sectes
  14. "Les Témoins de Jéhovah et l'esclave fidèle et avisé", note 2, sur Aggelia
  15. "Notre soumission relative aux autorités supérieures", La Tour de Garde, 1er novembre 1990, pp. 23-8
  16. La Tour de Garde, 15 décembre 2005, p. 23
  17. Les Sectes, Jean-François Mayer, éditions du Cerf, 1987, p. 43 (ISBN 2-204-03031-7) :

    « Ces décisions [celles des dirigeants des Témoins de Jéhovah] peuvent avoir de sérieuses conséquences dans sa vie quotidienne : ainsi, dans un pays comme le Malawi, le refus des Témoins de Jéhovah, sur instructions de leur organisation, d'acheter la carte du parti unique leur a valu de dures persécutions, affrontées d'ailleurs avec une foi digne d'admiration. »

  18. Dans l’enfer des Témoins de Jéhovah, Dany Bouchard, Éditions du Rocher, 2001, p. 142
  19. a et b La Tour de Garde, 1er mai 1999, p. 14
  20. L' Annuaire 2002 des Témoins de Jéhovah, faisait à la page 194, l’éloge de ceux qui restaient fermes dans leur refus de voter, y compris dans les pays où l'exercice de la démocratie était une obligation légale, même s'ils devaient subir pour cela de lourdes condamnations :

    «  Dans les années 1970 et au début des années 1980, la loi philippine a rendu le vote obligatoire pour tous les citoyens. Les contrevenants étaient emprisonnés. Le peuple de Jéhovah allait devoir Lui démontrer sa fidélité. À l’image de leurs frères chrétiens du monde entier, les serviteurs de Jéhovah des Philippines ont maintenu leur neutralité politique en 'ne faisant pas partie du monde'. — Jean 17:16. Après un changement de gouvernement en 1986, la constitution du pays a été révisée, et on a supprimé le vote obligatoire. Cela a facilité les choses pour les frères. »

  21. "Lorsqu'on n'a pas droit de voter", sur et-sect-era
  22. "Les Témoins de Jéhovah font grincer des dents à Lens", Anne-Charlotte de Langhe, Le Figaro, 19 juillet 2006 :

    « Les comportements observés par les Témoins de Jéhovah, comme refuser les transfusions sanguines et l'acte de vote, ne sont pas en phase avec les lois de la République [selon Guy Delcourt, le maire de Lens] »

  23. "Rendons les choses de César à César", La Tour de Garde, 1er mai 1996, p. 17
  24. Rapport de l'Assemblée Nationale n°1682, partie III, p. 360 sous l'intertitre « L'absence de déclaration des revenus du Patrimoine »
  25. Rapport de l'Assemblée Nationale n°1687 IIIème partie I Les Infractions à la legislation sociale B. Les infractions au code de la Sécurité Sociale 3 - Le redressement des Témoins de Jéhovah Page 9
  26. Ils citent à cet égard l’auteur J. Paul Williams, pour qui « le drapeau est le principal symbole de foi et l’objet central du culte pour le nationalisme », ainsi que l’Encyclopedia Americana, qui déclare que « le drapeau, comme la croix, est sacré » et aussi : « Expression du sentiment patriotique, l’hymne national invoque souvent la direction et la protection de Dieu pour le peuple ou ses dirigeants ». Ils citent également Daniel Mannix dans Ceux qui vont mourir (angl.) qui fait ce commentaire : « Les chrétiens refusaient de [...] sacrifier au génie de l’empereur [romain] — ce qui aujourd’hui équivaut approximativement au refus de saluer le drapeau. »
  27. "Le salut appartient à Jéhovah", La Tour de Garde, 15 septembre 2002, pp. 21-5
  28. Par exemple : "Un verdict de la Cour suprême en faveur des Témoins de Jéhovah", Bulletin EDA n°152, 1er juin 1993
  29. Les Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, photo page 420, troisième en partant de la gauche
  30. La Tour de Garde, 15 novembre 1914 :

    «  In France we were not able to do anything. Many of the brethren are in military service, and I might be called in any day »

  31. La Tour de Garde, 1er avril 1915 :

    « Before the war we recommended to the brethren that in the event of hostilities they should, so far as possible, if drafted, request positions in the hospital service or in the supplies department, where they could serve the Government efficiently; whereas, if they were ordered to the firing line, they would not be obliged to shoot to kill. We have reasons for believing that these suggestions are being followed and that meantime the brethren are using the opportunities for proclaiming to their companions in military service the blessed message of the soon-to-be-established kingdom of Christ, for the blessing of all the families of the earth »

  32. La Tour de Garde, 1er septembre 1915 :

    « Some have inquired in respect to the situation in connection with the manufacture of war ammunition. Our advice Io them has been to avoid engaging in such work as this,except as the money would be absolutely necessary to provide food and shelter for their families and themselves. And then, taking such a situation merely as a matter of neeesqly, we recommend that it be vacated as speedily as somcthing else can lie found, no matter how poor the pay, if it will provide life’s necessities »

  33. La Tour de Garde, 1er septembre 1915 :

    « In Scriptures Studies, vol. VI, we have set forth a suggestion that the followers of Christ seek by every proper means to avoid participation in war. We there suggested the possibility, but that in the event of conscription the Lord’s followers should use all their influence toward obtaining positions in the Hospital Corps or in the Provision Department of the army, rather than in the actual warfare. We suggested further that if it were impossible to avoid going into the trenches, it would still not be necessary to violate the divine requirement, "Thou shalt do no murder." We have been wondering since if the course we have suggested is the best one. We wonder if such a course would not mean compromise. We reflect that to become a member of the army and to put on the military uniform implies the duties and obligations of a soldier as recognized and accepted. A protest made to an officer would be insignificant--the public in general would not know of it. Would not the Christian be really out of his place under such conditions ? »

  34. La Tour de Garde, 1er septembre 1914 :

    « "But," some one replies, "if one were to refuse the uniform and the military service tie would be shot." We reply that if the presentation were properly made there might be some kind of exoneration; but if not, would it be any worse to be shot because of loyalty to the Prince of Peace and refusal to disobey his order than to be shot while under the banner of these earthly kings and apparently giving them support and, in appearance at least, compromising the teachings of our heavenly King? Of the two deaths we would prefer the former--prefer to die because of faithfulness to our heavenly King. Certainly the one dying for his loyalty to the principles of the Lord’s teachings would accomplish far more by his death than would the one dying in the trenches. We cannot tell how great the influence would be for peace, for righteousness, for God, if a few hundred of the Lord’s faithful were to follow the course of Shadraeh, Meshach and Abednego, and refuse to bow down to the god of war" »

  35. La Tour de Garde, 1er septembre 1915 :

    « We are not urging this course. We are merely suggesting it. The responsibility fully belongs with each individual. We are discharging our responsability toward many Bible students who are inquiring of us respecting the mind of the Lord on this subject. »

  36. La Tour de Garde, 1er mai 1916 :

    « The question is one for the conscience of each individual. For our part, it would seem to be a participation in the war if one were to engage in laying out and digging trenches, putting in foundations for cannon, etc. the things implied in the term 'engineering'. It would seem to the Editor somewhat different case if a soldier of the Cross were demanded by an earthly government to enter the hospital work--such as the Red Cross for relief of the sick and wounded, etc., even if the care of the wounded and the nursing of them back to health would the sooner prepare them for slaughter. The Editor’s conscience would not balk at Red Cross hospital work. »

  37. La Tour de Garde, 1er février 1916 :

    « I rest my claim for such exemption are as follows, to wit : I am a Christian and the religious doctrine which I believe and hold preclude me from bearing alms or rendering personal military service; I am a member of the International Bible Students Association, a religious Association organized under the laws of Great Britain. »

  38. Crise de Conscience, de Raymond Franz, ex-membre du Collège central, p. 101, éditions Commentary Press, Atlanta, 2004
  39. La Tour de Garde, 1er mai 1996 :

    « Qu’en est-il si l’État réclame d’un chrétien qu’il effectue pendant une certaine période de temps un service civil qui soit une forme de service national sous administration civile ? Là encore, le chrétien doit prendre lui-même la décision que lui dicte sa conscience éclairée. « Tous (…) nous comparaîtrons devant le tribunal de Dieu » (Romains 14:10). Le chrétien ayant affaire à une exigence de César doit étudier et méditer la question dans la prière. Il serait sage également qu’il en discute avec des chrétiens mûrs de la congrégation. Après quoi, il prendra lui-même sa décision. — Proverbes 2:1-5 ; Philippiens 4:5. »

    « Certains Témoins ont souffert à un moment de leur vie pour avoir refusé de participer à une activité à laquelle leur conscience ne trouverait, aujourd’hui, rien à redire. C’est ce qui a pu se passer, par exemple, il y a plusieurs années en rapport avec certaines formes de service civil. Un frère peut estimer qu’il pourrait, à présent, accomplir ce service civil en toute bonne conscience sans faire violence à sa neutralité de chrétien à l’égard du présent système de choses. (…) Comment pourrait-on regretter d’avoir, pour écouter sa conscience, pris fermement position en faveur de Jéhovah ? En défendant fidèlement les principes chrétiens tels qu’ils les comprenaient ou en obéissant aux incitations de leur conscience, ils se sont montrés dignes de l’amitié de Jéhovah. À n’en pas douter, il est sage de ne rien faire qui puisse troubler notre conscience ou qui risque de faire trébucher autrui. Sous ce rapport, nous pouvons nous inspirer de l’exemple laissé par l’apôtre Paul. — 1 Corinthiens 8:12,13 ; 10:31-33. »

  40. Crise de conscience, chapitre 5 p. 135 (en anglais), éditions Commentary Press, Atlanta, 2004
  41. Les Témoins de Jéhovah - Pour un christianisme original, Philippe Barbey, L'Harmattan, 2003, p. 156 (ISBN 2-7475-4064-2)
  42. "Les Témoins de Jéhovah chassés du Tadjikistan pour prosélytisme", AFP, 22 octobre 2007
  43. "From Sandusky the", Star Journal, Ohio, cité dans les La Tour de Garde, 1er octobre 1919, p. 298
  44. Touching the Coming of the Lord, C.F. Hogg et W.E. Vine, London, 1919, p. 95 :

    « Such a League of Nations, for instance, as is proposed to-day as a panacea for national wrongs, not only has been foretold in Scripture as the last resource of international politics, but its failure has likewise been predicted. »

  45. Golden Age, 9 septembre 1920, p. 722
  46. Prohibition and the League of Nations, p. 52
  47. "Restez éveillés avec l' "esclave fidèle et prudent", La Tour de Garde, 15 novembre 1960 :

    « En 1942, l' "esclave fidèle et prudent", guidé par l'infaillible esprit de Jéhovah, fit savoir que les démocraties gagneraient la Seconde Guerre mondiale et qu'une organisation de Nations unies serait instituée. Cette vigilance concernait des évènements qui s'accomplirent trois ans plus tard. »

  48. Peace - can it last ?, reprenant un discours de Knorr, 1942, pp. 21-2
  49. "Lorsque l'esprit infaillible de Dieu se trompe", de Jacques Luc, sur Prevensectes
  50. (en) Jehovah Himself Has Become King, Robert King, 2005, États-Unis, p. 110 (ISBN 1-4208-5498-4)
  51. Témoins de Jéhovah et Droits de l'Homme, sur Aggelia
  52. (en) Jehovah Himself Has Become King, Robert King, 2005, États-Unis, pp. 114-5 (ISBN 1-4208-5498-4)
  53. "Les preuves définitives de l'association de la Watchtower avec l'ONU", sur le site TJ-Recherches
  54. Lettre de l'ONU et sa traduction, sur le site Blooklyntower
  55. L’Église et la guerre, p. 51 :

    « Pour autant que nous puissions en juger d’après les rares témoignages de l’époque, la majorité des chrétiens des trois premiers siècles ne semblent pas voir de contradiction fondamentale entre christianisme et vie militaire. (…) De fait, la présence de soldats chrétiens est parfaitement attestée, sans que l’on puisse avancer de chiffres ou même de proportions. Leur nombre semble relativement faible jusque dans la seconde moitié du IIe siècle, selon les témoignages épigraphiques, puis gonfle à partir des années 170. »

  56. Crise de conscience, Raymond Franz, 2000, p. 137
  57. a et b Crise de conscience, Raymond Franz, 2000, p. 151 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Crise de conscience, Raymond Franz, 2000, p. 151 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  58. Les Sectes, Bernard Fillaire & Janine Tavernier, éditions Le Cavalier Bleu, 2003, pp. 90-1 (ISBN 978-2846700542)
  59. Déclaration de la direction suisse des Témoins de Jéhovah aux autorités suisses
  60. Annuaire de 1987 des Témoins de Jéhovah, p. 156
  61. Les Bibleforshers et le Nazisme - 1933-1945 (6e édition), de Sylvie Graffard et Léo Tristan, pp. 53,54 où les auteurs du livre ont obtenu une réponse des autorités des Témoins de Jéhovah de Suisse
  62. Crise de conscience de Raymond Franz, ex-membre du Collège central, éditions Commentary Press, Atlanta, 2004, pp. 110-35
  63. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, pp. 149-50
  64. Crise de conscience, chapitre 5 p. 124 (en anglais), éditions Commentary Press, Atlanta, 2004 :

    « La position officielle de la Société Watch Tower, développée pendant la deuxième guerre mondiale, était que si un Témoin de Jéhovah acceptait le service alternatif, il avait 'fait un compromis', il avait perdu son intégrité envers Dieu. On arrivait à ce point de vue en raisonnant que ce service étant 'en remplacement', il prenait donc la place de ce qu’il remplaçait et (tel était le raisonnement) était donc la même chose. Puisque le service alternatif était offert à la place du service militaire, et que le service militaire impliquait (au moins potentiellement) du sang versé, celui qui acceptait ce service de remplacement devenait coupable de verser du sang. Cette règle remarquable qui fut développée avant que le Collège central ne devienne une réalité, fut adoptée par Fred Franz et Nathan Knorr, à l’époque où ils étaient ceux qui prenaient toutes les décisions majeures. Quiconque n’observerait pas cette règle, serait automatiquement considéré comme 'volontairement retiré' et traité comme s’il avait été exclu. »

  65. In Search of Christian Freedom, Raymond Franz, pp. 256-70
  66. Le Cours d'une vie, Louis Lecoin, 1965, 347 pages
  67. a et b "Pour rester des martyrs, ils avaient refusé le statut d'objecteur de conscience", sur Prevensectes
  68. Crise de conscience, Raymond Franz, 2000, p. 140